Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 06:00

 

 

 

 

 

Les arbres chantent au printemps

Hélène PHILIPPE

 

HQN - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Quand l’amour aide à cicatriser les blessures…

Depuis ce jour qui a irrémédiablement changé sa vie, Lorraine est incapable d’avoir une relation normale avec un homme. À presque trente ans, elle vit isolée à la lisière de la forêt et se contente de fantasmer sur Éric, son charmant voisin. Mais bientôt, ses petites habitudes sont bousculées : Éric, récemment divorcé, lui demande de garder son fils ; en échange, il s’occupera de l’entretien du toit de son chalet. Adieu l’observation discrète derrière ses voilages, Lorraine doit désormais faire face à celui qui l’attire et l’effraie à la fois. Pire, elle se rend compte que l’attirance est réciproque. Si seulement elle pouvait lui offrir ce qu’il attend...

 

 

Un grand merci aux éditions HQN pour l'envoi de ce roman qui m'a beaucoup.

 

Je dois dire que c'est la couverture qui m'a attirée en premier : rose, mignonne, pleine de coeurs... elle me promettait une romance sucrée et douce. Et ce fut le cas ! Franchement, j'ai passé un bon moment avec ce roman : c'est assez rare que je sorte de la chick-lit pour me lancer dans de "vraies" romances mais celle-là m'a beaucoup plu et touchée.

 

Il y a beaucoup de vrai dans ce qu'elle raconte et j'ai trouvé son histoire assez crédible même si Lorraine me parait assez extrême dans ses réactions : on connait tous des femmes qui ont vécu le même genre d'histoire qu'elle et, personnellement, aucunes de mes amies ayant été touchée par ce fléau ne réagit comme elle. Aujourd'hui, elles ont une vie sentimentale saine même si cet épisode ne quittera jamais le coin de leur tête. Du coup, le coup de l'homosexualité et du contact avec les autres m'a assez déstabilisée, mais bon, chacun réagit à sa façon et celle de Lorraine reste crédible.

J'ai été vraiment touchée de la façon dont se construit son histoire avec Eric, tout en lenteur et en douceur. Ça fait plaisir de se dire que des hommes comme lui peuvent exister ! J'ai également apprécié la pluralité des intrigues, toutes très différentes, qui permettent de redynamiser cette histoire quand elle devient un peu trop rose.

 

Lorraine est vraiment une jeune femme que l'on a envie de protéger : elle est douce, patience avec les enfants et son coeur déborde d'amour même si elle ne s'en rend pas forcément compte. Personnellement, j'aurai apprécié que ses amis et sa famille soient plus présent dans ce livre parce que, pour le coup, je l'ai vraiment sentie seule et isolée.

Eric m'a fait une forte impression : quel homme ! J'ai surtout bien aimé le fait qu'il ne soit pas parfait et commet des erreurs (que contrairement à Lorraine, je ne lui aurais pas pardonné) : du coup, Hélène Philippe le désacralise un peu ce qui le rend que plus encore crédible !

Maxime, le fils d'Eric m'a également beaucoup plu : il est gentil et très mature pour son âge. Quant à Sandra, sa mère, c'est juste une plaie.

 

L'écriture d'Hélène Philippe m'a plu : elle est fine, douce et sucrée. C'est fluide, l'on suit facilement l'histoire et on ne s'enlise pas totalement dans les bons sentiments. Personnellement, je préfère les histoires plus chick-lit : un peu plus ferme, drôle et pep's mais celle-ci m'a beaucoup plus dans son genre. En effet, elle dégage une force tranquille et des ondes positives très agréables.

Une romance que je vous conseille.

 

 

[les +] Doux, mignon, romantique, pas cliché.

[les -] Une Lorraine parfois un peu extrême dans ses réactions (même si elles sont compréhensibles).

 

 

Lu dans le cadre :

 
 
Du même auteur :
 Alice au bois dormant
Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 06:00

 

 

 

 

Le coeur n'oublie jamais

Sally BITOUT

HQN - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Si Jade a accepté d’assister à ce concert d’un chanteur dont elle ne connaît même pas le nom, c’est bien pour faire plaisir à ses deux meilleures amies, Diane et Sonia. Pourtant, dès qu’elle entend la voix du séduisant Léo Duncan, Jade est bouleversée. Cette voix... c’est comme si elle ne chantait que pour elle seule, comme si elle s’adressait directement à son cœur et faisait résonner tout son être. Alors, lorsque l’occasion de revoir le chanteur à la fin du concert se présente, Jade se laisse porter. Mais dès qu’elle voit Léo Duncan de plus près, son trouble réapparaît, impérieux, puissant. Pourquoi a-t-elle cette impression persistante de déjà-vu ? Et surtout, d’où vient cette irrésistible attraction qui la pousse dans les bras du beau musicien ?

 

 

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions HQN pour l'envoi de ce roman qui m'a bien plu.

 

En effet, l'histoire de Le coeur n'oublie jamais est vraiment toute mignonne et pleine de tendresse avec des éléments que l'on ne s'attend vraiment pas à voir venir dans ce genre d'histoire. Personnellement, j'ai trouvé que celle-ci avait un côté très "Guillaume Musso" par certaines de ses grandes révélations !
Du coup, la crédibilité de l'histoire ne tiens également qu'à un fil par ces grandes révélations assez "incroyables" : c'est assez improbable que ce genre d'histoire puisse réellement avoir lieu dans la vie de tous les jours, mais c'est joli, romantique et j'ai eu envie d'y croire. Mais, je pense que des lecteurs qui seraient moins charmés par l'histoire pourraient trouver que la crédibilité n'est pas au rendez-vous...
La fin m'a bien plu : c'est vraiment un happy end géant où tout le monde commence une nouvelle vie pleine de bonheur ! C'est agréable de finir sur ce genre de fin avec les évènements actuels : ça m'a clairement aidée à positiver et à recharger mes batteries.

 

Jade est un personnage intéressant même si elle nous glisse entre les mains depuis le début de l'histoire : on sent qu'il y a quelque chose qui coince chez elle même si l'on arrive pas à mettre un mot dessus... Du coup, quand les révélations arrivent, on comprend tout ! Personnellement, j'apprécie son côté fragile qui nous donne envie de la protéger même si elle joue les fortes (en y arrivant plutôt bien, d'ailleurs !).
Ses copines - Diane et Sonia - m'ont également beaucoup plu : j'aime beaucoup le rôle qu'elles jouent dans cette histoire et le fait qu'elles aient aussi droit à leur part de bonheur.
Léo est un personnage un peu plus cliché : il est doux, attentionné... il a tout du mec parfait même si il ne fait pas toujours ce qu'on souhaiterait ! Du coup, j'ai moins accroché à lui même si je l'ai tout de même apprécié.

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Sally Bitout et j'ai plutôt bien accroché à son style fluide et romantique. J'ai également beaucoup aimé l'univers de la musique qu'elle développe et qui m'a donné plein d'étoiles dans les yeux : son histoire à vraiment un côté magique qui se prête à merveille à l'époque de Noël ! Je serais curieuse de découvrir ses autres textes.
Une histoire romantique, douce et un peu magique !

 

 

 

[les +] De la douceur, de la romance, des instants magiques.

[les -] Des évènements pouvant paraître un peu gros, un Léo un peu cliché.

 

 

Lu dans le cadre :

Repost 0
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

 

 

Attrape-moi... si tu l'oses !

Natalie ANDERSON

Harlequin - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Règles du premier rendez-vous
Par Nadia Keenan
1) Boostez votre confiance en vous : faites-vous belle.
2) Ne couchez pas le premier soir.
3) Si vous tombez sur un salaud, signalez-le sur « www.1femmeavertie.com ».

Après avoir découvert qu’on le traînait dans la boue sur le blog en question, Ethan Rush ne décolère pas. Alors, comme ça, il est un « serial dateur », du genre « un verre, une nuit… zéro nouvelle » ? Oui, il sait qu’il plaît ; oui, il aime séduire ; mais ça ne fait pas de lui un salaud ! Pour qui se prend-elle, cette Nadia ?
Hors de question de se laisser insulter de la sorte. Le plan de bataille est simple : mettre les règles de Nadia à l’épreuve, le temps de trois rendez-vous. Pas un de plus. Il va tout faire pour lui faire changer d’avis à son sujet. Elle est déterminée à prouver, une bonne fois pour toutes, quel genre de type il est. Le jeu du chat et de la souris peut commencer.

 

 

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Harlequin pour l'envoi de ce roman qui m'a beaucoup amusée.

 

En effet, malgré son résumé reflétant plutôt bien cette histoire, je ne savait pas tellement à quoi m'attendre : on se doute, bien évidemment, de ce qu'il va se passer mais il est difficile de deviner les différents évènements et les crasses que ces deux là pourront bien se faire ! Du coup, les trois rendez-vous m'ont beaucoup amusée entre scènes cocasses, répliques aiguisées et manipulations plus ou moins efficaces.

J'ai trouvé assez intéressant le format "huis-clos" de ce roman : à part Nadia et Ethan, on ne rencontre finalement que peu d'autres personnages et, ceux-ci gardent des rôles assez anecdotiques. Personnellement, je trouve que ce genre de format colle plutôt à de l'érotisme et que ce texte en reste finalement assez loin malgré quelques petites scènes de sexe qui restent plutôt soft (parfait pour moi, donc !).

Le final est plutôt sympa et riche en rebondissement : c'est simple et efficace !

 

Nadia m'a bien plu : elle se révèle assez éloignée de l'image première que l'on pourrait se faire d'elle. Elle est finalement loin d'être coincée et pète-sec !

Ethan est assez classique dans son rôle de séduisant et riche play-boy. D'un autre côté, c'est également le genre de personnages que l'on souhaite rencontrer quand on lit ce genre de romance ;)

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Natalie Anderson et j'ai bien accroché avec son style fluide et dynamique. J'ai également beaucoup apprécié son humour piquant et ses multiples rebondissements ! J'ai vu qu'elle avait également écrit au moins deux autres livres que je lirai avec plaisir.

Une romance piquante !

 

 

[les +] Du piquant, de l'amour, de l'humour !

[les -] Un peu prévisible et cliché.

 

 

Lu dans le cadre :

Colocs (et plus), Emily BLAINEColocs (et plus), Emily BLAINE
 
 
Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

 

 

Ne réveille pas le passé

Lisa JACKSON

Editions MOSAIC - 2015

496 pages

 

 

 

 

 

 

Blue Peacock Manor. Une vieille maison de famille où planent les ombres du passé. Changer de vie. Guidée par cet unique désir, Sarah McAdams revient dans l’Oregon, sur les rives du Columbia, le fleuve tumultueux qui a baigné son enfance. Là, avec ses deux filles, elle veut rénover Blue Peacock Manor, la demeure où elle a grandi. Mais dès son arrivée, les souvenirs de son enfance l’assaillent, confus et perturbants. Comme si la maison lui envoyait des messages à déchiffrer… Cette angoisse diffuse enfle et tourne à la peur quand des adolescentes de la région disparaissent. Sarah comprend alors que pour arrêter le criminel, il va lui falloir retrouver la clé du passé, celle qui se trouve enfouie dans sa mémoire depuis bien des années...

 

 

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions MOSAÏC pour l'envoi de ce roman que j'ai vraiment beaucoup apprécié. Sincèrement, je pense que c'est de loin l'un des meilleurs de Lisa Jackson que j'ai eu l'occasion de découvrir.

 

En effet, j'ai trouvé l'idée de ce roman très bonne : j'ai beaucoup apprécié le côté paranormal que l'on découvre dans celui-ci. C'est assez léger pour être un peu stressant sans pour autant faire réellement peur.

J'ai aimé les différentes intrigues qui se mélangent : l'histoire des fantômes, les mystères de famille de Sarah, sa relation avec Clint, les disparitions d'adolescentes... On change sans cesse d'histoires sans pour autant avoir le tournis : toutes sont bien exploitées et différenciées ce qui nous permet de ne pas mélanger nos pinceaux.

Le grand final m'a beaucoup plu puisqu'il nous permet de comprendre les derniers mystères qui entouraient ces dernières intrigues : c'est assez grandiose tout en restant assez rapide et soft. Quant à l'épilogue, il nous révèle les dernières choses qu'on espérait.

 

Le personnage de Sarah est vraiment intéressant : la jeune femme a pas mal de caractère à revendre et ça se sent ! J'ai beaucoup aimé les mystères qui l'entourent tant ceux de son enfance que ceux liés à sa fille ainée, Jade.

Les personnages secondaires m'ont également bien plu, notamment les filles de Sarah (Jade et Gracie) ainsi que Clint. J'ai également bien aimé les passages dans le lycée de Jade et aurait peut-être apprécié qu'ils soient davantage présents pour dynamiser encore plus le texte.

 

Encore une fois, je suis totalement sous le charme de l'écriture de Lisa Jackson : elle a vraiment un truc pour rendre ses histoires addictives et différentes de celles que l'on lit habituellement ! J'apprécie beaucoup la fluidité de ses textes et sa façon de distiller les indices au fur et à mesure...

Un thriller que je vous conseille !

 

 

[les +] plusieurs intrigues, un bon rythme, des secrets.

[les -] parfois un peu rapide.

 

 

Lu dans le cadre :

Colocs (et plus), Emily BLAINE
 
 
Du même auteur :
Ce que cachent les murs De glace et de ténèbres Dernier soupir La fille dans l'ombre Le couvent des ombres Linceuls de glace Le secret de Church Island Passé à vif
Repost 0
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 06:15

 

 

 

 

 

Sans plus attendre

Kristan HIGGINS

Editions MOSAIC - 2015

471 pages

 

 

 

 

 

 

 

Tic, tac… Tic, tac. A 35 ans, encore célibataire et zéro bébé en vue, Honor est convaincue que son horloge biologique lui fait les gros yeux. Elle se résout à parler mariage à l’homme qu’elle aime depuis le lycée et avec lequel elle entretient une relation amoureuse extrêmement intermittente. Résultat ? Un refus gentiment emballé mais sans équivoque. Déjà sonnée, Honor reçoit le coup de grâce quelques semaines plus tard, quand l’ex homme de sa vie annonce son mariage avec celle qu’elle considérait jusque-là comme sa meilleure amie.
Prête à tout pour redonner un peu de tenue à son amour-propre ratatiné, Honor (envisage cette fois le mariage de convenance et) fait une proposition à un certain Tom Barlow, professeur d’anglais de Manningsport qui a désespérément besoin d’une green card pour rester aux Etats-Unis. Sur le coup, l’idée lui semble géniale … avant que la situation ne s’emballe et n’échappe totalement à son contrôle.

 

 

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions MOSAÏC pour l'envoi de ce roman que j'ai beaucoup apprécié.

 

En bonne fan des romance à la Higgins, je ne pouvais vraiment pas passer à côté de ce nouvel opus, d'autant plus que j'avais adoré la famille Holland lors de notre rencontre dans A un détail près. Je ne me souvenais pas particulièrement de Honor plusieurs mois après mais j'ai été ravie de la connaitre un peu plus à travers cette nouvelle histoire.

La trame de l'histoire m'a beaucoup plus : j'aime beaucoup l'idée de ce mariage arrangé croisé à des sentiments naissants que ni l'un ni l'autre ne veulent reconnaitre. Du coup, Sans plus attendre se révèle très drôle et assez trépidant ! D'autant plus que les enjeux sont importants et que ça puisse rapidement tourné au drame.

Bien sûr, l'histoire reste prévisible mais, forcément, ça ne m'a pas dérangée. Elle n'est pas aussi légère que ce que l'on pourrait s'attendre à lire et la chute est vraiment sympa (sans parler de l'épilogue).

 

J'ai vraiment apprécié en apprendre un peu plus sur Honor : elle était assez effacée dans le tome un, du coup, c'est vraiment plaisant de découvrir à quel point elle est sympathique et dynamique.

Tom m'a un chouilla moins plu : je l'ai trouvé assez caricatural dans son rôle d'anglais qui boit trop, sexy et un peu colérique. Cela dit, sa relation avec Charlie est vraiment intéressante et plutôt émouvante.

 

Du coup, comme toujours, j'ai vraiment passé un excellent moment avec les mots de Kristan Higgins : c'est fluide, coloré, mignon... Franchement, ça fait rêver ! J'aime beaucoup la façon dont elle met de l'extraordinaire dans la vie de tous les jours de ses personnages : avec elle, on ne s'ennuie pas !

Une romance que je vous recommande !

 

 

[les +] De l'amour, des personnages à qui s'identifier, un peu de stress.

[les -] Un Tom assez cliché.

 

 

Lu dans le cadre :

Colocs (et plus), Emily BLAINE
 
 
Du même auteur :
Amis et rien de plus L'homme idéal... ou presque Si seulement... la vie s'apprenait dans les romans d'amour   Tout sauf le grand amour Trop beau pour être vrai Un grand amour peut en cacher un autre
Blue Heron tome 1 : A un détail près   tome 3 : Repartis pour un tour
Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 05:45

rendez-vous initié par Mallou et proposé par Galleane

 



CE QUE J'AI LU CETTE SEMAINE

La fille du loup - Barbara WOOD

Sans plus attendre - Kristan HIGGINS

Totem - Thomas VILLATTE

La dette - Mike NICOL

Castagne - Isao MOUTTE

Log Horizon - Mamare TOUNO

Ne réveille pas le passé - Lisa JACKSON

Attrape-moi... si tu l'oses ! - Nathalie ANDERSON

Le coeur n'oublie jamais - Sally BITOUT

 

 

CE QUE JE LIS EN CE MOMENT

 

Les arbres chantent au printemps - Hélène PHILIPPE

 

Depuis ce jour qui a irrémédiablement changé sa vie, Lorraine est incapable d’avoir une relation normale avec un homme. À presque trente ans, elle vit isolée à la lisière de la forêt et se contente de fantasmer sur Éric, son charmant voisin. Mais bientôt, ses petites habitudes sont bousculées : Éric, récemment divorcé, lui demande de garder son fils ; en échange, il s’occupera de l’entretien du toit de son chalet. Adieu l’observation discrète derrière ses voilages, Lorraine doit désormais faire face à celui qui l’attire et l’effraie à la fois. Pire, elle se rend compte que l’attirance est réciproque. Si seulement elle pouvait lui offrir ce qu’il attend...

 

 

 

 

CE QUE JE VAIS LIRE CETTE SEMAINE

Nights & Secrets - Maya BANKS

Alice au pays des zombies - Gena SHOWALTER

Les téories d'Arizona White, tome 1 : Le vayageur temporel - Sébastien TECHER

Les vibrations de P.Q. - Céline VAY

 

 

Et vous, que lisez-vous ?

Repost 0
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

 

La fille du loup

Barbara WOOD

France Loisirs - 2013

511 pages

 

 

 

 

 

 

Rome, 54 après J-C, sous le règne de Néron. Depuis son enfance, Ulrika, jeune fille de dix-neuf ans, a des hallucinations et des prémonitions. Une nuit, elle fait un rêve étrange où lui apparaît un loup. Elle l’interprète comme un présage, « Wulf » étant le prénom que portait son père, mort lorsqu’elle n’était encore qu’un enfant, c’est du moins ce que lui a dit Sélène, sa mère.
Un soir, lors d’un dîner officiel, elle rencontre le commandant Gaius Vatinus, un valeureux guerrier amené à diriger l’armée romaine contre les Germains. Si Ulrika apprécie la compagnie de cet homme, ce n’est pas le cas de sa mère qui la met en garde car, il serait responsable de l’arrestation de Wulf et du pillage de leur village. Sélène révèle enfin la vérité à Ulrika : son père est toujours vivant et a fondé une famille en Germanie, tout en ignorant qu’à Rome il avait une fille. Ulrika décide alors d’entreprendre un long voyage en terres barbares afin de retrouver son père…

 

 

Franchement, j'ai rarement été autant à la bourre pour rédiger une chronique : 20 jours pile poil. Le pire, c'est que je l'avais lu à temps pour la lecture commune que j'avais organisée. Bref, je suis désolée pour mes compagnes d'infortune : les cours, Noël... on sait tous à quel point ça peut rapidement devenir prenant.

 

En tout cas, j'ai réellement passé un excellent moment avec ce roman, comme toujours avec Barbara Wood cela dit. J'ai particulièrement apprécié ce long voyage compté par Ulrika mais également Sebastianus ou ses compagnons de voyage. Encore une fois, le décor historique m'a beaucoup plu : c'est rare que le lise des livres se passant durant l'antiquité mais celui-ci est passé nickel : je trouve assez impressionnant le changement culturel que l'on ressent en passant les différentes frontières tout au long de ce roman.

J'ai également apprécié le rapport à la maladie, notamment à travers Nestor. Certaines situations prêteraient à sourire mais elles restent graves surtout à cette époque.

Enfin, je trouve les rapports amoureux absolument formidables dans les livres de Barbara Wood et celui-ci ne fait pas défaut : j'aime beaucoup la façon dont ses personnages parviennent toujours à se retrouver sans que leurs sentiments soient entachés des dizaines d'années plus tard. Ça fait rêver vu le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui !

 

Le personnage d'Ulrika m'a beaucoup plu : sa douceur et sa gentillesse sont vraiment extraordinaires et j'ai réellement apprécié sa simplicité et son empathie envers les personnes qu'elle rencontre durant son voyage. Et puis, il est vrai que j'ai un peu jalousé ses talents de guérisseuse aussi.

Sebastianus m'a également plu même si il est un peu la potiche de l'histoire : beau, grand, fort et inconditionnellement amoureux d'Ulrika, il ne sert pas à grand chose dans cette histoire si ce n'est le fait de nous faire rêver toujours un peu plus.

La relation de Timonidès (le père) et de Nestor (son fils) m'a également beaucoup touchée : l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre est vraiment touchant tout comme les montagnes qu'ils sont prêts à déplacer... Au vu du contexte historique, je les ai trouvé réellement touchants.

 

Comme d'habitude, je me suis vraiment laissée portée par les mots de Barbara Wood : j'apprécie les décors historiques toujours un peu surnaturel qu'elle arrive à nous créer... Ses mots sont fluides, simples et imagés ce qui permet à tous le monde d'apprécié ses histoires même les plus jeunes lecteurs (prompts à se lancer dans un petit pavé !).

Un roman historique que je vous conseille.

 

 

[les +] Un décor historiques très présents, du surnaturel en touche légère, une écriture universelle.

[les -] Un Sebastianus un peu potiche.

 

 

Lu dans le cadre :

 
 
Du même auteur :
La femme aux mille secrets La femme du bout du monde La pierre sacrée La terre sacrée Les battements du coeur Les fleurs de l'Orient
Repost 0
Published by Luna - dans Nights & LC
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

Le Mnémenol

Sébastien TISSANDIER

Le Peuple de Mü - 2015
ebook - epub

 

 

 

 

 

 

 

2197. Le visage de la Terre a changé. La nature a repris ses droits sur l'Homme. Ce qu'il reste de l'humanité vit reclus dans des villes-bulles, protégées du monde extérieur par leurs champs de force. Depuis leur naissance, tous les individus subissent des injections régulières de Mnémenol, ce liquide qui protège contre les infections des spores végétales du monde extérieur.Alice est une botaniste qui semble développer une résistance au vaccin. Aidée d'Evan, un technicien de la Bulle, elle va découvrir l'ampleur du mensonge dans lequel les humains sont plongés depuis leur naissance et tout faire pour que l'humanité se souvienne de son histoire.

 

 

Franchement, je ne sais pas ce qui se passe avec cette chronique : ça doit bien faire deux-trois fois que je la réécris et qu'over-blog me la ré-efface dès que j'ai le dos tourné (bon, il est vrai aussi que si j'avais été moins dissipée - merci les cours ! - et que j'avais écris directement cette chronique après ma lecture, ça ne me serait probablement pas arrivé...) !

Dans tous les cas, je tiens vraiment à remercier Sébastien TISSANDIER et les éditions du Peuple de Mü pour l'envoi de ce roman pas comme les autres que j'ai beaucoup apprécié : bref, merci !

 

J'ai réellement accroché au format de cette histoire, bon, bien sûr, j'aurai aimé que l'"histoire" des lieux soit davantage présente et expliquée mais, vu le format et la taille du texte, j'ai trouvé que c'était un bon compromis. Personnellement, j'ai apprécié l'ambiance de l'histoire, un peu sombre et étouffante. Je pense que c'est également pour cela que j'aurai bien aimé en savoir plus sur les lieux : on sent que quelque chose cloche mais il nous manque des informations... Avoir plus de détails m'aurait sans doute permis d'entrer davantage encore dans l'histoire.

Cela dit, celle-ci m'a beaucoup plu : le coup des rêves m'a beaucoup intriguée et encore plus la façon d'agir des "nettoyeurs" (en quinze jours, j'ai oublié leurs noms malheureusement) : j'ai trouvé assez inquiétant leur façon d'effacer la vie de quelqu'un en quelques heures... Bon, visiblement, ils ne sont pas si doués que ça, mais l'idée qu'ils puissent réellement exister un jour m'inquiète beaucoup.

J'ai un peu moins accroché à la fin que j'ai trouvé trop surnaturelle pour m'être réellement crédible : l'idée est très jolie mais je pense que le manque de détails (que je réclame depuis le début de cet article donc !) m'a empêché de croire réellement à cette histoire et donc de me laisser porter par la fin. C'est trop gros et inattendu pour que je puisse réellement y croire ! Je pense qu'avec un peu plus d'indices là-dessus au cours de ma lecture, ça serait mieux passé... Cela dit, la fin reste pas mal et dégage de bonnes idées à prendre en compte dans notre vie réel : le message est très beau et positif !

 

Ça m'a fait un peu bizarre que l'héroïne porte le même prénom que moi et encore plus quand j'ai découvert que sa meilleure amie avait le même prénom que l'une de mes plus anciennes amies (coucou Alice !) : c'est peut-être pour ça aussi que je me suis assez détachée de ce texte, c'est toujours perturbant que l'on puisse associer directement des personnages avec des personnes de la vie réelle même si ils ne se ressemblent pas plus que ça.

Cela dit, les deux jeunes femmes sont très sympathiques et agréables à suivre tout comme leurs acolytes. J'ai vraiment pris plaisir à suivre leurs aventures et à les voir évoluer avec leurs découvertes.

 

J'avais déjà eu l'occasion de découvrir l'écriture de Sébastien Tissandier mais dans un genre totalement différent, du coup, j'ai réellement apprécié redécouvrir son écriture dans un univers d'anticipation. J'ai beaucoup apprécié la fluidité et la modernité de ses mots : l'on suit facilement ses personnages et je pense que son texte est globalement accessibles à tous les lecteurs, même jeunes (c'est typiquement le genre d'histoire que je piquais à mon père quand j'étais en primaire !) : l'univers est soft, un peu merveilleux et bon enfant même si tout n'est pas rose, c'est loin d'être glauque et sanglant.

Un texte que j'ai apprécié et que je vous conseille.

 

 

[les +] Simple, efficace, accessible.

[les -] Plus de détails aurait été top !

 

 

Lu dans le cadre :

 
 
 
Du même auteur :
Le génocide invisible 
■ Inconscience  épisode 1 : L'éveil
Le Rédempteur tome 0 : Le secret de la bête d'Angles
Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

 

 

Parents de l'ombre

Aurélie DABOUIS

Ajaé - 2015

548 pages

 

 

 

 

 

 

Paris, dans un futur plus ou moins proche. Le gène de la criminalité, le gène DR2624, est présenté comme la grande découverte du siècle. Toute personne le possédant est un criminel en sommeil. Les enfants présentant ce gène sont enlevés à leur famille par le gouvernement.
Philippe Pradeau a vu sa fille subir les conséquences de cette politique anticriminelle. Cependant, il ne l’a jamais accepté et ne cesse, depuis sa disparition, de chercher où elle est détenue.
Le Docteur Stéphane Laudrain est un pédiatre qui participe, sans en avoir réellement conscience, à la politique du gouvernement. Jusqu’au jour où son fils atteint l’âge fatidique du test génétique.
La rencontre entre ces deux pères va marquer le début d’une lutte sans merci contre le gouvernement…

 

 

Ce livre est un peu spécial : il a été écrit par la fille d'un collègue de mon père qui est la soeur d'un camarade de classe du lycée (enfin, je crois). Du coup, en bonne curieuse, j'étais obligée de le lire ! D'autant plus que mon père l'avait adoré ;)

 

J'ai également beaucoup aimé cette histoire, par contre je suis dégoûtée : j'avais commencé à écrire mon article dessus mais overblog me l'a supprimé... Du coup, 15 bons jours après cette lecture et pas mal de livres plus tard, je ne me souviens plus tellement des détails de l'histoire.

Cela dit, je me souviens très bien de l'ambiance de Parents de l'ombre : elle est forte, inquiétante et pleine de "et si"... Personnellement, c'est le genre d'histoire qui m'inquiète toujours un peu : cela pourrait très bien se réaliser, la folie des grandeurs de l'homme n'a pas vraiment de limites malheureusement (et sa bêtise non plus). Je lis assez rarement des romans d'anticipations même si j'apprécie le genre ce côté "possible" me mettant assez mal à l'aise... En tout cas, celui-ci me laisse une bonne et forte impression !

Mais, j'ai trouvé aussi que l'histoire partait un peu dans tous les sens bien que celle-ci soit assez cadrée : on voyage beaucoup, il se passe des tas de choses extrêmement grâves ou improbables, le tout en très peu de temps... Du coup, j'ai trouvé que la crédibilité n'était pas toujours au rendez-vous ce qui m'a permis de davantage relativiser les évènements.

La fin est franchement pas mal : pour le coup, elle m'a vraiment semblée des plus crédibles d'autant plus que le ton  d'Aurélie Dabouis est très juste.

 

Dans ce genre d'histoire, les personnages me sont rarement sympathiques : trop préocupés par leurs tâches, ils en deviennent assez froids et différents de ma réalité. Les personnages de Parents de l'ombre ne font pas exception : même si ils sont intéressants et bien construits, ils ne m'ont pas été particulièrement sympathiques. Ils sont tellement dans leur quête pour retrouver les enfants qu'ils en oublient le monde extérieur : cela créé fatalement une distance avec le lecteur...

 

L'écriture d'Aurélie Dabouis m'a beaucoup plu : elle est ferme, carrée et fluide. J'ai vraiment apprécié cette histoire qui m'a fait passer un très bon moment, même si certaines petites choses m'ont dérangée. Dans tous les cas, j'ai vraiment accroché à son univers et je serais très curieuse de découvrir ses autres textes.

Un roman surprenant !

 

 

[les +] Des questions intéressantes, une histoire qui avance, une écriture agréable.

[les -] Quelques points moins crédibles, des personnages un peu clichés.

 

 

Lu dans le cadre de :

Repost 0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

 

 

De l'eau pour les éléphants

Sara GRUEN

World Book Night - 2015

418 pages

 

 

 

 

 

 

Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur " plus grand spectacle du monde ". Embauché comme soigneur, il va découvrir l'envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.

Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène la belle écuyère, et Rosie, l'éléphante que nul jusqu'alors n'a pu dresser, dans un improbable trio.

 

 

L'idéal aurait été que j'écrive cette chronique en anglais, mais bon, voilà :

1. On est lundi matin, il est 8H et j'ai la flemme,

2. J'ai lu ce livre dans le cadre d'un challenge,

3. Du coup, j'en ai fait une lecture commune.

Je pourrais trouver des milliers d'autres excuses, mais bon, je crois que l'on gardera la première ;)

En fait, ce livre est vraiment arriver par hasard dans ma PAL : quand j'étais au Pays de Galles, je suis tombée dessus au moment de la World Book Night (en gros, il y avait un carton rempli d'exemplaires de ce roman gratuit), autant dire que je ne pouvais que le prendre, surtout que j'avais envie de le lire depuis un bon moment. Et puis, comme ça, j'allais enfin peut-être me mettre à lire en anglais.

Pour le coup, c'est plutôt une mission réussi : déjà grâce au challenge de Phildes autour des animaux, mais surtout parce que le second round du TOEIC était jeudi dernier (si vous pouviez croiser les doigts pendant les 8 prochains jours ouvrés, ce serait très gentil ! :D).

 

Bref, tout ça pour dire que j'ai lu Water for elephant en anglais et que j'ai beaucoup aimé ce livre même si je n'ai pas tout compris. Le truc, quand je lis, c'est que je me mets régulièrement à lire en diagonale quand je me laisse emporter par mes rêveries et qu'en anglais, ça ne passe pas trop !

Cela dit, j'ai beaucoup aimé l'ambiance un peu vintage de l'histoire avec ses jolis costumes et ses coutumes d'un autre temps. Mais, ce que j'ai préféré, ce sont les moments à la maison de retraite avec Jacob qui m'ont beaucoup, beaucoup fait rire (et ma appris pas mal de vocabulaire du coup) ! J'ai aimé ces vieilles dames impressionnables et rapporteuses et les petites disputes entre les pensionnaires : l'ambiance est bonne, familiale et Rosemary est un ange :)

 

Les personnages m'ont plutôt bien plu même si je ne me suis pas particulièrement sentie proche d'eux. Jacob m'a fait un meilleur effet âgé que jeune, même si il est plus râleur et grincheux (il ne faut pas chercher, j'ai un truc avec les personnes âgées).

Marlena m'a également touchée : j'ai beaucoup aimé son côté fragile qui contrebalance sa fierté et la force qu'elle impose avec ses chevaux. Elle s'intéresse aux gens qui l'entoure malgré son statut de "star", ce qui m'a beaucoup plu.

Cela dit, ma chouchoute dans l'histoire, c'est tout de même Rosie. Cet éléphante à drôlement la classe !

 

L'écriture de Sara Gruen m'a bien plu : comme je le disais tout à l'heure, c'était le premier livre que je lisais en anglais et j'ai choisi la difficulté avec une histoire que je ne connaissais pas, du coup, il me manque certains détails... Mais j'ai trouvé son style très clair et plutôt imagé : l'ambiance est forte, les tensions sont présentes. J'ai vraiment passé un bon moment ! Par contre, je ne sais pas si je prendrais la peine de le lire en français : je pense que ça me ferait bizarre la traduction du coup...

Un livre que je vous conseille !

 

 

[les +] Des émotions fortes, une Rosie au poil, de l'humour.

[les -] Quelques détails non-compris (barrière de la langue).

 

 

Lu dans le cadre :

Repost 0
Published by Luna - dans Nights & LC
commenter cet article

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs