Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/35/35020/couv23219818.jpgComme tous les fedeylins, petits êtres ailés vivant au bord d'une mare qui constitue leur monde, Cahyl éclot sur un nénuphar. Comme tous les fedeylins, il doit braver la noyade et de dangereux poissons avant d'atteindre le rivage. Comme tous les survivants de cette première épreuve, Cahyl se présente devant les Pères Fondateurs, avide de connaître la caste choisie pour lui et l'avenir tout tracé qui l'attend.
Mais Cahyl est différent : il lui manque la marque qui le lierait à son destin. Son existence même fait trembler les bases de sa société et cela, tout le monde n'est pas prêt à l'accepter.

 

 

 

 

J'ai offert ce livre il y a quelques années à la petite soeur pour Noël. Les avis sur internet étaient vraiment positifs, alors bien que ce ne soit pas son genre de lecture habituel, je lui avais pris en me disant, qu'au pire ça devrait me plaire ! Et, effectivement, elle n'a pas trop aimé et j'ai adoré (comme quoi, les cadeaux intéressés ont parfois du bon !).

J'ai profité des challenges Bookineurs en couleurs de Liyah et New PAL 2013 de Yukarie pour le sortir de ma PAL.

 

L'histoire de ce livre m'a vraiment charmée. J'ai beaucoup apprécié découvrir l'univers des Fedeylins avec Cahyl : bien qu'ils soient pas très différents de nous, leur société l'est beaucoup de la notre et j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à découvrir comment ils fonctionnaient et particulièrement les castes. Je crois que c'est ce qui a particulièrement agacé les déçus de ce livre : dans Les rives du monde, l'on apprend à connaître les Fedeylins plutôt que l'on ne vit de grandes aventures.

 

L'autre chose qui m'a beaucoup plu, ce sont les liens qui unissent les différents personnages. La maman de Cahyl m'a beaucoup touchée dans sa façon d'aimer ses enfants. Melyna et Andara, les deux grandes soeurs de Cahyl m'ont beaucoup plu : j'ai beaucoup aimé la façon dont elles protégeaient leur petit frère.

L'amitié entre Cahyl et Glark m'a beaucoup plu : j'ai aimé le fait que Cahyl soit le seul à comprendre et a savoir certaines choses à travers Glark. Et puis c'est une jolie façon de rappeler qu'il faut connaître quelqu'un avant de se permettre de le juger.

Dayan, Ercham et Leütbald, les trois petits frères de Cahyl m'ont moins touchée. Ils sont beaucoup plus exclusifs et leur jalousie envers leur grand frère ne les montre pas non plus sous leur meilleur jour.

 

J'ai trouvé l'écriture de Nadia Coste très agréable : elle est très tendre ce qui va parfaitement avec son histoire douce, poétique et féerique. Elle a un style vraiment très chaleureux ! Il me tarde de découvrir le second tome qui m'attend dans ma PAL !

Fedeylins est un univers à découvrir :)

 

 

[les +] de la douceur, de la poésie et beaucoup de féérie, des liens forts entre les personnages, une société intéressante et intriguante

[les -] peu d'action ce qui pourra déplaire à certains

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/95/95940/couv62116966.jpgCapucine Guillon, rédactrice de questions pour jeux télévisés, maman solo de trois ados mal dégrossis, n'a pas vraiment le profil de la femme fatale épanouie ni de la businesswoman accomplie. Son irrésistible attrait pour tout ce qu'il faut éviter et son manque cruel de discernement la mettent dans des situations que certains qualifieraient de pathétiques mais qu'elle assume avec beaucoup d'humour et une pointe d'inconscience. Sous la plume de Fred Ballard sa vie frise même l'épopée burlesque !

 

 

 

 

 

 

La petite soeur s'est acheté ce livre il y a quelques mois et vu son titre plein d'humour, j'étais assez curieuse de découvrir cette histoire. Le mois vert du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah passant par là, je me suis enfin décidé à ouvre Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middelton ! et bien que j'ai passé un très bon moment avec ce roman, je ne suis pas vraiment sous le charme.

 

Il n'y a qu'une seule chose qui m'a dérangée dans ce roman et malheureusement, c'est quelque chose qui me tient à coeur : le manque de crédibilité. Du coup, ce qui arrive a Capucine est tellement gros, que l'humour en devient lourd et que le texte perd en fraîcheur. Pourtant, cela pourrait être amusant ! Mais c'est tellement peu crédible, que je n'ai pas pu y croire, ni eu envie d'y croire. Surtout que ça va parfois à l'encontre de la personnalité de certains personnages : par exemple, Capucine semble être une femme intelligente, mais alors pourquoi tient elle a faire un mariage blanc dans l'unique but de garder son nom d'épouse ? (je ne sais pas vous, mais je trouve que c'est plutôt une réflexion de potiche idiote...).

 

Pourtant, en soit, l'histoire est sympathique et plutôt amusante. Je me suis assez facilement attachée à Capucine qui n'a pas grand chose à voir avec moi, avec sa petite quarantaine et ses trois ados boutonneux et pas toujours très futés. Ses frasques au travail m'ont autant amusée qu'agacée et j'ai apprécier la voir se démener pour emmener ses trois garçons en vacances.

 

J'ai également bien aimé la structure du texte et notamment son découpage en mois : du coup, les "chapitres" sont un peu longs, mais ça ne m'a pas posé de problèmes.

L'écriture de Fred Ballard est agréable, mais le manque de crédibilité de l'histoire, l'alourdit malheureusement : l'humour passe plus difficilement et du coup, ça manque de fraîcheur et de légèreté.

Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middelton ! est une lecture agréable.

 

 

[les +] des personnages attachants, une histoire intéressante, une narration agréable

[les -] un manque de crédibilité, de fraîcheur et de légèreté, de la lourdeur dans l'humour

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/53/53369/couv58759496.jpgBeaupré et ses 100 hectares : Alfred, maître absolu de son fief, a toujours fit régner sur sa femme, ses fils et ses brus une loi d'airain. A sa mort, ses héritiers se prennent à rêver. Enfin, ils vont se partager le domaine ! C'est oublier le testament, assorti d'un codicille empoisonné à l'adresse de Jeanne, leur demi-sœur : "Elle fut ma joie au quotidien, elle est mon espoir. Je compte sur elle pour que ce qui doit être fait de bien et de beau le soit".
A Beaupré, ma guerre civile ne fait que commencer... Quelles jalousies expliquent, dans Terre de sang, l'étrange assassinat d’Émile, le mari de Jeanne, retrouvé mort dans son champ, une plaie à la tête ? Quelles haines antiques, dans De l'autre côté de la rivière, séparent les villageois de Neuville et ceux de Bulcy, dans le Nivernais des années 1960 ?

 

 

Bien que ce livre soit dans ma PAL depuis presque une année, il ne me tentait pas plus que ça. Mais bon, comme je suis souvent agréablement surprise par les livres "terroirs historiques" que s'achète ma maman, j'étais tout de même assez curieuse de le lire. Du coup, grâce au mois vert du Challenge Bookineurs en couleurs de Liyah et au Challenge New PAL 2013 de Yukarie, je me suis enfin plongée dans sa lecture. Mais bon, voilà, bien que le style de Jacques Mazeau soit très agréable, la magie de ces trois histoires n'aura pas vraiment fonctionné sur moi.

 

Le pré aux corbeaux est l'histoire que j'ai préférée. J'ai beaucoup aimé son côté concret et assez terrible : on a pas de mal à croire ce qu'il se passe dans cette histoire. L'ironie des situations m'a beaucoup plu : entre la distribution des biens d'Alfred et les couples étonnants qui se forment, l'histoire ne manque pas de surprises ! D'autant plus que je n'avais vraiment pas vu la fin venir.

Sans oublier que les personnages de Jeanne et Alain sont vraiment attachant.

 

Terre de sang m'a également bien plu, par contre, je dois dire que je me suis sentie un peu perdue au début de cette histoire : les personnages portants les mêmes noms que ceux de l'histoire précédent, je pensais qu'il s'agissait des mêmes, mais leur histoire personnelle n'avait rien a voir ! J'ai beaucoup apprécié le côté policier de cette seconde histoire, bien que l'on devine assez aisément qui se cache sous le meurtre d'Emile. La petite Cécile m'a beaucoup plu.

 

De l'autre côté de la rivière est ma petite déception pour ce roman. L'histoire est beaucoup plus longue que les deux précédentes et plus fouillis, du coup, je n'ai pas particulièrement accroché à cette histoire. J'ai d'ailleurs eu beaucoup de mal à comprendre où Jacques Mazeau voulait en venir. Et puis, je dois dire aussi que les personnages ne m'ont pas particulièrement touchée, ce qui n'aide pas vraiment à apprécier l'histoire...

 

 

[les +] des personnages sympathiques, une ambiance "terroir" très marquée, trois styles d'histoires bien différents

[les -] un peu prévisible, une histoire en dessous des deux autres.

Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/81/81552/couv13607973.jpgIl y a dix ans, Bella s'est secrètement mariée avec Steve, son amour d'enfance, avant de le quitter.
La jeune femme a toujours gardé ce mariage secret et, lorsqu'elle rencontre Philippe, un homme charmant, attentionné et drôle, elle ne peut pas résister.
« Oubliant » qu'elle est encore mariée (en tout cas techniquement...), elle passe devant Monsieur le maire sans jamais révéler son secret à son nouveau mari.
Après tout, il y a des années qu'elle n'a pas vu Steve et elle ne le reverra probablement jamais ! Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'au jour où...
la meilleure amie de Bella tombe amoureuse de...
Steve ! Les choses pourraient-elles être encore plus compliquées pour Bella ?

 

Le mois vert du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah m'aura permis de sortir Deux maris, sinon rien de ma PAL. D'autant plus qu'il fait également parti de mon challenge New PAL 2013 de Yukarie.

J'étais assez curieuse de découvrir cette histoire au résumé plutôt prometteur, cela dit, la taille du bouquin (600 pages) me freinait un peu : bien que j'aime beaucoup la chick-lit, les pavés me font toujours peur...

 

L'histoire m'a beaucoup plu. En lisant le résumé, je ne voyais pas trop comment Adele Parks avait pu exploité le sujet et pour le coup, je ne suis pas déçue ! Plus j'avançais dans l'histoire et plus je me demandais comment l'auteur allait pouvoir s'en sortir tellement les évènements qui s'y passe sont "graves"... La chick-lit se fini toujours bien, du coup, je voyais mal comment elle allait pouvoir recoller les morceaux. Mais bon, la fin était totalement à la hauteur de mes espérances !

 

Etonnament le personnage de Bella m'a bien plu. Vu qu'elle est au coeur de cette histoire et qu'elle est loin d'avoir le bon rôle, je ne pensais pas vraiment l'apprécier, d'autant plus qu'elle est assez maniérée. Mais bon, son dynamisme et sa spontanéité m'ont beaucoup plu.

J'ai encore plus apprécié le personnage de Laura : elle est simple, naturelle et adore son fils. C'est un peu une madame-tout-le-monde sans pour autant qu'elle passe inaperçue : elle a vraiment beaucoup de présence. J'ai beaucoup aimé son côté à fleur de peau bien qu'elle soit loin d'être une pleurnicharde.

Steevie et Philip ne m'ont pas particulièrement touchée, ni Amélie d'ailleurs. On connaît moins leurs sentiments lors de cette histoire, du coup, ils nous sont plus distants.

 

L'écriture d'Adele Parks m'a bien plu. Elle est dynamique et claire, sans oublier que les sentiments des différents personnages ont une grande place dans l'histoire sans qu'elle devienne pour autant larmoyante. L'histoire ne manque également pas d'humour et d'ironie ce que j'ai trouvé très agréable. Par contre, je trouve que Deux maris, sinon rien manque un peu de fraîcheur. Mais bon, ça peut-être que la taille du bouquin y est pour beaucoup...

Deux maris, sinon rien est un livre très agréable.

 

 

[les +] une histoire originale et intéressante, de l'amour, de l'humour, des personnages sympathiques

[les -] trop de pages, un petit manque de fraîcheur

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:15

Chronique de mai 2011

 

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv74457755.gifFlorent a presque l'impression de connaître Patrick. Il le voit chaque fois qu'il va faire des courses avec sa mère.
Patrick n'a pas de domicile. Il s'est installé entre la cafétéria du supermarché et la boulangerie : des cartons en guise de tapis, un matelas, un duvet, une couverture, une petite radio et un poster de Johnny.
Florent regarde Patrick et il réfléchit. Il se pose des questions. Comment dormir au chaud quand d'autres ont froid ?

 

 

 

 

 

 

Tout le monde ne peut pas être clochard est un livre étonnant. Il fait parti des livres qui parle de la vie, pas de celle qu'on a, mais de celle qu'on espère ne jamais avoir : on parle de ce qui n'arrive, il parait, qu'"aux autres". Tout dans ce livre montre qu'on peut facilement arriver dans la rue, sans qu'on sache comment survivre, comment faire, comment résister, comment survivre aux regards...

 

Toute cette vérité nous est racontée par Florent, un collégien, qui tous les jours rencontre Patrick, un SDF qui vit devant un magasin à côté de son collège.

Tout les deux sont des personnages très agréables et attachants, même si ils nous sont un peu lointain, comme la plupart des personnages des livres pour enfants... On les voit, on les suit, mais pourtant on ne les connaît pas réellement, c'est assez étrange. Mais ça donne une saveur particulière à l'histoire : ça renforce le mal être que beaucoup de gens ont face aux SDF...

 

Tout le monde ne peut pas être un clochard est une histoire assez simple, qui nous parle d'évènement que l'on connaît, de choses que l'on voit tous les jours dont on ne fait pratiquement plus attention. Il nous met face à nos réactions, à ce qu'on ne voit que chez les autres mais qu'on ne soupçonne pas chez nous.

C'est un livre qui nous remet à nos place, face à nos défauts et qui nous fait ouvrir grand les yeux sur les gens qui nous entoure.

Tout le monde ne peut pas être clochard est vraiment un livre qui mérite d'être lu !

Repost0
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/77/77847/couv19137477.jpg1825, en Provence.
Fils d'un riche propriétaire terrien, Jean-Baptiste est injustement accusé par sa belle-mère d'avoir voulu abuser d'elle. Ulcéré, son père le bannit pour toujours du mas de son enfance.
Passionné par les plantes et les fleurs comme sa mère, il devient colporteur-droguiste et sillonne la France. Quand il rencontre Lilas, fille de sourciers et de guérisseurs, il croit avoir vaincu l'adversité.
Mais son bonheur s’évanouit dans les tumultes d'une Provence en révolte contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Déshérité, maudit par son père, Jean-Baptiste ne perd pas de vue son objectif : reconquérir ses droits sur le Mas des Tilleuls...

 

 

 

 

Je continue mon épopée dans les livres verts de ma PAL pour les challenges Bookineurs en couleurs de Liyah et New PAL de Yukarie avec Le mas des Tilleuls de Françoise Bourdon. C'est le troisième livre de l'auteur que je découvre et mon plaisir à lire ses romans intergénérationnels se confirme.

 

L'intrigue tout en simplicité m'a beaucoup plu : dans Le mas des Tilleuls, il n'est question que de jalousie fraternelle et d'histoires d'amour. Et d'amour pour ses terres d'origines aussi. J'aime beaucoup la façon dont les personnages font des choix, au bon moment, même si ils auraient préférés ne pas les faire, juste parce qu'ils savent que c'est la meilleure chose à faire pour leur avenir. Il y a beaucoup de maturité dans leurs décisions, et ça me plaît énormément.

L'histoire se passe au 19e siècle ce qui m'a plu même si ça m'a assez perturbée au début : ce n'est pas vraiment une époque que je connais très bien, du coup, je n'étais pas vraiment à l'aise avec les "normes de l'époque". J'avais parfois l'impression que certains personnages avaient beaucoup plus de liberté que ce que j'avais entendu dire, notamment certains personnages féminins...

 

L'autre point du Mas des Tilleuls que j'apprécie beaucoup, c'est le fait que l'histoire se déroule sur plusieurs années : 40 ans je crois. C'est vraiment une histoire sur le long terme, avec beaucoup de personnages, sans pour autant qu'il y en ai trop. Il y a vraiment une dimension familiale dans ce roman, et ça m'a beaucoup touchée de les voir tous (ou presque) si unis.

Les différents personnages sont vraiment très sympathiques. J'ai beaucoup aimé le fait qu'ils ne soient pas particulièrement bornés et apprennent de leurs erreurs : je pense notamment à Adrienne et Lilas qui ont su passer outre leurs préjugés. En fait, je crois que c'est surtout l'amour qui les unit qui les rendent si sympathique à mes yeux : quand quelqu'un est apprécié, on a tout de suite plus envie de le connaître !

 

L'écriture de Françoise Bourdon est vraiment très agréable. On sent qu'elle aime vraiment ses personnages et qu'elle veut le meilleur pour eux (même si ce n'est pas toujours le cas de ce qui leurs arrive !). Elle a beaucoup de douceur et de calme dans son écriture, ce que je trouve très reposant et agréable.

Le mas des Tilleuls est une lecture très agréable.

 

 

[les +] des personnages sympathiques, beaucoup d'amour, une dimension familiale

[les -] une histoire peut-être trop douce

 

 

Du même auteur :

La combe aux oliviers  La nuit de l'amandier

Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/72/72449/couv56768060.jpgTout semble réussir à cette famille BCBG de Bois-Joli, petite ville des Yvelines. Nathalie et Patrice Royer affichent sérénité et prospérité : deux enfants, une jolie maison, de belles situations. Cependant, des non-dits couvent sous le vernis. Leur vie de couple est inexistante : Nathalie rêve de tromper son mari, tandis que ce dernier est déjà passé à l'acte. De plus l'avocat respectable feint d'ignorer que son épouse n'a jamais surmonté le drame qui les a frappé dix ans plus tôt. Autre indice d'un malaise sous jacent, cette mystérieuse chambre dans laquelle personne n'a le droit de pénétrer... Tout explose quand les Royer reçoivent un SMS de leur fils Grégoire, parti à New-York. Il annonce son prochain mariage avec Gala, une jeune française vivant aux Etats-Unis comme lui. La fiancée inspire immédiatement à Nathalie une très grande méfiance. Elle décide alors, guidée par son intuition, de mener une enquête sur la jeune femme. Cette réaction paranoïaque et irrationnelle va, contre toute attente, lever le voile sur de lourds secrets. Dominique Dyens esquisse le tableau d'une famille, en apparence comblée, mais en réalité au bord de l'implosion.
Rythmé par une enquête haletante, ce roman, à mi-chemin entre raison et folie, nous plonge dans les secrets d'un microcosme bourgeois où tout se révèle factice. Inscrit dans la droite lignée des films de Claude Chabrol, Intuitions, autopsie d'une écriture acérée, ce milieu prêt à tout pour sauver les apparences.

 

 

Dans l'espoir de lire toute ma PAL verte avant le 15 mai pour le challenge Bookineurs en couleurs de Liyah, je me suis enfin décidée à lire Intuitions. Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, n'ayant pas pris la peine de lire son résumé, mais au final c'est plutôt une bonne découverte riche en rebondissement.

 

J'ai trouvé l'histoire d'Intuitions très ironique en soit : les Royer sont une famille assez étriquée et dans le paraître ou chaque chose est à sa place et ou chacun dit exactement ce qu'il doit dire. Il n'y a pas vraiment de place pour la fantaisie dans cette famille et du coup, quand tout vole en éclat, tout change du jour au lendemain.

L'histoire est également très ironique par les liens que l'on découvre entre les différents personnages au fil de l'histoire : je ne peux pas donner d'exemple précis sans spolier l'histoire, mais il est clair que le destin s'acharne vraiment sur les Royer. Et que l'humour du destin n'est pas toujours du meilleur goût (même si personnellement, je dois dire que ça m'a beaucoup plu !).

L'intrigue est vraiment très bien menée et très riche en rebondissement : personnellement, je n'ai pas vu venir grand chose. Dès que l'on pense que l'on a enfin compris l'histoire, la page suivante nous démontre le contraire. En soit c'est assez essoufflant, mais vu que le roman fait à peine 200 pages, c'est agréable.

 

Les personnages ne m'ont pas été particulièrement sympathiques. D'un autre côté, il faut dire aussi qu'ils sont difficiles à cerner, notamment à cause de leur passé trouble que l'on découvre au fur et à mesure. Et puis, je dois dire personnellement aussi, que les gens qui s'évertuent à montrer à tout le monde une image qu'ils veulent parfaite d'eux même, alors que leur vraie personnalité est a des années lumières, n'attirent pas vraiment ma sympathie...

 

L'écriture de Dominique Dyens m'a bien plu : j'ai beaucoup aimé son dynamisme qui fait qu'on l'on n'a pas le temps de s'ennuyer et sa clarté et sa simplicité qui fait que, malgré la multitude des informations, l'on est jamais perdu...

Intuitions est un roman court des plus sympathiques !

 

 

[les +] une intrigue complexe et prenante, beaucoup d'ironie, une écriture agréable

[les -] des personnages assez distants et froids

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/2/2576/couv33905719.jpgPar une nuit d'hiver, assis sur de vilaines planches en bois à l'extérieur d'une maison, un petit garçon est plongé dans la lecture d'un livre de mythologie grecque. Il s'appelle Peter. Nous sommes à Londres, en 1887. Il fait un froid glacial. Soudain, un trait de lumière jaune vient terminer sa course sous son capuchon. Peter croit avoir capturé une étoile filante. En vérité, il s'agit d'une minuscule créature vivante. Une fée… Ravissante, coquette et terriblement susceptible. Et quand cette fée jette une poignée de poussière dans les yeux du petit garçon, celui-ci se met à voler dans les airs, par-dessus les toits londoniens couverts de neige…

 

 

 

 

Aimant beaucoup l'univers de Peter Pan, j'étais assez curieuse de découvrir cette BD qui fait parti du  Baby-challenge BD de Livraddict. Au final, même si j'ai beaucoup aimé l'interprétation de l'histoire "à la Dickens", je suis loin d'être sous le charme...

 

Déjà, je n'aime pas les dessins : trop travaillés, trop plein de chichis, trop carrés et finalement pas franchement jolis. Je n'aime pas quand je trouve les personnages moches et là, c'est totalement le cas. Pas un seul ne me plaît : ils ont les traits du visage si pointus qu'au final, ils ne font pas franchement humains...

Ce n'est pas forcément dramatique que les dessins ne me plaisent pas, mais bon, pour une BD ça représente la moitié du travail. Et du coup, ça n'engage pas forcément à tourner les pages.

 

Par contre, l'histoire m'a bien plu. J'ai trouvé très intéressant de faire la connaissance de Peter avant qu'il devienne Peter Pan. L'environnement choisi très noir m'a beaucoup plus et je trouve qu'il colle parfaitement avec l'idée que j'aurais pu me faire de Peter : après tout, même si il ne veut pas grandir, Peter est assez dur dans ses choix... De la même façon, je trouve que le fait d'inclure Jack l'éventreur est une idée intéressante.

En soit, l'histoire ne m'a pas vraiment surprise, mais bon, je ne m'attendais pas à être surprise ! Par contre, je l'ai trouvé très intéressante et du coup, je suis curieuse de connaître la suite !

Londres est un premier tome pas mal.

 

 

[les +] une crédibilité historique, une intrigue intéressante

[les -] les dessins "déformés"

 

 

Du même auteur :
Le Grand Mort tome 1 : Larmes d'abeille

Repost0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/77/77848/couv56113776.jpgElsa Préau est une retraitée bien ordinaire. De ces vieilles dames trop seules et qui s'ennuient tellement - surtout le dimanche - qu'elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins. Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s'installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas. Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps - triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble l'appeler à l'aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre... Armée de son courage et de ses certitudes, Elsa n'a plus qu'une obsession : aider ce petit garçon qui n'apparaît ni dans le registre de l'école, ni dans le livret de famille des voisins. Mais que peut-elle contre les services sociaux et la police qui lui affirment que cet enfant n'existe pas ?

 

 

J'ai profité du mois vert du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah pour me plonger dans L'enfant au cailloux de Sophie Loubière. D'autant plus que ça me permet de rayé un nouveau titre de ma liste du challenge New PAL de Yukarie.

J'ai été très agréablement surprise par ce roman qui m'a fait un peu tourner en bourrique !

 

Ce qui m'a beaucoup plu, c'est que l'histoire n'est pas extraordinaire. Bien que la maltraitante des enfants ne soit pas systématique, ce n'est pas forcément quelque chose de très rare (malheureusement) dans notre réalité et pourtant ça reste un sujet à prendre avec des pincettes. On sent dans ce livre qu'il est difficile à aborder, que ce soit pour le dénonciateur ou pour les accusés... J'ai aimé sentir cette gravité dans les faits mais aussi dans les accusations.

J'ai beaucoup aimé la façon dont au fur et a mesure que l'on avance dans l'histoire, l'auteur dé-crédibilise Elsa : de mamie-gâteau, elle passe à mamie-tête-en-l'air avant de devenir une mamie-sénile. J'ai trouvé intéressant de ne plus savoir qui croire au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire alors que l'on a vu les mêmes choses qu'Elsa et qu'au tout début du livre elle nous semblait pourtant très saine d'esprit... Bon, du coup, vu que c'est assez rapide, on se sent aussi rapidement perdu.

La fin m'a beaucoup plu, j'ai trouvé que c'était un bon retournement de situation.

 

Je me suis sentie assez distante avec les différents personnages : soit on les suspecte de violence, soit ils sont fous, soit ils sont très distants avec Elsa et donc avec nous...

Pour le personnage d'Elsa c'est autre chose encore : au début, on se sent assez proche d'elle, en confiance avec elle, mais au fur et a mesure des découvertes que l'on fait sur son passé, on est forcé de remettre beaucoup de choses en question. Du coup, une distance s'impose également.

 

L'écriture de Sophie Loubière m'a beaucoup plu : la simplicité dont elle use est très agréable au vu de la tournure que prennent les évènements. Elle nous fait peut-être tourner en bourrique, mais elle ne nous perd pas en route ! J'ai également beaucoup aimé l'aspect calme et posé de son écriture : elle ne juge et ne condamne pas les personnages qu'elle accuse de maltraitante, ce que j'ai trouvé très positif en soit. Elle sait faire la part des choses.

L'enfant aux cailloux est une lecture très agréable.

 

 

[les +] beaucoup de maturité dans l'écriture, un jeu entre l'auteur et le lecteur, beaucoup de retournements de situations

[les -] des personnages froids et distants

Repost0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/53/53372/couv6110464.jpgChaque fois qu'il contemplait ses arbres, Ulysse songeait à son père, à son grand-père, et aux générations de Valentin qui s'étaient succédé à la Combe aux Oliviers, domaine du pays nyonsais. Tous avaient l'arbre sacré en partage. »
A la Combe aux Oliviers, la famille Valentin - Ulysse, le père, Armide et Lucrèce, ses deux filles - vit au rythme des saisons. Tout comme son père, Lucrèce, la cadette, a la passion de l'olivier. Quand, au lendemain de la Grande Guerre, elle prend la direction du domaine, elle consacre sa vie à ses arbres, au nombre desquels Noé, le plus vieux, son confident des bons comme des mauvais jours. A l'aube d'une vie nouvelle, tout bascule. Veuve et mère d'une petite Aurélie, cette femme entière conquiert le droit de vivre de nouvelles amours, traverse la Seconde Guerre en résistante et surtout se bat pour sa fille, atteinte de la poliomyélite, autant que pour la survie de ses oliviers.
Une superbe saga familiale autour du destin d'une Provençale passionnée, au coeur de la tourmente du XXe siècle.

 

 

Ça ne doit pas faire loin d'un an que ce livre traîne dans ma PAL. Du coup, c'est grâce au mois vert du Challenge bookineurs en couleurs de Liyah que je me suis enfin décidée à l'en sortir. D'autant plus qu'il fait également parti de mon challenge New PAL 2013 de Yukarie et que j'avais beaucoup aimé La nuit de l'amandier de la même auteur...

Sans grosse surprise, j'ai beaucoup apprécié La combe aux oliviers même si je n'en garderais probablement pas un aussi bon souvenir que pour La nuit de l'amandier.

 

L'intrigue m'a beaucoup plu. J'ai notamment apprécié le fait qu'elle se déroule sur plusieurs années, sur plusieurs générations même. Tout comme j'ai aimé le fond de guerre : entre intrigue historique et intrigue amoureuse, l'histoire ne manque pas de ressource !

J'ai beaucoup apprécié le fait qu'on puisse deviner certaines choses et que d'autres arrivent à nous surprendre. J'aime beaucoup le fait de ne pas pouvoir faire de pronostic sur l'avancée d'une histoire : c'est assez reposant en fait, de se laisser simplement guider par François Bourdon.

 

Aurélie et Lucrèce m'ont particulièrement plu. Ces deux jeunes femmes n'ont pas la langue dans leur poche et ne manquent pas de caractère ! J'ai beaucoup aimé la liberté qu'elles s'accordent malgré ce que souhaite leur époque... Elles sont un peu en marge de la société et au final, elles s'en fichent royalement !

Marie-Rose et Hermance m'ont également beaucoup plu, surtout Hermance. En effet, au début la jeune femme ne me plaisait pas du tout, mais en la découvrant au fil des pages, j'ai appris à la connaître et à l'apprécier. Plus elle grandit et plus elle devient intéressante !

 

L'écriture de Françoise Bourdon m'a beaucoup plu : elle écrit avec beaucoup de tendresse pour ses personnages et son histoire ce que je trouve très agréable. Même quand l'histoire prend un tournant désagréable pour ses personnages, l'on sent tout de même cette tendresse !

La combe aux oliviers fut une lecture très agréable.

 

 

[les +] beaucoup de douceur et de tendresse, une intrigue qui défit le temps, l'histoire et les convenances.

[les -] un peu trop calme ?

 

 

Du même auteur :

La nuit de l'amandier Le mas des Tilleuls

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs