Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 05:00

 

Real Humans

Saison 1

Lars LUNDSTRÖM

2012

 

 

Äkta människor ("les véritables humains") se situe dans un monde parallèle où les robots humanoïdes (Hubots) sont devenus des machines courantes dans la société. Ces Hubots sont très réalistes et sont configurés de telle sorte à remplir une large demande. S'adaptant à tous les besoins humains, de la simple tâche ménagère à des activités plus dangereuses voire illégales, la société semble en dépendre. Une partie de la population refuse alors l'intégration de ces robots tandis que les machines manifestent des signes d'indépendance et de personnalité propre.

 

 

La petite soeur avait emprunté cette série TV à la médiathèque sur les conseils de S., une  de ses amies. J'étais assez méfiante : même si j'aime beaucoup la culture nordique, les histoires suédoises sont toujours assez bizarres.

 

Et, effectivement, le premier épisode est assez déroutant, notamment les premières images qui sont assez violentes. Ce qui est d'ailleurs assez étonnant vu que le reste de la série est plutôt soft sauf une toute petite scène où l'on ne voit rien du tout !

Cela dit, plus l'on avance dans les épisodes et plus je m'attachais aux différents personnages et a leur histoire. J'ai pris plaisir a tenter de démêler les liens entre les différents personnages et ai apprécié l'ironie des rencontres inatendues (comme le coup du clochard !).

J'ai beaucoup aimé les questions d'éthiques et juridiques qui se posent tout au long de cette saison : ce sont des points délicats et je trouve qu'ils ont été abordés avec beaucoup de finesse.

Le dernier épisode m'a également profondément déroutée : il est vraiment très sombre et ressemble clairement à une fin de série (pourtant il y en a bien une seconde !). Après ça, je ne sais vraiment pas du tout à quoi m'attendre et suis vraiment curieuse d'avoir la suite devant les yeux !

 

L'esthétique des image m'a également beaucoup plu : j'ai aimé le côté très coloré qui donne une impression de jouet aux Hubots. J'aime cette dualité qui se crée entre leur aspect inoffensif et la vraie nature qu'ils développent.
Je trouve également le travail de maquillage des acteurs assez impressionnants : ils n'ont vraiment pas l'air d'humain !

 

Bref, je suis vraiment sous le charme de cette première saison et attend avec impatience d'avoir le DVD de la seconde entre les mains. Habituellement, je ne suis pas vraiment fan des histoires de robots, mais là, c'est vraiment différent : l'univers est très bien construit et énormément de questions se posent... Ce n'est pas vraiment une série à regarder tranquillement : avec elle, on se pose vraiment beaucoup de question.
A voir !

Repost 0
Published by Luna
commenter cet article
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Mme Maddox

Jamie McGUIRE

J'ai lu - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

C’est la première Saint-Valentin d’Abby et de Travis en tant que couple marié, du point de vue d’Abby.

 

 

Comme tout le monde, j'avais forcément entendu parler de la fameuse série Beautiful mais, franchement, elle ne m'a jamais tentée plus que ça. Du coup, j'ai été assez étonnée quand j'ai découvert que le petit ebook que j'avais téléchargé gratuitement sur le site des éditions J'ai lu (pour elle) était en fait un bonus de cette série...

 

Je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture : elle m'a été plutôt agréable mais elle ne m'a pas donné envie de lire les tomes de la série. En fait, je crois qu'il correspond exactement à l'idée que je me faisait d'elle : sexe, jalousie et femmes objets. Bref, ça ne m'attire pas et j'espère que je me trompe quand à cette histoire.

 

Cependant, je dois reconnaitre que cette lecture a été plutôt bonne : l'histoire est sympathique, simple et donne une bonne image des personnages. Cela dit, j'ai tout de même été dérangée par le fait qu'il y a de nombreuses références aux bouquins que je n'ai donc pas lu ce qui ne m'a pas aidée dans ma lecture (pour le coup, je plaide coupable).

Du coup, je trouve assez dommage que ce bonus s'adresse essentiellement aux fans de la série et non aussi à de nouvelles têtes qui voudraient se faire une idée de l'histoire et donc peut-être la commencer...

 

Jamie Mcguire a une écriture fluide, dynamique et plutôt agréable. Elle nous entraine facilement à la suite de ses personnages même si elle m'a perdu avec ses trop nombreuses références aux textes précédents. Je serais curieuse de découvrir un autre de ses écrits.

Une lecture agréable.

 

 

[les +] des personnages et une narration agréable.

[les -] pour les fans de la série exclusivement, une image de la femme trop sexuée.
 

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

April & June

Coline GREEN

 

HQN - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

Se confronter au monde moderne : tel était l’objectif de leur voyage, la raison de leur départ de leur village amish. Et de l’avis de June, le séjour qu’elle vient de passer à Boston avec April, sa meilleure amie, a rempli sa mission. Elle en a assez vu et n’a qu’une hâte : retrouver sa famille et le cocon protecteur de Sugarcreek. Mais April, elle, en veut plus : voilà qu’elle souhaite désormais pousser l’exploration jusqu’en France. June ne peut laisser son amie partir seule ; April est si rebelle et impétueuse ! Elle risque de s’attirer des ennuis si quelqu’un ne veille pas sur elle. Alors, direction Paris. Après tout, peut-être que la « ville de l’amour » saura réconcilier June avec ce monde étrange…

 

 

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions HQN pour l'envoi de ce service presse : franchement, le résumé m'avait beaucoup intriguée et j'étais très curieuse de découvrir jusqu'où Coline Green allait bien pouvoir nous emmener... En tout cas, j'ai passé un excellent moment !

 

J'ai été très étonnée par la taille de cette histoire : je m'attendais à environ 400 pages, du coup, j'ai été très surprise en découvrant qu'il faisait en fait moins d'une centaine de pages. Et tant mieux ! Avec la reprise des cours, je préfère les histoires plutôt courtes pour retrouver mon rythme de croisière.

L'histoire d'April et June m'a beaucoup touchée : elle est très mignonne. Je n'ose imaginer comment ce voyage doit être fort en émotion dans un pays et un mode de fonctionnement que l'on ne connait pas... Il est assez difficile de se mettre à leur place mais j'ai vraiment apprécié partager cette phase de leur éducation avec elles. J'ai trouvé que cette histoire ressemblait dangereusement à la vie avec ces deux copines-soeurs de toujours qui s'éloignent en grandissant et en apprenant à faire leurs propres choix.
La fin m'a bien plu : je m'attendais assez à ce genre de retournement de situation pour June, mais pour April, même si on sent venir le truc, je ne pensais pas que ça irait aussi loin. De même, j'ai bien aimé suivre les aventures de Carole en parallèle des deux filles : son mode de vie est on-ne-peut-plus-éloigné ce qui rajoute une dimension intéressante à l'histoire.

 

Au début, j'ai plutôt accroché avec April qui est plus curieuse, plus aventureuse et plus dynamique que June : avec elle, on va a 100 à l'heure et on redécouvre notre mode de vie à travers des yeux tout "neufs". Mais, au fur et à mesure que j'avançais dans le texte, moins j'approuvais ses choix... Du coup, June m'a semblé plus mature, posée et je me suis davantage reconnue en elle.

Carole et Zoé sont vraiment toutes deux des électrons libres et représentent un extrême par rapport aux deux copines. Zoé ne m'a pas vraiment plu mais Carole à su me toucher...

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Coline Green et la découverte a été très bonne : je serais vraiment curieuse de découvrir un autre de ses textes ! J'ai beaucoup aimé le ton qu'elle emploie dans son histoire, sans jugement de valeur ce qui m'est extrêmement important vu le thème choisi ! J'ai également apprécié sa douceur et son dynamisme.
Une lecture légère que je vous recommande !

 

 

[les +] Une romance douce, différente et mignonne.

[les -] Trop calme ?

 

 

Lu dans le cadre :

Repost 0
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

L'envers du décor

Sébastien BREGEON

Sébastien Brégeon - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Une femme sans histoires, à la vie bien réglée, va vivre la pire journée de sa vie, celle de l'annonce de sa mort imminente.

Pourquoi a-t-elle décidé de faire du zèle ? Sa journée de travail terminée, elle aurait pu rentrer se reposer chez elle. Comme à son habitude, elle aurait pris le bus avec ses collègues de travail et elles auraient papoté de tout et de rien, mais surtout de rien.

Sans son don lui permettant de voir l'envers du décor, elle ne se serait pas retrouvée séquestrée. Elle n'aurait pas en ce moment un gros pervers à moitié nu allongé sur elle, sans personne pour venir à son aide.

 

 

Je tiens tout d'abord à remercier Sébastien BREGEON  pour l'envoi de cette nouvelle : plus je découvre l'univers de cet auteur et plus j'apprécie ce que j'y lit. Franchement, je crois que celle-ci est celle que j'ai préféré jusqu'à présent.

 

J'ai vraiment adhéré au don de la jeune femme : c'est assez terrible de voir dans un miroir ce qui va potentiellement se passer dans les heures ou les jours à venir... Quand il s'agit d'un verre cassé par un client maladroit, ça passe encore, mais quand on voit sa propre mort, c'est tout de suite différent. J'ai trouvé que ce talent donnait vraiment une saveur particulière à l'histoire.

Le reste de l'histoire m'a paru assez différent des autres nouvelles de la série ce que j'ai trouvé assez intéressant : c'est très concret, très terre à terre alors que les nouvelles précédentes faisaient davantage appel à des peurs irrationnelles. J'ai été assez étonnée de voir sur internet que de nombreuses lectrices avaient du arrêter leur lecture à cause d'une potentiellement scène de viol : franchement, tout était écrit dans le résumé pour le coup ! Après, c'est vrai qu'en tant que femme, ce sont toujours des scènes difficiles à lire mais Sébastien Brégeon a su choisir les mots pour ne pas en faire une curiosité morbide mais une vraie scène de terreur.

L'ironie de la fin m'a beaucoup plu même si elle est franchement terrible. Elle m'a vraiment donné envie de savoir ce qu'il se passe ensuite pour la jeune femme.

 

L'écriture de Sébastien Brégeon m'est vraiment agréable et me plait de plus en plus : je ne sais pas si elle évolue à chaque nouvel épisode mais j'ai l'impression d'en découvrir une nouvelle facette à chaque texte !

Une nouvelle bien écrite et terrible.

 

 

[les +] Une belle écriture, un don particulier, des évènements inquiétants.

[les -] Une scène qui en a visiblement dérangé plus d'un.

 

 

Lu dans le cadre :

 
 
Du même auteur :
Fantastiques nouvelles tome 0 : A bras raccourcis tome 1 : A couteau tiré tome 2 : L'eau qui dort tome 4 : Grain de sable tome 5 : Amour éternel tome 6 : A perdre la raison tome 7 : Volte-face
Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Pétronille

Amélie NOTHOMB

Albin Michel - 2014

169 pages

 

 

 

 

 

 

« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

 

 

J'ai ce livre depuis plusieurs mois dans ma PAL, je l'aurais bien lu avant de partir à l'étranger mais le temps m'a manqué... Du coup, c'est quand La petite soeur me l'a réclamé pour un de ses challenges que j'ai soudainement eu envie de le lire également (*est une copieuse*).

Franchement, comme toujours avec Amélie Nothomb, j'ai passé un excellent moment.

 

J'ai beaucoup apprécié partir à la découverte de Pétronille : cette jeune femme est vraiment décadente et imprévisible. Avec elle, je ne savais jamais réellement à quoi m'attendre et, plus l'on avance dans l'histoire, plus l'on sent qu'elle nous échappe et devient incontrôlable. Elle m'a vraiment donné l'impression d'une descente aux enfer niveau moralité ! Et, pourtant, elle est plutôt sympathique : j'aime beaucoup ce genre de personne qui font ce qu'elles veut quand elles le souhaitent en se f**tant royalement de l'avis des autres.

 

La trame de Pétronille  est assez classique au regard des dernières parutions de l'auteur : on y retrouve Amélie Nothomb en personnage principal nous racontant sa vie. J'apprécie assez ce côté de ses bouquins : on ne sait jamais où s'arrête la réalité et où commence la fiction. J'aime bien également la façon dont elle valorise ses lecteurs en ayant régulièrement une petite pensée pour eux au cours de l'histoire.

 

Personnellement, j'ai vraiment été surprise par la chute de l'histoire : je ne m'attendais vraiment pas à ça ! Elle est bonne mais l'idée est tout de même vraiment tordue quand on pense à ce qu'elle à écrit et donc fait. Bref, ça me dérange mais j'apprécie ce genre d'ironie.

 

Encore une fois, je suis sous le charme de cette histoire. J'apprécie beaucoup l'humour "bobo" de l'auteur avec son côté pince-sans-rire et son ironie. D'ailleurs, le passage avec Vivienne Westwood m'a particulièrement amusée !
Un roman que je vous conseille.

 

 

[les +] de l'humour, des surprises.

[les -] une fin assez dérangeante.

 

 

Du même auteur :

Barbe bleue Cosmétique de l'ennemi La métaphysique des tubes La nostalgie heureuse Stupeur et tremblements Tuer le père Une forme de vie

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 05:00

rendez-vous initié par Mallou et proposé par Galleane



CE QUE J'AI LU CETTE SEMAINE

 

Pétronille - Amélie NOTHOMB

 

 

CE QUE JE LIS EN CE MOMENT

 

L'envers du décor - Sébastien BREGEON

 

Une femme sans histoires, à la vie bien réglée, va vivre la pire journée de sa vie, celle de l'annonce de sa mort imminente.

Pourquoi a-t-elle décidé de faire du zèle ? Sa journée de travail terminée, elle aurait pu rentrer se reposer chez elle. Comme à son habitude, elle aurait pris le bus avec ses collègues de travail et elles auraient papoté de tout et de rien, mais surtout de rien.

Sans son don lui permettant de voir l'envers du décor, elle ne se serait pas retrouvée séquestrée. Elle n'aurait pas en ce moment un gros pervers à moitié nu allongé sur elle, sans personne pour venir à son aide.

 

 

 

CE QUE JE VAIS LIRE CETTE SEMAINE

De ténèbres et de sang - Frédéric LIVYNS

April & June - Coline GREEN

Le bout du tunnel - Jérôme DUMONT

Se lever à nouveau de bonne heure - Joshua FERRIS

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

Repost 0
Published by Luna
commenter cet article
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 05:00

 

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren  et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. Retrouvez l'ensemble des participants francophones chez Lire ou mourir.

 

+ 3 nouveau livre dans ma PAL. Ce sont des partenariats  avec Jérôme DUMONT, les éditions HQN et les éditions JC Lattès. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à cliquer sur leur couverture.

     

 

 

Et vous, qu'avez-vous adopté cette semaine ?

Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Que nos vies aient l'air d'un film parfait

Carole FIVES

Le Passage - 2012

160 pages

 

 

 

 

 

 

Certains pensent que le divorce, ça ne sépare que les adultes. Années 80. Déferlante rose sur la France. Première grosse vague de divorces aussi. à la télé, Gainsbourg, Benny Hill et le Top 50. Un frère et une sœur sont éloignés. Vacances, calendriers, zone A, zone B. La séparation est vécue différemment par chacun. Chacun son film, sa version, le père, la mère, la sœur. Chacun sa chanson. Un seul se tait, le cadet. Lui, ne parle pas, il attend. Huit ans, neuf ans, dix ans…

Dans les familles, les drames se jouent mais ne se disent pas. Huit ans, vingt ans trente ans… Que nos vies aient l’air d’un film parfait est un livre sur l’amour fraternel, celui qui seul permet de traverser ces années sauvages, ces plages d’enfance.

 

 

A la bibliothèque, la taille et le titre de ce livre m'ont tout de suite fait tilt : j'avais envie de lectures courtes et différentes de ce que je pouvais lire habituellement, autant dire que celui-ci avait tout pour me plaire !

 

Mais, il ne m'a pas plu, mais vraiment pas. Je savais à peu près à quoi m'attendre après avoir lu le résumé en diagonale, mais le texte et l'écriture de Carole Hives m'ont vraiment rebutés.
J'ai trouvé le récit vraiment décousu : on passe sans cesse d'un personnage à l'autre (le père, la mère, la fille nous racontent leur version à tour de rôle), sans qu'on sache réellement qui parle tant le vocabulaire est le même pour tout le monde (à 40, 15, 10 ans, on ne parle pas de la même façon, quand même !). J'ai été également dérangée par le fait que le "il" se substitue parfois au "je"... De même, quand on ne change pas de narrateur, c'est d'époque : bien que l'histoire aille plutôt vers l'avant, il y a régulièrement des retours en arrière qui ont fait que je ne savais plus trop où j'en était. Ça aurait été tellement plus simple si les personnages et les années étaient indiqués !

L'histoire en elle-même ne m'a pas particulièrement plu : j'ai trouvé qu'elle allait trop loin notamment avec la mère. Je suis trop jeune pour avoir connu les années 80 mais au travers de ce livre, je n'ai pas eu envie d'approfondir mes connaissances sur le sujet : ça m'a assez rebutée. Je crois que c'est également du au fait que l'on ne s'identifie par aux personnages : ils sont assez froids ce qui ne m'a pas donné envie de les connaitre.

 

L'écriture de Carole Hives n'est pas désagréable mais le ton qu'elle a donné à son histoire m'a déplu : c'est trop froid, trop distant et je n'ai pas trouvé forcément les faits très crédibles. Je pense que c'est notamment du au fait que le monde qu'elle décrit n'est pas le mien, mais le sien est vraiment trop négatif pour que j'apprécie vraiment cette lecture. Cela dit, si j'ai l'occasion de découvrir un autre de ses textes, je le ferais : son écriture est assez intéressante et agréable.

Une histoire que je n'ai pas apprécié.

 

 

[les +] Une écriture intéressante et agréable.

[les -] Trop froid, trop distant, trop négatif.

Repost 0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

 

Jours de collèges

Bernard FRIOT

 

Gallimard (Scripto) - 2006

125 pages

 

 

 

 

 

 

Yannick, Sébastien, Samira, Lise... timides, rebelles, complexés, passionnés, amoureux, lâches ou solidaires, tous différents mais tous collégiens. Cinq univers légers ou dramatiques, contrastés comme la vie. Cinq histoires fortes pour évoquer le collège. Des mots essentiels pour une écriture toujours tendue par l'émotion.

 

 

Ce livre recueille cinq textes autour du collège très différents les uns des autres : tantôt violents, tantôt drôles, amoureux voir révoltants... ils nous font passer par des sentiments très forts et variés. Mais, franchement, je n'ai pas été transportée : le collège est loin pour moi maintenant (bientôt 10 ans !) et je ne me suis pas forcément reconnue dans les personnages ou leurs histoires. J'ai l'impression qu'il y a des années lumières entre la vision du collège par Bernard Friot et ce que j'y ai vraiment vécu !
L'auteur a une écriture très agréable, douce et plutôt dynamique : quelque soit le sentiment visé par la nouvelle, le résultat est au rendez-vous.

 

Fausse note : Cette première nouvelle tourne autour d'un prof tyrannique de musique qui va un beaucoup trop loin vis à vis de l'un de ses élèves, Yannick. Cette histoire est franchement horrible tant elle montre la lâcheté humaine et ses conséquences... Certes, elle est très bien écrite mais je n'ai pas du tout aimé ce que j'y ai lu.
 

Marque : J'ai beaucoup aimé l'idée que défend cette histoire - que les marques ne font pas les personnes intéressantes - sachant l'importance qu'ont les vêtements au collège. L'idée est intéressante et plutôt crédible : j'ai bien aimé.

 

Foulard : Claire, une adolescente en vient à porter le foulard au collège en hommage à son amie Samira expulsée de celui-ci pour cette raison. Je ne sais pas trop quoi penser de cette nouvelle, le sujet est délicat mais bien abordé... Les problèmes de religion seront toujours présents et, même si je trouve anormal que les signes religieux ostentatoires soient portés dans des lieux laïques, ça me dérange encore plus que des personnes n'aient pas accès à une éducation "normale" pour ces raisons.

Accident : Sébastien est un souffre-douleur au sein de son collège et, un jour, tout dérape. Je ne sais pas trop quoi penser de cette nouvelle : elle va beaucoup trop loin. C'est crédible, mais je n'aime pas.

 

Correspondance : Lise, amoureuse de son professeur de français, lui écrit des lettres qu'elle n'ose pas lui envoyer. J'ai beaucoup, beaucoup aimé cette nouvelle : elle est vraiment approfondie et j'ai eu l'impression que Bernard Friot était vraiment allé au bout de son idée avec celle-ci. Les personnages sont bien construits, développés et pas trop stéréotypés. J'ai également beaucoup aimé l'idée d'un récit a deux voix sans compter que la conclusion est plutôt jolie et nous laisse donner la fin que l'on souhaite personnellement à ce texte.

 

 

[les +] Des sentiments variés, des textes très différents les uns des autres.

[les -] Des histoires trop survolées.

 

 

Lu dans le cadre :

Repost 0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Les voleurs de vent

Roland FUENTES

Syros - 2008

199 pages

 

 

 

 

 

 

"C'était un équipage de soldats aux uniformes dépareillés, à la barbe hirsute, au visage semé d'innombrables cicatrices. Une armée qui aurait fait rougir un empereur ! Celui qui les commandait les dépassait tous d'une demi-tête. Il a sauté sur le point de la Mouette Bleue, sabre au côté, et il s'est fendu d'une révérence.
- Messieurs, vous avez le bonjour de Klaus Störtebeker !"

Allemagne, fin du XIVe siècle. En ce Moyen Âge frileux et cruel où la ligue hanséatique, l'association de marchands qui contrôle le commerce de l'Europe septentrionale, est à l'apogée de sa puissance, la jeune Anika a choisi son camp : celui des artisans, des marins et des pirates, ces Likedeeler qui partagent avec plus malheureux qu'eux les biens dont ils se sont rendus maîtres. Pour retrouver le jeune mousse qui l'attire follement, Anika s'embarque, déguisée en homme, sur une coque en partance pour le grand marché au hareng de Scanie..."

 

 

Comme les deux autres livres que j'ai emprunté à la bibliothèque ces derniers temps, je n'ai pas vraiment fait attention à son résumé : je me suis juste plantée devant un rayon et ai sorti trois des bouquins les plus fins ! Pour les deux précédents, ça ne s'est pas révélé très efficace, mais pour celui-ci, franchement, ça va : j'ai passé un bon moment !

 

L'ambiance Des voleurs de vent m'a tout de suite plu : j'aime beaucoup les ambiances moyen-âgeuses dans les romans et celle-ci est particulièrement bien mise en place. J'ai également bien aimé que celle-ci nous soit racontée par une jeune fille assez aventureuse et qui se fiche pas mal des on-dit des gens. J'ai vraiment aimé découvrir la vie de ce village, avec son mode de fonctionnement assez révoltant, les amitiés qui se lient et les premiers amours qui naissent...

J'ai également beaucoup apprécié la seconde partie du roman, plus axée sur la vie maritime et les villages de pirates. On pourrait croire que cette partie est plus trépidante mais ce n'est pas forcément le cas : bien sur, ça bouge, mais c'était déjà le cas dans la première partie !

Cependant, j'ai particulièrement aimé la scène de l'échafaud des pirates : elle m'a beaucoup amusée même si les conséquences peuvent devenir terrible. Du coup, la fin m'a également plu même si elle est loin d'être une conclusion : tellement de questions restent en suspend !

 

Les différents personnages que l'on croise au cours de ce roman sont vraiment sympathique. Anika et son amie Hannah m'ont beaucoup plu : elles renversent la position des femmes ces deux-là avec leur caractère bien trempé et leurs bêtises !

Leurs amis m'ont également plu : ils ne sont jamais à court d'idée et protège bien les deux jeunes filles. Il y a un véritable lien qui les unissent tous, un peu comme une famille et l'on sent que rien ne pourra réellement les séparer même si ils se retrouvent à des centaines de kilomètres les uns les autres.

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Roland Fuentès et la découverte fut bonne : je pense que je lirais d'autres de ses romans. Son écriture se prête vraiment bien aux univers jeunesse d'aventure et personnellement, j'ai trouvé l'histoire fidèle à ce que je connais du Moyen-Âge allemand. Bref, il m'a convaincue !

Un roman d'aventure historique jeunesse très agréable.

 

 

[les +] De l'aventure, des personnages qui se fichent des préjugés, de jolies romances.

[les -] Beaucoup de questions qui restent après avoir refermé ce livre.

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost 0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs