Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 07:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv25411998.jpgLa nouvelle a retenti comme un coup de tonnerre ou pays d'Ys : Guillemot a été enlevé par l'Ombre, l'adversaire le plus redoutable qu'il ait jamais eu à affronter ! En le retenant prisonnier, l'Ombre veut accéder aux ultimes sortilèges du Livre des Etoiles. Malgré ses pouvoirs exceptionnels, Guillemot résistera-t-il à cette puissance maléfique qui s'apprête à dominer les Trois Mondes ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A mon plus grand étonnement j'aurais fini une trilogie d'Erik L'Homme. A mon plus grand étonnement car, avant de commencer Le livre des étoiles pour le baby-challenge jeunesse 2011 j'avais une dent contre cet auteur.

Je ne dirais pas que j'adore le livre des étoiles, mais il fait parti des bonnes surprises ! Le visage de l'ombre ne déroge pas à la règle,  je crois même que c'est mon préféré des trois.

 

J'ai beaucoup apprécié de retrouver la bande d'amis toujours aussi unis pour aider Guillemot. Ils s'entraident tout le temps, ne se prennent pas la tête, restent soudés... Tout le monde aimerait avoir des amis comme ceux-ci !

J'aime d'autant plus l'épilogue qui nous fait miroiter de belles histoires sans être commercial : rien ne nous dit qu'il y aura une suite, j'adore ça. C'est juste histoire de dire que "tout fini bien". Dit comme ça, ça a un petit coté Disney, mais je trouve ça juste génial !

 

Bizarrement, pour ma plus grande surprise, on ne parle pas de nutella dans ce tome ! Que passa ?! J'ai toujours trouvé ça bizarre, mais là, de ne pas en entendre parler, ça m'a manqué...

Le visage de l'ombre est vraiment une suite dans la lignée des deux tomes. Il ne dénote pas et apporte la conclusion qu'il fallait au Livre des étoiles.

C'est vraiment une trilogie à découvrir !

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

Le livre des Etoiles tome 1 : Quadehar le sorcier tome 2 : Le seigneur Sha

Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 07:15

http://www.livraddict.com/covers/48/48696/couv74281095.gifAlors qu'elle s'était enfermée à double tour dans sa chambre, Mathilde, la fille du célèbre professeur Stangerson, est victime d'une terrible agression. Et pourtant, la pièce était barricadée comme un coffre-fort ! Par où l'assassin a-t-il bien pu s'enfuir ? Frédéric Larsan et le jeune Joseph Rouletabille, journaliste et détective en herbe, mènent l'enquête...

 

 

 

 

 

 

 

 

J'étais un peu inquiète avant d'ouvrir Le mystère de la chambre jaune : je ne suis pas vraiment fan des "classiques" policiers, a part ceux d'Agatha Christie, ils ont tous eu beaucoup de mal à passer. Quelque chose me dérange chez les auteurs policier de cet époque mais je ne saurais pas trop dire ce que c'est... Peut-être la présence du surnaturel là où on ne s'y attend pas ?

 

J'ai bien aimé l'écriture de Gaston Leroux : elle est simple, accessible, claire. Il n'en fait pas trop et ce, pour mon plus grand plaisir ! J'aime le petit côté rétro' qu'elle a gagné au fil des années avec les mots qu'on utilise plus mais que quand on les lit on en vient à les regretter...

C'est très agréable de ce dire que Le mystère de la chambre jaune peut être lu par n'importe qui. C'est assez rare, surtout dans ce genre.

 

J'ai beaucoup aimé Rouletabille : je l'avais toujours imagimé comme bedonnant, à la Basile détective privé (Disney est une référence comme une autre !), la bonne cinquantaine, un peu grincheux voir coincé... Et au final, je me suis retrouvée nez à nez  face à un petit jeunot de 18 ans, très joyeux et amusant : surprise !  je ne peux pas dire que je me suis attachée à lui, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre ses aventures...

 

Etonnament, je me suis doutée de la conclusion du livre, même si dans les policiers de cette époque je n'y arrive jamais ! Ça ne m'a pas du tout gaché l'histoire, au contraire ! Ça fait plaisir de voir que mes neurones arrivent à faire autre chose que d'apprendre par coeur les molécules de tous les acides aminés...

Je vous conseille chaudement Le mystère de la chambre jaune si vous n'avez pas encore eu l'occasion de le découvrir !

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 07:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv65609819.jpg" Un coup frappé à la porte. Un surveillant entra. Je vous amène la nouvelle élève, elle s'était égarée dans les couloirs... La fille pénétra dans la classe. C'était elle, bien sûr, pensa Tristan. Comme si tout était écrit à l'avance. Je le crois pas ! tonitrua Said. Tristan a flashé sur cette meuf ! Un silence total s'abattit sur la classe. Tristan avait une drôle de boule nouée à l'intérieur du ventre. Une boule faite d'un sentiment étrange qu'il n'avait pas envie d'analyser. Pas encore. " Dans la rue de Vienne où se dresse la tour B2, un premier amour s'écrit sur le béton.

 

 

 

 

 

 

Je crois que je préfère quand Pierre Bottero nous raconte des histoires de fantasy... Bon c'est le seul de ses livres de ce genre que j'ai lu jusqu'à présent, mais il ne m'a pas vraiment convaincue.

Je sens que te vais me faire taper les doigts par ses admirateurs mais bon, je prends le risque !

 

Dans Tour B2 mon amour, j'ai eu l'impression que Pierre Bottero jouait sur les clichés des cités sans les exploiter vraiment : je ne doute pas que dans la réalité des cités, beaucoup de ceux qui se prennent pour des gros durs soient de vrais bisounours. Mais là, il n'y a pas de vrai méchant, pas de peur de quelqu'un. Alors pourquoi, sont-ils comme ça ?

C'est comme pour les histoires de drogues. Pierre Bottero en parle beaucoup, nous inquiète avec "est-ce-que Tristan va tomber dedans ?" et au final la résolution est trop gentillette, trop facile en fait.

C'est ça que je repproche à Tour B2 mon amour : c'est trop gentillet et à mon sens, ça ne représente pas vraiment la réalité. Je suis sure que Pierre Bottero aurait pu faire mieux et c'est ça qui me dérange.

 

Par contre, j'ai beaucoup aimé les personnages de Tristan et Clélia. Ils sont un peu clichés mais bon... Ils ont une réelle force que la plupart des gens n'ont pas. Et j'aime beaucoup l'amitié de Clélia pour son arbre.

J'ai absolument adoré Mourad ! Parce qu'il n'est pas comme on s'attend à ce qu'il soit. J'ai beaucoup aimé voir que c'était un ami en or et que Tristan s'était totalement trompé sur lui. Il finira peut-être mal, mais bon, si il y en a un qui peut s'en sortir, je suppose que ce sera lui.

 

Une petite déception pour ma part... Mais beaucoup aime ! (et moi aussi d'ailleurs !)

A vous de voir ! C'est très agréable de découvrir Pierre Bottero dans un autre genre :)

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

La quête d'Ewilan tome 1 : D'un monde à l'autre tome 2 : Les frontières de glace tome 3 : L'île du destin

L'Autre tome 1 : Le souffle de la Hyène tome 2 : Le maître des tempêtes tome 3 : La huitième porte

Le Pacte des Marchombres tome 1 : Ellana 

Les Mondes d'Ewilan tome 1 : La forêt des captifs tome 2 : L'oeil d'Otolep tome 3 : Les tentacules du mal

Les âmes croisées

Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv3248649.gifAvec le tome I du Maus d'Art Spiegelman, les lecteurs avaient fait la connaissance de Vladek Spiegelman, Juif polonais rescapé des camps de la mort, et de son fils, Art, dessinateur aux prises avec son père. Le terrifiant parcours de ce dernier et l'Histoire elle-même s'y conjuguaient déjà. Cette suite tant attendue, toujours en BD, dont les personnages ont des têtes d'animaux - les Juifs sont des souris, les Nazis des chats -, nous conduit des baraquements d'Auschwitz aux bungalows des monts Catskill, dans l'Etat de New York.
Bestiaire insolite, qui nous ôte brutalement le plus vague sentiment de familiarité, Maus exprime l'indicible sans sombrer dans le grotesque. En deux temps - les années 75-80, cadre temporel de ses conversations avec Vladek et, en flashback, les années 30-40, époque des événements racontés - Spiegelman dessine la mémoire.
Drame en cinq actes, pour une double survie : celle du père, mais aussi celle du fils qui se débat pour survivre au survivant. Une épopée en bulles.

 

 

Qu'est ce que j'aimerais que ce livre n'existe pas que je n'en ai pas à vous en parler ! Cela dit Hitler à bel et bien exister alors je ne me vois pas ignorer la partie la plus noire de notre histoire... Déjà que quand tous les survivants seront morts, et que plus personne ne pourra témoigner de ces horreurs, j'ai du mal à comprendre comment on peut penser que ça ne se reproduira pas.

C'est pour ça que j'apprécie autant Maus : le format BD facilite pas mal la tâche de témoignage : je pense que pour la plupart des gens, il est plus facile de lire une BD qu'un livre. L'histoire devient universel et je crois que le message est transmis à plus de personnes.

 

Honnêtement, ce deuxième tome est pire que le premier : là, on met réellement les pieds dans Auschwitz et l'horreur des choses n'en est que plus terrible. Ce tome met réellement mal à l'aise, parce qu'on est conscient par pas mal des passages que Vladek fait le choix entre sa vie et celle des autres. C'est vraiment dur de se rendre compte que dans ces conditions, l'entraide à une limite, qu'il faut savoir être égoïste pour s'en sortir.

C'est vraiment beau ce qu'à fait Vladek pour sa femme Anja. J'étais vraiment plus qu'émue lors de lors retrouvaille. J'ai énormément apprécier "pleurer" de joie et de soulagement dans un tel livre :)

 

Ce qui m'a étonnée c'est que visiblement Vladek à été à Auschwitz en même temps que Primo Levi mais pourtant les témoignages ne racontent pas forcément les mêmes choses... Cela dit, l'explication est un peu plus loin dans le livre : de une, il a avait deux camps différents à Auschwitz et de deux : Maus est une BD alors il faut simplifier les données pour pouvoir les dessiner.

A lire !

 

 

Du même auteur :

Maus tome 1 : Mon père saigne l'histoire

Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv40274569.jpgYukio travaille d'arrache-pied à la découverte de la musique occidentale, aidé par Ryûsuke qui lui a fait cadeau... d'une guitare ! De son côté, ce dernier recherche toujours un nouveau chanteur pour son groupe. Son choix s'est porté sur deux candidats. Mais la solution pourrait être plus inattendue. Et pourquoi pas le jeune et novice Yukio par exemple ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce deuxième tome m'a définitivement convaincue de lire la suite de ce manga. Là, on entre véritablement dans le sujet, d'un seul coup, on est happé par la musique et j'aime beaucoup ça !

C'est une histoire pleine d'humour, assez touchante, et très agréable à lire...

 

J'aime beaucoup ce que je devine à la fin de l'histoire, j'espère que mes prédictions vont se réaliser ou que l'histoire ne sera que meilleure...

J'aime également beaucoup le tournant de certains personnages, tel que Ken'ichi Sato dont on découvre une nouvelle facette dans ce tome et pas n'importe laquelle. Quand il retourne sa casquette, il devient (presque) totalement un autre homme c'est très impressionnant !

On en apprend un peu plus sur d'autre, et des interactions se dessinent entre certains personnages, j'ai hâte de voir ce qu'il va se passer par la suite ! (ben, oui, je suis une fille, j'aime bien les histoires d'amour...).

On en sait encore un peu plus sur le nom du manga', le premier tome m'avait laissé perplexe quand j'avais compris qui était Beck. Mais ce deuxième tome confirme mon idée première !

 

Je crois que ce deuxième tome fait encore parti de l'intro' de l'histoire... Mais on commence à mieux comprendre où Harold Sakuishi veut en venir, et ça promet !

Je crois que je vais rapidement devenir accro' à Beck :)

 

 

 

Du même auteur :

  Beck tome 1 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6

Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv25740180.gifOn est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant.
Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce. C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur. Peu l'on prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité.

 

 

 

 

 

 

J'ai l'habitude de lire des livres sur l'holocauste, mais pas des témoignages. Ce qui est totalement différent ! Si c'est un homme fait parti de cette deuxième cathégorie de livre et ce qui m'étonne, c'est qu'il n'y a pas de haine, pas de colère...

 

Si c'est un homme est un livre réellement bouleversant. C'est simple, clair et précis. Primo Levi nous raconte son histoire telle qu'elle a été : on découvre ses voyages, les "sélections", le fonctionnement du camps... Je suis d'ailleurs étonnée du nombre si petit de nazis présents dans ce camps : comme quoi il ne faut jamais se fier aux films !

Y'a tout de même un petit truc qui m'étonne dans ce livre : on ne parle pas des morts. Tout tourne autour de Primo Levi - même si ça se comprend - mais j'en ressors avec l'impression qu'il était, en fait, facile de survivre à Auschwitz (mise à part les sélections pour la chambre à gaz). Des tas de gens meurent dans ce livre, mais on en entend quasiment jamais parler, le seul moment où je me suis rendue compte c'est quand Primo Levi écrit que dans le second hiver est arrivé, il hésitait à aller se faire électrocuter par le grillage qui entoure le camps tellement que c'était terrible. C'est là que ça a fait tilt : des gens sont morts "pendant que" je lisais ce livre et je ne m'en suis pas rendue compte... C'est assez dérangeant comme impression.  Auschwitz, comme n'importe quel camps, était un lieu mortel : je trouve dommage que ce livre ne nous mets pas vraiment en face de cette vérité.

C'est un livre de vie c'est certain et c'est génial de voir que certains s'en sont sortis, mais ça m'a fait bizarre d'avoir oublié - parce qu'ils n'étaient pas mentionnés - pendant 100 pages que des gens étaient aussi morts là-bas. Je n'aurais pas survécu à Auschwitz, mais pendant ces quelques pages, j'ai eu l'impression que ça aurait pu être le cas.

 

Si c'est un homme est un livre vraiment bouleversant. Thalia, sur livraddict à dit "Ce livre ne se critique pas, il se lit et on apprend.". Je ne peux que être d'accord avec elle.

A lire !

Repost0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv1074826.jpgMaus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis, et de son fils, auteur de bandes dessinées, qui cherche un terrain de réconciliation avec son père, sa terrifiante histoire et l'Histoire. Des portes d'Auschwitz aux trottoirs de New York se déroule en deux temps (les années 30 et les années 70) le récit d'une double survie : celle du père, mais aussi celle du fils, qui se débat pour survivre au survivant. Ici, les Nazis sont des chats et les Juifs des souris.

 

 

 

 

 

 

 

Si il y a bien une BD qu'il faut avoir lu, c'est bien celle-ci.

Je ne sais pas comment j'ai fait pour arriver jusqu'à mes 20 ans sans l'avoir ouvert : tous le monde est unanime sur cette BD, il faut l'avoir lu... Bref, j'ai un peu honte --'

Comment la plupart des élèves, j'ai étudié quelques planches en cours d'histoire, d'allemand, de français et même d'art-plastique (c'est là qu'on se rend compte de l'impact qu'elle peu avoir) et depuis la première que j'ai vu, je me suis promise de la lire un jour. Bon, bah voilà, c'est chose faite ! (ou presque, il me reste le tome 2 !)

 

Ce premier tome est vraiment bouleversant : on se rend compte à quel point les camps peuvent changer quelqu'un. Le père d'Artie est traumatisé à vie : il ne jette rien au cas où ça puisse lui servir plus tard, il ne supporte pas qu'on laisse quelque chose dans son assiette et rejette la plupart des souvenirs de cette guerre... C'est plus que compréhensible, mais je crois que jusqu'à présent, je n'avais pas réellement pris conscience qu'il y avait aussi un "après camps", qu'à un moment il fallait retourner à une vie normale, mais que la peur, elle, elle reste bien là.

 

Je suis en train de vous induire en erreur : dans ce premier tome, on ne met pas les pieds dans les camps. L'histoire se passe au tout début de la guerre et le père d'Artie fuit, avec sa famille, se cache et tente de survivre. L'image du chat et de la souris est bien présente, terrifiante même, on sait d'avance que ça va mal se finir...

Ce qui m'a étonnée, c'est que j'avais toujours entendu dire que les gens ne connaissaient pas l'existance des camps de concentration, mais là, on sent clairement la peur des personnages d'y être emmené. Je dois confondre avec les camps d'exterminations...

 

Maus est vraiment une BD qui nous prend aux tripes : le plus terrifiant dans toute cette histoire, c'est qu'elle est réelle. On ne se sent pas vraiment mal en la lisant, mais elle est plus que bouleversante. C'est plutôt maintenant, en essayant de vous en parler, que je me sens mal ;)

A lire !

 

 

Du même auteur :

Maus tome 2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencés

Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv52840196.jpgLe Messie a-t-il été reconnu des siens avant de comprendre lui-même son destin ? Autour de Yechoua - mauvais charpentier mais homme au verbe sage - l'étau se resserre. Son cousin, Yohanân le prophète, le reconnaît comme l'élu de Dieu. Impossible dès lors de fuir la rumeur publique, un cercle de disciples se forme aussitôt et Yechoua, assailli par le vertige, se réfugie dans le désert. Plongeant brusquement en lui-même, il trouve Dieu, puis se met à douter, effrayé par la prétention de son sentiment. Sans signe, sans indice et guidé par sa seule intuition, il décide de "faire le pari", retourne auprès de ceux qui l'ont désigné et accepte - sans jamais le revendiquer - son statut, soupçonnant même ses disciples d'être à l'origine des prétendus miracles qui jalonnent son chemin. Arrêté puis crucifié, il deviendra le pire cauchemar de Pilate, "l'affaire Yechoua", ce cadavre disparu, cette résurrection dont on parle dans les ruelles de Jérusalem. Éric-Emmanuel Schmitt ajoute à l'intelligence de son propos une écriture élégante et limpide, signant ici un roman lumineux.

 

 

Autant vous prévenir tout de suite, j'ai une culture religieuse des plus limitées et ce n'est malheureusement pas les cours d'histoire au collège qui m'ont en appris plus... Cela dit, c'est quelque chose qui m'intrigue tout autant que ça m'inquiète.

Alors L'évangile selon Pilate n'était pas gagné d'avance, je redoutais assez cette lecture, mais je dois dire que c'est plus que bien passé : j'ai vraiment appris des tas de choses au cours de cette lecture. Ce n'est pas en cours d'histoire ou de latin qu'on apprend vraiment la montée d'une religion et son développement : L'évangile selon Pilate nous montre vraiment cela.

 

J'ai vraiment beaucoup apprécié le prologue du livre : Confession d'un condamné à mort le soir de son arrestation. On voit l'histoire du côté de Yeshoua, du christ, c'est vraiment quelque chose à lire ! C'est bien la première fois que je lisais quelque chose dans ce style là ! Je ne partage toujours pas toutes ces idées, mais je me suis ouverte à une autre façon de penser... et clairement, ça n'a pas pu me faire de mal !

L'évangile selon Pilate relate "l'après Yeshoua" : l'engouement des partisans du mort pour des rumeurs d'apparition. Pilate en romain 'typique" ne comprend pas tout ça et cherche à arrêter ces évènements : c'est très différent du premier texte mais tout aussi intéressant. Sans compter que la fin est des plus inattendue !

Les deux récits sont vraiment très complémentaires.

 

Je ne me suis pas attachée à l'un des personnages, mais j'ai pris énormément de plaisir à lire Eric-Emmanuel Schmitt : il sait vraiment choisir les bons mots pour nous parler de sujets délicats.

Si ce n'a pas déjà été le cas, je vous invite à découvrir L'évangile selon Pilate !

 

 

Du même auteur :

L'enfant de Noé Oscar et la dame rose

Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv24367631.jpgScandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez la fugitive. Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

 

 

 

 

 

 

Plus le temps passe depuis la dernière ligne lue et plus j'apprécie ce livre. Quand je la lisais, j'aime bien, sans plus. Mais maintenant qu'elle est terminée je n'y fais que d'y penser : ce texte est vraiment magnifique ! Et c'est le temps qui me permet de le comprendre...

 

Je dois dire que la place de la femme, cette "petite chose fragile" me dérange, mais une fois remit dans son contexte ça passe tout seul. Au final, je suis juste bien contente de ne pas avoir vénue à cette époque ! Dans vingt-quatre heure dans la vie d'une femme, la femme est vraiment opposée à l'homme, c'est dommage mais c'est comme ça ! Je ne peux définitivement pas demander à un homme du début du siècle de penser comme moi !

En tout cas, je suis une fois de plus séduite par l'écriture de Stefan Zwieg, il écrit avec beaucoup de simplicité et c'est très agréable. Certains lui reproche, mais je trouve que c'est plus avec la simplicité qu'on voit le talent d'un auteur : les fioritures, parfois, ça fait cache-misère... J'ai un livre de lui au fond de ma PAL, j'ai comme l'impression que je vais bientôt le lire !

 

Je ne me suis pas particulièrement attachée au narrateur : sa façon de penser, même si -encore une fois - est due à l'époque, m'a totalement refroidie.

Par contre Mrs C. m'a énormément plu. Cette vieille dame anglaise à définitivement beaucoup de classe ! J'aime sa façon de regretter le passé sans le regretter vraiment : elle ne l'avouera pas, mais je suis certaine qu'elle a adoré ces vingt-quatre heure. Je ne fais pas partie des gens qui croit au coup de foudre (sérieusement, le physique ne fait pas tout...) mais là, elle m'a donné envie d'y croire. On voit que ça lui coute de parler de tout ça, mais que ça lui fait du bien. Elle est entière et ça me plait !

 

Vingt-quatre heure dans la vie d'une femme est vraiment un livre très court mais magnifique.

Je vous souhaite vraiment de le découvrir !

 

 

Du même auteur :
La confusion des sentiments Le joueur d'échec Lettre d'une inconnue
Le voyage dans le passé
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 06:15

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv66177978.jpgIl s'agissait d'un loup assez jeune, au torse puissant et aux crocs impressionnants. Assis sur ses pattes arrière, il les observait avec curiosité, sans une once de crainte. Camille marcha dans sa direction. Il ne lui prêta pas une attention particulière, mais, quand elle ne fut plus qu'à deux mètres de lui, il montra les dents et se mit à grogner. Elle s'immobilisa. Recule, lui ordonna Edwin à mi-voix. Sans tenir compte de ses paroles, Camille s'accroupit lentement, regardant le loup dans les yeux.

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai enfin réussit à apprécier Ewlian à sa juste valeur et grâce à ce tome ! Ça fait plaisir d'apprécier tout autant que les autres lecteurs ce personnage :)

Ce tome offre beaucoup de référence à des thèmes connus : c'est très agréable de sortir des sentiers battus auparavant tracé par Bottero...

 

J'aime beaucoup le fait que ce que je repprochais énormément à Ewilan soit quasiment éffacé dans ce tome-ci : tout est toujours aussi facile pour elle, pourtant il me semble qu'elle est plus humble et plus comprehensive des gens qui n'ont pas autant de facilité qu'elle...

J'ai beaucoup apprécié faire plus ample connaissance avec Mathieu qui se révèle tout aussi talentueux qu'elle. Ils sont très différents l'un de l'autre, pourtant ils s'accordent à merveille : on ne peut pas douter qu'ils soient frères et soeurs. Je trouve leur relation naissante très belle.

Ellana reste fidèle à elle-même et c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé ma chouchoute !

 

Dans l'île du destin , j'ai adoré retourner sur Terre à la recherche de Mathieu, mais également régler les compte avec les Calfin : je trouve ça très positif de mettre définitivement les points sur les "i". Cette explication, comme celle avec Mme Boulanger est des plus enrichissante.

La balade à Avalon fut très agréable tandis que la rencontre avec les pirates très palpitante : j'ai beaucoup apprécié la diversité des rencontres. C'est ce que j'attendais depuis le début dans La quête d'Ewilan. Je crois que je trouvais les deux premiers tome trop "classique" sans m'en rendre compte, mais L'île du destin est tout à fait ce que j'attendais !

 

C'est avec beaucoup de plaisir que je prendrais le temps de lire la suite des aventures de Camille...

La quête d'Ewilan est une très jolie trilogie que je vous recommande chaudement !

 

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

La quête d'Ewilan tome 1 : D'un monde à l'autre tome 2 : Les frontières de glace

L'Autre tome 1 : Le souffle de la Hyène tome 2 : Le maître des tempêtes tome 3 : La huitième porte

Le Pacte des Marchombres tome 1 : Ellana 

Les Mondes d'Ewilan tome 1 : La forêt des captifs tome 2 : L'oeil d'Otolep tome 3 : Les tentacules du mal

Les âmes croisées Tour B2 mon amour

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs