Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/109/109400/couv72141168.jpgDans une banlieue de Reykjavik, au cours d'une fête d'anniversaire, un bébé mâchouille un objet qui se révèle être un os humain.
Le commissaire Erlendur et son équipe arrivent et découvrent sur un chantier un squelette enterré là, soixante ans auparavant. Cette même nuit, Eva, la fille d'Erlendur, appelle son père au secours sans avoir le temps de lui dire où elle est. Il la retrouve à grand-peine dans le coma et enceinte. Erlendur va tous les jours à l'hôpital rendre visite à sa fille inconsciente et, sur les conseils du médecin, lui parle, il lui raconte son enfance de petit paysan et la raison de son horreur des disparitions.
L'enquête nous est livrée en pointillé dans un magnifique récit, violent et émouvant, qui met en scène, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une femme et ses deux enfants. Une femme victime d'un mari cruel qui la bat, menace ses enfants et la pousse à bout.
Voici à nouveau le commissaire Erlendur et ses adjoints Elinborg et Sigurdur Oli dans un récit au rythme et à l'écriture intenses et poignants, aux images fortes et aux personnages attachants et bien construits. La mémoire est comme toujours chez Indridason le pivot de ce roman haletant, qui hante longtemps ses lecteurs.
Un Indridason grand cru !

 

 

J'ai lu ce roman dans le cadre du Baby-challenge policier de Livraddict, initialement, je comptais aussi l'ajouter à ma liste pour le mois blanc du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah, mais je ne me suis pas assez dépêchée pour le lire !

J'ai passé un très bon moment avec ce livre à l'intrigue rondement bien menée.

 

En effet, je suis assez admirative du travail d'Arnaldur Indriason : il a su imbriquer plusieurs histoires différentes dans La femme en vert, avec des liens bien réels que l'on découvre peu à peu où d'autres que l'on pense deviner et qui s'avèrent faux par la suite. Personnellement, j'ai trouvé l'histoire assez prévisible en soit : certains des indices sont assez "gros" et nous indiquent assez facilement ce qu'il s'est réellement passé.

Cependant, chacune des histoires que l'on découvre dans La femme en vert est assez addictive : chacun des "destins" qui nous sont proposés m'ont interpellée et donné envie d'en savoir plus. D'autant plus qu'ils se situent chacun à des époques différentes et qu'ils signifient des choses complémentaires pour l'intrigue...

 

L'histoire de Margareth et de ses enfants m'a tout particulièrement touchée : je l'ai vraiment sentie coincée, à bout de souffle et l'on ne voit pas de solution qui pourrait l'aider. C'est impressionnant de voir une personne aussi bonne et douce qu'elle prise au piège de cette façon. Personnellement, je me suis tellement sentie impuissante que je pense que je me souviendrais d'elle pendant longtemps.

L'histoire de Benjamin et celle d'Erlandur et de sa fille Eva m'ont moins touchée bien qu'elles m'aient tout autant intéressée. C'est juste qu'elle ne dégage pas la même force et qu'elles sont bien moins présentes dans La femme en vert, du coup, elles passent un peu sur un plan secondaire.

 

Je découvrais l'écriture d'Arnaldur Indridason pour la toute première fois et j'ai vraiment passé un très bon moment. Elle est très agréable et plutôt calme : on sent du coup toute la réflexion et l'importance qui se cache derrière cette enquête, à l'image d'Erlandur et de ses coéquipiers.

La femme en vert est un roman policier très agréable.

 

 

[les +] Une histoire aux multiples facettes, des personnages intéressants, une narration agréable.

[les -] Un peu prévisible.

Repost 0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/110/110238/couv39147982.jpgFuyant la folie meurtrière en Afrique, Sterne se retrouve dans le seul endroit au monde où il avait juré de ne plus remettre les pieds. Ce port de La Rochelle, qu'il avait quitté sept années auparavant. Des souvenirs douloureux se réveillent. En compagnie de deux marins aux parcours étranges, soutenu par Stalla, la Maltaise, capitaine du bar l’Étoile du Marin, il emparque finalement pour le voyage de la dernière chance, sur un navire aux états de service aussi effrayants que son nom, le Cerbère.
Marin perdu à terre, voyageur maudit comme le Hollandais Volant, qui avait été condamné à errer sur les mers pour l'éternité jusqu'à ce que l'amour d'une femme lui accorde la rédemption, Sterne, ses compagnons et leur vieux remorqueur affrontent l'infortune avec mille et une péripéties pour enfin trouver le bonheur.

 

 

Quand j'ai appris que Babelio m'avait sélectionnée pour recevoir ce livre, j'ai été absolument ravie (merci !). Parce que j'ai toujours aimé découvrir les histoires de marin, de mer et que son résumé promettait de me faire voyager très loin de chez moi ! Et c'est exactement ce qu'il s'est passé : j'ai vraiment passé un très bon moment avec L'Etoile du Marin.

 

En fait, je crois que ce qui m'a tellement plu dans ce roman, c'est que, quelque part, il a vraiment fait écho à ma vie. En effet, j'ai un certain nombre d'amis dans la marine marchande et j'ai retrouvé beaucoup de situation du livre dans ce que j'ai pu vivre avec eux ou ce qu'ils ont pu me raconter. C'est ça, la force de L'étoile du marin : ce roman est totalement intemporel ! On pourrait transposer son histoire au 19e siècle comme à aujourd'hui sans que cela devienne choquant.

 

J'ai été particulièrement sensible à l'ambiance de ce livre, notamment à travers L'Etoile du marin, ce bar tenu par Stella, qui me rappelle par de nombreux côtés l'un de mes bars fétiches, QG des étudiants de l'hydro. La différence c'est que les filles ne viennent pas s'y encanailler mais parce que la musique est sympa et l'ambiance bonne ! J'ai du coup été assez surprise de retrouver cette ambiance assez nonchalante dans tout le roman , et puis L'étoile du marin donne aussi la sensation d'être bien, quelque soit l'endroit où nous sommes : je lui ai trouvé un côté très accueillant et familier.

J'ai également beaucoup aimé participer aux différentes aventures que l'on découvre dans ce livre : que ce soit celles de Sterne, mais aussi celle de Stella. Elles sont toutes très différentes les unes des autres, certaines très personnelles et d'autres plutôt professionnelles, certaines s'attaquant aux passé et d'autre à l'avenir...On trouve de tout dans ce roman et c'est ce qui fait sa force d'une certaine façon, parce qu'on ne s'éparpille pas et que l'on sait toujours où l'on va.

 

Les différentes personnages m'ont beaucoup plu, surtout Stella d'ailleurs. Je me suis pas mal retrouvée en elle et je ne suis pas certaine que ce soit une bonne chose : je trouve qu'elle se fait avoir dans cette histoire (ah, on voit bien que c'est un livre écrit par un ancien de l'ENSM ! L'homme reste sur son bateau et la femme le suit de loin...Hum ?). Mais bon, j'ai aimé voir en Stella le pilier terrestre des marins, j'ai apprécié la voir voyager par procuration et surtout, j'ai été admirative du respect que tous lui donnent. C'est un peu une sirène d'ailleurs : tous l'apprécient et pourtant elle reste inacessible.

Sterne m'a moins touché mais je pense que c'est surtout du à son caractère très indépendant : j'ai eu l'impression qu'il échappait continuellement aux gens qui l'entourent et du coup, ça me fait assez peur vis à vis de Stella. Bien qu'il soit très agréable et intéressant, il donne une certaine souffrance à son entourage : ses deux facettes sont aussi intrigantes qu'inquiétantes !

Son équipage m'a également bien plu.

 

J'ai beaucoup apprécié l'écriture et le style de François Migeat : il a vraiment su partager le côté indolent de la mer et de ses "habitants". Son roman est tout à son image  : changeant et plein de mystère. Je serais très curieuse de découvrir d'autres titres de l'auteur du coup !

L'Etoile du marin est un roman dépaysant.

 

 

[les +] Une ambiance particulière, des personnages intéressants, une histoire prenantes, une narration agréable.

[les -] La conclusion qui m'a déçue pour certains personnages.

Repost 0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 06:15

http://4.bp.blogspot.com/-AoZZI-FSTqU/TYIkmUKPmYI/AAAAAAAAADM/YJXS2xOBQCs/s1600/toggle_log.png

rendez-vous initié par Mallou et proposé par Galleane

 

 

CE QUE J'AI LU LA  SEMAINE PASSEE  
http://www.livraddict.com/covers/110/110238/couv39147982.jpghttp://www.livraddict.com/covers/109/109400/couv72141168.jpghttp://www.livraddict.com/covers/43/43978/couv18381500.jpghttp://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/BOQ/P3/9782221068243.JPGhttp://www.livraddict.com/covers/110/110240/couv58684988.jpg

L'étoile du marin - François MIGEAT - [mon avis]

La femme en vert - Arnaldur INDRIDASON - [mon avis]

Tomonen - Kenya OHBA - [mon avis]

Ubu roi - Alfred JARRY - [mon avis]

La petite fille de la rue Maple - Elaine HUSSEY - [mon avis]

 

 

 

 CE QUE JE LIS   EN CE MOMENT

http://www.livraddict.com/covers/30/30612/couv68158076.jpg

Elantris, T1 : La chute - Brandon SANDERSON

 

 

 

CE QUE JE VAIS LIRE CETTE SEMAINE

http://www.livraddict.com/covers/27/27823/couv13688400.jpghttp://www.livraddict.com/covers/108/108417/couv34015102.jpg

Monsieur Malaussène - Daniel PENNAC 

Aïna l'aventurière fantastique, T2 : Retour aux sources - Elodie LAFAY


 


Et vous, que lisez-vous ?

Repost 0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/46/46251/couv25362974.jpgIchiko vit à Komori, un hameau dont le nom signifie " petite forêt ".
Son existence s'écoule paisiblement, entre ses expérimentations culinaires, basées sur les produits naturels locaux, et ses voisins et amis. Mais sous son enthousiasme sincère, se cache le cœur meurtri d'une petite fille autrefois abandonnée par sa mère. Au fil de recettes locales, inspirées des richesses d'une nature féconde, Ichiko nous dévoile ses propres secrets. Tranches de vie campagnardes accompagnées de mets raffinés, cette suite et fin de Petite Forêt est toujours aussi émouvante.
A savourer sans modération.

 

 

 

 

J'avais emprunté les deux tomes de Petite forêt à la bibliothèque avec l'envie de ne pas me prendre la tête avec une série de manga trop longue. Et puis, il faut dire aussi que sa couverture à prédominance blanche tombe à pic en plein mois blanc du challenge Bookineurs en couleurs de Liyah.

 

Ma lecture du premier tome m'avait plus déstabilisée que déplu, mais là, c'est plutôt le contraire. En fait, Petite forêt se révèle un peu trop contemplatif pour moi : la nature, c'est bien, c'est joli et tout et tout, mais j'ai du mal à me passionner pour ça... Surtout que dans Petite forêt, on a l'impression de retourner quelques décennies en arrière : on oublie vraiment le confort de la vie de tout les jours et l'on s'extasie devant les toilettes au fond du jardin (personnellement moi, j'ai du mal !). Bon, en soit, ce n'est pas désagréable : c'est intéressant de voir Ichiko vivre en harmonie avec le monde qui l'entoure, sans artifice et en suivant le rythme des saisons.

 

En fait, le truc qui m'a réellement dérangée, c'est qu'il n'y a pas vraiment d'histoire dans ce manga : on découvre des brides de la vie de la jeune femme, mais ça s'arrête là. Il n'y a pas vraiment de continuité à laquelle l'on puisse se raccrocher dans Petite forêt et c'est ça qui m'a dérangée. Parce que ça rend Ichiko encore plus lointaine... Et pourtant, assez étrangement, il y a une vraie conclusion à cette histoire.

 

La narration est assez agréable, très calme, très douce. Pour le coup, on se retrouve vraiment dans la montagne isolée d'ichiko avec elle. J'aime beaucoup la facilité avec laquelle elle nous explique des recettes qui ont pourtant l'air très compliquée et le coeur qu'on sent qu'elle a mis à l'ouvrage.

Petite forêt est vraiment un manga a part.

 

 

[les +] Un véritable dépaysement, une héroïne sympathique, des recettes originales.

[les -] Pas de réelle histoire, un ton un peu trop contemplatif.

 

 

Du même auteur :
Petite Forêt tome 1

Repost 0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 06:15

http://img.seriebox.com/series/3/3005/_600_300/touch-us_3.jpg

Un père découvre que son fils autiste et muet peut prédire l'avenir et communique avec lui à travers une série de nombres complexe...

 

 

 

 

 

Quand j'ai vu le trailer d'annonce sur M6, j'ai tout de suite eu envie de découvrir cette série : l'autisme, c'est vraiment une maladie qui m'a toujours intriguée. Bon, forcément, l'histoire est très romancée, mais si elle ne l'était pas, la série ne serait surement pas aussi intéressante et addictive.

 

J'aime beaucoup le principe de cette série : voir toutes ces personnes très différentes les unes des autres, dans des pays différents et des situations différentes et finalement dont le destin se retrouve dans les mains de Martin grace à l'équation que lui a donné son fils, Jake, le jour même. Je trouve impressionnant comment tout ne tient qu'à un fil et la façon dont tout est connecté sans que l'on s'en rend réellement compte. Personnellement, j'ai vraiment envie de croire que cela puisse être possible.

Je trouve d'ailleurs que cette première saison est très complète et complémentaire dans ses situations : vu le nombre de "destin" que l'on découvre à chaque épisode, j'ai été assez surprise que l'on ai pas le droit à deux histoires plus ou moins similaires... D'autant plus qu'on retrouve pas mal d'éléments communs à plusieurs épisodes comme les deux japonaises et leur téléphone portable qui fait le tour du monde.

 

La fin de cette première saison dénote complètement du reste mais elle n'en est pas pour autant moins intéressante. Par contre, elle laisse vraiment présager une seconde (et dernière) saison assez différente que celle-ci... Affaire à suivre donc ! ;)

Touch est une série que je vous recommande !

 

 

Du même créateur :
Touch saison 1 saison 2

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/89/89006/couv30322209.jpg"L'amour, Malaussène, je vous propose l'amour !" L'amour ? J'ai Julie, j'ai Louna, j'ai Thérèse, j'ai Clara, Verdun, Le Petit et Jérémy. J'ai Julius et j'ai Belleville ...
Entendons nous bien, mon petit, je ne vous propose pas la botte ; c'est l'amour avec un grand A que je vous offre : tout l'amour du monde !"
Transformé en objet d'adoration universelle par la reine Zabo, éditeur de génie, Benjamin Malaussène va payer au prix fort toutes les passions déchaînées par la parution d'un best-seller dont il est censé être l'auteur.
Vol de manuscrit, vengeance, passion de l'écriture, frénésie des lecteurs, ébullition éditoriale, délires publicitaires, La petite marchande de prose est un feu d'artifice tiré à la gloire du roman. De tous les romans.

 

 

Etant relancée dans ma lecture de La saga Malaussène et étant en plein mois blanc du Challenge Bookineurs en couleurs de Liyah, je n'ai pas hésité un seul instant à emprunter La petite marchande de prose à la bibliothèque.

Et bien, c'est mon préféré de la série jusqu'à présent ! (mais bon, peut-être pour pas très longtemps vu que je viens d'emprunter Monsieur Malaussène... :D)

 

J'ai encore une fois beaucoup apprécier retrouver Benjamin, sa famille et ses amis dans ce tome. C'est assez incroyable la façon dont ils ne changent pas d'une aventure à une autre : ils sont toujours aussi improbables, loufoques et du coup, le moindre de leur fait et geste devient souvent très amusant. J'ai notamment beaucoup rit quand l'inspecteur demande à Benjamin de se tenir loin de son enquête en cours pour que, pour une fois, tout ne l'accuse pas !

 

L'histoire de La petite marchande de prose m'a beaucoup plu : j'ai beaucoup aimé cette critique fondée de l'édition française avec ses mystères pas toujours très reluisants. Je connais très mal cet univers, mais la description qui y est fait dans le livre colle assez bien à la représentation que je m'en faisais. L'image de la reine Zabo m'a particulièrement plu.

Il faut dire aussi, que j'ai été particulièrement étonnée de ce qu'il se passe dans ce bouquin. Quand j'ai lu le résumé, je m'étais fait la réflexion qu'il en disait trop... et en fait c'est vraiment loin d'en être le cas ! J'ai vraiment été tout particulièrement surprise par ce qui arrive à Benjamin dans La petite marchande de prose et je me suis vraiment demandée comment il allait réussir à s'en sortir cette fois.

J'ai également beaucoup aimé le fait que l'histoire continue même quand Benjamin n'est plus vraiment là. Les deux premiers tomes m'avaient donné l'impression que tout reposait sur les épaules du jeune homme, mais finalement, ce n'est pas vraiment le cas : tout repose sur la famille Malaussène ! Et tant mieux ;)

 

L'écriture de Daniel Pennac est vraiment très agréable : j'aime beaucoup son humour et sous l'apparente tranquillité de ce texte se cache un sacré dynamisme. Tout évènement est sans cesse remis en question rendant La petite marchande de prose assez addictif et essoufflant !

Un troisième tome à découvrir !

 

 

[les +] Une histoire riche en évènements et en émotion, une narration très agréable et addictive, une famille hors du commun et très attachante.

[les -] ...

 

 

Du même auteur :
La saga Malaussène tome 1 : Au bonheur des ogres tome 2 : La fée carabine tome 4 : Monsieur Malaussène

Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/65/65128/couv8953383.jpgUmi a seize ans et fréquente le lycée Kônan. Son père, marin, n'est pas rentré à la maison depuis que son bateau a disparu en mer. Umi croit encore qu’un jour, il reviendra, et c’est pour cela qu’elle garde impeccable la maison familiale sur la Colline aux Coquelicots. Souvent à l'étranger, sa mère photographe la laisse se débrouiller avec sa jeune sœur, son petit frère, et les étudiants à qui elle loue des chambres pour joindre les deux bouts. Malgré ce contexte familial déjà bien difficile, Umi doit de plus faire face aux bouleversements qui sont en train de naître au lycée. Entre révoltes et débats de société lancés par le club de journalisme, mais aussi et surtout sa vie sentimentale, comment Umi pourra-t-elle trouver son équilibre ?

 

 

 

Si j'ai emprunté ce livre à la bibliothèque, c'est vraiment parce que j'avais envie d'une lecture rapide mais certainement pas de commencer une énième nouvelle saga de manga et que je ne me souvenais plus du tout où j'en étais dans celle que je n'avais pas lu depuis longtemps... Et puis, je suis tombée sur La colline aux coquelicots et ses dessins très années 80 m'ont beaucoup amusée tout autant que son résumé m'a intrigué. Une bonne raison de l'emprunter donc ! Surtout en plein mois blanc du Challenge Bookineurs en couleurs de Liyah... ;)

 

L'histoire du manga m'a beaucoup plu et touchée. Elle est vraiment très complète sans qu'elle parte dans tous les sens. J'ai beaucoup aimé cette histoire d'amour sur ce fond d'intrigue plus profonde avec les soucis de la famille de Umi et la disparition en mer de son papa marin...

J'ai beaucoup aimé la voir faire ses "traditions familiales" qu'elle a instauré, comme le levé du drapeau, et la voir s'acharner chez elle pour que tout tourne rond, que chacun puisse vivre dans de bonnes conditions et qu'ils puissent tous oublier leurs soucis financier.

Les magouilles du club journal m'ont également beaucoup amusée : je ne sais vraiment pas où les deux jeunes garçons ont pu trouver toutes ces idées farfelues ! Ça donne vraiment une autre dimension à l'histoire, surtout quand Umi et son caractère électrique s'en mêlent.

Bon, La colline aux coquelicots à un côté aussi très rose, avec l'histoire d'amour de Umi et de Kazama. Le côté "amour interdit" que prend l'histoire à un moment m'a pas mal dérangée, surtout que je trouve que la résolution à tout de même un côté très tiré par les cheveux, mais elle reste tout de même très agréable à découvrir.

 

J'ai trouvé la narration du manga très agréable et pleine d'humour. La colline aux coquelicots est vraiment très différent des mangas qui sont écrits aujourd'hui mais j'ai beaucoup aimé le découvrir : il est vraiment plein de fraicheur et ne manque pas de dynamisme !

J'ai eu un peu plus de mal avec les dessins que j'ai trouvé un petit peu datés : ils sont assez anguleux alors que je préfère les rondeurs... Cependant, les grands yeux de Umi et de ses copines m'ont totalement fait craquer !

La colline aux coquelicots est un manga très agréable !

 

 

[les +] Une narration très agréable, une histoire aux multiples facettes.

[les -] Une résolution un peu tirée par les cheveux bien qu'elle soit très agréable.

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/22/22971/couv18982136.gif" Hé, petite ! ", c'est mon surnom depuis toujours.
Il a suffi d'une visite médicale à l'école pour que le médecin s'inquiète de ma petite taille et me le certifie, je ne dépasserai pas le mètre quarante-sept. Entre les " minus ", les " microbes " et les " pilules ", pas facile de trouver ma place. Ras-le-bol que tout le monde ne voit qu'une ado minuscule ! C'est décidé, il va falloir se battre...

 

 

 

 

 

 

 

J'avais déjà lu ce livre il y a quelques années sur les conseils d'amies qui n'en disaient que du bien. L'histoire m'avait beaucoup plu mais je me souviens avoir été très déçue par ce roman qui ne m'avait pas vraiment parlé... Mais, la semaine dernière, ma mère est tombée nez à nez avec ce livre à la bibliothèque et du coup, je me suis dit que c'était l'occasion parfaite de le relire.

 

Bon, je ne suis pas plus sous le charme de cette histoire qu'il y a quasiment 10 ans (déjà ?), mais il faut dire aussi que rien dans la vie de Yaël ne fait écho à la mienne. Cependant, ça ne m'a pas empêché de me faire réfléchir à certaines choses que j'ai pu dire petite : j'avais un ami qui était aussi petit et je me souviens qu'on l'appelait tous "petit Pierre", c'était un fait établi. Mais jamais jusqu'à présent je ne m'étais dit que ça aurait pu le vexer à un moment où à un autre.

 

J'aime beaucoup la façon dont Yaël Hassan nous raconte son histoire. On sent la force de certains souvenirs qui restent bien intacts et d'autre que l'on ressent un peu plus flou... A aucun moment l'on ne doute de la véracité de ses propos : ce n'est ni trop personnel, ni trop romancé pour que ça en devienne gênant ou inconcevable. Elle a vraiment su trouver les mots juste pour nous raconter son histoire et, personnellement, même si je ne me suis pas reconnue dans son récit, elle m'a beaucoup touchée. Yaël Hassan a vraiment une écriture très agréable, à la fois douce et dynamique.

Hé, petite ! est une histoire courte très bien racontée !

 

 

[les +] une autobiographie bien racontée et non romancée.

[les -] une histoire personnelle particulière qui ne fait pas écho à la vie de tout le monde.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/19/19231/couv31509828.jpgDes " noces vermeilles " de Marguerite de Valois et Henri de Navarre, prélude au massacre des protestants, à la mort de Charles IX baignant dans une rosée de sang, les deux années qui s'écoulent comptent parmi les plus cruelles de l'histoire de France. Guerres civiles de religion, luttes d'influence au sein de la famille royale, complots et assassinats politiques forment la trame sombre sur laquelle se détache la figure de Margot. Beauté incomparable, dame galante, cette fille de France est aussi une femme de lettres doublée d'une redoutable politique ; Marguerite est avant tout une Valois, fille de roi, soeur de roi, femme de roi. Et le brave La Mole, ce jeune gentilhomme protestant réfugié dans l'alcôve royale pour échapper à ses assassins la nuit de la Saint-Barthélemy, sait que l'amour qu'il voue à cette perle le précipitera au coeur d'intrigues de pouvoir où la vie d'un homme n'a guère de poids.

 

 

Ça fait très longtemps maintenant que j'avais envie de découvrir ce livre. D'autant plus que j'adore Dumas, mais, comme pour tous ses livres, sa taille n'est pas vraiment encourageante... Du coup, le temps à passé et ce n'est que grâce au Baby-challenge Classique de Livraddict et au Challenge ABC de Nanet que j'ai enfin pris le temps de le découvrir. Et comme ça, j'avais ma lecture pour le Challenge Un mot, des titres de Calypso toute trouvée !

Alors, effectivement, il est gros comme livre, mais son histoire est tellement prenante que je n'aurais pas mis longtemps pour en voir la fin !

 

J'ai beaucoup aimé la vision de la royauté que nous offre ce roman : bien sûr, c'est romancé, mais j'aime beaucoup le côté véridique que l'on devine sous toute cette histoire. Je pense notamment au fait que les membres de la famille royale tentent par tous les moyens de maintenir leur image du coup La reine Margot prend un tournant plutôt sombre... J'ai bien aimé également tout le rapport à la sorcellerie et le côté assez obscur de l'histoire : Catherine de Médicis en deviendrait presque une abominable sorcière !

Honnêtement, je ne connais pas du tout l'histoire de Marguerite de Valois, du coup, je n'ai absolument aucune idée de la proportion de vérité qu'il y a dans ce roman. Bon, forcément, j'ai senti que certains passages pouvaient difficilement être possible, mais j'ai tout de même eu envie d'y croire. Alexandre Dumas avait une force de persuasion assez fascinante : bien que l'on sait pertinemment que ça ne peut pas être possible, on se prête vraiment au jeu.

 

La narration est vraiment très agréable ! J'ai d'ailleurs été très surprise de découvrir un humour assez marqué dans ce texte. J'ai trouvé ça d'autant plus appréciable que, par le côté classique du livre, je ne m'y attendais vraiment pas.

L'autre truc qui m'a beaucoup plus dans ce roman, c'est qu'il a un côté très théâtrale : non pas dans les situations ou dans les dialogues, mais par sa présentation. Les chapitres se finissant quasiment tous sur un suspense et il n'y a en fait que très peu de lieux à l'histoire. C'est étrange mais ça ne m'a pas du tout dérangée.

Un Dumas à découvrir. Vraiment. ;)

 

 

[les +] Une histoire intéressante, un format peu commun, de l'humour

[les -] Une taille inquiétante ;)

 

 

Du même auteur :

Les trois mousquetaires

Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 06:15

http://4.bp.blogspot.com/-AoZZI-FSTqU/TYIkmUKPmYI/AAAAAAAAADM/YJXS2xOBQCs/s1600/toggle_log.png

rendez-vous initié par Mallou et proposé par Galleane

 

 

CE QUE J'AI LU LA  SEMAINE PASSEE 

http://www.livraddict.com/covers/22/22971/couv18982136.gifhttp://www.livraddict.com/covers/65/65128/couv8953383.jpghttp://www.livraddict.com/covers/89/89006/couv30322209.jpghttp://www.livraddict.com/covers/46/46251/couv25362974.jpg

Hé, petite ! - Yaël HASSA - [mon avis]  

La colline aux coquelicots - Chizuru TAKAHASHI & Tetsuro SAYAMA - [mon avis]

La petite marchande de prose - Daniel PENNAC - [mon avis]

Petite forêt, T2 - Daisuké IGARASHI - [mon avis]

 

 

 

  

 CE QUE JE LIS   EN CE MOMENT

http://www.livraddict.com/covers/110/110238/couv39147982.jpg

L'étoile du Marin - François MIGEAT

 

 

 

 

CE QUE JE VAIS LIRE CETTE SEMAINE

http://www.livraddict.com/covers/109/109400/couv72141168.jpghttp://www.livraddict.com/covers/30/30612/couv68158076.jpghttp://www.livraddict.com/covers/27/27823/couv13688400.jpg

La femme en vert - Arnaldur INDRIDASON

Elantris, T1 : La chute - Brandon SANDERSON

Monsieur Malaussène - Daniel PENNAC

 

 


Et vous, que lisez-vous ?

Repost 0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs