Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 05:38

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv44929347.jpg

Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d'oeuvre de la littérature d'anticipation, a fait d'Aldous Huxley l'un des témoins les plus lucides de notre temps.
Aujourd'hui, devait écrire l'auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miettes... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.

 

 

 

Ce livre est réellement visionnaire, du genre à effrayer gentiment. Quand on le referme, on se pose plein de questions en "Et, si... ?". C'est un livre troublant, presque magique, un peu inquiétant. C'est totalement le genre de livre qu'on aime ou non, en tout cas, il ne laisse pas de glace !

Le meilleur des mondes est totalement le genre de livre de science-fiction abordable par globalement n'importe qui, terriblement réaliste et c'est sans doute pour ça qu'il marque autant ses lecteurs ! C'est typiquement le genre de livre que j'aimerais découvrir plus souvent !

 

Les personnages ne sont plus vraiment humains, bien qu'ils appartiennent à la même "race" que nous. C'est assez troublant de voir des gens qui nous ressemble mais qui ont une mentalité totalement différente de la notre et se jugent "normaux".

Ils sont contrôlés, surveillés, on leur implante ce qu'ils doivent penser dans leur tête : ils ont atteint la perfection, et quelle perfection ! Personnellement, je suis bien contente de ne pas être parfaite après avoir lu Le meilleur des Mondes !

 

L'histoire bien que négative à eu un impact positif sur moi. On se rend bien compte des dangers de la manipulation et du clonage, et qu'à souvent vouloir trop bien faire, et bien, on se rate ! Ce n'est pas vraiment le thème du livre mais c'est ce que j'en découle.

C'est un livre qui nous pousse à avoir un oeil critique sur notre monde actuel, et ça, ça ne peut pas nous faire de mal !

Lisez Le meilleur des Mondes et vous verrez ;)

Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 04:16

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv42002010.jpgLorsque John Wheelwright évoque avec nostalgie le puzzle invraisemblable de sa jeunesse, un personnage en émerge : Owen, son ami dont la frêle enveloppe dissimulait une volonté de fer, une foi absolue ou la conviction profonde qu'il était l'instrument de Dieu. Cet ange du Bizarre ne s'était-il pas assigné la double tâche de réparer le tort causé à John et de sauver le monde ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'ai pas le souvenir de mettre autant ennuyée à la lecture d'un livre. Je dois dire que je ne suis même pas certaine que cet article répond au doux nom de chronique littéraire vu le nombre de pages que j'ai tournée en ne lisant que quelques lignes par-ci par-là.

Absolument tout , mais vraiment tout, dans ce bouquin m'a simplement gonflée. Je ne crois pas que ça m'était déjà arrivé !

Cela dit, pour la plupart des lecteurs ce livre est magnifique, au vu des notes sous livraddict (sur 18 votes il y a quand même dix 10/10), alors je ne vous déconseille pas ce livre, au contraire ! Je prendrais sans doute le temps de le relire dans quelques années...

 

Déjà ça commençait mal. Six cent pages sur du papier cigarette : faut dire que j'ai commencé le livre avec une sacrée appréhension ! Écrit en tout petit, sur du papier blanc immaculé, mes yeux ont morflés : à ne pas lire en plein soleil ! Sans compter qu'avec un peu d'entraînement, on arrive à lire ce qu'il y a d'écrit de l'autre côté de la page avant de l'avoir tournée...

Cela dit, j'aime beaucoup la couverture, simple et épuré... Enfin un point positif !

 

Ce qui m'a étonné, c'est que j'ai souvent entendu dire que John Irving se servait de son personnage principal pour écrire sur son passé, mais j'ai trouvé que John, ce personnage, n'était pas vraiment naturel, qu'il avait un truc de louche. "Truc" que je suis forcément incapable de dire ce que c'est... Autant dire que je repars également avec des apriori sur l'auteur.

Par contre, j'ai beaucoup aimé le personnage d'Owen : il n'est pas du tout ce dont il a l'air d'être, et ça, ça me plaît. Il a un côté surréaliste très agréable, c'est vraiment un personnage très étonnant...

J'aime bien aussi le personnage d'Hester.

 

Par contre, et là c'est vraiment un gros point négatif pour moi, l'écriture de John Irving m'a rappelée celle de Donna Tartt dans Le maître des illusions : ils nous en mettent plein la vue, il n'y a pas de doute à avoir dessus. Mais je trouve ça totalement impersonnel (surtout vu le thème !) et limite prétentieux... Pourquoi écrire compliqué quand on peut faire simple (et naturel) ?

Ça apporte peut-être quelque chose à l'histoire (mais quoi ?), mais moi ça me rebute complètement... Autant Balzac et Zola, c'est compliqué pour nous, mais à l'époque c'était simple, alors le naturel est là et c'est plaisant à lire. Mais là...

L'histoire en elle-même est très belle, très touchante, mais je n'aime pas la façon dont elle est racontée.

 

Je tiens à préciser que mon but premier n'est pas de descendre ce livre, au contraire. Je m'efforce à lui trouver des points positifs. C'est juste que Une prière pour Orwen rassemble tout ce que je ne supporte pas dans un livre. Rien que pour ça il mérite d'être lu !

Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 06:13

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv2510324.jpg

Il était une fois la ville de Paris. Il était une fois un café kabyle. Il était une fois un monsieur Pierre. Il était une fois un petit garçon nommé Bachir. Il était une fois une petite fille, une sorcière du placard aux balais, un géant aux chaussettes rouges, une paire de chaussures amoureuses, une poupée voyageuse, une fée du robinet... La rue Broca n'est assurément pas une rue comme les autres.

 

 

 

 

 

 

 

Ce livre n'est pas vraiment un livre comme les autres. Déjà parce que tout le monde (ou presque) - enfin surtout ceux de m'a génération - n'a pas pu y échapper ! Certains de ces contes nous auront plus marqués que d'autres, mais les sept présents dans cette édition sont sans aucun doute de très bons souvenirs d'enfance pour beaucoup d'entre nous.

 

Ce recueil comporte sept contes :
La sorcières de la rue Mouffetard où une sorcière vieille et laide veut manger une petite fille pour devenir jeune et jolie...
Le géant aux chaussettes rouges où un géant cherche à avoir une taille humaine pour pouvoir épouser une jeune fille...
La paire de chaussures où deux chaussures mariées vont être séparées et vivre des aventures palpitantes...
Scoubidou, la poupée qui sait tout où une poupée peut voir le passé et le futur...
Histoire de Lustucru ou la vraie histoire du père Lustucru et de la mère Michelle...
La fée du robinet ou comment la punition/récompense d'une fée peut se retourner...
 La sorcière de placard aux balais  où un jeune homme héberge une sorcière dans son placard...

 

Quand j'étais toute petite j'aimais particulièrement l'histoire de la sorcière du placard à balai et je crois qu'aujourd'hui encore ce conte reste mon préféré. J'ai aussi tout particulièrement La fée du robinet, mais un chouia moins !

 

En tout cas, ces contes sont merveilleusement bien raconté : ils s'adressent aussi bien aux enfants qu'aux adultes. C'est une lecture très agréable, très fraîche et sans aucune prise de tête !

La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca est vraiment un de ces livres parfaits, qu'on lit à tout âge et avec énormément de plaisir. Elle fait partie des lectures qu'on recommande, de celle avec lesquelles on a appris à lire et qu'après dix ans, on aime toujours relire...

Vous n'avez aucune bonne raison d'échapper à ce livre  de Pierre Gripari !

Repost0
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 05:43

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv48335723.jpgOscar a dix ans et il vit à l'hôpital. Même si personne n'ose le lui dire, il sait qu'il va mourir. La dame rose, qui le visite et " qui croit au ciel ", lui propose, pour qu'il se sente moins seul, d'écrire à Dieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Woaw !

Ce livre est un vrai condensé d'émotions : on lutte totalement contre les larmes. On veut faire bonne figure, les écrits sont positifs, mais moi, je n'ai vu que la finalité...

On sait que ça va mal se terminer, c'est clairement écrit, mais on ne sait pas tout à fait quand, ni comment...

 

J'ai toujours entendu dire que, face à la maladie, ce sont toujours les proches qui le vivent le plus mal. Et dans Oscar et la dame rose, c'est exactement ça.

Lui, il continue à vivre, avec l'aide de Mamie Rose, mais le temps semble s'être arrêté... Je ne sais pas trop comment l'expliquer, mais j'ai eu l'impression d'un flottement dans ce livre, comme quand on profite réellement d'un évènement et qu'on y repense après. Je crois que ce livre de Eric-Emmanuel Schmitt se résume à ça : à un moment de bonheur qu'on voudrait éternel.

J'espère que je ne suis pas trop en train de tout spoiler là... Mais pour ma défense, il est très difficile de parler de ce livre.

 

Oscar et Mamie rose sont vraiment deux personnages très attachant, qu'on aimerait tous connaitre...

J'aimerais bien être Dame rose, un jour, plus tard. Je crois que c'est important d'offrir de son temps à des personnes qui n'en ont plus beaucoup, d'être un élément extérieur à qui l'on peut parler sans être jugé. Bref, j'admire Mamie rose !

 

Bizarrement, j'ai été un peu déçue par la fin, mais j'ai bien l'impression que je suis la seule. C'est celle qui est sensée être la plus chargée en émotion, qui explique tout, la dernière qu'on lit et donc la meilleure et pour le coup, elle ne m'a pas du tout convaincue... Je l'ai trouvé limite surfaite. Je sais que beaucoup de lecteurs ne seront pas d'accord avec ce que je viens de dire, mais je l'aurais préféré plus simple, peut-être plus larmoyante (sans trop en faire bien sur)... Mais là, j'ai l'impression que les sentiments ne sont pas là...

Malgré tout c'est un livre que je vous recommande chaudement !

 

 

Du même auteur :

L'enfant de Noé

Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 07:48

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv33640296.jpg2002, dans un restaurant de Naples, Filippo Scalfaro accomplit sa vengeance : il poignarde au ventre un client puis, le couteau sur la gorge, il le force à l’accompagner dehors, le fait monter dans une voiture, prend la direction du cimetière. Parvenu là, il le traîne jusqu’à une tombe et lui en fait déchiffrer l’inscription. Puis il lui tranche les doigts des mains et le laisse là, saignant et gémissant.
1980, dans les rues encombrées de Naples, Matteo tire par la main son fils et se hâte vers l’école. A un carrefour, soudain éclate une fusillade. Matteo s’est jeté à terre, couchant contre lui son petit garçon. Quand il se relève, il est baigné du sang de l’enfant, atteint par une balle perdue. 2002, après un dernière visite à “tante Grace”, prostituée et travesti qui l’a vu grandir, celui qui a accompli sa vengeance peut enfin quitter Naples et, roulant vers le Sud, partir à la recherche des siens, disparus depuis l’époque du grand tremblement de terre.
1980 : le deuil a édifié peu à peu un mur de silence entre Matteo et sa femme Giuliana. Matteo ne travaille plus. Toutes les nuits, il roule dans son taxi à travers les rues de Naples, sans presque jamais prendre de client. Il sait bien ce que Giuliana attend de lui : qu’il retrouve et punisse le responsable. Mais il en est incapable. Un soir, les circonstances le conduisent dans un minuscule café-bar, où il fait notamment la connaissance d’un Professeur qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers et la possibilité d’y descendre…

 

 

Autant j'avais été totalement subjuguée par Le soleil des Scorta que j'ai eu du mal à entrer dans La porte des Enfers, j'avais toujours l'esprit qui se baladait ailleurs... C'est vraiment très agaçant --'

Surtout que le résumé me tentait vraiment ! Mais bon, tant pis, mais c'est tout de même une lecture très agréable, c'est juste que si je l'avais lu à un autre moment j'aurais probablement su l'apprécier vraiment.

 

On retourne dans le sud de l'Italie dans La porte des Enfers, et on s'y crois vraiment. C'est comme à la télé, on voit Naples et ses mystères. On flirte avec la Camorra, c'est assez inquiétant... Je suis entrée dans un monde que je ne vois que de loin, que je ne connais quasiment que de nom. C'est étrange et passionnant...

C'est un livre plutôt sombre : ce n'est pas un livre qui fait peur, mais il se passe quand même des évènements peu enviables. Ça commence fort et ça fini encore plus fort. J'adore !

 

Les personnages sont assez attachants, même si je ne me suis pas identifiée à eux : ils ne ressemblent vraiment à personne ce qui les rends d'autant plus crédibles. On sait qu'ils pourraient exister, on n'en doute pas et ça donne cette saveur particulière au texte.

J'ai particulièrement été touchée par le personnage de Guiliana : on ressent vraiment sa douleur, elle est à fleur de peau, c'est vraiment impréssionnant. D'un autre côté, quand on sait ce qu'elle a vécue, ce n'est pas étonnant, on arrive même à se demander comment les autres mères arrivent à remonter la pente après avoir perdu leur enfant... Ça pourrait parraitre exessif, mais moi ça me parrait plus que crédible !

 

La porte des enfers est un livre que je vous conseille ! Il vaut vraiment la peine d'être lu.

 

 

Du même auteur :

Le soleil des Scorta

Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 07:40

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv57577553.jpg" Qu'est-ce qu'il y a de plus important dans la vie ? Tous les hommes ont évidemment besoin de nourriture. Et aussi d'amour et de tendresse. Mais il y a autre chose dont nous avons tous besoin : c'est de savoir qui nous sommes et pourquoi nous vivons. "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Waow, je m'attendais bien à tout sauf à ça ! Bon, si j'avais lu la quatrième de couverture, comme tout le monde, j'aurais vu qu'il parlait de philosophie... Mais je crois que ce n'est qu'une plus belle surprise comme ça !

Je ne crois pas que c'est un livre qu'on achète sans aimer la philosophie, sinon je crois qu'on est forcément dégouté par cette lecture, parce que ça ne parle que de philo', mais vraiment que de philo'... Ça m'étonne d'ailleurs de n'en avoir jamais entendu parler : après l'avoir lu, je me dis que c'est un livre parfait pour les révisions du bac (tout est déjà vu en cours !) et que c'est assez étonnant que mon prof de philosophie de terminale ne nous en a pas parlé : il m'aurait bien servi l'année dernière !

 

Ce qui est étonnant dans Le monde de Sophie, c'est que j'ai apprécié le livre, mais que je n'ai pas tout compris à l'histoire. On suit Sophie pendant la première moitié du livre, on est titillé autant qu'elle par le personnage d'Hilde... Et quand on en apprend enfin plus sur cette deuxième demoiselle, le texte prend un virage totalement différent : on ne sait plus où se trouve la vérité, où est la réalité, ou est l'imagination...

Ça me m'a pas vraiment destabilisé, plus étonnée... Mais au final, je trouve ça bien, pour un texte sur la philosophie, ça tombe plutôt bien : où s'arrête l'imagination ?

Jostein Gaader exploite à fond le thème de la philosophie, et j'adore ça !

 

Sophie est vraiment une fille de 15 ans très attachante : elle n'est pas vraiment comme les autres, n'a pas vraiment les mêmes intérêts que les autres... Elle ne s'inquiète pas quand un inconnu se met à lui envoyer des cours de philosophie ! Moi, j'aurais eu vraiment peur... D'un autre côté c'est un personnage de fiction, faut bien qu'elle soit un peu confiante !

Jaruun sa meilleure amie, elle, est vraiment comme n'importe qu'elle fille de cet âge là : elle essaye de freiner Sophie, elle s'inquiète quand ça devient vraiment glauque... Je crois qu'elle est le personnage le plus réaliste de l'histoire (en tout cas, c'est mon préféré, même si on ne la croise pas souvent...).

Et puis, il y a le philosophe, celui qui envoit des messages à Sophie : c'est un personnage difficile à cerner, je ne sais vraiment pas que penser de lui, sans compter les histoires qui le poursuivent où arrivent avec lui !

 

Le monde de Sophie est un livre que j'ai beaucoup apprécié...

Beaucoup de curieux sauront l'apprécier !

Repost0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 07:11

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv7253095.jpg

"Si tu allumes un cierge pour Dieu, allumes-en deux pour le diable"

Proverbe Bulgare

De nous jours, plus personne ne croit aux anges, même s'il y a des gens qui croient aux démons.
Pourtant les anges existent vraiment. Ils ont toujours existé.
Comment je le sais ?
Parce que mon père en était un.
Avant d'être assassiné.
Je n'ai désormais plus qu'une idée en tête : trouver le démon qui a fait ça et le tuer de mes propres mains.

 

 

 

 

Je dois dire que ce livre est une sacrée découverte. C'est totalement le genre de lecture qui nous fait nous promettre de lire les autres livres de l'auteur...

 

L'histoire est follement originale, bien qu'au début elle m'a fait pensé à Hush, hush de Becca FitzPatrick,  mais le style est totalement différent. Deux cierges pour le diable est beaucoup plus adulte, plus travaillé... c'est un peu comme comparer l'écriture de Twilight  de Stephenie Meyer à celle de Dracula de Bram Stocker.

Laura Gallago Garcia s'adresse à tous le monde, enfants comme adultes, mais avec des mots qui nous font comprendre que ce n'est pas de la rigolade, que nous sommes dans la cours des grands !

Cependant l'écriture reste très fraîche et drôle. On ne rit pas du début à l'autre du livre, mais on sourit beaucoup. Sans compter que l'auteur à une écriture plutôt poétique en fait...

 

Les personnages sont vraiment très attachants, qu'ils soient humains, démons ou anges... On ne sait pas vraiment à quoi s'attendre, ni a qui faire confiance... Tout est imprécis, inquiétant (gentiment inquiétant, ce n'est pas non plus un Stephen King), on se retrouve dans des situations qu'on ne connait pas, auxquelles on ne sait pas faire face... C'est bizarre, mais très agréable en soi.

 

Deux cierges pour le diable est une histoire qui n'a pas de temps, pas de pauses... c'est bien, mais essouflant ! C'est totalement le genre de livre qu'il est difficile de lâcher tant qu'on ne l'a pas terminer, et malheureusement, il n'est pas vraiment fin (quasiment 450 pages)...

La fin est totalement inatendue, grandiose et mitigée. C'est le genre de livre qu'une fois terminé, on se dit "et si c'était vrai ?". On a envie d'y croire et c'est ce qui rend Deux cierges pour le diable aussi passionant.

Je ne peux que vous conseillez cette lecture !

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 06:56

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv6768631.jpg

Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis... Et puis vient l'accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d'abord, elle entend tout ce qu'on dit autour de son lit d'hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C'est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Si je reste est totalement le genre de livre qu'on aimerait lire plus souvent : réaliste, simple, émouvant... Il évoque des questions que l'on se pose sur la mort, tout doucement, en finesse. Comme Mia, le lecteur devient une âme qui vogue vers son entourage, entends chacun, voit ce qui se passe mais reste totalement impuissant.

 

Le livre commence très fort, sur ce terrible accident. Les détails sont sanglants, dégoûtants mais raconté d'un façon très dettachée par Mia en état de choc. C'est ce qui le rend d'autant plus crédible. Les actions s'enchaînent, se troublent, on perd un peu le fil des évènements : on s'y croit réellement, on se retrouve au milieu de ce tulmute.

Si Si je reste est un livre aussi percutant, c'est surtout parce qu'il est terriblement crédible. Rien que par cette première scène, on se rend compte de la gravité de la situation de Mia, de son monde qui s'écroule. On reconnait ce qu'on voit à la télé', de ce qu'on souhaite qu'il ne nous arrive jamais. Il y a de la tension, de l'émotion, de l'épuisement. Tout est crédible, attrocement crédible.

 

A travers de nombreux retours en arrière, on fait la connaissance de Mia, de sa famille, de ses amis. A travers ces différentes scènes de vie, limite banale, sans chichis, on apprend à mieux la connaitre. Mia est une adolescente comme les autres, avec une passion propre (le violoncelle), une meilleure amie (KIm) qui lui ressemble beaucoup et un petit ami (Adam) avec qui c'est le grand amour...

Si je reste est l'histoire un destin, peut-être fini, mais en tout cas bouleversé à tout jamais.

Je ne peux que vous recommandez la lecture de ce livre de Gayle Forman.

 

 

Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 06:55

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv7316958.jpg

Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d'autres choses encore. Avant de voir leur destin converger inexorablement et de découvrir leur propre vérité.

 

 

 

 

 

Kafka sur le rivage est vraiment une très belle surprise, quand je l'ai ouvert, je m'attendais bien à tout sauf à ça ! Je suis loin d'être une spécialiste de la littérature japonaise et je pensais avoir affaire à un livre très zen, presque philosophique comme les livres contemporain écrit par des occidentaux qui placent leur action au Japon.

Bien sur, il y a un peu de ça, mais ce n'est pas vraiment un livre très reposant : il est un peu bizarre (mais en bien) et parle de phénomènes étranges...

 

On suit les aventures de deux personnages très différents et hauts en couleur, particulier de ceux qu'on ne doute pas qu'ils existent mais qu'on ne croisera probablement jamais dans notre vie.

Kafka est pousuivit par un destin des plus tragique mais néanmois célèbre : il semblerait qu'il soit poursuit par la même malédiction qu'Oedipe. C'est assez dingue de se dire que ce jeune homme de 15 ans, qui fuit son chez-lui, soit aussi cultivé ! J'ai beaucoup appris de choses en le suivant, je repars avec toute une liste d'auteur Japonais à lire !

Nakata est, je crois, le personnage le plus complexe du livre : il a le don de parler aux chats. Il semble simple d'esprit, mais au fil des pages (et de quelques retours en arrière) on se rencontre que ce n'est pas ça. Il est tellement proche de la folie par moment, presque totalement sénile, qu'on ne doute plus de sa crédibilité : il vit apparement dans un monde qui n'est plus le notre...

 

J'ai beaucoup apprécié les retours en arrière sous forme de témoignages qui nous ont rammené à l'époque de la guerre, où se sont produits des phénomènes très étranges...

C'est un livre parfois poétique, pas dans les actions, mais dans les mots, parfois philosophique (je crois que je ne suis pas prête d'oublier certaines phrases...). J'ai l'impression que tous les lecteurs du livre ne voient pas la même chose dans ce livre...

Haruki Murakami écrit vraiment très bien, il serait dommage de ne pas le découvrir...

Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 07:11

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv16430665.jpg

L'Apocalypse aura lieu samedi prochain, après le thé ! Ainsi en ont décidé, d'un commun accord, les forces du Bien et du Mal. L'Antéchrist va fêter ses onze ans. Son éducation a été supervisée par un ange, Aziraphale, et un démon, Rampa, résidents sur Terre depuis l'époque de la première pomme. Mais voilà, suite à un coup du sort,

l'enfant a été échangé à la maternité. Le vrai Antéchrist se nomme Adam et vit dans la banlieue londonienne. Et ça, ça change tout ! Une course contre la montre commence alors pour l'ange et le démon qui, finalement, se disent que la race humaine ne mérite pas son sort...

 

 

 

 

 

Mouais, bah, pour le coup, je ne suis pas convaincue du tout. L'histoire de De bons présages en elle-même est sympa, pleine d'humour. Mais je n'aime pas la façon dont elle est racontée ni son cadre.

 

Déjà, rien que la forme du texte ne me convient pas, quatre-cinq chapîches pour quasiment 500 pages. Bon, en soit c'était une bonne idée : chaque chaître représente une journée avanr l'apocalypse, mais bon...

Et tout ces chapîtres sont divisés en petits paragraphes d'une vingtaine de lignes, qui racontent les aventures des différents personnages... On saute continuellement d'un personnage à l'autre, c'est assez dérangeant et même lassant. Ca casse sans cesse l'histoire, c'est vraiment fatiguant.

 

En parlant des personnages, ils sont beaucoup trop nombreux. Et pas vraiment approfondis à tel point qu'en les retrouvant, on ne se souvient pas vraiment de qui ils sont.

Cependant, on y fait de belles découvertes, surtout avec Adam, 11 ans, qui critique à merveille notre société : on a beaucoup à apprendre de lui de ce côté là !

 

Cependant De bons présages est pleins d'humour, parfois bizarre, parfois dérangeant, pas toujours très fin.... Mais ça inscrit mieux l'histoire dans nos têtes ! ça fait passer les critiques en douceur et elles y reste !

Beaucoup de personne sont fan de De bons présages, ce n'est pas mon cas, mais je pense qu'il vaut le coup d'être lu !

 

 

De Gaiman :

  American gods  Coraline L'étrange vie de Nobody Owens Neverwhere

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs