Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

Couronne-moi
Royal Saga, tome 3

Geneva LEE

 

Hugo & Cie - 2016

436 pages

 

 

 

 

 

 

 

"Je lui ai donné un foyer, mais il est mon refuge". Notre amour est fait d'extase et de douleur, de renaissance et de destruction, de lumière et d'ombres. Je m'agrippe à lui, aux réponses que j'ai trouvées dans ses bras, je n'ai plus peur de ce que l'avenir nous réserve. Je sais que nous pourrons y faire face, ensemble. Alexander, Prince de Cambridge, a décidé que sa passion pour Clara Bishop devait être révélée au grand jour et se concrétiser par un mariage et Clara a dit oui. ce qui devrait être une période heureuse, se révèle extrêmement difficile. Les démons qui rôdent autour d'eux n'en ont pas fini de projeter leur ombre noire et d'essayer d'empêcher que Clara monte sur le trône. Georgia, l'ex perverse d'Alexander joue un rôle aussi malsain que ses relations avec les hommes. Quant à Daniel, l'ex de Clara, sa folie va-t-elle l'amener à la plus grande des extrémités ? De fiançailles anxiogènes en enterrement de vie de jeune fille ahurissant, Clara a du mal à se préparer, même avec l'amitié de Belle et Edward, et la protection de Norris. Elle est en proie à de multiples tourments, dont le plus surprenant n'est pas celui qu'elle croit. Et ce jour d'avril qui devait être l'apothéose de leur amour finit dans un bain de sang. Clara va-t-elle perdre celui qui l'a conquise et qui maintenant la chérit autant qu'elle l'aime ? Leur histoire d'amour pourra-t-elle enfin se réaliser ? Pourront-ils enfin être mari et femme, coeur et âme réunis ?

 

 

Encore une fois, c'est grace à la session Moi du Challenge Un mot, des titres que je me suis lancée dans cette lecture. Je n'avais pas du tout prévu de commencer cette série à la base !

 

Je ne pensais pas du tout être capable d'enchaîner les trois tomes aussi rapidement (en moins d'une semaine). La new romance, ce n'est vraiment pas mon truc... J'en lis de temps en temps, pour changer mais au fond, ce n'est pas un genre que j'apprécie : peu crédible, trop de sexe, pas assez d'intrigues.

Avec Royal Saga, je suis encore en plein dedans. Mais je dois aussi reconnaître que malgré tous ses défauts, la série a quelque chose d'addictif qui fait que je lis ces romans en un rien de temps.

 

Ce troisième tome à quelque chose de perturbant par l'opposition entre le mariage et l'excès de scène de sexe. Pour moi, le mariage reste quelque chose de romantique, tandis que les scènes de sexe sont plutôt perverses... Autant dire que ça m'a mise assez mal à l'aise ! Mais il n'y a pas que ça... plus j'avance dans l'histoire et plus je trouve que la relation entre Clara et Alexander n'est pas "saine". Il y a trop de mensonges, de non-dit entre eux. Et ils ne parlent jamais : comment construire une relation stable sans dialogue, rien qu'avec du physique ? Honnêtement, je ne pense pas que ce soit la bonne vision du couple que nous vend l'auteure ici.

Comme toujours, j'ai été assez dérangée par la trop grande présence de ces scènes dans ce roman. D'autant plus, qu'elles sont toujours répétitives et que le vocabulaire employé est assez obscène. Personnellement, ça ne me fait pas rêver de lire ça ! 

Par contre, j'ai été enthousiaste à l'arrivée de Geogina, l'ex-soumise d'Alexander au métier sulfureux. De par son nom et le peu qui est dit sur elle, je me suis posée des questions : serait-ce la Georgina Kincaid de Richelle Mead ? Tout comme pour le grand retour de Daniel, ou encore la relation entre Belle et Philip, je regrette que tous ne prennent pas une plus grande place dans l'histoire : ils pourraient apporter beaucoup vu la complexité et le mystère des intrigues qui leurs sont liées. C'est dommage que ces pistes soient classées sans suite sans avoir été réellement exploitées. 

Une nouvelle fois, j'ai été dérangée par l'aspect psychologique d'Alexander, notamment vis à vis de la paternité. Ce n'est pas le genre de problème qui se règle en trois tours de cuillère à pot comme semble le penser l'auteure. C'est beaucoup plus complexe que ça ! Du coup, en réglant toutes ces intrigues aussi vite, le roman perd immédiatement en crédibilité et c'est bien dommage.

Cependant, encore une fois, le final est sympa' et m'a donné envie de savoir ce qu'il se passe après. Au fond, même si je suis dubitative sur l'histoire, je dois tout de même reconnaître qu'elle a quelque chose d'addictif qui nous donne envie de connaitre la suite. Cela dit, je pense que ce troisième tome aurait très bien pu être la fin d'une trilogie au vu de sa conclusion...

 

Encore une fois, j'ai trouvé l'écriture de Geneva Lee très agréable. On sent qu'elle a réellement de l'affection pour ses personnages mais je trouve dommage qu'elle n'ouvre pas celle-ci à d'autres.... L'histoire gagnerait alors sans doute en profondeur et en richesse.
Une lecture agréable.

 

 

[les +] Sympathique, addictif.

[les -] Peu crédible, sous-exploitée.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge Un mot, des titres #51 : Moi
Challenge Des gages ta PAL #9

 

 

Du même auteur :

 Royal Saga  tome 1 : Commande-moi  tome 2 : Captive-moi

Repost 0
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

Captive-moi
Royal Saga, tome 2

Geneva LEE

Hugo & Cie - 2016

436 pages

 

 

 

 

 

 

Clara Bishop est une femme moderne. Brillante jeune diplômée, introvertie et échaudée par un passé amoureux catastrophique, elle est bien décidée à faire de sa carrière un succès. Elle accepte un jour de suivre sa colocataire à une réception huppée à laquelle participe tout le gotha et rencontre un bel et mystérieux inconnu au charme ravageur au détour d'un couloir.

Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle découvre quelques jours plus tard à la une de tous les journaux à scandale une mauvaise photo floue de leur furtif baiser? Elle a embrassé le Prince héritier Alexander de Cambridge et il veut la revoir... Prince d'accord mais surtout bad boy : Pas prince charmant pour deux sous. il contrôle, il exige. Il est dangereux. Et elle n'arrive pas à lui dire non...

Tous les deux ont des secrets qui pourraient les déchirer ou les conduire à se rapprocher, mais les paparazzi emmêlent tout. Elle doit décider jusqu'où elle est prête à aller... pour le roi et pour le pays.

Entre secrets et scandales, une relation explosive naît de leurs étreintes passionnées mais le sort et la presse s'acharnent et tous deux luttent autant contre leurs démons que leurs familles pour arr

 

 

Une nouvelle fois, sans la session Moi du Challenge Un mot, des titres je ne pense pas que j'aurai lu ce livre aussi rapidement. Comme je le disais l'autre jour, je ne suis pas une grande fan de la New Romance, genre que je trouve assez déconnecté de la réalité...

 

Bien évidemment, c'est totalement le cas avec Saga RoyalAu niveau de la crédibilité, plus l'on avance dans l'histoire et moins elle est présente. Pas tant sur le fond de l'histoire qui est plutôt logique : l'histoire "publique" de Clara et Alexander est plutôt réaliste. Enfin, moi, personnellement j'ai envie d'y croire ! C'est joli, mignon et puis ça fait un peu rêver !

Non, ce qui me pose problème c'est toute la psychologie qui se cache derrière cette histoire et notamment ce qui se passe dans leur lit. C'est triste à dire, mais je crois que l'auteure parle de choses qu'elle ne maîtrise absolument pas et d'un monde qu'elle ne connaît pas non plus. Elle donne l'impression que, puis qu'elle a lu 50 nuances de Grey, elle est expert dans le domaine du sexe version bondage. Sauf qu'elle a oublié quelque chose : les personnes qui le pratiquent sont bien dans leur peau, ils ne le font pas pour "remplir un vide". Alexander, ce n'est pas le sexe violent qui le fera aller mieux, c'est une thérapie qu'il lui faut !

Pour continuer sur ce sujet, je trouve ces scènes particulièrement chiantes. Elles se suivent et se ressemblent, ne font pas preuve d'imagination et n'apportent strictement rien à l'histoire puisqu'elles ne lui permettent pas d'avancer. Et j'ai du mal avec ce côté où l'on parle sans cesse de sexe version dominant/soumis pour ne voir que de l'amour vanille. Si ça prend autant de place dans les dialogues, pourquoi ne pas y aller ? Ce côté "Oh, la mer est bonne ! Je vais m'y tremper un petit bout d'orteil" m'agace au plus au point. Quitte à jouer sur une thématique, autant l'assumer et y aller jusqu'au bout.

De la même façon, j'ai bien aimé le retour de Daniel, l'ex inquiétant de Clara, mais je regrette que cette intrigue n'est pas été plus exploitée. On en parle pendant des chapitres entier, on le voit une demi-page et paf ! L'intrigue est close ! Mais ? Il n'y a même pas eu le temps de se passer quelque chose !

Globalement, pour moi, c'est ça le problème de cette histoire : il y a tout pour faire une bonne histoire tant les intrigues sont plutôt sympa. Le soucis c'est qu'elles ne sont pas du tout exploitées au détriment de scène de sexe qui se ressemblent toutes.

Cependant, je dois tout de même reconnaître que cette saga a quelque chose d'addictif qui m'a permis de replonger direct mon nez dans le tome suivant. Cela dit, le dernier chapitre de ce tome n'y était pas pour rien ! Bon, tout en continuant de râler sur les mêmes choses ;) 

 

Clara a beau être sympathique, j'ai de plus en plus de mal avec elle : elle est trop soumise et pourtant elle a du caractère. Personnellement, ça me fait un peu peur quand elle voudrait dire non et qu'elle n'y arrive pas. Surtout en ces temps ou les féministes - en toute raison - nous font nous interroger sur le consentement mutuel.

De même Alexander ne me fait pas rêver : comme je le disais plus haut, je pense que ce garçon a des problèmes que seuls des professionnels de la santé pourrait permettre de régler.

Dans ce tome, j'ai pris plaisir à voir davantage Edward, le petit frère d'Alexander. Son côté cliché gay m'agace mais, en soit, c'est toujours un plaisir de lire les passages où il est présent.

 

Malgré toutes ces petites choses qui me dérangent, j'accroche vraiment bien à l'histoire et, ça, c'est vraiment grâce à l'écriture plutôt addictive de Geneva Lee. C'est fluide, sensuel et on sent qu'elle "vit" vraiment son histoire. Au fond, c'est peut-être ça aussi le problème de ce livre : il est sans doute plus rêvé que réaliste.

Addictif mais peu crédible.

 

 

[les +] Addictif.

[les -] Répétitif et peu crédible.

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge Un mot, des titres #51 : Moi
Challenge Gourmand #7 : Bière
Challenge Des gages ta PAL #9

 

[l'avis de la petite soeur]
Du même auteur :

 Royal Saga  tome 1 : Commande-moi  tome 3 : Couronne-moi

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

 

 

Décroche-moi la lune
Sarah DESSEN

Pocket Jeunesse - 2014
479 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

Luke, le petit ami d'Emaline, est doux et gentil et a grandi dans la même petite ville balnéaire qu'elle. Mais lorsque la jeune fille rencontre Théo, jeune New Yorkais de passage, elle se demande si Luke est vraiment le garçon qu'il lui faut.

 

 

J'apprécie toujours beaucoup l'univers de Sarah Dessen, souvent triste, plein de remise en question et toujours avec de jolies notes d'espoir et de joie. Ce roman-là devait être dans ma PAL depuis sa sortie, il y a trois ans donc... Mais ce n'est que maintenant, avec la session moi du Challenge Un mot, des titres qu'il en est finalement sorti.

 

L'histoire de Décroche-moi la lune m'a beaucoup plu : il y a plusieurs intrigues qui avancent les unes en même temps que les autres. Tout d'abord, un triangle amoureux entre Emaline, Luke - son petit ami depuis trois ans - et Luke - un New Yorkais débarqué à Colby pour le tournage d'un reportage -. Ensuite, il y a la relation d'Emaline avec son père génétique absent pendant son enfance, revenu entre temps et disparu depuis sa remise de diplôme... qui revient à Colby le temps d'un été avec son fils, Benji, le demi-frère d'Emaline. Enfin, il y a le tournage du reportage sur un artiste de la région qui manque de tomber à l'eau.

J'ai aimé la façon dont ces trois intrigues se mélangent naturellement et avancent ensemble, à bon rythme. Pour une fois, les trois m'ont bien plu : elles sont tellement imbriquées les unes dans les autres que, finalement, il n'y en a pas une qui ressort par rapport aux autres. Bon, cela dit, j'ai sans doute été plus sensible à l'intrigue familiale...

La fin de l'histoire m'a beaucoup plu : je l'ai trouvée très douce et criante de vérité. J'aime bien ce genre de fin en demi-teinte qui laisse de l'espoir bien qu'on tire des traits sur d'autres.  C'est le genre de fin douce, touchante et mignonne. Bref, ça m'a fait du bien de lire ça !

 

Emaline, m'a beaucoup plu avec son caractère fort et son incapacité à dire "non" aux gens qu'elle apprécie. Elle est dynamique, bien entourée et pleinement intégrée dans sa famille. D'ailleurs celle-ci m'a beaucoup amusée tant elle est crédible et gentiment "dingue".

J'ai été moins sensible aux deux "mâles" de l'histoire : je trouve Luke un peu bé-bête et Theo totalement déphasé par rapport à la réalité de la vie "normale".

J'ai également beaucoup, beaucoup aimé Benji - le demi-frère - ainsi que Daisy et Morris, les deux meilleurs amis. Tous les trois sont présents, touchants et de bons conseils : on aurait tous envie d'avoir les mêmes à la maison !

 

Comme toujours, j'ai beaucoup aimé l'univers de Sarah Dessen. Ses romans ont vraiment quelque chose de crédible qui me rappelle vraiment la "vraie" vie de personne que l'on pourrait connaître. On sent qu'elle a une réelle affection pour ses personnages : sans les materner, elle a un ton affectueux envers eux et, personnellement, ça me plaît énormément. Je ne pense pas avoir d'autres de ses livres dans ma PAL mais en tout cas, c'est certains que je ne m'arrêterai pas à celui-ci !

Une histoire touchante et crédible.

 

 

[les +] Touchant, crédible, mignon.

[les -] Un peu classique.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Un mot, des titres #51 : Moi
Challenge Gourmand #7 : Bière

 

 

Du même auteur :

■ Dav  En route pour l'avenir  Pour toujours... jusqu'à demain

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

Commande-moi
Royal Saga, tome 1

Geneva LEE

Hugo & Cie - 2016

436 pages

 

 

  

 

 

 

Clara Bishop est une femme moderne. Brillante jeune diplômée, introvertie et échaudée par un passé amoureux catastrophique, elle est bien décidée à faire de sa carrière un succès. Elle accepte un jour de suivre sa colocataire à une réception huppée à laquelle participe tout le gotha et rencontre un bel et mystérieux inconnu au charme ravageur au détour d'un couloir. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle découvre quelques jours plus tard à la une de tous les journaux à scandale une mauvaise photo floue de leur furtif baiser. Elle a embrassé le Prince héritier Alexander de Cambridge et il veut la revoir... Prince d'accord mais surtout bad boy ! Pas prince charmant pour deux sous. Il contrôle, il exige. Il est dangereux. Et elle n'arrive pas à lui dire non... Tous les deux ont des secrets qui pourraient les déchirer ou les conduire à se rapprocher, mais les paparazzi emmêlent tout. Elle doit décider jusqu'où elle est prête à aller... pour le roi et pour le pays. Entre secrets et scandales, une relation explosive naît de leurs étreintes passionnées mais le sort et la presse s'acharnent et tous deux luttent autant contre leurs démons que leurs familles pour arriver à s'aimer.

 

 

Honnêtement, je ne pense pas que j'avais déjà sérieusement envisagé de lire ce livre. La petite soeur étant dans une phase 50 nuances de Grey et n'appréciant pas spécialement ce genre, je lui pique rarement ses derniers bouquins achetés... Mais bon, le Challenge Un mot, des titres est passé par là avec sa session moi.

 

En fait, j'ai assez aimé ce livre. Je ne suis pas entièrement convaincue, mais j'ai passé un suffisamment bon moment pour avoir envie de lire les deux tomes suivants qui traînent à la maison pour le même challenge. L'histoire a tout d'un conte de fée : je pense sincèrement que la plupart des lectrices s'est déjà rêvée en princesse. Bon, personnellement, les Casiraghi auront toujours ma préférence par rapport aux anglais (quoique, avec Harry, tout reste relatif) ;)

Je suis donc facilement rentrée dans cette histoire avec cette rencontre inattendue, sensuelle et pleine de promesses. J'ai également beaucoup aimé le rapport avec la presse et les rencontres catastrophique avec l'entourage d'Alexander : j'ai trouvé ces scènes vraiment crédibles.

Cependant, comme toujours, j'ai été beaucoup moins sensible à l'étalage de fortune qui est fait dans ce livre : tant dans les gardes-robes que dans les commentaires financiers que l'on peut lire au cours de conversation... Personnellement, je trouve ça vulgaire et ne pense pas que ce soit de belles valeurs à partager avec les potentiels jeunes lecteurs qui pourraient lire cette histoire. C'est vrai que quand on imagine le prince charmant de nos rêves, il est souvent riche, mais dans la réalité, c'est rarement le cas ;)

L'autre point qui ma gênée c'est la profusion de scènes de sexe. Je n'aime pas ça dans les livres puisque, bien souvent, ça n'apporte strictement rien à l'histoire. Et, là, particulièrement, c'est le cas : Alexander a beau être un "dieu du sexe", il n'en reste pas moins à court d'imagination. Les scènes de sexe se suivent et se ressemblent... Sans oublier qu'il a cette fâcheuse manie d'appeler Clara "mon chou" : je trouve ça particulièrement ridicule.

La fin est plutôt sans surprise : dire que l'on ne s'y attendait pas serait mentir. Pour le coup, j'ai un peu peur d'une série suivant le même schéma que Twlight. Les tomes suivants me diront à quoi m'en tenir ;)

 

J'ai trouvé Clara particulièrement clichée : elle fait systématiquement ce qu'on s'attend à ce qu'elle fasse. En soit, ce n'est pas dérangeant puisqu'elle reste sympathique mais je pense qu'elle aurait été beaucoup plus crédible si l'auteur ne l'avait pas autant accablée d'un passé sordide.

En parlant de passé sordide, il en va de même avec Alexander : en voulant jouer avec le côté sombre du Prince charmant, je crois que l'auteur en a trop fait côté mystère... a un tel point que je n'ai pas envie de le creuser pour apprendre ce qu'il s'était passé.

Cela dit, j'ai beaucoup aimé Belle (même si sa vie coincée m'irrite beaucoup) et sa tante !

 

Du côté de l'écriture, j'ai trouvé que la lecture était vraiment fluide. L'histoire avance bien, vite et il n'y a pas de temps mort (a part ces fameuses scènes de sexe). On sent tout de suite que Geneva LEE a une affection réelle pour ses personnages et qu'elle se retrouve en Clara : c'est sympa' cet investissement mais, du coup, je trouve que l'histoire est à la limite du "trop rêvée" ce qui met parfois sa crédibilité en jeu.

Un premier tome qui donne envie de découvrir la suite.

 

  

[les +]  Touchant, "magique", plutôt crédible.

[les -] Des scènes de sexe qui se ressemblent toutes.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Un mot, des titres #51 : Moi
Challenge Des gages ta PAL #9

 

Du même auteur :
Royal Saga tome 2 : Captive-moi  tome 3 : Couronne-moi

Repost 0
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

Intouchables
Campus, tome 3

Kate BRIAN

France Loisirs - 2011
298 pages

 

 

 

 

 

 

Thomas Pearson vient d'être retrouvé mort aux abords du lycée, probablement assassiné. Les enquêteurs investissent l'internat et entament une série d'interrogatoires. Après avoir longuement hésité, Reed et Josh, le camarade de chambre de Thomas, choisissent de révéler à la police les activités illégales auxquelles se livrait le garçon. Cette décision les rapproche, et ils deviennent peu à peu amis. reed découvre en Josh un garçon adorable, et s'aperçoit avec horreur qu'elle est en train de tomber amoureuse de lui.
Peut-elle si vite remplacer Thomas ? N'est-ce pas trahir sa mémoire que de sortir avec son meilleur ami ? Les Billings voient cette aventure d'un mauvais œil et distillent progressivement d'inquiétantes informations à Reed : Josh souffrirait de schizophrénie et aurait quitté son ancien lycée après la mort suspecte de son camarade de chambre...

 

 

Encore un livre qui attendait sagement dans la bibliothèque de la petite sœur que la session Jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs arrive ! ;)

 

Campus ne m'avait pas laissé jusqu'à présent de souvenirs impérissable et, clairement, ce ne sera pas avec ce tome que cela va changer ! Plus j'avance dans cette série et moins je sais quoi en penser : on va de drame en drame le tout à la sauce Gossip girl. Bref, plus ça va et plus le manque de crédibilité de la série me dérange : je ne me reconnais nulle part dans ces livres !

Je crois que le problème est avant tout l'ambiance qui est plutôt malsaine : on ne sait jamais à qui faire confiance et tous les liens que tisse Reed finissent par se retourner contre elle. Ce côté riche où des gamins exhibent l'argent de leurs parents m'agace et pourrait presque me choquer... Ce ne sont pas mes valeurs et concrètement, je trouve dérangeant qu'un auteur se serve de gosses friqués pour faire "rêver" de jeunes lecteurs : c'est bien à ça que servent les livres, non ?

L'autre point négatif de la série, et en particulier de ce tome, c'est qu'il ne se passe absolument rien pendant les trois quarts du bouquin. Il faut attendre les trois derniers chapitres pour qu'il y a davantage d'actions, que les grandes révélations soient faites et que les drames arrivent ! Du coup, après s'être ennuyés 200 pages, on n'en profite même pas. De même, les romans se finissent systématiquement sur des cliffhangers : sérieux, c'est vraiment trop commercial. Bref, j'aime pas.

Mais pourtant, l'histoire a ce petit quelque chose qui fait qu'on prend plaisir à la lire et que l'on a envie de connaître la suite des événements ! Autant dire que, sans aucun doute, je lirais la suite.

 

Reed gagne en sympathie dans chacun des romans : malgré tous les événements qui se réalisent autour d'elle, elle garde la tête froide et son sens critique. C'est une jeune fille plutôt intéressante à suivre tant elle n'est pas matérialiste et qu'elle s'attache à de jolies valeurs chez ses amis.

Par contre, son entourage et plus particulièrement les filles Billings, sont aussi superficielles que mystérieuses : au bout de trois tomes, je ne sais toujours pas mettre de mots sur ce qui me dérange chez elles !

 

Je crois que le problème dans l'écriture de Kate Brian c'est qu'elle a oublié avec le temps qu'écrire est avant tout une histoire de sentiments qu'un moyen de gagner sa vie. Quand je la lis, je n'ai pas l'impression qu'elle a pris du plaisir à nous raconter son histoire mais plutôt qu'elle s'est demandé comment tirer le maximum d'argent de son idée. Bref, je trouve cette série beaucoup trop commerciale et ça me dérange.

Agréable mais dérangeant.

 

 

[les +] Plutôt addictif.

[les -] Des valeurs dérangeantes.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Bookineurs en couleurs #3.5 - Jaune
Challenge Des gages ta PAL #9
Challenge Gourmand #7 : Bière

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :
 Campus  tome 1 : Bienvenue à Easton  tome 2 :Sur invitation

Repost 0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

 

La face cachée de Margo
John GREEN

Gallimard (Scripto) - 2014
386 pages

 

 

 

 

 

 

 

Quentin Jacobsen a passé toute sa vie à aimer la magnifique et aventureuse Margo Roth Spiegelman à distance. Le jour où elle ouvre sa fenêtre et grimpe dans sa vie, habillée comme un ninja et l'invitant dans une ingénieuse quête de revanche, il suit. Après cette nuit blanche, un nouveau jour commence et Quentin découvre en arrivant à l'école que Margo, qui avait toujours été une énigme, est maintenant devenue un mystère. Mais il apprend bientôt qu'elle a laissé des indices et qu'ils sont pour lui. Le chemin pour la retrouver est loin d'être tout tracé, et plus il avance, mois il reconnait la fille qu'il croyait connaître.

 

 

Visiblement, ce livre attendant sagement la session Jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs pour sortir de ma PAL (ou plutôt de la bibliothèque de la petite soeur).

 

Jusqu'à présent, John Green, ou plutôt ses romans, ne m'avaient pas laissé de souvenirs impérissables : j'apprécie ses histoires et ses héroïnes mystérieuses mais elles ne m'ont pas bouleversées. Encore une fois, c'est le cas avec La face cachée de Margo.

Pourtant l'histoire commence bien entre le mystérieuse drame de l'enfance, cette amitié qui s'éloigne et les tribulations des adolescents. Ce sont des thématiques qui me parlent et que j'apprécie généralement. Bref, j'ai adoré l'idée de ces vengeances plutôt drôle et de ce jeux de cache-cache entre Margo et Quentin. Mais... ça s'arrête là : l'histoire reste "facile" bien qu'elle soit très agréable.

En effet, elle reste assez clichée : entre les groupes sectaires du lycée qui finissent par se mélanger, les parents un peu fêlés et la trop grande liberté laissée à ces adolescents, l'histoire manque cruellement de réalité. Bon, je veux bien croire qu'elle se passe aux US et que c'est différent là-bas, mais bon, je n'espère pas à ce point.

Cependant, j'ai beaucoup aimé l'histoire des villes de papier dont je ne connaissais pas l’existence et la conclusion. Je ne m'attendais clairement pas à ce genre de fin d'autant plus qu'elle n'est pas du tout américaine (par là, j'entends que tout ne se termine pas bien). C'est un peu triste mais l'espoir reste là.

 

Autre point un peu décevant, ce sont les personnages : qu'est-ce-qu'ils sont clichés ! Entre l'obsédé du sexe qui n'arrive pas à conclure (Ben), le génie de l'informatique (Radar), la jolie fille un peu naïve (Lacey) et le fils parfait (Quentin), on va de répliques clichées en répliques clichées. Ce n'est pas forcément dérangeant en soit, puisqu'ils sont tous sympathiques, mais, du coup, on se croirait davantage dans un film que dans un livre. Et, forcément, ça joue aussi sur la crédibilité de l'histoire. Mais bon, ça ne m'a pas empêchée de m'attacher tout de même à la joyeuse petite bande d'amis !

 

J'aime beaucoup l'écriture de John Green : je trouve qu'il y a toujours un peu de magie et de mystère dans ses univers et La face cachée de Margo ne fait pas exception. C'est drôle, touchant et ça a un goût de liberté assez incroyable. Au final, tant pis si ce n'est pas crédible, j'ai passé un excellent moment !

Une histoire pas forcément crédible mais mystérieuse et libératrice !

 

 

[les +] De la liberté, des personnages sympathiques.

[les -] De nombreux clichés, une histoire peu crédible.

  : 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Bookineurs en couleurs #3.5 - Jaune

Challenge Gourmand #7 : Bière

 

 

[l'avis de la petite sœur]

Du même auteur :

Qui es-tu Alaska ? Nos étoiles contraires

Repost 0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

 

Dans le silence de l'aube
Françoise BOURDIN

France Loisirs - 2007

338 pages

 

 

 

 

 

 

 

A 27 ans, Axelle Montgomery est une jeune femme au caractère bien trempé qui tient d'une main de maître les rênes de l'écurie familiale depuis l'accident qui a laissé Ben, son grand-père adoré, en fauteuil roulant. Cependant, si tout semble lui réussir, son assurance et se triomphes ne sont pas du goût de tout leemonde. Entre son frère, un ancien jockey, jaloux de sa position, et les propriétaires de chevaux de courses qui hésitent à lui accorder leur confiance parce qu'elle est une femme, Axelle a fort à faire. Sans compter l'amour qui s'invite inopinément dans sa vie... Deux prétendants se disputent ses faveurs : d'un côté Antonin, un jockey-vedette qui l'attire mais dont elle se défend de tomber amoureuse malgré la brève liaison qu'elle a eue avec lui dans le passé, de l'autre Xavier, un séduisant informaticien qui se trouve être le fils d'un propriétaire de chevaux confiés à Axelle, mais dont l'univers est fort éloigné du monde des courses. Malgré tous les dangers qui planent au-dessus d'elle, malgré les mystères et les drames qui ont marqué sa famille, Axelle parviendra-t-elle à prouver qu'elle est la digne héritière des Montgomery, et forger ainsi son propre destin ?

 

 

Comme précédemment, c'est encore grâce à maman que je me suis lancée dans cette lecture dans le cadre de la session Jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs.

J'ai toujours eu un faible pour les épopées familiales, pour les lectures détentes de celles que je qualifie parfois de "lectures faciles". Vous savez, ces livres sympathiques dont, au final, on n'attend pas de miracle, juste un bon moment de lecture. Sans aucun doute, Dans le silence de l'aube en fait partie. 

 

À la base, je n'ai pas vraiment d'atomes crochus avec cette histoire : le monde équestre ne m'intéresse pas du tout et j'ai vraiment du mal à comprendre ses codes et, plus généralement, l'amour des Hommes pour les chevaux. Je trouve leur puissance assez inquiétante et ce livre n'aura rien fait pour me faire démentir !

Par contre, j'ai vraiment aimé le côté familial de cette histoire. Entre les jalousies, les secrets de famille et les tuiles qui tombent sur l'écurie... on ne s'ennuie pas ! D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé le fait que, même si Axelle est l'héroïne principale, l'auteure prennent le temps de nous faire connaître chacun des membres de la famille, voire leurs pensées.

Un autre point fort de ce livre est de nous faire oublier les drames familiaux pour nous faire passer de bons moments : tous les événements du livre sont loin d'être joyeux mais ça n'efface pas pour autant les joies ni même la bonne humeur de la cousine, Kathleen.

La fin est agréable puisqu'elle est pleine de promesses et d'espoir. J'aime beaucoup le message qu'elle laisse passer comme quoi le bonheur se cache partout et qu'il faut savoir oublier le passé pour pardonner et avancer.

 

Axelle m'a beaucoup plu : la jeune femme est une fonceuse qui n'oublie pas ses objectifs et les sacrifices qu'elle a fait dans le passé pour avancer d'autant plus vite et gagner constamment en puissance. C'est un personnage intéressant puisque, à mon sens, c'est un bon exemple à suivre. Par contre, en dehors de Ben et des cheveux, j'ai trouvé qu'elle manquait un peu d'émotion envers les choses qui l'entourent : être forte est sans aucun doute une belle qualité, mais ça ne veut pas dire qu'il faut se refermer...

J'ai également beaucoup apprécié Constant - l'oncle un peu naïf -, Xavier - le prétendant outsider - et Kathleen - la cousine fêtarde. Tous trois sont intéressants et nous permettent de nous ouvrir aux différences qui nous entourent : ils ne jugent pas, et pour cause ! Ils sont loin d'être ce que leurs proches s'attendaient à ce qu'ils soient !

 

J'ai beaucoup aimé lire ce roman : Françoise Bourdin a une écriture tranquille, fluide. Ce n'est peut-être pas de la grande littérature mais c'est universel de par la simplicité de ses mots. Malgré les événements parfois terribles qui se déroulent dans son histoire, elle garde un ton calme et ouvert ce qui permet de relativiser les rebondissements mais également nos petits malheurs quotidiens personnels.

Une lecture simple et agréable.

 

 

[les +] Une histoire  mignonne, sans prise de tête malgré les drames.

[les -] Un peu classique.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Bookineurs en couleurs #3.5 - Jaune
Challenge Des gages ta PAL #9

Challenge Gourmand #7 : Bière
Challenge Lire sous la contrainte #34 - Apostrophe

 

Du même auteur :
 BM Blues  Comme des frères

 
Repost 0
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

Qui c'est, ce garçon ?
Nicole de Buron

Éditions France Loisirs - 1985
310 pages

 

 

 

 

 

 

 

Allons bon, c'est LUI ! Le premier amoureux de "Petite Chérie", votre fille adorée de seize ans et demi. Qui passe des heures entières au téléphone, fait l'école mais adore les fringues, vit entourée d'un troupeau d'adolescents dot vous ignorez les noms. Et voilà qu'elle vous réclame la pilule, rit gentiment quand vous tentez de lui expliquer les choses de l'Amour, fait la manche avec l'élu de son cœur, essaie de noyer une rivale dans les W.C. de l'école. Et pourtant, vous en avez déjà vu de drôles (et vous continuez)avec votre baba-cool de "Fille Aînée" qui, elle, s'était amourachée d'un hippy en sabots, d'un trotskyste boutonneux, avant de vivre de tumultueuses amours conjugales avec M. Gendre. Dans votre vie, perturbée par vos filles bien-aimées, il y a aussi "l'Homme", votre cher compagnon, et "Petit Garçon" qui, d'une menotte de fer, va vous transformer en Mamie...

 

 

Encore un livre jaune pour la session Jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs ! Je pensais que je n'aurai quasiment rien à lire, mais c'était sans compter sur maman qui m'en a déniché plein pendant l'été ;)

 

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre avec ce roman : entre la couverture bien marquée années 80 et le résumé ne laissant apparaître aucun nom, j'avais un peu peur de me lancer dans sa lecture. Et, effectivement, même si j'ai passé un bon moment avec ce roman, certaines choses m'ont dérangées.

 

Bizarrement, même si beaucoup de choses ont changé en 30 ans, je trouve que cette histoire a relativement bien vieilli : la plupart des situations sont encore criantes de vérité aujourd'hui. Ou du moins me le semble : ça fait 10 ans que je n'ai plus 16 ans et - encore heureux - je n'ai pas encore d'enfants de cet âge (ni d'enfants tout court). Du coup, j'ai reconnu bon nombre de situations vécues dans celles citées ce qui ne m'a pas laissée insensible du tout !

Par contre, je n'ai pas vraiment compris la logique de l'enchaînement entre les scènes : parfois on retourne en arrière puis l'on repasse dans un passé plus récent ou un présent sans que ce soit indiqué clairement. Résultat, impossible pour moi de savoir réellement à quel moment se situait ma lecture... Ce "détail" m'a pas mal dérangée pendant ma lecture : ce n'est pas vraiment reposant et ça m'a un peu empêchée de me plonger vraiment dans cette histoire.

Cela dit, j'ai globalement bien aimé ce roman : c'est touchant, souvent drôle et la fin est on-ne-peut-plus réaliste ! A proprement parlé, ce n'est pas une fin... Mais dans Qui c'est, ce garçon ?, on est tellement plongé dans la vie telle que l'on la connaît qu'il n'est pas difficile du tout, pour le lecteur, d'imaginer ce qu'il va se passer ensuite ;)

 

L'autre point qui m'a dérangée, c'est le fait que l'héroïne (la maman) n'appelle jamais ses proches par leur nom mais par des "surnoms" qui sont davantage des rôles : "fille aînée", "M. le gendre", "l"Homme"... Je trouve que ça crée une distance inutile qui nous empêche de vivre pleinement l'histoire. A cause de ça, je trouve que l'on a davantage de mal à s'identifier aux personnages du roman et donc à rentrer dans leur vie.

Cela dit, j'ai trouvé les personnages sympathiques dans l'ensemble malgré leur fantaisie parfois déstabilisantes !

 

C'était la première fois que je découvrais l'univers de Nicole De Buron et c'est réellement une bonne surprise. J'ai beaucoup apprécié l'humour dont elle use pour dédramatiser ces situations de la vie qui peuvent être un bouleversement : elle se moque gentiment de ses personnages mais l'on sent parfaitement, qu'au fond, elle a une réelle tendresse pour eux !

Une histoire agréable.

 

 

[les +] Crédible, touchant, drôle.

[les -] Quelques incompréhensions temporelles, des personnages sans nom.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Bookineurs en Couleurs #3.5 : Jaune
Challenge Des gages ta PAL #9
Challenge Gourmand #7 : Bière
Challenge Lire sous la contrainte #34 - Apostrophe

Repost 0
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

  

En avant toutes !
Françoise DORIN

Editions Plon 2007
280 pages

 

 

 

 

 

 

 

Lou a une petite trentaine. Elle a tâté du mannequinat, du théâtre, du cinéma, mais aujourd'hui, sa vie professionnelle bat de l'aile. La solution : écrire un livre. C'est ce qu'elle a trouvé pour résister à une mère brillante féministe, présidente du club "En avant toutes"... Tout un programme ! Son père, lui, est le créateur du mouvement "Ni putes, ni soumis". Là aussi, tout un programme ! Et puis... Venue faire la promotion de son livre sur un plateau de télé, elle va rencontrer Vincent, avocat de 40 ans, présentant lui aussi son nouvel ouvrage. Coup de foudre. La Tarzane va-t-elle céder face au macho plus subtil qu'il n'en a l'air ? Va-t-elle reproduire le schéma de ses parents ? Vont-ils tous réussir un couple basé sur un équilibre nouveau version XXIe siècle?

 

 

Encore une fois, c'est dans le cadre de la session Jaune du Challenge Bookineurs en couleurs que je me suis lancée dans cette lecture. Aujourd'hui, je ne sais toujours pas quoi en penser...

 

Au final, je crois que j'ai surtout trouvé cette histoire particulièrement tirée par les cheveux : les idées sont extrêmes, défendus par des moyens parfois peu défendables justement. Les personnages du roman ne savent pas vraiment faire preuve d'écoute : ils restent campés sur leurs positions sans laisser une seule ouverture possible au dialogue.

L'autre point qui m'a dérangée dans En avant toutes ! c'est la facilité avec laquelle certains personnages retournent leur veste ou se "trahissent". Du coup, personnellement, je n'ai pas trouvé qu'il y avait de belles valeurs a défendre dans ce livre.

 

Bon, cela dit, c'est plutôt intéressant la façon dont Lou et Vincent se rencontrent et s'apprivoisent. Le message est plutôt sympa' : ce n'est pas parce que l'on est différent que c'est forcément voué à l'échec.

Mais... je ne trouve pas que ces deux personnages soient vraiment crédibles : ils m'ont semblé particulièrement superficiels et loin de la réalité des gens d'aujourd'hui. Les idées qu'ils défendent, la façon dont ils vivent... n'a absolument rien en commun avec la mienne et, je l'espère, avec la plupart des Français d'aujourd'hui. 

De même, leur agressivité me les a rendu assez antipathiques, tous comme leurs proches qui pourraient presque faire peur par moment !

 

L'écriture de Françoise Dorin n'a pas particulièrement sauvée ma lecture. Je n'ai pas accroché à son humour et, à cause de celui-ci, je n'ai pas compris ce qu'elle cherchait à défendre ou communiquer avec son roman. Du coup, je l'ai lu de façon très terre à terre ce qui expliquer aussi sûrement que je sois passée à côté d'autant plus que je n'ai pas trouvé que l'auteure avait une joli plume : les phrases et mots m'ont paru sans poids et sans émotion. Pourtant, l'écriture, c'est comme la musique, non ? Pour toucher les gens, il faut s'ouvrir et leur parler avec le coeur...

Une déception.

 

 

[les +] Des contraires qui se rapprochent.

[les -] Pas d'émotion ni de jolies valeurs.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Bookineurs en couleurs #3.5 - Jaune
Challenge Des gages ta PAL #9

 

Repost 0
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 05:00

 

 

 

 

 

 

Ainsi soient-elles
Benoîte GROULT

Le grand livre du mois - 1977
228 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

On a trop longtemps pris la parole de l'homme pour la vérité universelle et la plus haute expression de l'intelligence, comme l'organe viril constituait la plus noble expression de la sexualité. Il faut que les femmes crient aujourd'hui et que les autres femmes - et les hommes - aient envie d'entendre ce cri. Qui n'est pas un cri de haine, à peine un cri de colère, car alors il devrait se retourner contre elles-mêmes. Mais un cri de vie. Il faut enfin guérir d'être femme. Non pas d'être née femme mais d'avoir été élevée femme dans un univers d'hommes, d'avoir vécu chaque étape et chaque acte de notre vie avec les yeux des hommes et les critères des hommes. Et ce n'est pas en continuant à écouter ce qu'ils disent, eux, en notre nom ou pour notre bien, que nous pourrons guérir.

 

 

J'ai commencé à lire ce livre totalement par hasard, du fait de la session jaune du Challenge Bookineurs en couleurs. Honnêtement, je ne pense pas que je l'aurais fait dans d'autres circonstances : je défends la cause féminine mais j'ai du mal avec les féministes des premiers instants que je trouve, dans notre monde d'aujourd'hui, inutilement agressives.

 

Ainsi soient-elles a été écrit en 1976 par Benoîte Groult : autant dire tout de suite qu'on est en plein dedans ! Et effectivement, beaucoup de passages m'ont mise mal à l'aise : les descriptions explicites et extrêmement détaillées des rites d’excision particulièrement ou encore le fait de pointer du doigt certains de mes auteurs favoris. Alors, oui, à l'époque il fallait choquer pour convaincre et dénoncer. Mais clairement, aujourd'hui, il faut être plus subtiles que ça pour être entendues et comprises.

 

Au final, ce n'est pas tant le contenu du livre qui m'a dérangée que le choc culturel entre deux époques. Concrètement, j'ai appris des tas de choses en lisant Ainsi soient-elles. Des choses intéressantes et d'autres que j'aurais préféré continuer à ignorer : je ne suis pas certaine que remuer la m**de du passé soit un moyen efficace pour oublier, passer à autre chose et donc avancer sur de meilleures bases.

 

Benoîte Groult n'est clairement pas une écrivaine : elle prend trop de place dans ce livre pour que le lecteur puisse s'y faire une place agréable. Personnellement, je n'ai pas senti particulièrement de dialogue ou d'ouverture d'esprit dans cette lecture : elle fait tout pour nous convaincre du bien fondé de sa cause (ce qui est normal) mais, du coup, elle nous impose ses idées sans aucune possibilité de les contrer. En lisant ce livre, j'ai eu l'impression d'un étaux se renfermant sur mois ce qui est vraiment dommage : le féminisme reste aujourd'hui encore une belle cause à défendre. Mais comme je le disais plus haut, c'est sans aucun doute du au fait que nous ne la défendons aujourd'hui plus de la même façon que dans les années 70.

Un féminisme agressif et dénonciateur.

 

 

[les +] Beaucoup d'apprentissages historiques intéressants.

[les -] Agressif, dénonciateur, malaisant.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Bookineurs en couleurs #3.5 - Jaune

Challenge Des gages ta PAL #9

Repost 0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs