Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 06:15
Chronique d'avril 2011
http://img.livraddict.com/covers/49/49859/couv15003465.jpgFrançois, quinze ans, est le fils de M. et Mme Seurel, instituteurs de Sainte-Agathe, en Sologne. Il fréquente le cours supérieur qui prépare au brevet d'instituteur. Un mois après la rentrée, un nouveau compagnon de dix-sept ans vient habiter chez eux. Il se prénomme Augustin Meaulnes. La personnalité mystérieuse d'Augustin, que les élèves appellent bientôt "le grand Meaulnes", trouble le rythme monotone de l'établissement scolaire et fascine tous les élèves.
 
 
 
 
 
 
 


J'ai beaucoup apprécié cette histoire : elle est ultra-connue, mais je n'avais pas encore eu l'occasion de la lire. Elle nous laisse une drôle d'impression rêveuse et nostalgique, une fois la dernière page tournée...
 
Le Grand Meaulnes est un personnage très mystérieux, dont au final on ne sait pas grand chose. Il ne nous laisse pas vraiment entrevoir son monde, mais on en aperçoit quelques brides. Cependant, pendant tout le livre, je me suis fréquemment demandé si ce qu'il racontait à son ami était réellement arrivé où si il imaginait ou enjolivait les choses qui se passaient dans sa vie.
 
Bien que François soit le narrateur, il n'a réellement qu'une place secondaire dans Le Grand Meaulnes. A part son admiration pour son ami, il n'a pas vraiment de particularité, il est assez banal au final. Augustin est, je pense, le vrai personnage principal du livre de Alain Fournier.
 
Le Grand Meaulnes est comme un voyage, on est totalement transporté dans les récits d'Augustin. On espère que tout marche comme il le souhaite, bien que ça semble impossible. Mais c'est vraiment un personnage qui ne nous laisse pas impassible : on a terriblement envie de croire à ses rêves et faire en sorte que ça marche.
 
La fin est absolument parfaite. Un peu triste, mais si elle aurait été joyeuse elle aurait trop détonné par rapport au reste du texte d'Alain Fournier. C'est la meilleure conclusion à cette histoire qu'on aurait pu trouver !
Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce texte !
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 06:15

Chronique de mai 2011

http://img.livraddict.com/covers/39/39358/couv1101673.jpg

Amandine n'a pas de chance : le Père Noël, cette année, n'a absolument pas tenu compte de ses goûts. Ou peut-être a-t-il fait une erreur. Peut-être y a-t-il quelque part un petit garçon qui se demande où est son ballon de foot, et pourquoi il a reçu une panoplie de fée à la place d'une tenue de spéléologue.
Amandine décide de ne pas montrer qu'elle est déçue. Elle ne veut surtout pas vexer le Père Noël.
Mais sa cousine Juliette tient absolument à se mêler de cette affaire. Et le problème avec Juliette, c'est qu'elle ne renonce jamais.

 

 

 

 

 

L'erreur du Père Noël est vraiment une histoire très sympathique. Je crois qu'elle est idéale pour les enfants qui commencent à lire tout seul... Il y a des dessins mais pas trop, l'histoire est amusante, les personnages attachants et la conclusion juste parfaite !

 

Amandine est vraiment un personnage adorable : elle ressemble à la plupart des petites filles et à déjà un sacré caractère, elle sait ce qu'elle veut, mais mine de rien elle à peur d'être punie par le Père Noël si elle lui fait remarquer qu'il s'est trompé. Du coup, elle veut profiter et garder ses jouets pour qu'il repasse et lui apporte d'autres cadeaux aux Noël suivant... ce qui en soit est très logique !

Juliette, sa cousine est vraiment un personnage haut en couleur, elle me fait penser à l'une de mes cousines : elle à plein d'idée, pas toujours très bonne, et ne rate pas l'occasion de faire une bêtise quand elle en a la possibilité. Amandine ne lui est pas soumise, mais on voit bien que c'est Juliette qui commande.

Les interactions entre les deux petites filles et leur famille sont vraiment très drôle : ils ont tous du caractère et veulent tous avoir raison ou le dernier mots. Juliette n'est pas du genre à se laisser faire, quand elle a une idée en tête, elle fait tout pour les réaliser, même si pour ça elle doit désobéir !

 

L'erreur du Père Noël est vraiment une histoire simple, pas très longue, que tout le monde appréciera j'en suis certaine ! Elle est très drôle et est absolument parfaite pour les premiers pas des jeunes lecteurs !

Une histoire de Noël qui vous rappellera sans aucun doute de bons souvenirs !

5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 06:15

Chronique de mars 2012

http://img.livraddict.com/covers/2/2079/couv57112017.jpg

Arrivée à Kyoto, Hachi se décide à avertir la mère de Nana Ôsaki des conséquences que pourrait avoir sur sa vie la parution de l’article du “Search”, mais on refuse de l’entendre. Les journalistes risquent de se masser devant la maison des Uehara… De son côté, Misato révèle ses origines à Yasu… Et, pendant ce temps, les membres de Trapnest célèbrent Noël à Londres !

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus j'avance dans les tomes et plus mes avis deviennent courts ! D'un autre coté, c'est bien normal ! Nana est un manga qui se suit et se cumule : dans ce dix-septième tome, on retrouve un peu des seize précédents, ce qui est très agréable.

 

Dans ce tome, j'ai beaucoup aimé le fait que ce soit Hachi qui prenne les choses en main. Sans vouloir être péjorative, elle a un petit côté "boulet" qu'il faut continuellement surveiller, faire attention et protéger... C'est mignon pour un enfant de six ans, mais bon Nana en à 20.

(Cela dit, je suis assez traumatisée par le fait qu'à mon âge elle puisse déjà être mariée et attendre un enfant...).

Bref, je disais que j'aimais beaucoup le retournement de situation : C'est Hachi à qui on fait attention habituellement et là, c'est elle qui se retrouve à veiller sur les membres de Blast. Ça m'a beaucoup plu de la voir agir dans l'ombre.

 

J'ai bien aimé en apprendre un peu plus sur Mai : au fil des relectures, sont changement d'apparence et de personnalité" me choque de moins en moins. Et du coup, je suis passé du stade "Mais c'est qui cette fille ?" à "Mais c'est quoi son secret ?", ce que je trouve bien plus sympa...

J'ai hâte de relire ce qu'il se passe ensuite !

 

 

Du même auteur :
Gokinjo, une vie de quartier tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6

Je ne suis pas un ange tome 1 tome 2 tome 3 tome 4

Nana tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6 tome 7 tome 8 tome 21

Paradise Kiss tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5

4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 06:15

http://www.legrandt.fr/sites/default/files/styles/image_top/public/spectacles/ggg-ubu-roi-_camille-cayol-christophe-gregoire-c-johan-persson.jpg?itok=-qKceAQx

Nul n’imagine quelle crasse recouvre la moquette moelleuse de l’appartement de cette famille mielleuse. « Merdre ! » À travers le regard du fils adolescent, mèche au front et caméra au poing, les bassesses ne tardent pas à faire surface et les faces lissées à se fissurer. Surgit alors l’énergie primitive et grotesque de l’oeuvre de Jarry : Père et Mère Ubu prennent place, perfides et assoiffés de pouvoir. Mots élucubrés et couteaux acérés deviennent les armes d’une farce ridicule. Traquant sous nos masques d’êtres civilisés nos désirs refoulés, Declan Donnellan fait exploser les conventions avec délectation. Celui qui présentait Dommage qu’elle soit une putain de John Ford en décembre 2012 au Grand T, revient cette fois accompagné d’une troupe de comédiens français avec une relecture inventive et intrépide d’Ubu Roi. Un délice.

 

Avec :

Xavier Boiffier, Camille Cayol, Vincent de Boüard, Christophe Grégoire, Cécile Leterme et Sylvain Levitte.

 

 

Cet été, j'ai eu la bonne idée d'offrir des places pour une pièce de théâtre à une copine. Une très bonne raison de regarder d'un peu plus près le catalogue de la saison de théatre du Grand T, donc ! Résultat, trois pièces à voir, dont celle-là : Ubu Roi.

Nous n'avons pas hésité longtemps avec la petite soeur, Alfred Jarry étant depuis un bon moment l'un de nos auteurs de théâtre phares, il était évident d'aller la voir !

 

Je pense pouvoir parler également pour elle en disant que le début nous a dérouté à un point que nous avons eu vraiment très très peur. Bien que j'avais déjà lu la pièce, je ne m'en souvenais que très vaguement (j'oublie toujours très vite les pièces de théâtre que je lis), du coup, je ne savais plus vraiment à quoi m'attendre et les premières scènes ne me semblaient pas franchement de très bonnes augures : je ne voyais vraiment pas quels liens avec l'histoire elles pouvaient bien avoir...

Puis, au fur et à mesure, l'on comprend où le metteur en scène voulait en venir, et là... nous avons vraiment apprécié la pièce. Les éléments déstabilisants du début apportent en fait beaucoup de force à l'histoire : le fait de ne pas entendre les comédiens renforce le monde d'Ubu roi et les "retours à la vie classique" augmente énormément l'humour de la pièce.

 

La mise en scène est sûremment très lointaine de ce qu'aurait pu imaginer Alfred Jarry, mais, au fond, je suis certaine qu'elle aurait pu lui plaire : j'ai beaucoup aimé la façon dont Declan Donnellan a détourné ce banal repas entre amis pour y faire naître le complot de la couronne manigancé par Ubu. J'ai aimé la façon dont il a utilisé les objets banals de la vie quotidienne pour créer cet univers si loufoque : impossible depuis de regarder un mixeur-plongeur sans penser à cette pièce !

Bref, si vous avez l'occasion de voir cette mise en scène, n'hésitez pas un seul instant !

 

 

N'hésitez pas à me prévenir si le lien ne fonctionne plus....

3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/143/143923/couv68191004.jpgAllie Finkle en est sûre : sa vie est fichue. Ses parents ont décidé de déménager. Elle va devoir abandonner sa belle chambre rose, ses meilleures amies, son école, tout ça pour quoi ? Pour une vieille maison délabrée, toute grise et toute grinçane. Sans parler de la nouvelle école ! Comment empêcher ce désastre ? Allie est bien décidée à imposer sa loi !Allie Finkle, l'héroïne craquante de Meg Cabot (LPJ) pour les 8-12 ans arrive en grand format. Déjà 30 000 ex vendus en poche. Une série pleine d'humour et de caractère !

 

 

 

 

 

 

 

En grande accro des bouquins de Meg Cabot, Allie Punchie me faisait les yeux doux depuis quelques années... C'est d'ailleurs assez étonnant que j'ai pu tenir aussi longtemps sans m'acheter le premier tome ! Mais voilà, Hachette ayant republier les livres, voici le premier tome réédité chez France Loisirs : il ne m'en fallait pas plus pour enfin craquer !

 

Et bien, malgré son jeune âge, Allie m'a beaucoup plu : elle a de la suite dans les idées et de l'énergie à revendre cette petite ! A neuf ans, elle est plutôt dégourdie, avec beaucoup de répartie : elle m'a beaucoup amusée et j'ai vraiment passé de bons moments avec elle. Après, il est vrai qu'avec mes presque 15 ans de plus qu'elle, je ne suis plus vraiment son public cible, mais ça ne m'a pas empêchée d'apprécier son histoire à sa juste valeur... et de me rappeler quelques souvenirs par la même occasion !

 

J'ai bien aimé également le thème du déménagement : ce n'est pas quelque chose d'évident à comprendre quand on est aussi jeune... Les obligations professionnels des parents, les changements d'école, de nounous, de ville et même d'amis !

Pour le coup, je trouve que Meg Cabot aborde de façon très intéressante le thème : tout en douceur et en neutralité ! Par contre, je ne peux pas dire que je sois d'accord avec tous les choix des parents d'Allie (non mais, acheter leur fille avec une boule de poil... --').

 

L'écriture de l'auteur est agréable et facile à lire. Je pense que - même si je n'ai plus 9 ans depuis un bon moment - l'histoire d'Allie répond tout à fait aux attentes et à la vie des petites filles de cette âge.

Allie Punchie est une petite héroïne à découvrir !

 

[les +] De l'humour, une certaine crédibilité, des personnages attachants.

[les -] ...

 

 

Du même auteur :
Le garçon d'en face/Melissa et son voisin Nuits d'Enfer au Paradis

Abandon tome 1 : Abandon  

Blonde tome 1

Insatiable tome 1 : Insatiable tome 2 : Overbit  

Journal d'une princesse tome 1 : La grande nouvelle tome 2 : Premiers pas d'une princesse bonus : Le roman d'une princesse 

Missing tome 5 : Retrouvailles  

Mediator tome 5 : Attraction fatale  

Samantha   tome 1 : Samantha, 15 ans, héroïne d'un jour tome 2 : Samantha dans tous ses états  

Une (irrésistible) envie... tome 1 : Une (irrésistible) envie de sucré tome 2 : Une (irrésistible) envie d'aimer tome 3 : Une (irrésistible) envie de dire oui

2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/123/123828/couv33967298.jpgDepuis vingt ans, Andrew Barber est procureur adjoint du comté de Massachusetts. Admiré par ses pairs pour sa combativité au tribunal, respecté de la communauté, il est aussi un père de famille heureux, veillant sur sa femme Laurie et leur fils Jacob. Quand un crime atroce secoue la quiétude de sa petite ville, c'est la foudre qui s'abat sur lui : son fils de 14 ans est accusé du meurtre d'un camarade de classe. Andrew ne peut croire à la culpabilité de Jacob et va tout mettre en oeuvre pour prouver son innocence. Mais à mesure que les indices à charge s'accumulent et que le procès approche, certaines révélations surgies du passé sèment le doute et menacent de détruire son mariage, sa réputation et sa foi en la justice. Le dos au mur, Andrew devra faire face au pire dilemme de sa vie : choisir entre la loyauté et la vérité pour défendre cet adolescent qu'il connaît si mal.

 

 

Ce livre m'a littéralement laissée sur le c*l. Pourtant au début de ma lecture, je n'étais pas forcément très emballée : il me rappelait un autre bouquin que j'ai lu pendant l'année et dont j'ai oublié le nom (pourquoi ai-je autant de chroniques non faites aussi ?! --'). Mais, ce qui en fait sa force - plus qu'à l'autre bouquin en question donc - c'est que l'on sent vraiment toute la puissance des émotions des parents .

 

J'ai vraiment ressenti tout le désarrois des parents dans ce roman :  comme eux, même si tout laissait croire que Jacob était coupable, j'avais envie de crier son innocence. J'ai vraiment eu l'impression que ce sont les sentiments et ressentis des parents qui portent tout le livre et le lecteur : ceux-ci sont tellement forts qu'on peut difficilement remettre en question ces impressions et passer outre. Un peu comme si on était totalement aveuglés par eux en fait.

J'ai également beaucoup aimé la place que prenait les parents dans ce texte : on vit toute l'histoire à travers eux, et notamment à travers le père (sans aucun doute celui qui a le plus à perdre dans cette histoire). On les voit changer, renoncer à certaines choses qui faisaient leur vie jusqu'à présent, remettre en question beaucoup d'acquis...

Finalement, bien que l'on sache parfaitement ce qui se passe dans la tête des parents, l'on ne sait absolument rien de ce qui se passe dans la tête de Jacob, qui, du coup, reste parfaitement mystérieux. Et c'est exactement ça qui fait le charme du bouquin : parce que le doute plane encore et toujours. Du coup, l'on est toujours un peu mal à l'aise en présence de Jacob parce que même si on l'apprécie de plus en plus au fil des pages, il reste tout de même un tueur potentiel...

 

En fait, c'est vraiment cette dualité des sentiments et cette ambiance qui m'ont tant plus dans ce livre. On ne sait pas vraiment où se mettre ni qui croire... D'autant plus que William Landay a une écriture très intelligente (si je peux dire ça ainsi) : il ne laisse rien paraitre et prend un malin plaisir à jouer avec les doutes du lecteur ! Sans oublier que la fin est vraiment parfaite et à la hauteur du reste du bouquin...

Défendre Jacob est un thriller à lire !

 

[les +] du suspence, des doutes et un grand mystère.

[les -] quelques petites longueurs.

1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/96/96561/couv48199800.jpg"Il faut que je vous dise... J'aimerai annoncer que je suis le héros de cette histoires, mais ce serait faux. Je ne suis qu'un morceau du gâteau, même pas la cerise. Je suis un bout du tout, un quart de la famille. Laquelle est mon nid, mon univers depuis l'enfance, et mes racines, même coupées. Tandis que ma frangine découvrait le monde le cruel le normal et la guerre, ma mère et ma mère, chacune pour soi mais ensemble, vivaient de leur côté des heures délicates. C'est à moi que revient de conter nos quatre chemins. Comment comprendre, sinon ?"

 

 

 

 

 

 

 

Comme vous avez du le remarquer, depuis le début de l'année, je n'ai plus le temps de lire : entre les cours, les exams à préparer et tout les à-cotés... j'ai du mal à me poser, ne serait-ce trouver que quelques minutes, pour lire. Mais ce bouquin là, je l'ai vraiment dévoré ! En une soirée, tout était plié ;p

 

Pourtant, en soit, je ne suis pas vraiment sous le charme de ce livre : il y a quelque chose qui a fait que je n'y ai pas accroché autant que ce a quoi je m'attendais. En fait, je crois que j'ai trouvé l'histoire un peu superficielle et que j'aurais aimé que tout ça aille encore plus loin.

Mais, Frangine m'a vraiment parlé comme histoire. Ça m'a fait un bien fou de tomber enfin (je crois bien que c'était la première fois) sur un livre qui parle d'adoption homosexuelle. Et ça m'a d'autant plus touchée que l'on se retrouve face à de grands enfants. C'est vraiment un sujet d'actualité et pourtant, ça reste un grand tabou... En tout cas ça m'a fait plaisir de pouvoir constater encore une fois que ces deux ados là n'étaient ni autistes, ni bizarres et encore moins des pédophiles en puissance (merci aux anti-mariage pour tous de propager de telles bêtises... --'). Bref, Frangine est actuel, touchant et vraiment crédible.

 

Ce qui m'a plu dans ce roman, c'est qu'on ne s'attache finalement pas à la situation familiale particulière de cette famille, mais juste à la puissance des mots et à la destruction qu'ils peuvent entrainer. Après tout, ce n'est pas le fait d'avoir deux mamans qui détruit Pauline à petit feu, seulement le racisme de ses camarades de classe. Et c'est justement ça que j'ai aimé dans ce livre : on ne fait pas tout un cas de l'homosexualité, au final, c'est plutôt un livre qui traite du harcèlement scolaire. Et du coup, c'est un peu comme si ça enlevait le tabou de l'homosexualité pour lever le voile sur un deuxième tabou que peut être le harcèlement scolaire. Bref, je trouve ça très malin de banalisé l'homosexualité pour mettre en avant un autre phénomène de société.

(bref, je m'égare !)

 

En soit, ce n'est pas tant l'histoire qui m'a plu que la façon dont elle est abordée. J'ai beaucoup aimé le regard que porte Marion Brunet sur la société de nos jours : elle a un regard circulaire, clair et sans jugement... elle me fait un peu l'effet d'une grande soeur à qui l'on demanderait conseil pour le coup. Sans oublier qu'elle a une écriture très agréable ! 

Frangine est réellement un roman à découvrir. 

 

[les +] Des sujets d'actualité, pas de jugement, une grande crédibilité.

[les -] Un petit manque de profondeur.

 

[l'avis de la petite soeur]

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/143/143908/couv16750803.jpgSaint-Pétersbourg, 1855. Après la disparition de son père, Emma Linley-Kirov a renoncé à ses rêves de jeune fille pour se consacrer à l’éducation de sa jeune sœur Anya. Mais son existence tranquille vole en éclats lorsqu’Anya disparaît avec deux inconnus, laissant derrière elle un billet énigmatique. Seul indice, sa destination : Saint-Pétersbourg… Redoutant le pire, Emma abandonne tout pour partir à la recherche de sa sœur. Sa quête désespérée la conduit jusque dans les bas-fonds de la ville, où elle fait la rencontre de Dimitri Tipova, le tsar des mendiants, un libertin au charme scandaleux. Bien que tout les sépare, Emma comprend vite que Dimitri poursuit le même but qu’elle : retrouver les hommes responsables de la disparition d’Anya. Alors peu importe les raisons obscures qui motivent Dimitri, peu importe la dangereuse attirance qu’elle ressent pour lui, Emma est prête à tout pour sauver sa sœur. Y compris à signer un pacte avec le diable…

 

 

Et dire que je ne pensais qu'il n'existait que deux tomes à cette série ! Du coup, c'est très gentiment que les éditions MOSAÏC ont accepté de m'envoyer également le troisième tome (encore merci !).

Les deux livres précédents m'avaient bien plu dans l'ensemble avec leur histoire un peu désuète et so romantique, du coup, j'étais curieuse de découvrir une nouvelle jeune femme au fort caractère (et ses prétendants).

 

Emma correspond totalement à cette image : vieille fille, qui élève seule sa petite soeur depuis la mort de son père, elle ne manque décidément pas de caractère ! Elle m'a beaucoup amusée dans ses réflexions et encore plus touchée quand elle part sur les traces de sa soeur, disparue mystérieusement.

Dimitri m'a également bien plu : il a beau se la jouer gros dur, il ne reste pas moins un grand sensible ! J'ai beaucoup aimé l'attention qu'il porte aux deux soeurs et sa fidélité apparente en amitié.

 

Par contre, l'histoire m'a semblée assez prévisible et rapide. D'un autre côté, c'est également ce à quoi l'on s'attend quand l'on ouvre un livre de ce genre. Prévisible, parce que l'on sent rapidement ce qu'il va se passer notamment au niveau de la romance. Et rapide, parce que les personnages ont justement l'art de sauter certaines étapes en ce qui concerne leurs relations amoureuses : je reste étonnée qu'Emma, qui ne connait rien en amour, se retrouve dans le lit de Dimitri quelques jours seulement après l'avoir rencontré... Même en parlant de coup de foudre, ça me semble quelque peu prématuré !

 

Cependant, j'ai beaucoup apprécié le rythme d'Une passion russe, d'autant plus que l'on voyage énormément dans ce petit livre. J'aime beaucoup ce genre de rythme un peu indolent, aussi calme qu'essoufflant où l'on ne sait jamais vraiment sur quel pied il faut danser !

 

L'écriture de Rosemary Rogers m'a été encore une fois très agréable : comme je le disais plus haut, tout est loin d'être toujours crédible, mais elle apporte tellement de fraîcheur et d'innocence à son histoire qu'on lui pardonne aisément !

Un troisième tome très agréable.

 

[les +] De la fraîcheur, un rythme entraînant et reposant, des jolis voyages.

[les -] De la prévisibilité, de la rapidité et quelques incohérences.

 

 

Du même auteur :
La belle du Mississippi Retour au Mississippi

Summerville Twins tome 1  : Un palais sous la neige tome 2 : L'intrigante

29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/129/129927/couv52157151.jpgDominatrice accomplie, Nora a l’habitude de dicter les règles du jeu.
Sauf avec un homme : Søren, son amant de toujours. Prêtre exemplaire aux yeux du monde, maître parmi les maîtres aux yeux des initiés.
De lui, elle acceptera tout.
Alors, quand il lui ordonne de disparaître de la circulation le temps que s’achève l’enquête dont il est l’objet, parce que personne ne doit soupçonner le lien qui les unit, et encore moins la nature si particulière de ce lien, elle obéit sans hésiter.
D’autant que Søren a pris soin de glisser une petite surprise dans ses bagages : Michael, le jeune homme aux traits d’ange dont elle a commencé l’initiation et qui semble plus que jamais désireux de la reprendre. Une raison supplémentaire de se lancer corps et âme dans cette parenthèse hors du temps, des codes et des normes.
Sans remords ni regrets, quoi qu’il advienne…

 

 

Le premier tome m'avait énormément surprise : c'était mon premier livre érotique - que je ne lisais que par curiosité - et j'avais été très surprise de découvrir la profondeur des sentiments et la réelle utilité des scènes. A ce moment là, mes seules références étaient surtout des livres de bit-lit dont l'utilité des scènes de sexe reste encore à prouver dans la plupart des cas... Bref, Tiffany Reisz avait su me convaincre.

Alors, quand j'ai vu que le second tome était enfin sorti chez MOSAIC, je me suis empressée d'accepter leur proposition d'envoi (merci, les filles !) : j'étais certaine de passer un bon moment.

 

Dans le premier tome, je n'avais pas été très emballée par la relation entre Nora et Soren : sa dépendance à cet homme me semblait vraiment malsaine. Pourtant, dans Sans remords, on découvre une autre facette de leur lien : maintenant, même si n'aime toujours pas Soren, je comprends (et accepte) beaucoup mieux ce qui les unit. J'ai bien aimé découvrir les prémices de leur histoire : je ne m'attendais pas du tout à ce genre de choses et j'ai trouvé ça assez instructif.

De même j'ai bien aimé découvrir l'enfance de Soren : bon, après coup, je ne le trouve toujours pas humain, mais il gagne en sympathie. Et les passages avec la journaliste m'ont beaucoup amusée : je crois que c'est vraiment avec ces passages que j'ai commencé à revoir mon jugement sur Soren.

 

J'ai beaucoup aimé la présence de Michael dans ce tome : il n'est que pureté et, du coup, il détonne assez dans cet univers. J'aime beaucoup la sensibilité qu'il apporte dans ce livre. On ne s'y attend pas vraiment, mais il y a vraiment beaucoup d'amour et de tendresse dans cette série et, Michael en est, en quelque sorte, son apogée.

 

J'ai encore une fois beaucoup apprécié l'écriture de Tiffany Reisz : elle est pleine d'humour, de tendresse et assez délicate même si elle ne manque ni de punch ni de surprise !

J'ai hâte de découvrir le tome suivant.

 

 

[les +] De l'humour, de la délicatesse, de l'inatendu et de belles révélations.

[les -] ...

 

Du même auteur :
Chroniques d'une initiée tome 1 : Sans limites tome 3 : Sans détour tome 4 : Sans peur

28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/89/89658/couv35370473.gifBarcelone, 1957. Les membres de la librairie Sempere & fils - Daniel, sa femme Béa, son père et son complice de toujours, Fermín Romero de Torres - s'apprêtent à célébrer Noël. Fermín prépare son mariage, pourtant quelque chose le tourmente. Malgré l'insistance de Daniel, il refuse de se confier. Tout change le jour où un inquiétant personnage se présente à la librairie. Après avoir acheté une édition rare du Comte de Monte Cristo, il la dédicace à Fermín.
Mais pourquoi signe-t-il du patronyme de ce dernier ? Et quels sont ces secrets qu'il menace de dévoiler ? Poussé dans ses retranchements par Daniel, Fermín lève le voile sur les années les plus terribles de son existence. 1939. La guerre civile, commencée en 1936, vient de se terminer avec la victoire franquiste. Dans la forteresse de Montjuïc, prison damnée qui domine Barcelone, croupissent une poignée d'opposants au régime.
Fermín fait partie de ce groupe d'hommes haut en couleur, amateurs de blagues et solidaires les uns des autres. Très vite, il se lie avec son plus proche voisin, David Martín, l'écrivain de La Ville des maudits. David Martín, un être à moitié fou, comme possédé par une âme étrangère à la sienne, fait l'objet d'une surveillance très spéciale de la part du directeur. Grand lecteur, romancier à succès, il a l'habitude d'égayer les journées de ses compagnons en leur racontant des histoires.
Salgado, le camarade de cellule de Fermín, est d'une autre trempe : criminel endurci, il a assassiné toute une famille pour lui voler ses millions. Malgré les tortures répétées, il refuse de révéler où il a caché son trésor. Après une séance particulièrement violente, Salgado, en plein délire, dévoile malgré lui à Fermín l'endroit où il a caché la clef qui doit conduire à l'argent. Aidé par Martín, Fermín concocte son évasion.
Il vole la clef de Salgado, puis, imitant le comte de Monte Cristo, il se fait passer pour mort et se glisse dans le sac destiné aux cadavres. Une fois son évasion réussie, Fermín se forge une nouvelle identité. Après avoir cherché, en vain, le lieu du trésor, il choisit de mener une existence tranquille auprès de ses amis de la librairie Sempere. Mais, au bout de dix-huit ans, le mystérieux inconnu qui ressemble tant à Salgado vient lui demander des comptes.
Une lutte pleine de haine et de peur s'engage entre eux. Des secrets de sinistre mémoire remontent du passé, les protagonistes qui, dans l'ombre, continuent à tirer les ficelles, se mettent en mouvement. Le bonheur des uns, la vie des autres et peut-être même l'existence du Cimetière des Livres Oubliés sont menacés.

 

Bizarrement, ce livre aura attendu un bon moment dans ma PAL... Je crois qu'au final, ce sont les bouquins de mes auteurs favoris qui y restent le plus souvent : j'attends toujours le moment parfait pour les lire ! Ma rentrée scolaire dans une nouvelle école pour une nouvelle formation et avec de nouvelles têtes aura eu raison du Prisonnier du ciel ;p

Ayant tellement aimé les deux premiers tomes du Cimetière des livres oubliés, j'avais assez peur de me lancer dans cette nouvelle lecture : ces livres étaient tellement forts et bien écrits que j'avais un peu peur d'être déçue ou que Carlos Ruiz Zafon se soit perdu en chemin... Mais non ! Bien que le rythme soit encore une fois différent, j'ai passé un excellent moment dans les ruelles de Barcelone.

 

J'ai bien aimé le fait que l'histoire se concentre sur Fermin. Bon, je reste fidèle à Daniel qui continue d'être mon chouchou au fur et à mesure des tomes, mais je dois bien reconnaitre que j'ai adoré suivre ses aventures. Fermin est tellement mystérieux depuis le tout début : on ne sait quasiment rien de lui au final et son passé est particulièrement flou et sombre... Je me posais des tas de question sur lui et son histoire et celles-ci ont enfin trouvé des réponses dans ce tome.

 

J'ai également aimé voir les personnages grandir : on les retrouve quelques années après les avoir quitté il me semble et l'on sent le travail du temps sur eux. Ils sont plus adultes, plus posés et plus sages même si cela ne se remarque pas toujours au premier abord ! L'image que j'ai d'eux n'a pas changé depuis le premier livre, même si, au final, quasiment 20 ans se sont écoulés depuis...

 

J'aurais sans doute aimé voir davantage le cimetière des livres oubliés : après tout, c'est un peu la part de rêve présente dans ce livre. On aimerait tous aller à Barcelone pour découvrir ce lieu magique ! D'un autre côté, les choses les plus courtes sont souvent les meilleures... et les rares passages où il est présent se savourent vraiment.

 

J'ai adoré retrouver la plume de Carlos Ruiz Zafon : elle est a la fois si moderne et désuète ! intemporelle, en fait. J'aime me balader en sa compagnie dans les ruelles de Barcelone a un tel point que, si je venais à y mettre les pieds un jour, je crois que je serais forcément déçue...

Un troisième tome à découvrir !

 

Du même auteur :

Marina

Le cimetière des livres oubliés tome 1 : L'ombre du vent   tome 2 : Le jeu de l'ange

Trilogie de la brume tome 1 : Le prince de la brume tome 2 : Le palais de minuit tome 3 : Les lumières de septembre

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2)