Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

 

Ma vie (pas si) parfaite
Sophie KINSELLA

France Loisirs (Piment) - 2018
508 pages

 

 

 

 

 

 

 

La vie à Londres, du fond de son Somerset natal, Katie en a tellement rêvé et, aujourd'hui, ça y est ! À elle les soirées branchées, les restos fashion, le job de rêve dans une grande agence de pub… Certes, elle vit en coloc à eux heures du centre. Certes, son budget est si serré qu'elle se nourrit essentiellement de nouilles instantanées. Certes, sa boss est un cauchemar. Mais plutôt mourir que de renoncer à cette vie géniale, surtout si elle peut instagramer son mocaccino hors de prix. Mais ce que Katie ignorait, c'est qu'à la capitale, tout va plus vite. Y compris se faire virer. retour à la case départ : la campagne. pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d'elle ? Katie va faire de la ferme familiale l'endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu'il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et, avec eux, de vieilles connaissances…

 

 

La session jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs aura également été l'occasion de sortir ce livre de ma PAL qui y dormait depuis près de deux ans. Bon, on est d'accord pour dire que la dominante jaune reste discutable… mais le prétexte était là pour passer un bon moment avec l'univers de Sophie KINSELLA.

 

Je me suis réellement plongée avec délice dans les aventures de "Cat" (c'est beaucoup plus "on flick" que Katie) dans la capitale anglaise. On sent tout de suite qu'elle est assez désabusée par son mode de vie qui est à des années lumières de la vie qu'elle s'était imaginée et qu'elle essaye de s'inventer sur les réseaux sociaux. Clairement, ce n'est pas ce à quoi elle s'attendait et elle accuse le coup entre solitude et coups bas au travail. Certaines des scènes que l'on y découvre sont improbables mais potentiellement crédibles : elles ont un petit côté Le Diable s'habille en Prada dont la véridicité est aussi troublante que malaisante.

J'ai beaucoup aimé voir Katie prendre sa vie en main de retour chez ses parents. Le projet est beau et elle se débrouille à merveille. C'est chouette de voir des ailes lui pousser et de la regarder déplacer des montagnes : on a aucun doute sur le fait qu'elle a trouvé sa voie et qu'elle est douée dans son métier. Du coup, c'est top de la voir en prendre conscience et retrouver sa confiance en elle. C'est juste que Demeter - son ex patronne - ne lui a clairement pas laissé sa chance. On sent qu'elle est a sa place, bien entourée et que c'est ce qui lui manquait à Londres : ses racines et un peu d'authenticité.

J'ai également apprécié voir Demeter débarquer dans sa nouvelle vie et voir leurs affrontements (gentiment) dégénérer. Finalement, c'est dans l'adversité qu'elles arrivent enfin à se comprendre et à travailler en équipe. J'ai trouvé intéressant la manière dont est construite leur relation et le ton plutôt crédible malgré quelques scènes détonantes.

Ce qui m'a le plus plu, c'est que la romance ne tienne pas la première place dans ce roman. Même si on en devine les prémices dans les tous premiers chapitres, ce n'est pas le cœur de l'histoire. J'ai aimé le fait que celle-ci tourne vraiment autour de la construction de Katie et de son projet professionnel ainsi que de cette jolie aventure familiale. Le coup de cœur de Katie et les premiers émois qui se dessinent ne sont qu'un joli bonus pour nous faire rêver que plus encore. C'est également pour cette raison que la conclusion m'a beaucoup plu en nous rappelant les choses essentielles de la vie et, donc, du bonheur.

 

J'ai trouvé Katie très touchante. Elle m'a rappelé certaines copines très inquiètes de l'image qu'elles peuvent donner d'elles, notamment sur les réseaux, en oubliant à quel point elles sont exceptionnelles de base. J'imagine que c'est difficile de reconnaître auprès de ses proches que l'on s'est trompé et que l'on est pas heureux dans la vie que l'on s'est choisi et, clairement, cette pudeur rend Katie très touchante à mes yeux. On a vraiment envie de la protéger et de lui dire que ce n'est pas grave, que ça va aller et que ses mensonges ne vont pas l'aider. C'est assez paradoxal du fait qu'elle n'hésite pas à sortir les dents pour se venger et qu'alors - même si elle perd en sympathie - elle devient plutôt amusante.

J'ai beaucoup aimé le lien de Katie avec ses parents et notamment avec sa belle-mère. Celle-ci m'a beaucoup touchée par l'oreille attentive dont elle fait preuve et les bons conseils qu'elle prodigue l'air de rien.

Demeter m'a également beaucoup plu même s'il est vrai qu'elle n'a pas franchement le bon rôle dans cette histoire. Cependant, plus les pages se tournent et plus l'on apprend à la connaître, on se rend compte qu'elle est loin d'être celle que l'on imagine et que, clairement, elle n'est pas à envier. Ce n'est pas parce qu'on a un job important, une famille idéale et un physique de mannequin que l'on est heureux et on le comprend parfaitement à ses côtés. J'ai donc beaucoup apprécié apprendre à la connaître et à la voir se rapprocher de Katie.

 

Comme toujours, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle histoire écrite par Sophie KINSELLA. J'aime beaucoup l'écriture pleine d'humour et tout en fluidité de l'auteure qui nous fait passer un bon moment même si la crédibilité n'est pas toujours au rendez-vous. À travers son texte, l'on sent réellement toute l'affection qu'elle a envers ses personnages et ses valeurs qu'elle nous partage l'air de rien…

Une jolie découverte, tout en humour.

 

 

[les +] Amusant, terre à terre, de jolies valeurs.

[les -] Un peu trop incroyable par moment pour être vrai… quoi que ?!

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.8 : Jaune

 

 

Du même auteur :

 Les petits secrets d'Emma  Nuit de noces à Ikonos  Samantha, bonne à rien faire 

 L'accro du shopping  tome 1 : Confession d'une accro du shopping  tome 2 : L'accro du shopping à Manhattan  tome 3 : L'accro du shopping dit oui  tome 6 : Mini-Accro du shopping

Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

Où tu iras j'irai
Jojo MOYES

France Loisirs - 2020
727 pages

 

 

 

 

 

 

Avec le recul qui vient de l'expérience, il aurait pu se dire que la passion qui l'animait était caractéristique d'un premier amour et que ses sentiments finiraient par s'atténuer avec le temps. Mais tout ce qu'il savait  l'époque, c'est qu'à partir du moment où ses yeux s'étaient posés sur elle, il avait été incapable de penser à autre chose.

Passionnée par les chevaux, Sarah espère intégrer la prestigieuse école d'équitation du Cadre Noir. Elle s'entraîne sans relâche avec l'étalon que son grand-père lui a offert. Lorsque le vieil homme tombe malade, Sarah doit jongler entre la famille d'accueil, le collège, l'équitation et les visites à l'hôpital. 

Natasha, brillante avocate, a connu des jours meilleurs : son mariage s'est soldé par un désastre, son nouveau compagnon ne se montre pas à la hauteur et elle est contrainte de vivre sous le même toit que son ex-mari le temps de revendre leur maison. Pourtant, quand elle croise le chemin de Sarah, elle décide de la prendre sous son aile. Mais l'adolescente cache un secret qui risque de bouleverser plus d'une vie.

 

 

Ce livre, je n'avais clairement pas prévu de le lire. Pour tout dire, je ne savais même pas qu'il existait. À la fin de la session jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs, lors d'un week-end chez mes parents, ma maman me l'a mis entre les mains : "Tiens, lis-le, il est jaune et il est bien." Malgré le fait que je lis de moins en moins souvent des livres papier (avec la liseuse on peut lire dans le noir !) et que j'ai toujours une appréhension avec les pavés (727 pages quand même !), j'ai suivi les conseils de maman… et j'ai passé un excellent moment. La preuve ? Plusieurs mois après ma lecture, je me souviens parfaitement du bouquin.

Je dois dire que le côté chevaux, équitation, Cadre Noir et compagnie m'a fait un peu peur : je ne suis clairement pas une fille à animaux, j'en ai eu longtemps peur et ai donc un peu de mal à comprendre le lien inconditionnel qui unit les maîtres à leurs animaux. J'étais donc inquiète que l'histoire parle trop de tout ça et m'oublie en coin de page… Mais pas du tout ! Même si ce sujet ne m'intéressait pas plus que ça, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l'univers de Sarah et de son grand-père et à suivre ses aventures.

Ce que j'ai vraiment aimé dans ce bouquin, c'est cette rencontre improbable entre Natasha et Sarah : elles viennent de deux mondes radicalement différents mais elles s'accordent à merveille et vont changer positivement la vie l'une et l'autre. J'ai aimé cette relation pas évidente entre elles, viscérale pour Natasha et comme une bouée de secours pour Sarah. Clairement, c'est un beau coup du destin.

J'ai trouvé les différents rebondissements de l'histoire très crédibles. On dit toujours que les problèmes n'arrivent pas seuls et c'est clairement le cas dans ce bouquin : c'est une vraie série noire qui s'abat sur Sarah et Natasha. J'en ai aimé leur diversité (argent, amour, travail…) qui font échos au quotidien de certains : ce sont des choses qui pourraient nous arriver (peut-être pas en allant si loin) ou à nos proches.

J'ai également beaucoup aimé voir Sarah se battre pour réaliser son rêve. Clairement, elle n'a pas les deux pieds dans le même sabot (ha, ha !) et fait preuve d'une belle détermination. Tout comme Natasha que j'ai aimé se voir ouvrir et aimer de nouveau. La conclusion est belle, sans toutefois être idéalisée : c'est ce qu'on voulait lire, en mieux. 

 

J'ai trouvé Sarah très attachante. Elle m'a notamment beaucoup touchée dans sa relation fusionnelle avec  Henri, son grand-père : j'aime ces liens intergénérationnels dans lesquels je me reconnais. Sa détresse face à l'hospitalisation de son grand-père m'a beaucoup émue et m'a rappelée des souvenirs bien enfouis. Bizarrement, j'ai également aimé son lien avec son cheval : je crois que quand l'on est en train de perdre quelqu'un dont on était vraiment proche, tout ce qui a pu avoir un lien avec lui devient extrêmement précieux : je ne doute pas que Boo l'était déjà à ses yeux mais, clairement, il ne l'est que plus encore. Sarah a un côté adolescente à problèmes mais la fragilité qu'elle dégage nous donne envie de la protéger : pas facile de tout lui pardonner mais toutes ces erreurs vont l'aider à grandir et à trouver sa place.

Natasha m'a également beaucoup plu. Nous sommes très différente l'une de l'autre mais je me suis reconnue en elle et dans son envie de prendre soin de Sarah. On sent qu'elle n'est pas très heureuse quand on la rencontre, qu'elle n'a pas forcément fait les bons choix et qu'elle n'est pas très bien accompagnée… Alors, la voir changer de regard en s'occupant de Sarah est vraiment très plaisant à voir.

J'ai également apprécié ma rencontre avec Mac qui n'a pas vraiment le bon rôle au départ mais dont on sent très rapidement qu'il est un roch sur lequel l'on peut s'appuyer. J'ai aimé ses conseils avisé et sa présence silencieuse. Il apparait un peu envahissant au début mais nul doute qu'il est toujours là quand on a besoin de lui et que sa patience sera récompensée.

 

Je connais assez mal l'univers de Jojo MOYES n'ayant lu que très peu de ses livres. D'elle, je garderai toujours l'image des mètres de livres alignés et mis en avant dans les librairies allemandes, sans compter que c'est l'une des rares auteures à avoir réussi à faire couler une petite larme à la petite soeur ! ;)

Toujours est-il que j'ai apprécié la crédibilité de son histoire et la justesse des mots choisis : malgré le pavé, son livre se lit très rapidement et nous donne l'impression de plonger à pieds joints dans cette histoire qui n'est pourtant pas la nôtre, mais qui pourrait très bien l'être ! Son écriture est fluide et laisse une belle part aux sentiments des personnages. Tout coincide, les ficelles sont tirées avec discrétions et précisions pour nous offrir une jolie histoire prenante et émouvante.

Une belle découverte.

 

 

[les +] Crédible, émouvant, prenant, des liens intergénérationnels touchants.

[les -] 

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge gourmand #13 : Fromage
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.8 : Jaune

 

 

Du même auteur :

 Sous le même toit

Repost0
18 novembre 2020 3 18 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

Je les ai connus tous les deux
Anne LANIECE

L'ivre-book - 2017
ebook - epub - 24 pages

 

 

 

 

 

 

 

Un récit habité par un objet symbolique circulant de génération en génération. Cet objet nous guide dans une aventure universelle étayée sur des faits, éclairée par des rêves.

Un voyage dans l'histoire et sur la mappemonde.

 

Aujourd'hui, c'est de nouveau un livre du calendrier de l'avent 2017 des éditions L'ivre-book que je vous présente. J'aimais beaucoup cette initiative de la maison d'éditions - aujourd'hui disparue - qui nous permettait de découvrir ses auteurs et leur univers lors de cette période de fête, toujours un peu spéciale. Je n'avais pas pris le temps de découvrir cette nouvelle jusqu'à présent et, clairement, sans le Challenge Bookineurs en Couleurs et sa session marron & beige, il serait resté dans ma PAL encore un bon moment.

 

Honnêtement, je n'ai pas particulièrement été séduite par cette histoire. En soit, je trouve assez rare de tomber vraiment sur une bonne nouvelle… Dans ce cas précis, si l'idée est bonne et séduisante, elle n'a pas été exploitée d'une manière qui me convient.

J'aime cette idée d'un objet qui traverse le temps, magique ou non, je trouve ça incroyable. Là, c'est d'autant plus le cas que c'est aux côtés d'illustres personnages… Ces petites tranches de vie volées à leur côté ont quelques choses d'impalpable et de très excitant.

Par contre, je n'ai pas aimé ces aller-retours dans le temps. Ce n'est pas quelques choses qui me dérange habituellement, mais là… combiné à la narration, ça ne m'a pas plu. Je pense que choisir une traversée du temps linéaire aurait été bien plus agréable, que ce soit du plus vieux au plus récent comme l'inverse.

 

En fait, c'est vraiment la narration à laquelle je n'ai pas accroché. Il y a beaucoup de flou et de non-dits dans cette histoire et je n'aime pas ça. C'est le genre de chose qui est assez quitte ou double : dans la plupart des bouquins, c'est plutôt chouette de deviner ce qui va se passer, mais là… je me suis sentie un petit peu bête de ne pas tout saisir - d'autant plus que ça concernait l'Histoire française (et que je ne rate pas un seul épisode de Secrets d'Histoire ;D !). On n'a pas tous la même culture, ni la même histoire, alors tout n'a pas la même évidence pour chacun. J'aurais apprécié qu'Anne LANIECE explicite davantage les passages et personnages que l'on croise dans cette histoire afin de la rendre accessible à un plus grand nombre de lecteurs.

Une belle promesse, pas exploitée comme je l'aurais aimée.

 

 

[les +] Des voyages, des compagnons mythiques, une jolie traversée du temps.

[les -] Un manque de cohérence, du flou, des non-dits, une petite phrase qui m'a braquée.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.10 : Marron & beige

 

Repost0
16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

 

Artus Pic
Nathalie VIGNAL

L'ivre-book - 2017
ebook - epub - 15 pages

 

 

 

 

 

 

 

Artus Pic est enquêteur du roi. Pourtant, en ce lendemain de tempête, son carrosse file vers le Louvre où l'attend le Cardinal de Richelieu pour un entretien qui n'a rien d'anodin.

 

Cela fait plusieurs années maintenant que cette nouvelle est dans ma PAL. Même si je déplore aujourd'hui la disparition de la maison d'éditions L'ivre-Book, je dois dire que j'ai eu autant de bonnes que de mauvaises surprises en découvrant leurs nouvelles gratuites… 

Arthus Pic ne m'a pas franchement convaincue. J'ai trouvé compliqué d'entrer dans cette histoire, ce qui est d'autant plus dommage qu'elle est courte : à peine 15 pages ! Je pense que c'est notamment dû à la narration de Nathalie VIGNAL aussi froide que distante, ainsi qu'aux tournures de phrases complexes. Je comprends tout l'intérêt de ce genre d'écriture pour une histoire se passant au 17e siècle mais là, c'est too much. Entre les phrases alambiquées qu'il faut relire plusieurs fois pour les comprendre et le manque d'informations, la lecture n'est ni facile, ni fluide. Concrètement, je n'ai pas eu de plaisir à lire cette nouvelle dont le sujet m'intéressait pourtant. Je regrette également la narration passive proposée par l'auteure qui ne nous met pas dans l'action alors que la nouvelle est classée dans la collection "Cape et épée"... C'est d'autant plus dommage que je pense sincèrement que si la narration avait été plus simple et moins floue, j'aurai passé un super moment.

 

L'histoire est plutôt sympathique dans les grandes lignes. Comme je le disais plus haut, n'ayant pas tout compris de ce qu'il se passait, je suis restée sur le bas côté et n'ai pas plongé dans cette histoire. Je m'attendais à ce que ce soit une série et qu'il y ait plusieurs épisodes : je trouve qu'un personnage comme Arthus Pic s'y prêterai bien !

L'intrigue est plutôt intéressante et semble bien menée. La narration est tellement floue que l'on ne voit pas la révélation venir et, une fois faite, les sous-entendus sont tellement présents, que je n'ai pas bien compris les enjeux qui en découlent… Bref, encore une fois, je suis restée sur ma faim.

 

Je n'ai pas eu l'occasion de lire d'autres histoires de Nathalie VIGNAL et ne sait donc pas vraiment si elle écrit toujours comme ça ou non… Malheureusement, pour le coup, je ne suis pas sûre de vouloir retenter l'aventure. Mais bon, n'aimant pas rester sur une déconvenue, si je croise le chemin d'une autre de ses histoires, je la lirai afin de découvrir une autre facette de son univers et - je l'espère - de son écriture.

Une narration qui freine l'histoire.

 

 

[les +] un sujet intéressant.

[les -] beaucoup de flou et de non-dit, une narration qui empêche l'action, lente et compliquée.

 

 

Lu dans le cadre de : 

 

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.10 : Marron & beige

Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

 

Les gens de la rivière
Mary Lester, tome 15

Jean FAILLER

Harlequin - 2019
320 pages

 

 

 

 

 

 

"Savez-vous combien de personnes ont péri de mort violente sur l'Odet cette année ?"

L'onde de "la plus jolie rivière de France", s'il faut en croire les dépliants touristiques, n'est pas seulement peuplée de saumons et de bars. Y passent parfois, entre deux eaux, entre deux marées, de mystérieux macchabées. Accidents ? crimes ? La question, posée à Mary Lester par un correspondant anonyme, l'amène à pénétrer le petit peuple de l'estuaire, un monde refermé sur lui-même, où le paisible promeneur côtoie le braconnier, le trafiquant, le hobereau imbu de prérogatives obsolètes depuis deux siècles... Combien de personnes ont péri de mort violente sur l'Odet ? Ah la bonne question ! Mary Lester va s'efforcer d'y répondre et ses recherches, entre Quimper et Bénodet, entre noyés, accidentés et disparus, vont la mener à de bien surprenantes découvertes.

 

 

J'ai toujours plaisir à me plonger dans une des aventures de Mary Lester. C'est une de mes meilleures amies qui m'avait fait découvrir cette série à l'adolescence et j'en avais ensuite acheté quelques tomes... Quand France Loisirs s'est mis à les éditer, j'ai profité de l'occasion pour acheter les tomes manquants dont Les gens de la rivière.

 

Bien que je vive maintenant en Bretagne, je ne connais pas très bien la région qui ne manque pourtant pas de charme ! Du coup, avant de me plonger dans ce tome, je n'avais jamais entendu parler de l'Odet et encore maintenant, je ne saurai le placer précisément sur une carte même si j'ai cru comprendre que ce n'était pas très loin de Quimper (il ne faut pas m'en vouloir, je ne me suis pas trop éloignée de ma région des Pays de la Loire). J'ai donc apprécié découvrir ce petit coin au cours de ma lecture.

Ce que j'aime également dans ces romans, c'est le côté un peu daté des histoires. Clairement, elles se passent il y a presque vingt ans et les technologies ont bien fait évoluer notre monde depuis ! J'y retrouve les codes de mon adolescence et apprécie cette bulle d'air où les réseaux sociaux n'ont pas encore tout-à-fait leur place ;)

 

J'ai trouvé l'histoire de Les gens de la rivière prenante et bien menée. J'ai apprécié le fait que l'enquête ne parte de rien, si ce n'est une simple question posée anonymement. Concrètement, rien n'avait prédestiné Mary Lester à enquêter là-dessus si ce n'est sa légendaire curiosité. Pas de mort médiatique, pas d'inquiétude exacerbée des habitants, juste une succession de faits divers auxquels personne n'a prêté attention jusqu'à présent...

Au fur et à mesure que Mary enquête, l'histoire se complexifie et prend des tournants inattendus et aborde des thèmes rarement présents dans les livres policiers, comme la maltraitance des personnes fragiles. Ce que j'ai apprécié puisqu'il me semble que rien ne vaut une bonne histoire pour sensibiliser le grand public.

Bien que les coupables se devinent facilement, l'histoire reste agréable à suivre et la conclusion est plaisante. Elle a d'ailleurs un petit côté ironique qui m'a beaucoup plu et amusée.

 

J'ai eu plaisir à retrouver Mary Lester qui n'hésite jamais à enfoncer des portes entrouvertes. Son dynamisme et son côté fonceur sont très agréable à suivre et nous garantissent des enquêtes hautes en couleurs. J'apprécie la gentillesse de la jeune femme et l'écoute dont elle fait preuve avec les personnes qu'elle rencontre au cours de ses aventures.

Comme toujours, Fortin est là, à veiller sur Mary et à prendre part à ses idées les plus abracadabrantes. J'aime la force silencieuse qu'il dégage et son engagement - en toute confiance - pour mettre les mauvais à mal. On retrouve également le commissaire Fabien qui en bave une fois de plus avec ces deux-là qui ne peuvent s'empêcher de le faire tourner en bourrique.

Dans Les gens de la rivière, j'ai apprécié faire la connaissance du Comte de Lanédou. Je l'ai trouvé très touchant dans sa simplicité d'esprit qui le fait ressembler à un grand enfant, tout en gentillesse et en amour pour son chien.

 

Encore une fois, j'ai passé un excellent moment grâce à l'imagination de Jean FAILLER et à son écriture très agréable. J'aime beaucoup l'humour dont il fait preuve et son univers tout en simplicité qui garde son charme malgré les années qui passent.

Une jolie lecture !

[les +]  Sympathique, prenant, une lecture rapide.
[les -] Un petit manque de modernité malgré le charme des années 2000.

 

Lu dans le cadre de :

     

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.7 : Jaune
Challenge Gourmand #13 : Fromage

 

 

Du même auteur :

 Bouboule est mort  La mort au bord de l'étang  L'homme aux doigts bleus  Marée blanche  Mort d'une rombière  Roulette russe pour Mary Lester

 
Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 04:00

 

 

   

 

 


Baiser Sucré
Cupcake club, tome 1
Donna KAUFFMAN

Milady - 2012
ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Quand Leilani Trusdale, pâtissière émérite, se réfugie sur la petite île de Sugarberry, dans le sud des États-Unis, elle pense laisser derrière elle son passé new-yorkais. C'est alors que son ancien chef et mentor, Baxter Dunne, débarque sans crier gare pour tourner une émission culinaire dans sa boutique de cupcakes.

Avec son regard de braise, il a le don de faire rougir l'adorable pâtissière... Ces deux-là ne partagent-ils pas davantage que leur goût immodéré pour le glaçage 

 

 

J'aime beaucoup les livres qui tournent autour de l'univers de la cuisine. Cuisiner, c'est un acte banal du quotidien, un passage obligé pour survivre... Mais, manger devrait avant tout être un plaisir ! Et la gourmande que je suis aime voir les personnages faire preuve de créativité en cuisine et donner de l'amour comestible à leurs proches. Alors, si en plus cette histoire gourmande peut nous mettre des paillettes plein les yeux en mettant en scène une jolie histoire d'amour, je suis preneuse !

Sans surprise, donc, j'ai beaucoup aimé l'univers de Baiser Sucré. J'ai trouvé Cake by the Cup - la boutique de cupcake de Lani - absolument charmante. J'ai aimé ses petits détails rigolos comme sa collection de tabliers et ses clients attachants et gonflés à l'image d'Alva. Tout comme, j'ai apprécié l'ambiance de la petite île de Sugarberry et ses habitants sincères et amusants. Le décor est plaisant et les liens entre les personnages sont touchants.

J'ai beaucoup aimé voir le Cupcake club se créer à travers les thérapies culinaires lancées par Lani et son amie Charlotte. Ce fut donc avec plaisir que j'ai vu Dree et Alva (encore elle !) se joindre à elles. Ces moments d'échanges sont d'une simplicité déconcertante qui m'ont donné envie de pâtisser et de discuter de tout et de rien avec mes amies.

Étrangement, j'ai moins été sensible à l'intrigue amoureuse que j'ai trouvée assez redondante et lente. L'on sait tous comment ça va se finir mais ça met des plombes à se faire ! Pour le coup, j'hésitais entre trépigner d'impatience en attendant qu'il se passe enfin quelque chose de concret entre Lani et Baxter ou soupirer de désespoir. Clairement, ces deux-là s'aiment mais ne savent pas comment se l'avouer. Et, une fois dit, ils ne savent pas comment s'aimer. Bref, c'est lourd et ça m'a agacée...

Cependant, j'ai bien aimé le cadre de l'émission télévisée de Baxter autour de leur relation amoureuse. J'ai été curieuse de découvrir l'envers du décor et le travail que cela représente. C'est quelque chose qui est rarement abordé dans les livres et ça apporte donc la petite touche d'originalité qui manquait à cette histoire.

 

J'ai trouvé Lani sympathique : j'ai aimé la voir garder les pieds sur terre et apprécier l'essentiel de la vie. J'aime beaucoup la façon qu'elle a de voir sa vie professionnelle. Je comprends son père quand il est inquiet de la voir renoncer à sa carrière à New-York, mais je suis totalement d'accord avec elle pour dire que le bonheur n'est pas forcément dans ce genre de réussite. On sent que Lani est bien entourée malgré la solitude qu'elle affiche et je suis donc ravie que le Cupcake club se créé afin de l'aider à se créer son petit cocon amical sur l'île.

Baxter m'a moins plu, mais j'ai apprécié les différentes facettes qu'il dégage. J'ai aimé le petit Charlie débrouillard que l'on devine encore en lui, son air canaille à se faire damner les petites mamy ainsi que l'engagement dont il fait preuve en cuisine. Par contre, j'ai moins apprécié son côté buldozer qui impose des décisions aux autres sans leur avoir demandé leur avis. Cependant, au fur et à mesure de l'histoire, il s'adoucie et réapprend à entendre "non" pour notre plus grand plaisir.

Charlotte, la meilleure amie de Lani, m'a également bien plu. Elle apporte un vent de fraîcheur et d'inattendu à l'histoire, tout comme Alva. La petite dame est d'ailleurs mon gros coup de coeur de l'histoire : j'ai apprécié sa malice, sa détermination ainsi que la volonté dont elle fait preuve. Clairement, c'est impossible de lui refuser quelque chose.

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Donna KAUFFMAN et j'ai passé un bon moment. J'ai apprécié la fluidité de son écriture et la tendresse non dissimulée qu'elle a pour ses personnages. Par contre, sans pourtant m'être ennuyée, j'ai vraiment eu du mal avec le rythme lent de l'histoire : j'aurai préféré un peu plus d'actions et un peu moins de pâtisseries par moment !

Une lecture qui donne faim (et envie de pâtisser avec ses proches).

 

[les +]  Gourmand, touchant, une Alva aussi mignonne que gonflée.
[les -] Par moment, trop de pâtisserie au détriment de l'action.

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 04:00

  

 

 

 

 


Vampires : 3 romances sexy
Alice H. Kinney & Amber JAMES

Addictives - 2017
ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Ce pack Editions Addictives contient les extraits des séries suivantes :

• Dark Light - Vampire Brothers d'Alice H. KINNEY

• Dark Light - À lui pour toujours d'Alice H. KINNEY

• Moonlight - Bloody Lily d'Amber JAMES

 

 

J'avais emprunté ce livre dans la bibliothèque familiale et clairement, j'ai été déçue de me trouver face à trois extraits de séries. Pourquoi ce n'est pas indiqué clairement sur la couverture ? Certes, c'est noté dans le descriptif d'Amazon mais je trouve ça assez malhonnête des Editions Addictives de laisser entendre dans le titre qu'on a le droit à des histoires complètes : "3 romances sexy"...

Bref, une fois découvert ça, ça commençait mal : j'ai horreur des extraits. Pas vraiment étonnant : j'ai horreur d'être coupée dans une lecture. C'est entre autre pour ça que je lis les livres d'une traite quand c'est possible, que j'évite toutes lectures en épisode, et que je râle sur les cliffhangers en fin de tome dans les séries. Mais, pire que tout, je déteste être spoliée. Ce qui a été le cas puisque visiblement les deux premiers extraits Vampire brothers et A lui pour toujours sont deux séries qui se suivent, alors le second m'en a appris bien plus que je n'aurais voulu sur la première saga.

Passé ces deux mauvaises surprises, je dois dire que j'ai vite et bien accroché aux univers des trois histoires présentées. Clairement, si l'occasion se présente, je lirais ces romans avec plaisir.

 

Dark Light : Vampire Brothers - Alice H. KINNEY

On part à la rencontre de Devra, une jeune étudiante qui jongle entre ses études, sa mère malade et la menace d'un tueur en série qui plane sur le campus. Dans son amphi, elle tombe sous le charme du ténébreux Tristan qui la rejette autant qu'il l'attire... Ce n'est que quand Devra fait la rencontre de Dante - un étudiant italien - que Tristan se rapproche d'elle quitte à la surprotéger.

J'ai trouvé ces premiers chapitres très bien menés, ils nous permettent d'entrer tout de suite dans l'histoire et de s'identifier rapidement à Devra. La jeune femme est vraiment touchante et les événements qui l'entourent nous donnent envie de la protéger. Tristan à cette aura mystérieuse des personnages attirants mais qui restent superficiels : j'imagine qu'on le découvre davantage dans la suite de l'histoire et dans les tomes suivants. Dans ces quelques chapitres, on rencontre également Iris, la meilleure amie de Devra qui est également l'héroïne de l'extrait suivant (d'où mon alerte au spoil).

J'ai bien aimé ce premier extrait qui m'a donné envie d'en découvrir plus. J'ai aimé l'action qui y est présente par "l'enquête" autour du tueur de la fac, mais vu que celle-ci est résolue dans ces quelques pages, je ne vois pas trop autour de quoi puisse tourner le reste de l'histoire. L'écriture de Alice H. KINNEY est très agréable et se lit avec plaisir.

 

Dark Light : À lui pour toujours - Alice H. KINNEY

Dans cette histoire, c'est donc Iris - la meilleure amie de Devra - que l'on suit. Sorcière transformée en vampire, ses pouvoirs lui jouent des tours étranges depuis quelques jours. Partie vivre en Nouvelle Orléans, elle est loin de ses amis et ne sait pas trop à qui en parler... Jusqu'à ce qu'Elliot fasse son apparition. Elliot, l'homme de sa vie, qui l'a abandonnée il y a un an.

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de cette histoire : l'on sent toute l'influence et la "mythologie" du bayou dans cet extrait. C'est un univers riche et opulent qui nous promet de belles surprises s'il est exploité correctement. J'ai également aimé tous les questionnements d'Iris autour du changement de ses pouvoirs et ce monde où les créatures surnaturelles vivent sans se cacher. Par contre, si j'ai été heureuse de retrouver Iris et d'en apprendre plus sur elle, je regrette vraiment que cela donne autant d'information sur l'histoire de la série avec Devra. C'est dommage que les deux récits fassent partis du même recueil. C'est également agréable de découvrir Eliott qui passe assez pour un ronchon dans le premier extrait !

Encore une fois, l'écriture de Alice H. KINNEY est très agréable. Même si on sent le lien entre les deux histoires, elles restent totalement indépendantes et nous propose des choses différentes malgré cet univers commun. L'écriture est fluide et entraînante, tout ce qu'il faut pour passer un bon moment !

 

Moonlight : Bloody Lily - Amber JAMES

On change d'univers pour partir sur les traces de Lily qui s'installe dans une petite ville, réputée pour la nombreuse présence de créatures surnaturelles et notamment de vampires. A peine a-t'elle mis les pieds à l'université, qu'elle tombe sous le charme d'Isaac, un alchimiste réputé qui travaille actuellement sur un projet secret. Ces deux-là se rapprochent et tout nous laisse alors penser que Lily n'est pas une humaine comme les autres...

J'ai tout de suite bien accroché avec le personnage de Lily qui se révèle assez badass : c'est agréable de tomber sur une héroïne différente des autres et qui assume un petit côté rebelle sans pour autant tomber dans un côté plus sombre. Elle est sympathique, s'intéresse à des trucs auxquels on ne comprend rien dans le cadre de ses études, et a de la répartie : tout pour passer un bon moment et rigoler un peu. J'ai été un peu déçue que l'histoire s'arrête vraiment sur un cliffhanger, pile au moment où un tournant arrivait - ce qui n'était pas le cas des deux autres extraits qui s'arrêtaient à un moment pouvant faire office de fin. Cela dit, c'est sans doute bien joué de la part des éditions Addictives puisque Bloody Lily est de loin l'histoire que j'ai le plus envie de découvrir entre ces trois-là (et ça tombe bien puisqu'il est dans ma PAL !).

L'écriture d'Amber JAMES est d'une simplicité déconcertante. C'est très agréable de suivre son histoire puisque tout s'enchaîne avec fluidité et logique. Le rythme change régulièrement, de façon à nous faire réellement plonger dans son histoire. Bref, soyez-en sûr, je lirai ce bouquin en entier !

 

Repost0
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 04:00

 

 

 

 

 

London Calling
Clarissa RIVIERE

Editions L'ivre-Book 2017
ebook - epub

 

 

 

 

 

 

 

Dans un café londonien, Lise attend son amant. Il est en retard, elle s'assombrit peu à peu à mesure que le temps passe. Gilles est toujours débordé de travail, il n'a jamais de temps à lui consacrer. Compte-t-elle un peu pour lui ? Une rencontre imprévue dans l'Eurostar va vite lui rendre le sourire.

 

 

Ce que j'aimai particulièrement chez les éditions L'ivre-book, c'est qu'ils mettaient facilement et régulièrement à disposition des lecteurs, des nouvelles - indépendantes de leurs romans et séries - de leurs auteurs nous permettant de découvrir gratuitement leur univers. Grace à ça, j'ai découvert bon nombre de pépites et d'auteurs que je lis régulièrement.

 

Pour le coup, London Calling ne fera pas parti des pépites en question. Malgré l'impression que je peux donner, je n'ai rien contre les romans érotiques tant qu'il y a une vraie histoire derrière. C'est pour ça que les scènes de sexe dans les romans m'agacent autant quand elles sont répétées et qu'elles me donnent l'impression de lire quelque chose d'identique au chapitre précédent... Pour le coup, ces scènes font souvent preuve de plus d'imagination dans ces romans étiquetés "érotiques". C'est d'ailleurs plutôt le cas dans cette nouvelle bien que ce ne soit pas franchement original.

Clairement, ce qui m'a dérangée, c'est que je n'ai pas senti un vrai "ok" de la part de Lise face aux demandes de Gilles et de sa rencontre dans l'Eurostar. Et, dans ses pensées, on voit qu'elle n'est pas pour coucher de cette façon avec Gilles et qu'elle n'a qu'une envie : partir. De même, elle se laisse faire avec le deuxième sans qu'à aucun moment l'on sente qu'elle en a envie et pire, ses réactions laissent penser qu'elle n'a pas vu le truc venir. Pour le coup, a ne pas se défendre et les discours étant peu présents, je me suis demandée si Lise avait toutes ses capacités intellectuelles ce qui expliquerait ses non-réactions. Je l'ai vue un peu comme une biche prise dans les phares d'une voiture. Peut-être qu'elle est juste dans le faire plaisir et ne sait pas dire non à son Gilles. Mais, il y a aussi cet inconnu de l'Eurostar avec qui elle reste stoïque dès qu'il commence à la toucher... Bref, pour moi, l'on est sur des scènes que l'on pourrait qualifier de viols sans que l'auteure ne les abordent de cette manière. Le ton est trop léger, rendant tout ça banal. Et, plus que tout, je déteste l'idée de faire une histoire érotique à propos d'une histoire comme celle-ci : je trouve ça glauque et malsain.

Je passe mon chemin.

 

 

[les +] ?

[les -] Malsain, glauque.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.7 : Rose

 

 

Du même auteur :

 Soirée dansante

Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

 

Rien que toi
Laura BLACK

Editions L'ivre-Book 2016
ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Tout est question de Karma dans la vie, non ?

Eh bien moi, pas de chance, j'ai écopé d'un Karma pourri. Comment je le sais ? Je suis tombée amoureuse d'un homme qui ne m'a jamais vue autrement que comme une amie. La poisse, quoi ! Résultat : je me suis enrôlée dans la marine il y a dix ans, comme si cette fuite en avant pouvait me faire oublier Silas. Vaste plaisanterie, bien sûr, qui me ramène aujourd'hui chez moi avec le sentiment d'être dans une impasse. Sauf que, cette fois, j'ai décidé d'affronter mon destin et de tourner la page ! Au fait, je vous ai dit que Silas est carrément canon et qu'il affole mes hormones d'un simple sourire ?...

 

 

J'avais déjà lu ce livre il y a quelques années et n'avais pas pris le temps de le chroniquer. Du coup, il était toujours dans ma PAL sur Livraddict et j'avais totalement oublié l'avoir déjà lu jusqu'au moment où je me suis replongée dedans. Rien que toi faisait partie, je pense, du Calendrier de Noël de L'ivre-book. J'appréciais beaucoup cette initiative de la maison d'éditions numérique, aujourd'hui disparue, qui permettait de découvrir ses auteurs et de nous donner envie d'en savoir plus sur leurs univers.

 

Rien que toi est le seul livre de Laura BLACK que j'ai lu. J'ai apprécié la simplicité de l'histoire, à la fois classique et mignonne, qui nous permet de mettre en lumière les sentiments des personnages. Clairement, tout l'intérêt de l'histoire résonne dans ce que ressent Sam' et qui nous est parfaitement transmis. J'ai aimé ce jeu du chat et de la souris entre Silas et elle et les révélations un peu tardives que tous attendaient. Ainsi que les scènes de jalousie à peine masquées ! Je pense que beaucoup pourraient se reconnaître dans cette histoire ! Pour le coup, je l'ai trouvée très jolie mais un peu triste... mais bon, tout est toujours question de timing.

J'ai été moins sensible à une scène érotique que j'ai trouvée assez peu crédible. Le respect de chacun fait partie de mes valeurs fondamentales et, pour le coup, lors de cette scène, j'ai trouvé que Sam et Silas en manquaient clairement envers quelqu'un. Les plus romantiques des lecteurs tomberont peut-être sous le charme de cet élan de phéromones, mais perso', j'ai trouvé ça assez nul.

 

L'écriture de Laura BLACK est très agréable et tout en finesse. Avec son sens du détail, elle nous permet de vraiment comprendre les émotions de ses personnages et plus particulièrement de Samantha. C'est clairement un gros plus en mon sens, mais je trouve aussi que c'est à double tranchant : le trop plein de détails m'a également paru ralentir l'histoire par moment.

Une jolie découverte.

 

 

[les +] Des sentiments mis en lumière.

[les -] Une scène pas en accord avec mes valeurs.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Challenge Gourmand #12 - Cocktail
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.7 : Rose

Repost0
6 novembre 2019 3 06 /11 /novembre /2019 05:00


 

  

 

 

 

L'homme aux doigts bleus
Mary Lester, tome 7

Jean FAILLER

France Loisirs - 2017
304 pages

 

 

 

 

 

 

 

Mary Lester est en vacances à la Baule... Quoi de plus normal au mois d'août ? Seulement, ce sont des vacances un peu particulières : un patron de la police nantaise a demandé "quelqu'un qui ne fasse pas trop flic" pour s'infiltrer dans le monde particulier d'un golf privé dans lequel se passeraient des trafics peu catholiques. Voici donc le lieutenant Lester, bon gré, mal gré, déguisée en apprentie golfeuse. La tâche, si elle est périlleuse - le milieu qu'elle va devoir épier est particulièrement dangereux - n'est pas sans agréments : passer pour une étudiante, jouer sur un des golfs les plus prestigieux de France et de Navarre et, le reste du temps, bronzer sur la plus belle plage d'Europe en se faisant draguer par un charmant fils de famille, n'est guère rebutant.

Seulement, il y a une chose à laquelle Mary n'a jamais su renoncer, c'est à chercher ce qui se cache derrière l'insolite.

La mort de Victoire Leblond sur le green du trou numéro sept est-elle aussi naturelle qu'il y paraît ? Et comment "l'homme aux doigts bleus" peut-il, trois mois après sa mort, faire encore des victimes au golf du Bois Joli ?

 

 

En plein coeur de la session orange du Challenge Bookineurs en Couleurs, je ne pouvais décidément pas ne pas sortir L'homme aux doigts bleus de ma PAL. 

 

Sans que ce soit une déception, je dois dire que j'ai beaucoup moins accroché à ce roman qu'aux autres aventures de Mary Lester que j'ai eu l'occasion de lire jusqu'à présent. Bon, cela ne m'a pas empêché de dévorer ce livre en une petite heure avant de partir travailler !

Au fond, je pense que Jean FAILLER m'a perdue sur le green avec toutes ses expressions golf-iques, trop rapidement expliquées à mon goût. Cela dit, une fois fini, je me suis aperçue qu'il y avait un lexique en fin de roman. Mea culpa. Le truc, c'est que toute l'histoire tourne absolument autour du golf qui ne sera visiblement pas ma prochaine lubie, et que du coup, je n'ai trouvé qu'un intérêt limité à l'histoire. Il faut dire aussi que les raisons de l'enquête sont assez floues, et que nous ne savons pas très bien ce que Mary doit chercher sur place.

Heureusement que Victoire Leblanc est là pour placer quelques rebondissements à l'histoire : il faut dire aussi que l'affreux personnage ne manque pas d'imagination quand il s'agit d'enquiquiner le monde. Clairement, elle n'aurait pas été là, il ne se serait pas passé grand chose dans le roman ! 

Elle arrive même à son apogée au moment de sa mort ! A ce moment-là, c'est le branle-bas de combat et l'enquête de Mary peut enfin réellement commencer : les choses s'enchaînent enfin et le "meurtrier"- inconnu au bataillon - est démasqué en moins de deux. Pour le coup, nous qui attendions qu'il se passe enfin quelque chose, l'affaire est réglée en quelques pages : c'est plutôt déconcertant et trop rapide, mais l'explication tient le coup.

 

J'ai eu plaisir à retrouver Mary dans un nouvel endroit. C'est amusant de la découvrir au calme sous sa couverture, elle qui nous avait habitué à des enquêtes plutôt remuantes !

 

Comme toujours, l'écriture de Jean Failler est très agréable mais surtout calme. Il prend le temps de poser les choses mais, cette fois-ci, c'est peut-être un peu trop pour moi : j'ai eu l'impression que l'histoire manquait d'équilibre tant la fin est rapide.

Une lecture tout de même agréable.

 

 

[les +] Une réelle surprise.

[les -] Trop de golf, un rythme un peu lent.

 

 

Lu dans le cadre de :

      

Challenge Gourmand #11 - Pain
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.5 : Orange

 

 

Du même auteur :

 Bouboule est mort  La mort au bord de l'étang  Les gens de la rivière   Marée blanche  Mort d'une rombière  Roulette russe pour Mary Lester

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs