Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/49/49098/couv34883131.jpgUne ritournelle lancinante trotte dans la tête de Kay? D'où vient-elle ? Que signifie-t-elle ? Pourquoi l'obsède-t-elle à ce point ? En plongeant dans ses souvenirs, la jeune femme revoit une scène un peu floue, lorsqu'elle était enfant, dans la propriété des Carrington où elle a grandi. Depuis, Kay a épousé Peter, l'héritier de la famille. Mais des soupçons planent sur son époux à propos de la disparition d'une jeune fille et a mort accidentelle de son ex-femme, retrouvée noyée dans la piscine, Peter est emprisonné... Convaincue de son innoncence, Kay se lance sur la piste de cette musique sans savoir qu'elle recèle un secret très dangereux - pour elle, et pour lui.

 

 

 

 

Et dire que je trouvais le mot de cette session du challenge Un mot, des titres de Calypso difficile... "Chanson" n'était visiblement rien à côté de ce qui m'attend avec "livre" ;) Ah, et par coïncidence, Cette chanson que je n'oublierais jamais me permet également de participer à la session noire du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah !

Je suis assez déçue par cette lecture : des Mary Higgins Clark, j'en ai lu beaucoup quand j'étais petite mais, plus je grandis et m'ouvre à d'autres auteurs policiers et plus je trouve ses textes un peu fade. Personnellement, je trouve que celui-ci à particulièrement mal vieilli et à un petit côté assez irréalisable avec sa bourgeoisie américaine et ses idées préconçues : j'ai trouvé cette situation assez désuète, peu moderne, plutôt prout-prout et vraiment trop lointaine du monde d'aujourd'hui que l'on pourrait connaître. Pour le coup, il m'a fait assez penser à un épisode des Feux de l'amour dans son ambiance et sa narration...


C'est vraiment tout un ensemble qui me fait dire ça vu que j'ai également trouvé l'écriture de l'auteure assez ronflante : c'est sans doute habituellement le cas également, mais c'est la première fois que ça me choque autant. J'ai trouvé l'ambiance très lourde et pesante mais aussi pleine de fioriture alors qu'au final Mary Higgins Clark à une écriture plutôt fluide et agréable. Il y a vraiment une dualité très étrange dans son écriture : dans ce roman, je l'ai ressenti aussi désagréable qu'intéressante.

Par contre, je dois reconnaitre que ce roman se lit vraiment très bien : les pages se tournent vraiment toutes seules ! Bon, il est vrai aussi que j'ai un peu lu l'histoire en diagonale vu que le ton me déplaisait beaucoup...


Et puis, il faut dire que le personnage de Kay ne m'a pas particulièrement plu : elle m'a agacée à ne jamais baisser les bras, à toujours rester optimiste. Dans la vie, il y a forcément des moments où l'on va moins bien et ce, même si on ne le fait pas paraitre aux autres : dans Cette chanson que je n'oublierais jamais, lors de certains chapitre, c'est la jeune femme qui nous raconte sa vision des choses et je trouve dommage que l'on ne la sente pas plus abattue dans ces moments-là. Non pas parce que j'aurais pris plaisir à la voir souffrir mais parce que, pour le coup, elle m'a fait un peu penser à un robot.
Les autres personnages ne m'ont pas particulièrement plu, ils n'apportent pas grand chose à l'histoire et n'en prennent pas vraiment part non plus. Même le personnage de Peter reste assez superficiel alors qu'il est omniprésent dans tout le roman.

Personnellement, j'aurais un peu de mal à vous conseiller Cette chanson que je n'oublierais jamais, mais ce roman est plutôt bien noté sur Livraddict, donc bon...

 

 

[les +] Une écriture intéressante.

 [les -] Une ambiance un peu prout-prout, une héroïne à l'humeur toujours égale...




Du même auteur :

Ne pleure pas ma belle Nous n'irons plus au bois

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/116/116218/couv11464899.jpgAu début, c'est un conte au Pays du Soleil Levant, une histoire d'amour à la vie à la mort. En 1920, le Japon s'ouvre à l'Occident et dans les rues le complet-veston remplace le Kimono. Deux riches familles, attachées à la puissance des traditions comme à la modernisation du pays, renforcent leur alliance en promettant leurs enfants l'un à l'autre, avant même qu'ils voient le jour.
Fidèles à cette parole donnée, Yuki et Takahito vont grandir fiancé avant l'heure, amis avant d'être amoureux, préparés à la naissance d'une passion qu'ils ont le désir et le devoir d'éprouver.
Mais autour d'eux, bientôt, la planète perd pied. Ils n'ont pas vingt ans quand la crise de 29 secoue tragiquement le Japon, le précipitant dans la rancœur, et la névrose du repli. Les nationalistes relèvent la tête, réclamant la peau de ces dirigeants vendus à l'étranger, ayant bradé leurs valeurs éternelles pour le mirage d'un progrès fatal.
Peut-être fatale aussi, la promesse qui lie bon gré mal gré ces deux jeunes gens moins bien accordés que leurs familles n'espéraient : Takahito est devenu un patriote cruel, jaloux, exalté par un désir de conquête ; Yuki, une brillante et belle étudiante, émerveillée par la vieille Europe. Et quand, se croyant libérée de sa promesse, elle part vivre en France, le cauchemar ne tarde pas à sonner à sa porte - il a le fin sourire de Takahito.

 

Ma mère avait emprunté ce livre à la bibliothèque pour elle. Le résumé étant plutôt sympa, je voulais également le lire. Au final, je trouve que l'histoire et le résumé sont très différents ce qui gâche un peu l'histoire qu'on y découvre...

En effet, je trouve que ce résumé donne l'impression que Yuki part rapidement vivre en France alors qu'au final, ça ne représente que moins d'un quart du livre, un peu moins d'une cinquantaine de pages donc... Et du coup, tout va très très vite et les trois quarts du bouquin sont racontés dans ce résumé. Autrement dit, il ne nous manque que la chute dans celui-ci pour connaitre toute l'histoire des promis... Ce que personnellement, je trouve très dommage.

Pourtant, l'histoire est très agréable et intéressante. J'ai beaucoup aimé découvrir l'évolution du Japon en une génération à travers les mots de Eun-Ja Kang. On sent tout ce qu'elle implique et a quel point cela peut déranger certains de ses habitants... L'ambiance devient assez tendue par moment ce qui nous en dit parfois un peu long sur ce qu'il va ensuite se passer.

La vraie richesse de cette histoire, ce sont vraiment les personnages et notamment l'ouverture d'esprit de Yuki. Elle a vraiment une mentalité très "européenne", très ouverte, mais aussi très traditionnelle : elle ose franchir certaines limites, mais elle continue à respecter certains souhaits de sa famille. Son amitié avec la jeune Geisha m'a également beaucoup touchée : c'est agréable de s'apercevoir qu'elle s'intéresse réellement aux personnes mais pas qu'à ce qui les entourent.

Hannah est également une personne que j'ai trouvé très touchante, très agréable et très sympathique. Par contre, je dois dire que sa relation avec Yuki, petite, m'a un peu dérangée : je ne l'ai pas trouvé très saine... Elle a franchi des limites que je trouve difficilement concevable, surtout en son rôle de nourrice. Mais bon, chacun ses choix.

Eun-Ja Kang a une écriture agréable mais qui manque parfois un peu de chaleur... Ce n'est pas que son texte est trop descriptif mais plutôt que le ton est parfois très froid. Mais bon, il faut dire aussi que l'histoire n'est pas particulièrement heureuse, ce qui n'aide pas franchement a avoir un ton enjoué !

Les promis est une découverte agréable :)

 

 

[les +] Des personnages touchants, un décor intéressant.
[les -] Un résumé qui en dit beaucoup trop, un ton assez froid.

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/71/71229/couv57454915.jpgFélix Grandet a été tonnelier. Grâce à un sens aigu des affaires et une avarice plus que prononcée, il a réussi à faire fortune en profitant des événements de cette époque instable. Autrefois maire de Saumur, il fait maintenant fructifier sa grande fortune tout en faisant croire à sa femme et à sa fille Eugénie qu’ils sont moyennement riches. Les habitants de Saumur, plus au courant de la fortune du père Grandet, voient en Eugénie Grandet le plus beau parti de la ville, et deux notables la courtisent ardemment. Celle-ci, d’une innocence réelle et d'une naïveté prononcée, ne se doute de rien. Jusqu’au jour où arrive son cousin Charles Grandet, fils du frère du père Grandet. Celui-ci est envoyé à Saumur par son père, riche négociant de Paris qui ayant fait faillite éloigne son fils avant de se suicider. C'est Grandet qui annonce son malheur au jeune homme. Plongé dans le désespoir, Charles trouvera dans sa cousine une âme tendre, les deux jeunes gens ne tarderont pas à s'éprendre secrètement l'un de l'autre.

 

 

On ne dirait pas comme ça, mais Eugénie Grandet est le premier livre que j'ai lu en 2014 : mais bon, comme j'avais des chroniques plus importantes à rédiger, celle-ci est un peu passée à la trappe... En fait, j'aurais bien attendu encore un peu plus longtemps pour la rédiger (flemmingite aiguë...) mais la session nom de famille du Challenge Lire sous la contrainte de Philippe touche à sa fin ;) D'ailleurs, cette lecture me permet également de participer au challenge New PAL de 2014 de Yukarie !

 

J'ai particulièrement apprécié cette histoire : j'aime beaucoup les écrits de Balzac et je dois dire que celui-ci m'a particulièrement surprise. Je ne m'attendais pas à un ton si doux, si calme... même si cette histoire n'est pas toute rose, je lui ai trouvé un ton vraiment tranquille et égal. C'est assez déstabilisant de ne pas sentir l'auteur s'enflammer quand moi, je me serais emportée ! Du coup, ça m'a assez freinée dans ma colère (si je peux appeler ça comme ça) en me forçant à prendre du recul et, je crois que, d'une certaine façon, ça m'a permis d'apprécier différemment et un peu plus cette histoire.

L'histoire, justement, peut être jugée simple mais, personnellement, je l'ai surtout trouvée vraie et réelle. Elle a beau avoir plusieurs siècles derrière elle, elle a ce petit truc qui fait qu'elle reste possible et actuelle. J'aime cette histoire d'amour déchu : tout aurait pu être possible et finalement, tout tombe à l'eau... ça nous rappelle forcément quelque chose ! De même, j'ai trouvé dans le rapport des Grandet avec l'argent, un ton très juste et très actuel : certaines choses ne changent pas avec le temps et, visiblement, l'argent et l'amour en font parti !

 

Le petit truc qui me plait tant dans Balzac c'est qu'il arrive à me faire rêver avec des choses du quotidien, plutôt sombre d'ailleurs. Il a une façon d'aborder les choses, de décrire des situations et des décors, qui me parle : avec lui, je ne sens pas la distance des siècles et j'apprécie ce point. Bon, je doute qu'il aurait su trouver sa place dans notre monde actuel (quoique, on ne sait jamais ! Il avait l'air assez ouvert...) mais il a une simplicité qui fait que l'on se reconnait facilement dans ses textes et que l'on les apprécie d'autant plus.

Un roman que je vous conseille !

 

[les +] Des sujets qui restent actuels, un ton agréable.

[les -] ...

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :
Le chef-d'oeuvre inconnu

Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/113/113033/couv34695929.jpgFourmille Gratule est à présent installée à New York, dans le monde d’Ekhö, un monde miroir de la Terre où les technologies modernes d’existent pas. À la tête de l’agence artistique Gratule, héritée de sa tante Odelalie, elle se rend à Paris, accompagnée de Yuri et de Grâce, pour un juteux contrat avec le Poulain Rouge. Mais à peine arrivée dans la capitale française, elle est habitée par le fantôme du Prince Antone, fils de Napoléon VII, mort dans un accident de fiacre. Elle devra résoudre le mystère de sa mort pour redevenir elle-même...

 

 

 

 

 

 

J'ai lu cette BD dans le cadre du challenge New PAL de Yukarie. Ça faisait un moment que je n'avais pas pris le temps de lire une BD et c'est celle-là que j'ai vu en premier trainer à la maison...

Le premier tome m'avait bien plu, mais je pourrais difficilement dire que cette histoire m'avait passionnée, du coup, je n'avais pas particulièrement hâte de retrouver cet univers mais j'ai passé un très bon moment en découvrant ce deuxième tome des aventures de Fourmille.

 

J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur s'amuse avec l'Histoire : beaucoup de détails m'ont fait sourire. Ça me plait cette façon d'imaginer notre monde de cette manière un peu déconnectée de la réalité, à la fois rêvée mais qui se révèle finalement assez crédible... J'apprécie cette façon de changer quelque petites choses à Paris pour en faire un monde totalement inédit mais tellement connu : on redécouvre vraiment cette ville que l'on connait tous.

L'humour, c'est vraiment le point fort de cette BD : déjà, rien que le titre m'amuse beaucoup ! Il veut à la fois tout dire et rien dire...  Tout au long de l'histoire, on garde cette ligne directrice avec un humour pas forcément très fin mais totalement décontractant. Même si l'on ne rit pas à chaque planche, ça a au moins le mérite de nous faire sourire.

 

Le coup de crayon de Barbucci n'est pas vraiment de ceux que j'apprécie généralement : les visages ne me plaisent pas vraiment, ils ont beau être toute en rondeurs, je les trouve trop anguleux... Par contre, ils ne manque vraiment pas de caractère et j'apprécie vraiment le choix des couleurs qui donne à l'histoire un côté très chaleureux.

Un deuxième tome très agréable.

 

 

[les +] De l'humour, une histoire intéressante et amusante.

[les -] Des dessins qui ne me plaisent pas trop.

 

 

D'ARLESTON :
L'expédition d'Alunys

  Ekhö monde miroir tome 1 : New York

Lanfeust de Troy tome 1 : L'ivoire du Magohamoth

Les conquérants de Troy tome 1 : Exil à Port-Fleuri tome 2 : Eckmül le bucheron tome 3 : La bataille de Port-fleuri

De BARBUCCI :
Ekhö monde miroir tome 1 : New York

Repost0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/103/103541/couv50293143.jpgHazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

 

 

 

 

 

Je ne pensais vraiment pas arriver à l'emprunter aussi rapidement à la médiathèque vu son succès en librairie, mais bon, par coup de chance, j'ai l'impression que peu de gens prennent la peine de regarder dans le bac "nouveautés" de la bibliothèque ;) J'aurais bien aimé lire ce livre dans le cadre de la session bleue du challenge Bookineurs en couleurs, mais je l'ai commencé quelques jours trop tard ! Tant pis, il me permet tout de même de participer aux baby-challenge jeunesse et romance de livraddict.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai trouvé très émouvant : il m'a beaucoup émue. La fin, particulièrement, m'a beaucoup fait pleurer : on a beau s'y attendre avec ce genre d'histoire tellement dramatique, mais il n'empêche que quand ça arrive, on est tout de même sous le choc.

L'histoire est vraiment très belle et touchante, on peu difficilement rester de glace devant, mais, personnellement, j'ai trouvé que le ton était un peu trop "à faire pleurer dans les chaumières". C'est horrible ce qu'il se passe, mais ça m'a dérangée cette façon qu'à l'auteur de nous montrer que les personnes malades n'ont pas le droit au bonheur dans sa façon d'aborder l'histoire. Je ne parle pas de l'histoire en elle-même qui propose tout de même de jolis moments, mais du ton quasi-larmoyant mettant en avant des détails un peu sordides. Ça m'a pas mal dérangée de voir ces personnages ne vivre qu'à travers leur maladie alors que, dans la vraie vie, la plupart des malades savent vivre avec elle et non pas à travers elle.

 

Le personnage d'Hazel ne m'a pas particulièrement plu : ce que j'ai écrit au-dessus s'applique particulièrement à elle, du coup, ça m'a dérangée que la seule chose que je retiendrais d'elle sara sa maladie et non pas sa volonté d'avoir le fin mot des histoires et celle d'aider ses amis... Après, peut-être aussi que tout ça est du à l'omniprésence de sa mère qui fait tout pour qu'elle aille mieux et qui, du coup, a tendance à l'étouffer.  J'ai eu l'impression que dès que la maman n'était plus dans les parages, Hazel était plus elle-même et qu'on oubliait plus facilement ses petits malheurs pour se concentrer sur ses instants de bonheur.

Gus, est vraiment le personnage clé de l'histoire : c'est un peu le mec parfait, celui dont on rêve toutes, juste trop beau pour être réel. Il a une force de caractère assez impressionnante et j'ai apprécié son dévouement envers sa famille, ses amis et leur bonheur. Ce qui lui arrive m'a vraiment dégoûtée et beaucoup touchée, mais bon, quelque part, l'auteur à fait le meilleur choix...

J'avais déjà eu l'occasion de découvrir la plume de John Green et j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver son univers. Comme je le dis plus haut, le ton m'a un peu dérangée car je l'ai trouvé très négatif et finalement peu représentatif des gens malades depuis très longtemps... Mais, j'ai vraiment apprécié son histoire et ce qu'il s'y déroule : il y a des étincelles d'espoir dans Nos étoiles contraires, et, même si ça ne marche pas à tous les coups, je trouve important quelles soient présentes. L'écriture est fluide et douce ce qui l'a rend vraiment très agréable.

Nos étoiles contraires est un roman à découvrir !

 

 

[les +] De l'espoir, des personnages intéressants, une narration agréable.

[les -] Un ton qui m'a agacée car trop larmoyant.

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

Qui es-tu Alaska ?  La face cachée de Margo 

Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/7/7798/couv24503505.jpgLe grand retour des Spellman, détectives privés de père (et mère) en fille(s). Chez eux, savoir écouter aux portes est un talent inné, crocheter les serrures, une seconde nature, exercer un chantage, une façon très personnelle de mener des négociations. Le tout au nom de l'amour inconditionnel. Après "Spellman & Associés", les nouvelles aventures, toujours aussi déjantées et hilarantes, d'Izzy et de la famille la plus cinglée de San Francisco.

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est amusant la façon dont plus le temps passe et plus j'ai l'impression d'avoir détesté un livre alors que j'avais beaucoup apprécié sa lecture. Ça, c'est vraiment le cas du premier tome des Spellman, dont j'avais adoré la lecture et dont, je me rends compte quelques années plus tard, et bien, que ce premier tome était tout ce que je déteste habituellement. Du coup, je crois que cette impression a vraiment jouée sur ma lecture du deuxième tome qui ne m'a pas convaincue du tout et m'a limite ennuyée à tel point que je l'ai lu qu'en diagonale.

Bon, au moins, il me permet de valider un nouveau titre a mes baby-challenges policier 2013 et  2014 de Livraddict.

 

Ce qui m'a dérangée dans ce tome, c'est qu'il ne présente pas vraiment d'histoire. Il y a plusieurs pistes, plusieurs petites enquêtes, mais globalement rien de très sérieux, rien de plus importants... Beaucoup de lecteurs apprécient mais moi, ça m'horripile : ça me donne l'impression que l'auteur n'a rien a nous raconter et noie le poisson.

En parlant de l'écriture, j'ai eu beaucoup plus de mal avec l'humour de l'auteure cette fois : je pense que c'est surtout du au fait que j'avais pris le livre en grippe dès le début de ma lecture, mais cette fois-ci, elle ne m'a pas fait rire du tout. Bon, il est vrai aussi qu'une lecture en diagonale n'aide pas toujours à apprécier ce dernier point... Cela dit, j'apprécie son écriture fluide et agréable ainsi que les chapitres courts !

 

Pour finir, il ne me reste plus qu'à dire que les Spellman - que j'avais pourtant beaucoup apprécier dans le premier tome - mon tout spécialement agacée dans celui-ci : je déteste les fouineurs et dans le genre, on trouvera difficilement pire qu'eux. Je les trouve d'ailleurs assez hypocrite de s'espionner les uns et les autres ainsi, tout en râlant parce qu'ils ne veulent pas que les autres se mêlent de leur vie privée. Il me semble qu'il faut savoir prendre ses responsabilités à un moment ! Surtout que ça fait très gamin. c'est assez désagréable de se sentir beaucoup plus mature que des personnages qui sont bien plus vieux que nous...

 

En fait, je crois que ce qui m'avait tant plu dans le premier tome, c'était un peu l'attrait de la nouveauté et de lire quelque chose de différent pour moi. Il y a plusieurs livres du genre que j'avais beaucoup apprécier et que, en lisant les tomes suivants ou avec du recul, je me rends compte, qu'en fait, non, je ne les avais pas vraiment aimé. Mieux vaut tard que jamais ! ;)
Un univers original.

 

 

[les +] De l'humour, un univers original, une écriture agréable.

[les -] Pas d'histoire, des personnages plutôt agaçants.

 

 

Du même auteur :
  Les Spellman tome 1 : Spellman et associés

Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/2/2177/couv51865493.jpgEspérant déchiffrer l'énigmatique message laissé par Johann, Tenma rend visite au professeur Gillen, un de ses anciens camarades d'université devenu spécialiste en psychologie criminelle. Mais, au final, il ne parvient qu'à renforcer les doutes qui pèsent sur lui et se retrouve au pied du mur ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monster est vraiment l'un des mangas que je suis avec le plus d'intérêt : je trouve vraiment cette histoire fascinante ! Du coup, j'étais vraiment ravie de le retrouver dans le baby-challenge Manga de Livraddict.

 

Ça faisait très longtemps que je n'avais lu un tome de cette saga, du coup, j'avais un peu peur d'être perdue au début de l'histoire, mais ce fut loin d'être le cas : je ne sais pas si le début est particulièrement bien expliqué ou si j'apprécie tellement cette saga que je me souvenais parfaitement (ou presque) de l'histoire, mais j'ai très facilement raccroché les différents wagons.

Je ne saurais dire si l'histoire prend un tournant dans ce tome ou si elle reprend parfaitement l'histoire là où elle s'était arrêtée... mais personnellement, j'ai trouvé ce tome très bon : l'intrigue est intéressante, difficile à prévoir. J'ai beaucoup aimé ce croisement entre l'histoire présente et le passé de Kenji : j'ai beaucoup apprécié en apprendre un peu plus sur lui et sa jeunesse à travers ces quelques souvenirs. C'est intéressant de le découvrir jeune : il n'est pas tout à fait le même mais on le reconnait quand même...

 

Les dessins m'ont encore beaucoup plu : je trouve qu'ils sont d'un réalise fou, sans glisser dans la sur-démonstration des détails, et qu'ils dégagent beaucoup d'émotions. On reconnait facilement les différentes émotions des personnages et on lit en eux un peu comme dans des livres ouverts...

Un cinquième tome des plus intéressant !

 

 

[les +] Une histoire bien contruite et bien menée, de belles illustrations.

[les -] ...

 

 

Du même auteur :
20th century Boys tome 1

Monster tome 1 : Herr Doktor Tenma tome 2 : Surprise party tome 3 : 511 Kinderheim tome 4 : L'amie d'Ayse tome 6 : La forêt des secrets

Pluto tome 1 tome 2 tome 3

Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/3/3212/couv34116673.jpgDans le monde de Peggy Sue, tout n'est pas comme chez nous. D'abord, il y a ces fantômes, les Invisibles, qu'elle semble seule à être capable de voir. Comme ils le savent, eux n'arrêtent pas de lui créer des ennuis et cherchent à tout prix à l'éliminer. Mais c'est sans compter sur ses lunettes magiques et sur la protection que lui assure la bonne fée Azéna. Seulement cela ne fait pas tout, les Invisibles sont très forts (ils prétendent être à l'origine du monde) et leur seul objectif est de s'amuser avec les hommes pour les détruire comme ils ont fait disparaître les dinosaures, il y a plusieurs milliards d'années. Face à eux Peggy Sue est seule et ne peut compter que sur son courage et son intelligence. Heureusement qu'elle n'a pas les deux pieds dans le même sabot !

 

 

 

Quand j'étais petite, je vouais un véritable culte à cette saga, alors, forcément, quand la petite soeur m'a emprunté le premier tome, j'ai eu envie de me replonger dans cet univers que je n'avais pas visité depuis pas loin de 10 ans... Du coup, dès qu'elle a eu le dos tourné, je lui ai piqué ! ;)

 

Ce qui me plaisait tant dans cette saga, c'est que l'auteur ne prend pas les enfants pour des enfants, il leur parle d'Homme à Homme, comme si il n'y avait pas de différence d'âge entre le lecteur et lui. Bien sur le langage et les thèmes abordés sont choisis, mais quand j'étais plus jeune, ça me plaisait de ne pas lire une histoire totalement édulcorée.

Celle-ci à beau rester enfantine, elle a ce petit quelque chose qui fait qu'elle ne ressemblait à aucunes autres publiées à l'époque : j'aime beaucoup cette idée de super-pouvoir que seul Peggy Sue aurait avec la terrible mission de sauver le monde en combattant les fantômes... Ça me plait de voir que l'auteur va assez loin avec cette histoire de soleil bleu qui rend tout le monde intelligent et des animaux qui en viennent à prendre le pouvoir. Y'a un côté très Orwell dans tout ça ! Je trouve intéressante la façon dont le cannibalisme est abordé dans ce tome : il y a un côté assez drôle dans cette façon de parler de tout ça qui fait que ça passe tout seul... D'autant plus, que je pense que des enfants s'imaginent de temps en temps ce genre d'histoire pour se faire peur !

 

Je crois que c'est ça aussi qui fait la force de cette histoire : elle est amusante ! Il a beau se passer des choses terribles dans cette petite ville, les situations sont pleines d'humour ce qui fait que tout passe quasiment tout seul. Il y a une façon assez innocente de voir les choses les plus graves : c'est étrange mais c'est intéressant. Personnellement, j'apprécie beaucoup.

L'écriture de Serge Brussolo est également très agréable : elle est fluide, à la fois tranquille et dynamique, plutôt imagée et l'auteur sait parfaitement s'adapter à l'humour et à l'imagination des enfants.

Une saga que je vous conseille !

 

 

[les +] De l'humour, une histoire non édulcorée, une narration fluide.

[les -] ...

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :
Elodie et le maître des rêves tome 1 : La princesse sans mémoire

Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/36/36887/couv34225996.jpgEn tombant nez à nez avec la Coccinelle de sa jeunesse, Charlotte n’est pas au bout de ses surprises. Au volant se trouve en effet.... Lottie, c’est-à-dire elle-même, dix ans plus tôt : rondelette, insouciante, chantant à tue-tête. Bien décidée à coacher son double, Charlotte pourrait bientôt regarder sa propre vie (et son boyfriend), d’un autre œil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis totalement en train de chambouler l'ordre de mes chroniques ! Il faut dire aussi que je suis tellement à la bourre pour les rendre avant les dates limites, que j'en ai une de fin décembre ou des premiers jours de janvier que je n'ai pas encore rédigé... *sifflote* Tout ça pour dire que j'ai lu ce bouquin dans le cadre de la session nom de famille du challenge lire sous la contrainte de Philippe qui fini aujourd'hui (nous sommes le 19 janvier à l'heure ou je tape ces quelques lignes). Sinon, il me permet également de participer au challenge ABC de Nanet !

 

Même si j'ai passé un très bon moment avec ce roman que j'ai lu en très peu de temps, je reste réservée sur certains points : personnellement, j'ai eu un peu de mal à croire à cette histoire. Il faut dire que Alexandra Potter va très très loin dans son histoire : c'est difficile d'imaginer que Charlotte puisse rencontrer la jeune fille qu'elle était il y a 10 ans et retrouver ainsi tout ses anciens amis comme si elles ne les avait pas quittés, alors que l'histoire est profondément encrée dans la réalité. Et puis, il faut surtout dire que la fin m'a dérangée parce que Alexandra Potter donne l'impression, dans sa conclusion, de ne même pas croire elle-même à son histoire et, personnellement, j'ai juste horreur de ça. Si il n'y avait qu'une seule personne qui devrait croire à tout ça, c'est bien elle ! Et du coup, je n'ai pas compris ce que j'aurais du comprendre car cette fin m'a totalement perdue... Si quelqu'un à la solution, je suis preneuse !

En soit, l'histoire est très sympa et intéressante : j'aime bien l'idée de pouvoir rentrer en contact avec le soi d'avant et de redécouvrir certaines choses que l'on avait pas vu. Même si l'on ne regrette rien, je pense qu'avec un regard extérieur, il y a beaucoup de choses que l'on referait différemment... J'ai vraiment beaucoup apprécié toute cette réflexion qui se cache derrière ce texte.

 

L'autre point qui m'a dérangée, c'est le caractère de Charlotte : elle est terriblement moralisatrice et encrée dans le jugement ! Autant j'aurais pu être amie avec la Charlotte de 20 ans, autant je fuirais celle de 30 ans... Ça m'agace les gens qui sont tout le temps dans la critique et le "je te l'avais bien dit" au moment ou l'on a le plus besoin d'eux. Et pourtant, elle a un bon fond, c'est ça qui est dommage ! Mais bon, plus l'on avance dans l'histoire et plus elle devient sympathique : c'est très agréable.

 

J'ai trouvé l'écriture d'Alexandra Potter très agréable : c'est fluide, amusant et plutôt dynamique ! Même si certains aspects de l'histoire m'ont dérangée, je ne me suis pas ennuyée un seul instant en découvrant ce roman.

Une lecture agréable.

 

 

[les +] Une lecture agréable, une réflexion intéressante.

[les -] Une auteure peu convaincue par son histoire, une Charlotte peu sympathique.

Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/69/69132/couv62272163.jpgPeu de temps après le dénouement de l'affaire du cirque, les majordomes de la reine font intrusion dans le manoir de Phantomhive. Un drame se produit pendant le banquet organisé un soir de tempête. Le rideau écarlate retombe sur la silhouette du majordome, qui ferme les yeux, pressentant le sort qui l'attend...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai lu ce 9e tome dans le cadre du baby-challenge manga de Livraddict. Bon, en fait, j'aurais du le lire pour celui de l'année dernière mais bon... J'ai été plus optimiste que réaliste sur ma capacité de lecture sur quelques jours ;) Mais bon, tant pis ! J'ai tout de même passé un très bon moment avec ce bouquin et c'est le principal !

 

Personnellement, j'ai trouvé ce neuvième tome assez déroutant : il est très différent des autres tomes de la série, plus noir et plus sombre et totalement imprévisible. Il prend des allures de huit-clos ayant pour scène le château de Phantomhive où se produit des meurtres. Honnêtement, je n'ai pas du tout vu ça arriver : j'ai vraiment été surprise du tournant que prennent les différents évènements.

De la même façon, le scénario m'a laissée septique sur certaines choses qui se produisent dans ce tome, surtout en ce qui concerne Sebastien : tout nous laisse penser que ce qui se produit sous nos yeux n'est pas la réalité. Habituellement, j'apprécie beaucoup ce genre de chose, mais là, j'ai eu un peu plus de mal... je trouve que ça manque un peu de clarté.

 

Encore une fois les dessins et la narration sont très agréables. J'ai vraiment hâte de découvrir comment tout ça va se terminer : j'ai l'impression que de nombreuses surprises vont encore être au rendez-vous !

Un tome agréable et surprenant.

 

[les +] Un tome agréablement déconcertant.

[les -] Un mystère pas très bien géré.

 

 

Du même auteur :
Black Butler tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6 tome 7 tome 8

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs