Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

 

Ma vie (pas si) parfaite
Sophie KINSELLA

France Loisirs (Piment) - 2018
508 pages

 

 

 

 

 

 

 

La vie à Londres, du fond de son Somerset natal, Katie en a tellement rêvé et, aujourd'hui, ça y est ! À elle les soirées branchées, les restos fashion, le job de rêve dans une grande agence de pub… Certes, elle vit en coloc à eux heures du centre. Certes, son budget est si serré qu'elle se nourrit essentiellement de nouilles instantanées. Certes, sa boss est un cauchemar. Mais plutôt mourir que de renoncer à cette vie géniale, surtout si elle peut instagramer son mocaccino hors de prix. Mais ce que Katie ignorait, c'est qu'à la capitale, tout va plus vite. Y compris se faire virer. retour à la case départ : la campagne. pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d'elle ? Katie va faire de la ferme familiale l'endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu'il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et, avec eux, de vieilles connaissances…

 

 

La session jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs aura également été l'occasion de sortir ce livre de ma PAL qui y dormait depuis près de deux ans. Bon, on est d'accord pour dire que la dominante jaune reste discutable… mais le prétexte était là pour passer un bon moment avec l'univers de Sophie KINSELLA.

 

Je me suis réellement plongée avec délice dans les aventures de "Cat" (c'est beaucoup plus "on flick" que Katie) dans la capitale anglaise. On sent tout de suite qu'elle est assez désabusée par son mode de vie qui est à des années lumières de la vie qu'elle s'était imaginée et qu'elle essaye de s'inventer sur les réseaux sociaux. Clairement, ce n'est pas ce à quoi elle s'attendait et elle accuse le coup entre solitude et coups bas au travail. Certaines des scènes que l'on y découvre sont improbables mais potentiellement crédibles : elles ont un petit côté Le Diable s'habille en Prada dont la véridicité est aussi troublante que malaisante.

J'ai beaucoup aimé voir Katie prendre sa vie en main de retour chez ses parents. Le projet est beau et elle se débrouille à merveille. C'est chouette de voir des ailes lui pousser et de la regarder déplacer des montagnes : on a aucun doute sur le fait qu'elle a trouvé sa voie et qu'elle est douée dans son métier. Du coup, c'est top de la voir en prendre conscience et retrouver sa confiance en elle. C'est juste que Demeter - son ex patronne - ne lui a clairement pas laissé sa chance. On sent qu'elle est a sa place, bien entourée et que c'est ce qui lui manquait à Londres : ses racines et un peu d'authenticité.

J'ai également apprécié voir Demeter débarquer dans sa nouvelle vie et voir leurs affrontements (gentiment) dégénérer. Finalement, c'est dans l'adversité qu'elles arrivent enfin à se comprendre et à travailler en équipe. J'ai trouvé intéressant la manière dont est construite leur relation et le ton plutôt crédible malgré quelques scènes détonantes.

Ce qui m'a le plus plu, c'est que la romance ne tienne pas la première place dans ce roman. Même si on en devine les prémices dans les tous premiers chapitres, ce n'est pas le cœur de l'histoire. J'ai aimé le fait que celle-ci tourne vraiment autour de la construction de Katie et de son projet professionnel ainsi que de cette jolie aventure familiale. Le coup de cœur de Katie et les premiers émois qui se dessinent ne sont qu'un joli bonus pour nous faire rêver que plus encore. C'est également pour cette raison que la conclusion m'a beaucoup plu en nous rappelant les choses essentielles de la vie et, donc, du bonheur.

 

J'ai trouvé Katie très touchante. Elle m'a rappelé certaines copines très inquiètes de l'image qu'elles peuvent donner d'elles, notamment sur les réseaux, en oubliant à quel point elles sont exceptionnelles de base. J'imagine que c'est difficile de reconnaître auprès de ses proches que l'on s'est trompé et que l'on est pas heureux dans la vie que l'on s'est choisi et, clairement, cette pudeur rend Katie très touchante à mes yeux. On a vraiment envie de la protéger et de lui dire que ce n'est pas grave, que ça va aller et que ses mensonges ne vont pas l'aider. C'est assez paradoxal du fait qu'elle n'hésite pas à sortir les dents pour se venger et qu'alors - même si elle perd en sympathie - elle devient plutôt amusante.

J'ai beaucoup aimé le lien de Katie avec ses parents et notamment avec sa belle-mère. Celle-ci m'a beaucoup touchée par l'oreille attentive dont elle fait preuve et les bons conseils qu'elle prodigue l'air de rien.

Demeter m'a également beaucoup plu même s'il est vrai qu'elle n'a pas franchement le bon rôle dans cette histoire. Cependant, plus les pages se tournent et plus l'on apprend à la connaître, on se rend compte qu'elle est loin d'être celle que l'on imagine et que, clairement, elle n'est pas à envier. Ce n'est pas parce qu'on a un job important, une famille idéale et un physique de mannequin que l'on est heureux et on le comprend parfaitement à ses côtés. J'ai donc beaucoup apprécié apprendre à la connaître et à la voir se rapprocher de Katie.

 

Comme toujours, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle histoire écrite par Sophie KINSELLA. J'aime beaucoup l'écriture pleine d'humour et tout en fluidité de l'auteure qui nous fait passer un bon moment même si la crédibilité n'est pas toujours au rendez-vous. À travers son texte, l'on sent réellement toute l'affection qu'elle a envers ses personnages et ses valeurs qu'elle nous partage l'air de rien…

Une jolie découverte, tout en humour.

 

 

[les +] Amusant, terre à terre, de jolies valeurs.

[les -] Un peu trop incroyable par moment pour être vrai… quoi que ?!

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.8 : Jaune

 

 

Du même auteur :

 Les petits secrets d'Emma  Nuit de noces à Ikonos  Samantha, bonne à rien faire 

 L'accro du shopping  tome 1 : Confession d'une accro du shopping  tome 2 : L'accro du shopping à Manhattan  tome 3 : L'accro du shopping dit oui  tome 6 : Mini-Accro du shopping

Repost0
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

Où tu iras j'irai
Jojo MOYES

France Loisirs - 2020
727 pages

 

 

 

 

 

 

Avec le recul qui vient de l'expérience, il aurait pu se dire que la passion qui l'animait était caractéristique d'un premier amour et que ses sentiments finiraient par s'atténuer avec le temps. Mais tout ce qu'il savait  l'époque, c'est qu'à partir du moment où ses yeux s'étaient posés sur elle, il avait été incapable de penser à autre chose.

Passionnée par les chevaux, Sarah espère intégrer la prestigieuse école d'équitation du Cadre Noir. Elle s'entraîne sans relâche avec l'étalon que son grand-père lui a offert. Lorsque le vieil homme tombe malade, Sarah doit jongler entre la famille d'accueil, le collège, l'équitation et les visites à l'hôpital. 

Natasha, brillante avocate, a connu des jours meilleurs : son mariage s'est soldé par un désastre, son nouveau compagnon ne se montre pas à la hauteur et elle est contrainte de vivre sous le même toit que son ex-mari le temps de revendre leur maison. Pourtant, quand elle croise le chemin de Sarah, elle décide de la prendre sous son aile. Mais l'adolescente cache un secret qui risque de bouleverser plus d'une vie.

 

 

Ce livre, je n'avais clairement pas prévu de le lire. Pour tout dire, je ne savais même pas qu'il existait. À la fin de la session jaune du Challenge Bookineurs en Couleurs, lors d'un week-end chez mes parents, ma maman me l'a mis entre les mains : "Tiens, lis-le, il est jaune et il est bien." Malgré le fait que je lis de moins en moins souvent des livres papier (avec la liseuse on peut lire dans le noir !) et que j'ai toujours une appréhension avec les pavés (727 pages quand même !), j'ai suivi les conseils de maman… et j'ai passé un excellent moment. La preuve ? Plusieurs mois après ma lecture, je me souviens parfaitement du bouquin.

Je dois dire que le côté chevaux, équitation, Cadre Noir et compagnie m'a fait un peu peur : je ne suis clairement pas une fille à animaux, j'en ai eu longtemps peur et ai donc un peu de mal à comprendre le lien inconditionnel qui unit les maîtres à leurs animaux. J'étais donc inquiète que l'histoire parle trop de tout ça et m'oublie en coin de page… Mais pas du tout ! Même si ce sujet ne m'intéressait pas plus que ça, j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l'univers de Sarah et de son grand-père et à suivre ses aventures.

Ce que j'ai vraiment aimé dans ce bouquin, c'est cette rencontre improbable entre Natasha et Sarah : elles viennent de deux mondes radicalement différents mais elles s'accordent à merveille et vont changer positivement la vie l'une et l'autre. J'ai aimé cette relation pas évidente entre elles, viscérale pour Natasha et comme une bouée de secours pour Sarah. Clairement, c'est un beau coup du destin.

J'ai trouvé les différents rebondissements de l'histoire très crédibles. On dit toujours que les problèmes n'arrivent pas seuls et c'est clairement le cas dans ce bouquin : c'est une vraie série noire qui s'abat sur Sarah et Natasha. J'en ai aimé leur diversité (argent, amour, travail…) qui font échos au quotidien de certains : ce sont des choses qui pourraient nous arriver (peut-être pas en allant si loin) ou à nos proches.

J'ai également beaucoup aimé voir Sarah se battre pour réaliser son rêve. Clairement, elle n'a pas les deux pieds dans le même sabot (ha, ha !) et fait preuve d'une belle détermination. Tout comme Natasha que j'ai aimé se voir ouvrir et aimer de nouveau. La conclusion est belle, sans toutefois être idéalisée : c'est ce qu'on voulait lire, en mieux. 

 

J'ai trouvé Sarah très attachante. Elle m'a notamment beaucoup touchée dans sa relation fusionnelle avec  Henri, son grand-père : j'aime ces liens intergénérationnels dans lesquels je me reconnais. Sa détresse face à l'hospitalisation de son grand-père m'a beaucoup émue et m'a rappelée des souvenirs bien enfouis. Bizarrement, j'ai également aimé son lien avec son cheval : je crois que quand l'on est en train de perdre quelqu'un dont on était vraiment proche, tout ce qui a pu avoir un lien avec lui devient extrêmement précieux : je ne doute pas que Boo l'était déjà à ses yeux mais, clairement, il ne l'est que plus encore. Sarah a un côté adolescente à problèmes mais la fragilité qu'elle dégage nous donne envie de la protéger : pas facile de tout lui pardonner mais toutes ces erreurs vont l'aider à grandir et à trouver sa place.

Natasha m'a également beaucoup plu. Nous sommes très différente l'une de l'autre mais je me suis reconnue en elle et dans son envie de prendre soin de Sarah. On sent qu'elle n'est pas très heureuse quand on la rencontre, qu'elle n'a pas forcément fait les bons choix et qu'elle n'est pas très bien accompagnée… Alors, la voir changer de regard en s'occupant de Sarah est vraiment très plaisant à voir.

J'ai également apprécié ma rencontre avec Mac qui n'a pas vraiment le bon rôle au départ mais dont on sent très rapidement qu'il est un roch sur lequel l'on peut s'appuyer. J'ai aimé ses conseils avisé et sa présence silencieuse. Il apparait un peu envahissant au début mais nul doute qu'il est toujours là quand on a besoin de lui et que sa patience sera récompensée.

 

Je connais assez mal l'univers de Jojo MOYES n'ayant lu que très peu de ses livres. D'elle, je garderai toujours l'image des mètres de livres alignés et mis en avant dans les librairies allemandes, sans compter que c'est l'une des rares auteures à avoir réussi à faire couler une petite larme à la petite soeur ! ;)

Toujours est-il que j'ai apprécié la crédibilité de son histoire et la justesse des mots choisis : malgré le pavé, son livre se lit très rapidement et nous donne l'impression de plonger à pieds joints dans cette histoire qui n'est pourtant pas la nôtre, mais qui pourrait très bien l'être ! Son écriture est fluide et laisse une belle part aux sentiments des personnages. Tout coincide, les ficelles sont tirées avec discrétions et précisions pour nous offrir une jolie histoire prenante et émouvante.

Une belle découverte.

 

 

[les +] Crédible, émouvant, prenant, des liens intergénérationnels touchants.

[les -] 

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge gourmand #13 : Fromage
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.8 : Jaune

 

 

Du même auteur :

 Sous le même toit

Repost0
23 juin 2020 2 23 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

 

Les gens de la rivière
Mary Lester, tome 15

Jean FAILLER

Harlequin - 2019
320 pages

 

 

 

 

 

 

"Savez-vous combien de personnes ont péri de mort violente sur l'Odet cette année ?"

L'onde de "la plus jolie rivière de France", s'il faut en croire les dépliants touristiques, n'est pas seulement peuplée de saumons et de bars. Y passent parfois, entre deux eaux, entre deux marées, de mystérieux macchabées. Accidents ? crimes ? La question, posée à Mary Lester par un correspondant anonyme, l'amène à pénétrer le petit peuple de l'estuaire, un monde refermé sur lui-même, où le paisible promeneur côtoie le braconnier, le trafiquant, le hobereau imbu de prérogatives obsolètes depuis deux siècles... Combien de personnes ont péri de mort violente sur l'Odet ? Ah la bonne question ! Mary Lester va s'efforcer d'y répondre et ses recherches, entre Quimper et Bénodet, entre noyés, accidentés et disparus, vont la mener à de bien surprenantes découvertes.

 

 

J'ai toujours plaisir à me plonger dans une des aventures de Mary Lester. C'est une de mes meilleures amies qui m'avait fait découvrir cette série à l'adolescence et j'en avais ensuite acheté quelques tomes... Quand France Loisirs s'est mis à les éditer, j'ai profité de l'occasion pour acheter les tomes manquants dont Les gens de la rivière.

 

Bien que je vive maintenant en Bretagne, je ne connais pas très bien la région qui ne manque pourtant pas de charme ! Du coup, avant de me plonger dans ce tome, je n'avais jamais entendu parler de l'Odet et encore maintenant, je ne saurai le placer précisément sur une carte même si j'ai cru comprendre que ce n'était pas très loin de Quimper (il ne faut pas m'en vouloir, je ne me suis pas trop éloignée de ma région des Pays de la Loire). J'ai donc apprécié découvrir ce petit coin au cours de ma lecture.

Ce que j'aime également dans ces romans, c'est le côté un peu daté des histoires. Clairement, elles se passent il y a presque vingt ans et les technologies ont bien fait évoluer notre monde depuis ! J'y retrouve les codes de mon adolescence et apprécie cette bulle d'air où les réseaux sociaux n'ont pas encore tout-à-fait leur place ;)

 

J'ai trouvé l'histoire de Les gens de la rivière prenante et bien menée. J'ai apprécié le fait que l'enquête ne parte de rien, si ce n'est une simple question posée anonymement. Concrètement, rien n'avait prédestiné Mary Lester à enquêter là-dessus si ce n'est sa légendaire curiosité. Pas de mort médiatique, pas d'inquiétude exacerbée des habitants, juste une succession de faits divers auxquels personne n'a prêté attention jusqu'à présent...

Au fur et à mesure que Mary enquête, l'histoire se complexifie et prend des tournants inattendus et aborde des thèmes rarement présents dans les livres policiers, comme la maltraitance des personnes fragiles. Ce que j'ai apprécié puisqu'il me semble que rien ne vaut une bonne histoire pour sensibiliser le grand public.

Bien que les coupables se devinent facilement, l'histoire reste agréable à suivre et la conclusion est plaisante. Elle a d'ailleurs un petit côté ironique qui m'a beaucoup plu et amusée.

 

J'ai eu plaisir à retrouver Mary Lester qui n'hésite jamais à enfoncer des portes entrouvertes. Son dynamisme et son côté fonceur sont très agréable à suivre et nous garantissent des enquêtes hautes en couleurs. J'apprécie la gentillesse de la jeune femme et l'écoute dont elle fait preuve avec les personnes qu'elle rencontre au cours de ses aventures.

Comme toujours, Fortin est là, à veiller sur Mary et à prendre part à ses idées les plus abracadabrantes. J'aime la force silencieuse qu'il dégage et son engagement - en toute confiance - pour mettre les mauvais à mal. On retrouve également le commissaire Fabien qui en bave une fois de plus avec ces deux-là qui ne peuvent s'empêcher de le faire tourner en bourrique.

Dans Les gens de la rivière, j'ai apprécié faire la connaissance du Comte de Lanédou. Je l'ai trouvé très touchant dans sa simplicité d'esprit qui le fait ressembler à un grand enfant, tout en gentillesse et en amour pour son chien.

 

Encore une fois, j'ai passé un excellent moment grâce à l'imagination de Jean FAILLER et à son écriture très agréable. J'aime beaucoup l'humour dont il fait preuve et son univers tout en simplicité qui garde son charme malgré les années qui passent.

Une jolie lecture !

[les +]  Sympathique, prenant, une lecture rapide.
[les -] Un petit manque de modernité malgré le charme des années 2000.

 

Lu dans le cadre de :

     

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.7 : Jaune
Challenge Gourmand #13 : Fromage

 

 

Du même auteur :

 Bouboule est mort  La mort au bord de l'étang  L'homme aux doigts bleus  Marée blanche  Mort d'une rombière  Roulette russe pour Mary Lester

 
Repost0
6 novembre 2019 3 06 /11 /novembre /2019 05:00


 

  

 

 

 

L'homme aux doigts bleus
Mary Lester, tome 7

Jean FAILLER

France Loisirs - 2017
304 pages

 

 

 

 

 

 

 

Mary Lester est en vacances à la Baule... Quoi de plus normal au mois d'août ? Seulement, ce sont des vacances un peu particulières : un patron de la police nantaise a demandé "quelqu'un qui ne fasse pas trop flic" pour s'infiltrer dans le monde particulier d'un golf privé dans lequel se passeraient des trafics peu catholiques. Voici donc le lieutenant Lester, bon gré, mal gré, déguisée en apprentie golfeuse. La tâche, si elle est périlleuse - le milieu qu'elle va devoir épier est particulièrement dangereux - n'est pas sans agréments : passer pour une étudiante, jouer sur un des golfs les plus prestigieux de France et de Navarre et, le reste du temps, bronzer sur la plus belle plage d'Europe en se faisant draguer par un charmant fils de famille, n'est guère rebutant.

Seulement, il y a une chose à laquelle Mary n'a jamais su renoncer, c'est à chercher ce qui se cache derrière l'insolite.

La mort de Victoire Leblond sur le green du trou numéro sept est-elle aussi naturelle qu'il y paraît ? Et comment "l'homme aux doigts bleus" peut-il, trois mois après sa mort, faire encore des victimes au golf du Bois Joli ?

 

 

En plein coeur de la session orange du Challenge Bookineurs en Couleurs, je ne pouvais décidément pas ne pas sortir L'homme aux doigts bleus de ma PAL. 

 

Sans que ce soit une déception, je dois dire que j'ai beaucoup moins accroché à ce roman qu'aux autres aventures de Mary Lester que j'ai eu l'occasion de lire jusqu'à présent. Bon, cela ne m'a pas empêché de dévorer ce livre en une petite heure avant de partir travailler !

Au fond, je pense que Jean FAILLER m'a perdue sur le green avec toutes ses expressions golf-iques, trop rapidement expliquées à mon goût. Cela dit, une fois fini, je me suis aperçue qu'il y avait un lexique en fin de roman. Mea culpa. Le truc, c'est que toute l'histoire tourne absolument autour du golf qui ne sera visiblement pas ma prochaine lubie, et que du coup, je n'ai trouvé qu'un intérêt limité à l'histoire. Il faut dire aussi que les raisons de l'enquête sont assez floues, et que nous ne savons pas très bien ce que Mary doit chercher sur place.

Heureusement que Victoire Leblanc est là pour placer quelques rebondissements à l'histoire : il faut dire aussi que l'affreux personnage ne manque pas d'imagination quand il s'agit d'enquiquiner le monde. Clairement, elle n'aurait pas été là, il ne se serait pas passé grand chose dans le roman ! 

Elle arrive même à son apogée au moment de sa mort ! A ce moment-là, c'est le branle-bas de combat et l'enquête de Mary peut enfin réellement commencer : les choses s'enchaînent enfin et le "meurtrier"- inconnu au bataillon - est démasqué en moins de deux. Pour le coup, nous qui attendions qu'il se passe enfin quelque chose, l'affaire est réglée en quelques pages : c'est plutôt déconcertant et trop rapide, mais l'explication tient le coup.

 

J'ai eu plaisir à retrouver Mary dans un nouvel endroit. C'est amusant de la découvrir au calme sous sa couverture, elle qui nous avait habitué à des enquêtes plutôt remuantes !

 

Comme toujours, l'écriture de Jean Failler est très agréable mais surtout calme. Il prend le temps de poser les choses mais, cette fois-ci, c'est peut-être un peu trop pour moi : j'ai eu l'impression que l'histoire manquait d'équilibre tant la fin est rapide.

Une lecture tout de même agréable.

 

 

[les +] Une réelle surprise.

[les -] Trop de golf, un rythme un peu lent.

 

 

Lu dans le cadre de :

      

Challenge Gourmand #11 - Pain
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.5 : Orange

 

 

Du même auteur :

 Bouboule est mort  La mort au bord de l'étang  Les gens de la rivière   Marée blanche  Mort d'une rombière  Roulette russe pour Mary Lester

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 05:00

 

 

 

 

 

 

 

Illusions mortelles
Charlotte LINK

France Loisirs - 2012

512 pages

 

 

 

 

 

 

Un coup de fil depuis une station-service, et puis plus rien. Peter, le mari de Laura, parti dans le sud de la France, a disparu. Laura s'inquiète, panique et enquête. Elle découvre alors que son mari n'était pas celui qu'elle croyait : dettes, double vie, maîtresse. Aurait-il décidé de disparaître en l'abandonnant avec sa petite fille ? Décidée à le retrouver, Laura quitte Francfort et se rend près de Cassis où Peter devait se rendre. Mais un tueur en série rôde dans les environs, un tueur dont les liens avec Peter sont des plus mystérieux.

  

 

Dans le package spécial session orange du Challenge Bookineurs en Couleurs concocté par ma maman, il y avait aussi Illusions mortelles de Charlotte LINK que je voulais lire depuis longtemps. J'aime beaucoup ce qu'écrit cette auteure et avoir celui-ci dans ma PAL à ce côté réconfortant des bonnes lectures à venir. Mais voilà, le moment de le lire était enfin arrivé !

 

Comme toujours avec Charlotte LINK tout commence par la banalité d'un quotidien qui pourrait être le nôtre. Rien de mieux que la routine pour nous plonger au beau milieu d'une intrigue policière : ces petites choses insignifiantes que l'on fait tous nous permettent immédiatement d'entrer dans cette histoire et ses mystères. Nous y découvrons Laura, jeune maman vivant à Francfort, inquiète de ne pas avoir de nouvelles de son mari Peter parti en France depuis la veille alors qu'ils ont l'habitude de s'appeler plusieurs fois par jour... Elle commence par mener son enquête sur place et découvre l'imaginable : problèmes d'argent, maîtresse et mensonges. Il ne lui en faut pas beaucoup plusse ruer sur les pas de son mari en France pour comprendre ce qu'il se passe.

Personnellement, j'ai beaucoup aimé les liens entre les différents personnages que nous rencontrons tout au long de l'histoire. Pourtant, au début, rien ne nous permet de soupçonner toutes ces petites choses qui se dévoilent au fur et à mesure que l'on tourne les pages. Et, comme toujours, ce n'est qu'à la toute fin que tout devient parfaitement limpide. Illusions mortelles a tout d'un huis-clos en plein air ! 

Nous suivons tour à tour les différents personnages ce qui nous permet de découvrir de nouvelles facettes de l'histoire mais aussi leur vision des événements et leurs émotions. L'histoire n'en est que plus riche et, mine de rien, cela rend aussi plus difficile l'identification du tueur tant les interactions entre les différents personnages sont complexes. Comme je le disais plus haut, j'aime vraiment cette importance qui est donné au quotidien, nous permettant ainsi de mieux connaître les différents personnages ainsi que leur vie.

Je n'ai pas perçu tout de suite qui pouvait être le meurtrier bien que les indices sont présents. J'ai eu du mal à faire le lien entre ce que nous percevons de lui via les autres personnages, son passé que nous découvrons à travers ses souvenirs ainsi que les horribles meurtres qu'il commet. Clairement, ce n'est que lorsque ses agissements sont devenus bizarres que j'ai commencé à douter... Comme quoi !

 

Laura est une jeune femme pleine de volonté et de sacrifice. Plus nous la découvrons et plus nous nous apercevons qu'elle a été enfermée dans une petite boîte et que la disparition de Peter lui permet de s'en échapper. J'ai beaucoup apprécié sa loyauté et sa fidélité envers ses proches : clairement, Laura ne fait jamais une promesse en l'air. J'ai vraiment aimé la voir s'émanciper et redevenir celle qu'elle est au fond d'elle-même. 

Les autres personnages m'ont également beaucoup plu, notamment Catherine qui m'a fait beaucoup de peine. Elle a beaucoup de colère, de tristesse et de jalousie en elle, mais au fond, je suis persuadée qu'elle est quelqu'un de bien, comme en témoigne la fin. Je pense que les autres lui ont fait beaucoup de mal sans qu'elle le mérite et qu'ils l'ont rendue moche par leur méchanceté. J'espère de tout coeur qu'elle sera plus heureuse en Normandie.

 

J'ai beaucoup aimé le découpage proposé par Charlotte LINK dans ce livre : l'histoire est découpée en plusieurs parties qui sont chacune associées à un jour ; elles-mêmes coupées en chapitre. Cette organisation permet de garder toujours en tête la temporalité des scènes ce que je trouve intéressant notamment au niveau des événements du livre.

Comme toujours avec Charlotte LINK, j'ai passé un excellent moment en lisant Illusions mortelles. L'histoire peut paraître classique mais la narration ne l'est pas, s'attardant sur des détails non mis en lumière habituellement. L'écriture est posée et douce, ce qui tranche agréablement avec les détails sordides des crimes.

Une lecture prenante.

 

[les +] La force du quotidien.

[les -] Une histoire un peu classique.

 

 

Lu dans le cadre de :

      

Challenge Gourmand #11 - Pain
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.5 : Orange

 

 

Du même auteur :

 L'enfant de personne  Le péché des anges  Le soupirant  Les trois vies de Margareta  Une femme surveillée

Repost0
4 novembre 2019 1 04 /11 /novembre /2019 05:00

 

 

 

 

 

 

 

 

La Perle du Sud

Linda HOLEMAN

France Loisirs - 2010

667 pages

 

 

 

 

 

 

1930. À la recherche de son amant, une jeune américaine part pour Marrakech : un voyage initiatique, une quête semée d'embûches, au coeur d'une ville énigmatique et fascinante...
Lorsque Sidonie apprend à Étienne, son amant, qu'elle est enceinte, ce dernier s'enfuit à Marrakech, la ville où il a grandi. Décidée à comprendre, la jeune femme va tenter de le rejoindre. Sa rencontre avec l'Orient sera un incroyable choc...

 

 

J'ai une maman qui suit de très près - sans pourtant y participer - le Challenge Bookineurs en Couleurs, du coup, à chaque nouvelle session elle nous apporte - à la petite soeur et à moi-même -, un sac de lectures de la bonne couleur. Et, pour cette session, elle y avait glissé La perle du Sud de Linda HOLEMAN. Pour le coup, cela faisait de nombreuses années que je me challengeais pour le lire et avec ma liseuse chez le docteur, je n'avais pas de bonnes raisons pour ne pas le faire ;)

 

J'ai trouvé dans ce roman tout les ingrédients que j'affectionne tant dans les histoires : de l'aventure, du voyage, de belles rencontres et de l'amour. J'ai particulièrement aimé aussi le fait que l'histoire mêle présent et passé au fur et à mesure que s'enchaînent les chapitres : Linda HOLEMAN alterne donc les histoires et les personnages gravitant autour de Sidonie ce qui permet de jouer avec les mystères, de redonner régulièrement du souffle mais surtout de bien comprendre les enjeux du présent.

En découvrant le passé de Sidonie, j'ai immédiatement saisis d'où lui vient sa force et sa volonté d'agir seule. Clairement, sa vie américaine n'était pas la plus joyeuse jusqu'à temps qu'elle rencontre Etienne dans un des moments les plus durs de sa vie. Alors, forcément, il est facile de sentir pourquoi ; "vieille fille" handicapée par une maladie, vivant loin des préoccupations des jeunes femmes de son âge depuis longtemps ; elle succombe au charme de ce jeune médecin français qui est le premier à lui accorder de l'attention. Nous connaissons tous la force d'un premier amour alors, même s'il est difficile à concevoir, il est possible de comprendre pourquoi Sidonie se met en tête de traverser l'océan Atlantique pour le retrouver, après qu'Etienne l'ait lâchement abandonnée après avoir appris qu'elle était enceinte. Quel courage ! 

Il se trouve qu'Etienne à des racines au Maroc et c'est donc dans ce pays que nous partons à l'aventure. J'ai beaucoup aimé découvrir la vie des expatriés dans ce pays ainsi que les mœurs locaux. J'ai aimé l'accueil chaleureux de ses habitants bien que tous ne soient pas extrêmement ouverts d'esprit, après tout, l'histoire se passe dans les années 30. Sur place, Sidonie découvre les histoires de famille peu reluisante d'Etienne, mais surtout Manon - son inquiétante soeur - et Badou son fiston tout mignon ainsi qu'Aszoulay qui vaut bien le voyage à lui tout seul ;)

L'histoire sur place est de nouveau riche en rebondissements mais aussi en attente. Entre incompréhensions, mensonges et sueurs froides, impossible de s'ennuyer en lisant ces pages ! J'ai beaucoup aimé les moments plus calmes et doux avec Aszoulay et les découvertes des habitants du Maroc ainsi que la parenthèse au milieu des Touaregs. La fin pourrait être triste mais elle se révèle finalement très belle et pleine d'espoir. 

 

Sidonie, m'a beaucoup plu. L'auteure à beau nous rappeler plusieurs fois qu'elle est handicapée, j'avais du mal à me l'ancrer en tête tant elle est volontaire et toujours en mouvement. J'ai aimé ses valeurs de respect et d'entraide ainsi que son attachement immédiat à Badou et Falida - la petite employée de maison. Sidonie prend soin des gens et je trouve ça vraiment beau.
Aszoulay ressemble beaucoup à Sidonie par sa façon de prendre soin de son entourage, même contre leur volonté. Par contre, il est beaucoup plus doux, réfléchi et sans doute plus à l'écoute. Mais c'est normal aussi, Sidonie est là après avoir suivi son coeur : clairement, ils ne vivent pas les mêmes choses au même moment et ne peuvent donc pas être dans le même état d'esprit.

Etienne et Manon sont tellement différents l'un de l'autre mais se ressemblent pourtant beaucoup dans leur égoïsme. Malheureusement le livre ne les montre pas sous le meilleur jour : elle calculatrice et destructrice, lui totalement lâche et désintéressé. De là à penser que toute la famille est pourrie, il n'y a qu'un pas.

 

L'écriture de Linda HOLEMAN est très agréable : elle pose les choses calmement et joue entre les moments d'attentes et les révélations. Au final, La Perle du Sud est un bouquin imposant avec ses 670 pages mais avec lequel je n'ai pas vu le temps passer ! J'ai aimé la fluidité de l'écriture ainsi que la précision des émotions qui nous font nous mettre à la place de Sidonie. Les actions se font discrètes, sans grand remue-ménage mais c'est ça aussi qui donne de la crédibilité à l'histoire : clairement c'est bien la force d'un quotidien dans une ville inconnue.

 

 

[les +] Du rythme, de jolies parenthèse, du positif dans le négatif.

[les -] ...

 

 

Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 04:00


 

  

 

 

 

 

Les manteaux de gloire, tome 1
Sebastien DE CASTELL

 

France Loisirs - 2016

526 pages

 

 

 

 

 

 

 

Le roi est mort, les Manteaux de gloire, sa fidèle caste, ont été séparés. Falcio Val Mond et ses amis Kest et Brasti sont réduits à travailler comme gardes du corps pour un noble qui refuse de les payer. Il y a plus grave : une conspiration royale se trame dans la cité la plus corrompue du monde et menace tout ce pour quoi Falcio, Kest et Brasti se sont battus. S'ils veulent déjouer le complot et réunir les Manteaux de gloire, les trois amis ne pourront compter que sur leurs épées et le serment qu'ils ont prêté...

 

 

Cela faisait quelques années maintenant que ce livre traînait dans ma PAL et c'est finalement avec la session orange du Challenge Bookineurs en Couleurs qu'il en sera enfin sorti !

Pour le coup, cela faisait aussi pas mal de temps que je n'avais pas eu l'occasion de lire un livre de fantasy. Pourtant, ce n'est pas l'envie qui me manquait ! Juste le fait que, en ce moment, le genre est plus difficile à trouver en librairie qu'il y a quelques années... Autant dire que, pour le coup, j'ai été très réceptive à me plonger dans ce genre d'univers que j'apprécie tant !

 

Le mouvement des Manteaux de Gloire m'a tout de suite plu : les valeurs qu'ils défendent, leur intérêt non négligeable pour leur royaume,... m'ont tout de suite touchée. J'ai également été admirative de leurs techniques de combat peu communes mais toujours très loyales. Alors, forcément la façon dont ces hommes et femmes sont aujourd'hui considérés m'a beaucoup déçue, mais ce n'est pas forcément étonnant dans un monde corrompu et avide de pouvoir. 

J'ai trouvé assez envoûtant le complot autour de Falcio, Kest et Brasti. Au fur et à mesure que les pages se tournent, on oublie la situation de départ dans laquelle nous les avons rencontrés. Du coup, la compréhension des événements nous fait retomber sur terre un peu trop lourdement. Pour le coup, on comprend tout immédiatement et l'on voit soudainement toutes les ficelles de pouvoir de ce monde se révéler sous nos yeux. 

Par contre, j'ai trouvé que l'histoire partait un peu dans tous les sens. Elle est très agréable à suivre, mais parfois, l'on s'oublie un peu en chemin. Peut-être que simplifiée, elle aurait gagné en maturité et en efficacité. Cependant, cela n'a rien enlevé à mon plaisir de lecture, au contraire, certaines "digressions dans les événements", m'ont beaucoup plu.

Le dernier chapitre nous donne clairement le fil rouge des tomes suivants. Ce premier tome prend alors les allures d'un prequel qui nous donne les clefs de compréhension de la quête à venir.

 

Falcio m'a immédiatement plu : je me suis tout de suite reconnue dans ses valeurs de loyauté, de respect et de justice. Clairement, c'est un homme de parole et un chef fiable. Je comprend parfaitement pourquoi Kest et Brasti lui voue une confiance aussi forte. J'ai apprécié découvrir certaines facettes de son passé qui nous explique son côté parfois sombre.

Kest et Brasti contrebalancent bien le côté parfois trop sérieux de Falcio. J'ai apprécié leur humour qui désamorce certaines situations complexes et nous fait relativiser. 

Valiana et Aline m'ont également touchées. Ces deux-là sont parfaitement différentes mais nous donnent l'espoir d'un futur meilleur.

 

C'était la première fois que je lisais un roman de Sebastien DE CASTELL et j'ai passé un très bon moment. Ce premier tome est gros (plus de 500 pages) mais je l'ai lu assez rapidement : l'histoire est vraiment prenante et, malgré ses digressions, l'auteur arrive à nous emmener avec lui dans son monde. Je suis cependant un peu déçue que la suite ne soit pas disponible en français : j'espère que ce sera prochainement le cas.

Une histoire plaisante et prenante.

 

 

[les +] Un univers et une suite des plus prometteuses.

[les -] La suite n'a pas encore été traduite en français...

 

 

Lu dans le cadre de 

      

Challenge Gourmand #11 - Pain
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.5 : Orange

Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 05:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roulette russe pour Mary Lester
Jean FAILLER

France Loisirs - 2015

288 pages

 

 

 

 

 

 

Voici Mary Lester sur la côte nord de Bretagne, à Saint-Quay-Portrieux où une étrange fatalité s'acharne sur une famille Russe, cinq frères, qui ont repris la gestion du casino. Mais sont-ils réellement frères, ces cinq Lissenkov qui se ressemblent si peu ? N'appartiendraient-ils pas à cette redoutable mafia russe qui étend insidieusement son emprise sur l'Europe du crime ?

La mort "accidentelle" de deux membres de cette étrange famille fait redouter aux autorités le déclenchement d'une guerre des gangs qui transformerait une paisible station estivale en champ de bataille.

Mary Lester est envoyée en observatrice sur les lieux. Elle va y faire d'étranges découvertes qui n'empêcheront pas d'autres "accidents" de décimer la famille Lissenkov. Mais qui donc voue aux Russes cette haine mortelle ? Qui donc les tue les uns après les autres, avec une détermination et une imagination imprévisible ? 
Il faudra toute l'intuition, tout le flair de Mary Lester pour parvenir à démasquer l'implacable meurtrier.

  

 

Cela faisait un moment que je n'avais pas eu l'occasion de lire un tome de la série Mary Lester et j'ai donc été ravie de le faire à l'occasion de la session orange du challenge Bookineurs en Couleurs.

J'ai trouvé Roulette russe pour Mary Lester bien ficelé et prenant : le coupable n'est pas du tout prévisible et l'on sent Mary un peu dépassée par les événements. On sent que la solution n'est pas aussi simple pour elle qu'elle l'est parfois et qu'elle se sent ballottée d'un sujet à l'autre dans cette enquête. Personnellement, je n'ai pas vu venir le coupable, ni la fin d'ailleurs. C'est réellement au moment où tout semble perdu que la lueur d'espoir apparaît. J'ai vraiment apprécié le fait que sur le papier, Mary ne remplisse pas sa mission de protection des russes, mais que cela n'empêche tout de même pas sa réussite dans la résolution de l'enquête. C'est dommage que cela ne se passe pas d'une meilleure façon, mais c'est ça qui fait aussi l'intérêt du bouquin.

Dans ce tome, on a également l'occasion de découvrir Mary sur un plan plus personnel à travers sa rencontre avec Lilian. Personnellement, je ne sais pas ce qu'elle trouve au jeune homme mais ça m'a fait plaisir de lui découvrir un amoureux. C'est la première fois que je découvrais une facette plus intime de Mary et j'en suis ravie, d'autant que cela est fait avec beaucoup de retenue, sans prendre trop de place sur l'enquête.

 

J'ai eu plaisir à retrouver Mary et son dynamisme. J'aime beaucoup la façon dont elle mène ses enquêtes tout en discrétion et en faisant tourner en bourrique son patron ! J'ai été également amusée de découvrir Fortin en maître nageur sauveteur sur la place de Saint-Quay-Portrieux. C'était sympa' de le voir davantage en lumière, lui qui est souvent dans l'ombre de Mary et souvent relégué à des tâches peu intéressantes.

 

Comme toujours, j'ai passé un bon moment avec les écrits de Jean FAILLER. J'aime beaucoup la place qu'il laisse à ses personnages, les rendant terriblement crédibles et presque vivants. J'apprécie également ses traits d'humeur parfois un peu moqueurs et ses balades en Bretagne qui me donnent des envies de voyage.

Une enquête sympathique et différentes des précédentes.

 

 

[les +] Un échec qui n'en est pas un.

[les -] Difficile de découvrir la tristesse de Mary.

 

 

Lu dans le cadre de :

      

Challenge Gourmand #11 - Pain
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.5 : Orange

 

 

Du même auteur :

 Bouboule est mort  La mort au bord de l'étang  Les gens de la rivière  L'homme aux doigts bleus   Marée blanche  Mort d'une rombière

Repost0
8 septembre 2019 7 08 /09 /septembre /2019 05:00

 

 

 

 

 

 

Le prix d'Alaya
Éternité, tome 1

Magali SÉGURA

France Loisirs - 2012

481 pages

 

 

 

 

 

 

Naslie est une simple sorcière mineure. Pourtant, elle est l'Élue. Les dieux lui ont confié la graine de l'Éternité, et elle a décidé d'en faire don à sa terre. Neuf ans après son Choix, elle craint toujours la vengeance de l'Ancien, un puissant sorcier maeur qui convoitait le précieux don. Elle fuit sans cesse avec son fils Jelis, âgé de huit ans, qui ignore tout de ses origines. Décidé à retrouver son père et à réunir ses parents, l'enfant fugue. Il ignore les périls qui le guettent : nombreux sont ceux qui pourraient vouloir sa mort, car son existence même pourrait bien bouleverser l'équilibre entre l'Acier et la Magie, les deux puissances de l'archipel, et mener une fois de plus cette terre au chaos.

 

 

J'ai profité de la session orange du Challenge Bookineurs en Couleurs pour sortir ce livre de ma PAL. Bon, clairement, je ne suis pas sûre que celui-ci puisse réellement passer pour un livre orange mais le tome suivant l'est ! Et c'est toujours mieux de lire les tomes d'une série dans l'ordre ;)

De Magali SÉGURA, j'avais déjà eu l'occasion de lire la trilogie Leïlan avec laquelle j'avais passé un excellent moment. J'étais donc plutôt curieuse de découvrir Éternité. Ce qui me retenait c'est plutôt le fait de ne pas avoir le tome 3 sous la main : je me demande si France Loisirs ne l'avait pas seulement publié en ebook.

 

Éternité est un univers assez complexe mais très intéressant. Bien que j'ai fini le premier tome, je sais que je n'ai pas encore toutes les clefs en main pour comprendre parfaitement le fonctionnement des Terres de Sel. Cependant, cela ne m'a aucunement empêchée de passer un excellent moment pendant ma lecture ! 

J'ai beaucoup aimé le fait que l'on suive trois histoires à la fois : celle de Naslie et celle de son fils Jelis qui sont séparés géographiquement le temps que la maman règle une histoire de famille. Et, en parallèle, on apprend à connaitre l'histoire de Naslie, racontée par ses proches à son fils. Ces trois histoires sont complémentaires et nous permettent de comprendre globalement l'histoire des Terres de Sel. Elles pourraient nous ralentir dans l'action, mais finalement elles dynamisent le récit et permettent d'avoir les visions de plusieurs personnages sur ce qu'il se passe autour de nous.

J'ai beaucoup aimé voyager à travers ce monde aux côtés de Naslie, de Jelis mais aussi d'Yshem. J'ai trouvé la culture de cet univers intéressant avec ces deux "clans" qui s'affrontent entre magie et fer. Du coup, je suis aussi très curieuse de voir comment Jelis va évoluer dans les prochains tomes, lui qui représente l'union de ces deux clans.

Au cours de ce tome, j'ai été assez effrayée par les événements qui se déroulaient et qui sont assez de mauvais présage pour la suite des événements. Chacun des personnages, notamment Yshem et Naslis, sacrifient beaucoup et on sent qu'il n'y aura plus aucun retour en arrière de possible pour ces deux-là. Clairement, ils peuvent dire adieu à leur tranquillité.

 

J'ai beaucoup aimé suivre Jelis. Ce petit garçon n'a que huit ans mais il n'a pas froid aux yeux ! J'ai été très admirative de son courage et de la maturité de ses décisions même s'il est clair qu'au final, il a mis en danger ses parents pour que ces deux-là se réconcilient enfin. On sent qu'il ne sait pas du tout ce qu'il représente pour son monde mais son innocence fait du bien à voir.

Naslie et Yshem sont davantage mystérieux mais c'est normal aussi, ce sont deux adultes qui se protègent ! On sent un lien extrêmement fort en eux même s'ils refusent de le reconnaître. Tout laisse penser qu'ils ont déjà changé la face de leur monde il y a presque 10 ans et qu'ils s'apprêtent à recommencer !

 

J'ai eu plaisir à retrouver l'écriture de Magali SÉGURA tout en finesse et en simplicité. J'apprécie les petites touches d'humour qu'elle distille le long de ses pages pour alléger l'ambiance parfois lourde. Elle joue joliment avec le mystère en nous dévoilant petit à petit les ficelles de son monde mais cela nous permet également d'essayer de comprendre par nous-mêmes ce qu'il nous entoure.

J'ai hâte de découvrir la suite !

 

 

[les +] Du rythme, des combats, des histoires complémentaires.

[les -] Ce f**tu tome 3 que je n'ai pas sous la main ;)

 

 

Lu dans le cadre :

      

Challenge Gourmand #11 - Pain
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.5 : Orange

 

 

Du même auteur :

 Leïlan  tome 1 : Les yeux de Leïlan  tome 2 : Pour Eloïse  tome 3 : Une nuit sans lunes  Bonus : A Chloé

 

 
Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 05:00

 

 

 

 

 


Mort d'une rombière
Jean FAILLER

 

France Loisirs - 2017

304 pages

 

 

 

 

 

  

L'Ile-Tudy, petit village de pêcheurs à l'embouchure de la rivière de Pont l'Abbé à la pointe sud de la Bretagne. Un lieu paisible s'il en est. Son port abrite désormais plus de bateaux de plaisance que de pinasses sardinières et les maisons de pêcheurs "pied dans l'eau" ont, pour la plupart, été rachetées par des estivants. C'est dans ce pays de la douceur de vivre qu'une vieille femme, Annette Bonnetis, a été sauvagement assassinée. Les gendarmes ont tôt fait d'arrêter un coupable "idéal" que tout accuse. Mais Mary Lester, en se penchant sur l'étonnante personnalité de la victime, va faire des découvertes bien surprenantes...

 

 

J'ai profité de la session Rouge du Challenge Bookineurs en Couleurs pour me plonger dans cette nouvelle aventure des enquêtes de Mary Lester. J'ai toujours plaisir à découvrir autrement les petits coins de Bretagne que je ne connais pas même s'ils ne sont pas très loin de chez moi. Dans cette nouvelle enquête, l'on part sur l'Ile-Tudy, presqu’île de tradition et de pêcheurs qui a bien changée avec les années, où a été sauvagement assassinée une vieille dame excentrique.

J'ai eu plaisir à suivre cette enquête et à m'intégrer avec Mary à la vie de l'Île, tranquille et parfois un peu mystérieuse. Ici, tout le monde se connait et à un avis sur tout. Les étrangers ne sont pas forcément les bienvenus, alors les secrets sont bien gardés. J'ai également apprécié découvrir les traditions de l'Île, évoqués au souvenir d'une guerre qui remonte à quelques dizaines d'années maintenant.

Je me suis laissée porter par l'histoire sans chercher à résoudre l'enquête un peu classique, du coup, je ne peux pas dire que j'avais vraiment découvert le coupable au moment des révélations. Cependant, je n'en ai pas été surprise non plus. Le final est dynamique et inquiétant même si l'on ne doute pas que Mary va une nouvelle fois s'en sortir saine et sauve.

 

J'ai été ravie de retrouver Mary, Fortin et Fabien même si ces deux derniers sont peu présents. J'apprécie le dynamisme de Mary, son écoute et sa disponibilité : en retour les personnes font preuve d'extrêmement de bienveillance envers elle. J'aime également son humour qui m'a fait sourire à plusieurs reprises lors de ma lecture. Bon, je dois dire que ce qui m'a le plus amusée, c'est que l'on parle encore en francs dans ce roman (de 2001 pourtant !) plutôt qu'en euros !

 

Ce fut également un plaisir de retrouver l'écriture imagée et dynamique de Jean FAILLER. J'aime la fluidité de ses histoires et son amour non dissimulé de la Bretagne. A chaque fois que je referme un de ses bouquins, j'ai envie d'aller voir de mes propres yeux les lieux décrits et de me précipiter sur le suivant !

Une lecture agréable.

 

[les +] Breton, différent, amusant.

[les -] Un peu classique.

 

Lu dans le cadre :

 

    

Challenge Bookineurs en Couleurs #4.3 : Rouge

Challenge Gourmand #10 - Champagne

 

 

Du même auteur :
 Bouboule est mort  La mort au bord de l'étang  Les gens de la rivière  L'homme aux doigts bleus   Marée blanche Roulette russe pour Mary Lester

 

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs