Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

 

 

L'académie des femmes parfaites
Helly ACTON

Harlequin (& H) - 2020
ebook - epub - 285 pages

 

 

 

 

 

 

Six femmes enfermées pendant quatre semaines et filmées 24h/24. Une seule gagnante : celle qui prouvera qu'elle est la petite amie idéale.

Amy Wright, trente-deux ans, est persuadée que ce soir, son petit ami va enfin lui poser LA question qu'elle attend impatiemment. Après tout, ils sont ensemble depuis deux ans et il lui a dit qu'il lui réservait une surprise Mais le rêve tourne au cauchemar lorsqu'elle retire le bandeau de ses yeux. Devant elle, un écran qui diffuse une vidéo de son petit ami dans laquelle il la largue brutalement. Derrière elle, une caméra qui filme toute la scène et la diffuse devant des millions de téléspectateurs. car Amy fait désormais partie d'une nouvelle émission de téléréalité dont le but est de couronner la meilleure petite amie potentielle. Enfermée pendant quatre semaines avec cinq autres candidates, elle va devoir réussir les épreuves et prouver

 

 

Quand j'ai découvert la couverture de L'académie des femmes parfaites, je l'ai trouvé improbablement moche.  Sans compter que ces têtes sont assez flippantes. Cela dit, nul doute qu'elle colle parfaitement avec le titre et, maintenant que ce livre est lu et terminé, je peux vous affirmer qu'il en va de même avec son histoire.

Franchement, avec une telle couverture et sans avoir lu son résumé, je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre. J'aime les surprises littéraires et L'académie des femmes parfaites en est clairement une. Et une bonne.

 

La féministe en moi a particulièrement approuvé les messages disséminé plus ou moins discrètement par Helly ACTON. Toutes les attentes que l'on puisse avoir envers les femmes y sont passées au peigne fin sous le prétexte d'une émission de télé réalité Les oubliées de l'amour ayant pour but de créer des femmes parfaites… du moins au regard de certains hommes. Maternité, carrière, sexualité, maintien de la maison, attitude et look vestimentaire… tout est passé au crible afin de robotiser les candidates de l'émission. Heureusement pour nous, elles partagent nos idées et leurs moments de rebellion sont vraiment chouettes à lire.

J'ai également apprécié la vision des réseaux sociaux qui est partagée dans ce livre : certes, cela peut-être un moyen d'échanger et de se rallier/créer une communauté mais ils ont également des facettes plus sombres. Ce qui est le cas pour ce livre et, je crois, pour tout influenceur... Cette thématique est souvent abordée dans des émissions de manière plutôt négative : là, j'ai apprécié y voir cette part mêlée aux soutiens des autres et à leur positivité. Il n'y a pas d'explications, c'est à nous de nous faire notre propre avis : j'aime beaucoup ça !

Enfin, de L'académie des femmes parfaites, je retiendrais surtout l'esprit de sororité. Clairement, aucune d'elles (sauf Flick) n'avait demandé à être là. Elles se sont toutes pris cette vague injuste de reproches en tête et ont décidé de ne pas se laisser faire. J'ai aimé voir l'amitié prendre le dessus sur la compétition et le respect, le bon sens ainsi que l'indépendant remporter face au formatage. La conclusion est très belle et montre que l'on a tous une carte à jouer et une pierre à apporter à l'édifice.

 

Au début du livre, je ne me suis pas du tout reconnue dans Amy : la façon assez désespérée dont elle s'accrochait à Jamie dans l'espoir de se marier et d'avoir des enfants était assez écœurante. Surtout que lui, ne la calculait pas vraiment… Mais, plus on la voit avancer dans l'émission et plus je l'ai appréciée. J'ai aimé certain de ses doutes et de ses questionnements qui ont pu faire échos en moi. Surtout, j'ai aimé sa gentillesse, son écoute et son bon esprit.

En fait, que ce soit Gemma, Hattie, Lauren ou Kathy ; toutes sont de super nanas que j'adorerai avoir dans mon entourage. Elles sont respectueuses, impliquées, entières malgré le côté cliché que l'on peut avoir d'elles au premier abord. Alors, certes, elles ne se laissent pas marcher sur les pieds et n'ont pas fait ce que leur conjoint aurait aimé, mais les concessions doivent toujours se faire dans les deux sens.

Enfin il y a Flick qui est difficile à cerner entre perfection, grand sourire affiché, tristesse cachée et petits mensonges. Elle a visiblement tout d'une Bree Van Der Kamp (les histoires louches et la rousseur en moins !). Cependant, en grattant la surface, on lui découvre des failles qui la rendent humaine et qui nous donnent envie de l'aider. 

Quant à Jamie - l'ex d'Amy, il est difficile de ne pas le prendre en grippe tant son comportement est égoïste et irrespectueux. C'est pour ça aussi que la conclusion m'a tant plu : chacun a ce qu'il mérite.

 

C'était la première fois que je lisais un livre d'Helly ACTON et j'ai passé un très bon moment. L'académie des femmes parfaites est vraiment une belle surprise ! J'ai beaucoup aimé l'univers chaleureux et ouvert de l'auteure dans ce monde formaté qu'est la télé-réalité : le choc des deux est surprenant mais très agréable. Helly ACTON a une écriture fluide, amusante et abordable. Elle écrit à la troisième personne - ce qui est assez étonnant - mais arrive tout de même à nous partager facilement les ressentis de ses personnages.

Surprenant et engageant.

 

 

[les +] Féminisme, ouverture d'esprit, engagement, humour.

[les -] Beaucoup de stéréotypes.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge Gourmand #13 : Fromage

Repost0
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

 

 

 

 

Le chant des Bruyères
Héritiers des larmes, tome 4
Penny WATSON WEBB

Harlequin - 2019
ebook - epub - 320 pages

  

 

 

 

  

  

À l'automne fleurissent les bruyères et l'amour...

Pour préserver sa fille, Katel était prête à se sacrifier en acceptant un mariage de convenance avec le baron Darren Seton, le séduisant frère du laird. Mais, pour consentir à cette union, Katel avait imposé une seule règle : ne jamais partager la couche de cet homme. Pourtant, ce soir, en voyant Darren pousser la porte de sa chambre, sans doute inspiré par le fol espoir de lui dérober un baiser, elle se surprend à plonger dans l'océan de ses yeux clairs. Et ) désirer ce geste tendre plus que tout, alors qu'il briserait la seule résolution qui guide désormais sa vie.

 

 

J'avais beaucoup aimé le tome précédent, qui plus d'un an après ma lecture me laisse un souvenir plutôt clair de son histoire. Comme beaucoup de grands lecteurs, c'est suffisamment rare pour être noté ! Cependant, autant je me souvenais de la romance de Le serment brisé autant je n'ai pas réussi à remettre les personnages de ce tome dans Le chant des bruyères... Ce n'est qu'une fois ma lecture terminée que je suis allée lire le résumé précédent pour découvrir qu'il s'agissait d'Aelig et de Wandrille ! Ce n'est pas un point négatif, au contraire : cela montre bien que les tomes ne sont pas dépendants les uns des autres et que l'on peut rencontrer cette série à n'importe quel moment.

 

Je dois tout de même dire que j'ai eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire qui m'a tout de même beaucoup plu. J'avais la tête sans doute ailleurs et, du coup, j'ai eu un peu de mal à raccorder certains évènements et notamment l'importance du mariage entre Katel et Darren. Après quelques chapitres une phrase plus directe que les autres m'a permis de tout comprendre et, ainsi, d'entrer totalement dans cette histoire.
J'ai vraiment trouvé très intéressant le fait que l'on suive un couple plus mature, avec un "vrai passif". Ca a clairement été une très bonne surprise : ce n'est habituellement pas le cas dans les romances historiques et j'ai trouvé ça très plaisant. Alors, certes, notre différence d'âge ne m'a pas permis de m'identifier à eux mais leurs valeurs, oui. Tout comme la présence d'Aelig. 
J'ai apprécié découvrir la thématique du viol dans ce roman : on n'en parlera jamais assez. Par contre, le manque de réactivité de Darren pour découvrir ce secret m'a surprise : cela me semblait tellement évident ! Mais il est vrai qu'en remettant dans un contexte historique, c'est sans doute différent...

 

J'ai eu plaisir à découvrir Katel et à la voir se réapproprier son corps et ses émotions. J'ai apprécié la voir changer au fil des pages et rentrer dans la séduction sans pour autant renier son caractère combatif. Elle m'a vraiment touchée et je me suis reconnue en elle dans l'importance qu'elle donne à ses proches et à l'accueil qu'elle fait dans son cœur à sa belle famille.
Darren m'a également plu même si je n'ai pas trop aimé ses exigences au début de son mariage avec Katel. Certes, il ne connaissait pas son histoire, mais j'ai trouvé qu'il manquait de délicatesse et - dans une autre mesure - de respect vis à vis de ses choix. Cependant, j'ai aimé ses réactions qui montrent son écoute bien qu'il ne comprend pas très bien ce qu'il se passe. Cela dit, il n'y a pas de doute possible, c'est bien son entêtement qui lui a permis d'apprivoiser la "féminité sauvage" de Katel ;)
J'ai également beaucoup aimé la famille de Darren, notamment le bourru Robert et sa douce femme Jamesima qui apprennent à s'aimer, l'attentionnée Morag, le fougueux Arès et Lachlan qui ne tient pas en place. Tous sont attachants et différents. Chacun détient une mini-intrigue qui nous tient en haleine sur quelques chapitres tout en renforçant le fil conducteur qu'est l'histoire entre Katel et Darren.


J'ai eu plaisir à retrouver l'écriture de Penny WATSON-WEBB même si mes débuts dans cette nouvelle histoire ont été un peu laborieux. J'aime beaucoup la douceur de son écriture et l'affection que l'on ressent pour ses personnages bien que l'histoire qu'elle nous décrit ne soit pas vraiment enviable... Cela dit, sa conclusion nous met quelques étoiles dans les yeux !
Une jolie romance historique, originale par l'âge de ses amoureux.

 

[les +] Une histoire touchant, des amoureux originaux, une famille unie, une thématique douloureuse trop peu abordée.

[les -] Un Darren un peu long à la détente.

Du même auteur :

  Les héritiers des larmes  tome 3 : Le serment brisé 

Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 05:00

 

 

 

In love with danger
Dangerous love, tome 3

Mady FLYNN

Harlequin - 2019
320 pages

 

 

  

 

Elle ne peut renoncer ni à l'un ni à l'autre. 

Hazel nage en plein cauchemar. Chris, le criminel avec lequel elle s'était enfuie, vient d'être arrêté et promu consultant pour le FBI par... Matt, son fiancé. Les deux hommes qu'elle aime n'ont jamais été si proches, et c'est une véritable torture. Car elle est incapable de choisir entre eux. Matt est son point d'ancrage, celui auprès de qui elle veut se réveiller chaque matin et qui fait d'elle quelqu'un de meilleur. Chris, lui l'accepte telle qu'elle est, il est le seul à comprendre et à partager son besoin de folie. L'un possède son coeur, l'autre éveille son âme. Et Hazel a besoin des deux pour garder son équilibre.

 

Quand j'avais lu le premier tome Tu es mon obscurité (à l'époque ! Maintenant, il a été renommé Attracted to danger), j'avais vraiment été bluffée. Parmi tous les livres de dark romance que j'avais eu l'occasion de découvrir, celui-ci m'avait particulièrement charmée et impressionnée. J'avais vraiment été conquise par cette histoire de midinettes où l'on flirte réellement avec les limites que l'on s'impose… Du coup, j'attendais vraiment beaucoup de "In love with danger".

Je dois dire que le changement de titre m'a dérangée : je n'aime pas ça car je me suis faite avoir à plusieurs reprise en librairie. En pensant découvrir le nouveau livre d'un auteur apprécié, je me suis retrouvée plus d'une fois avec un livre déjà lu de retour à la maison... Je comprends toute l'importance d'un bon titre qui va attirer l'attention, mais je ne trouve pas ça fair-play envers les lecteurs de ne pas le préciser clairement sur les couvertures. D'autant plus pour un titre en anglais : des fois, je suis chauvine ! Mais nous avons une jolie langue alors je trouve dommage quand la littérature se met au "franglais"...

 

Je pensais que In love with danger était un tome 2 et, à travers les premiers chapitres, j'ai rapidement compris que non puisque l'histoire faisait référence à des moments passés que j'ignorais. N'ayant, jamais été perturbée par le fait de prendre une histoire en plein milieu (il semblerait que je tienne ça de mon père), ça ne m'a aucunement empêchée de poursuivre ma lecture. Par contre, cela a peut-être joué dans mon avis global, n'ayant que les grandes lignes de l'épisode précédent.
Concrètement, j'ai trouvé que l'histoire tournait en rond. Autant, le triangle amoureux m'avait conquise lors du premier tome, autant là, ça m'a agacée que Hazel n'arrive pas à faire un choix et le remet sans cesse en question. Trois tomes pour choisir (et encore !) c'est long ! Et du coup, ça donne l'impression de relire la même histoire une deuxième fois en changeant quelques points : les grandes lignes restent les mêmes, les hésitations aussi.
Autant dans le premier tome, l'ambiance de la criminologie m'avait vraiment laissé une forte impression, mais dans celui-ci il m'a semblé qu'il est moins présent au détriment des choix sentimentaux d'Hazel. En soi, dans des tas de bouquins, ce serait plutôt une bonne chose mais vu qu'ici cela ne m'a rien apporté de nouveau, j'ai été déçue de ne pas retrouver davantage cette part sombre de l'histoire qui m'avait beaucoup séduite. Attention, une enquête de fond est tout de même présente mais pas assez à mon goût.
Cela dit, j'ai beaucoup aimé l'épilogue qui a tout de la réponse de normand mais séduira l'ensemble des lecteurs ;) Je doute pleinement que j'aurai pu faire le même choix, mais je suis heureuse pour Hazel qui semble avoir trouvé (enfin !) un équilibre dans sa vie compatible avec celui de ses proches.

Hazel est assez différente dans ce tome, elle a grandi. Autant dans le premier, j'avais trouvé qu'elle avait tout d'un robot, autant dans celui-ci j'ai trouvé que ses sentiments prenaient trop de place ! J'ai apprécié la voir s'ouvrir aux autres (merci Mia !) et se faire un peu tourner en bourrique par les deux hommes de sa vie. Elle qui avait joué avec leurs sentiments dans le premier tome, j'ai trouvé que c'était un juste retournement de situation. 
De même, dans le premier tome, j'avais trouvé Matt assez fade. Pour le coup, je crois même que je ne l'avais pas du tout mentionné dans ma chronique à l'époque ! Mais, concrètement, j'ai beaucoup apprécié le découvrir davantage dans celui-ci : je n'apprécie pas trop son côté mâle alpha, cependant j'ai pleinement aimé la main ferme avec laquelle il dirige son monde tout en restant à l'écoute.
De la même façon, mon regard sur Chris a changé avec ce tome et j'ai arrêté de croire que je pouvais le comprendre. Même s'il a l'air de faire preuve d'empathie, il en est clairement incapable... C'est vraiment troublant mais il y aura toujours des choses et des personnes qui nous échapperont. Bref, même s'il est séduisant, il ne faut pas oublier qui il est vraiment au fond.

Encore une fois, j'ai apprécié l'écriture de Mady FLYNN qui laisse vraiment une belle part à l'histoire : c'est écrit simplement, sans chichis et à travers ses mots l'on comprend rapidement que son coeur balance également entre ces deux hommes. J'aime beaucoup l'affection qu'elle a pour ses personnages et qui a fait basculer sa série de la dark romance à la romance tout court ;)
Une jolie conclusion.

 

[les +] Une jolie conclusion, un Matt plus présent dans ce tome.
[les -] Une plus petite part laissée à la criminologie, un épilogue de Normands ;)
 

Lu dans le cadre de :
Colocs (et plus), Emily BLAINE  
Service Presse - Harlequin
 

 
Du même auteur :
 Dangerous love  tome 1 : Tu es mon obscurité

Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

La maîtresse de Clarewood
Dynastie de Warren, tome 11

Brenda JOYCE

Harlequin - 2018
ebook - epub - 512 pages

 

 

 

 

 

 

Angleterre, Régence. Après le décès de sa mère, Alexandra Bolton a dû renoncer à ses rêves de jeune fille pour se consacrer à l'éducation de ses sœurs. Une tâche d'autant plus ardue que leur père a préféré noyer son chagrin dans l'alcool et dilapider dans les salles de jeu le peu d'argent qu'il leur restait. Pour Alexandre, le seul moyen de sauver les siens de la ruine est d'accepter la demande en mariage d'un vieil aristocrate fortuné. un sacrifice auquel elle consent sans ciller... jusqu'à sa rencontre avec Stephen Mowbray, le très scandaleux Duc de Clarewood. Dès le premier instant, celui-ci ne cache pas son désir de faire d'elle sa maîtresse - une parmi tant d'autres. Une tentation affolante à laquelle Alexandra, partagée entre devoir et désir, va devoir résister. Car si la jeune femme ne peut nier la passion que le Duc éveille en elle, elle refuse de céder à ses avances : l'honneur de sa famille passe avant tout.Mais Stephen n'est pas homme à renoncer aussi aisément. D'autant qu'aucune femme, jamais, n'a su lui résister. Et lorsque la passion flambe enfin entre les deux amants, un terrible secret menace cette fois de les séparer à jamais...

 

 

Habituellement, je ne lis pas beaucoup de romances historiques. Mais, ces derniers temps, j'en ai lu plusieurs : la faute à leur couverture jaune qui collent parfaitement à la session en cours du Challenge Bookineurs en Couleurs. Généralement, je trouve que les livres de ce genre sont assez peu originaux, mais les derniers que j'ai lus me font mentir et c'est particulièrement le cas de La maîtresse de Clarewood

J'ai lu ce livre sans savoir qu'il s'agissait du onzième tome d'une série, mais cela ne m'a pas dérangée du tout. Bien sûr, on se doute que le rappel des mariages d'autres personnages font référence à d'autres tomes, mais à aucun moment, cela n'a joué sur ma compréhension de cette histoire.

 

J'ai tout particulièrement apprécié découvrir la vie d'Alexandra avec tous ses sacrifices. La jeune femme fait vraiment tout ce qu'elle peut pour maintenir sa famille debout et malheureusement, son père s'applique à détruire au fur et à mesure ce qu'elle a peiné à construire. Le problème, quand on en fait beaucoup pour les autres, c'est qu'ils nous en demandent toujours plus. C'est exactement ce que fait son père en exigent qu'elle se marrie à leur voisin le plus proche qui à le double de son âge et qui ne lui plaît pas du tout malgré sa grande gentillesse.

Sa rencontre avec le Duc de Clarewood est assez foudroyante, tant par ce qu'ils ressentent tous les deux sans vouloir se l'avouer, que par les conséquences que cela entraîne dans la vie d'Alexandra. C'est assez impressionnant de voir la vitesse où l'on peut détruire une réputation et ce que cela signifie à cette époque. Ce qui arrive à Alexandra m'a beaucoup touchée tant par son injustice que pour la nouvelle vie à laquelle elle doit faire face.

J'ai également beaucoup aimé la seconde intrigue qui concerne la mère du Duc et l'Américain. J'ai trouvé cette histoire plus mignonne et touchante, plus raisonnable et moins passionnelle, mais tout aussi belle si ce n'est plus. Il y a autant de respect que d'attirance entre ces deux-là et c'est très chouette à lire.

La fin de cette histoire se devine aisément, même pas besoin d'ouvrir ce bouquin pour savoir ce qu'il va se passer ! ;) Mais, tant mieux, c'est pile ce qu'on avait envie de lire !

 

Alexandra m'a beaucoup plu : elle est volontaire et ne compte pas son temps pour sa famille, ni ses sacrifices afin de pallier aux dépenses de son père et de maintenir (au mieux) le niveau de vie de ses sœurs. Mais clairement, je ne pense pas que ce soit la solution idéale, tant pour elle que pour sa famille : à mon sens, chacun devrait mettre la main à la pâte et faire preuve d'entraide... En tout cas, j'ai été ravie de nous trouver un passe-temps commun (la couture) et de voir comment cela l'aide au quotidien.

Stephen - le Duc de Clarewood - m'a fait moins bonne impression. Je ne l'ai pas trouvé très respectueux des femmes : il est très agressif dans la cour qu'il fait à Alexandra et la lâche d'une manière très méchante du jour au lendemain. A mon sens, ni sa richesse ni son sex-appeal ne sont des raisons d'agir de la sorte. Ni même son enfance auprès d'un père difficile, d'autant plus qu'il a eu le privilège de grandir aux côtés d'une mère pleine de bon sens, de belles valeurs et d'amour. 

 

C'était la première fois que je découvrais l'univers de Brenda JOYCE et ai passé un excellent moment. J'ai trouvé que l'histoire de La maîtresse de Clarewood était pleine de rebondissements d'une logique irréfutable bien que certains soient difficilement prévisibles. Le ton est fluide, agréable et on sent que l'auteure a une réelle affection pour ses personnages.

Cela m'a donné envie de découvrir les autres tomes de la série : on a tendance à dire que la qualité des séries s'étiole au fil des tomes alors, clairement, si j'ai autant aimé le onzième, je suis quasiment sûre d'apprécier les précédents ;)

Une belle découverte.

 

 

[les +] une histoire différente, des personnages plus âgés, de jolis sacrifices.

[les -] un Stephen autoritaire et peu constructif par moment.

 

 

Lu dans le cadre de : 

Colocs (et plus), Emily BLAINE    

Service Presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.7 : Jaune

 

Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

La mémoire des vignes
Ann MAH

Le cherche Midi - 2019
ebook - epub - 480 pages

 

 

 

 

 

 

Pour faire partie des rares experts en vins certifiés au monde, Kate doit réussir le très prestigieux concours de Master of Wine. Elle fait pour cela le choix de se rendre en Bourgogne, dans le domaine appartenant à sa famille depuis des générations. Elle pourra y approfondir ses connaissances sur le vignoble et se rapprocher de son cousin Nico et de sa femme Heather, qui gèrent l'exploitation. La seule personne que Kate n'a guère envie de retrouver, c'est Jean-Luc, un jeune et talentueux vigneron, son premier amour. Alors qu'elle se lance dans le rangement de l'immense cave, elle découvre une chambre secrète contenant un lit de camp, des tracts écrits par la Résistance et une cachette pleine de grands crus. Intriguée, Kate commence à explorer l'histoire familiale, une quête qui la mènera aux jours les plus sombres de la Seconde Guerre Mondiale et à des révélations très inattendues.

 

 

C'est la deuxième fois que je lis ce roman en moins d'un an. Je l'avais lu l'été dernier à sa sortie - dans le cadre du challenge Netgalley -  mais je n'avais jamais trouvé le temps de le chroniquer... J'ai donc profité de la session rose du Challenge Bookineurs en Couleurs pour le remettre sur le dessus de ma PAL et cette fois en parler. Parce que, franchement, la relecture a été aussi bonne que la découverte.

Pourtant, la première fois, au moment de l'ouvrir, je n'étais pas franchement emballée. Avec un titre pareil, La mémoire des vignes laisse peu de doute quant au contexte de l'histoire... Et moi, le vin, ça ne me parle pas. Alors, généralement, je m'ennuie assez rapidement dans les histoires mettant en scène des vignerons. Bon, il faut dire aussi que je n'avais pas lu la quatrième de couverture, parce que dans ce cas, les allusions à la Seconde Guerre Mondiale auraient sans aucun doute titillé ma curiosité... Cela dit, ne pas le savoir a rendu la surprise que plus grande et meilleure !

 

Pour le coup, les histoires de Master of Wine de Kate ne m'ont pas plus passionnée que ça. Cependant, j'ai tout de même trouvé effrayant qu'un tel concours puisse exister : c'est assez monstrueux d'imaginer tout ce que l'on attend de ces candidats... Clairement, ils méritent leur titre de "Maître du vin" après avoir réussi ça ! Pour moi, ce concours n'est qu'un prétexte dans l'histoire pour faire venir Kate en France et lancer l'intrigue plus historique : clairement le coeur du livre ne se cache pas là.

Même si j'ai bien aimé le côté romance entre Kate et Jean-Luc, c'est clairement l'histoire d'Hélène qui m'a tenue en haleine. Elle est rondement menée, riche en rebondissement et tragiquement ironique. J'ai aimé ce joli hommage aux courageux de la Résistance qui ont pris des risques inconsidérés pour que chacun puisse garder un semblant de liberté. J'ai été amusée avec cette histoire de cave secrète, bien cachée et pourtant sous le nez des Allemands, touchée par cette amitié avec Rose déclarée juive sans l'être vraiment et  aussi compréhensive qu'outrée face aux actions de collaboration des proches de la jeune femme. Bien heureux est celui qui peut dire aujourd'hui ce qu'il aurait fait à l'époque...

J'ai beaucoup aimé de la façon dont la question du jugement est abordée dans ce roman. Aujourd'hui, on a un regard très dur sur ce qui a pu se passer à l'époque tant du côté Allemand que des collaborateurs Français. J'ai trouvé Hélène particulièrement compréhensive bien qu'elle soit totalement engagée dans la résistance. De même, j'ai compris la peine d'Heather - qui est juive - quand elle se rend compte que les ancêtres de ses enfants ont eu un rôle dans la collaboration. Le jugement est certes bien présents, mais j'ai tout de même trouvé que les différents personnages restaient plutôt ouverts et ne campaient pas sur leurs positions. Il n'y a pas forcément de pardon possible mais l'acceptation est bien là.

Sans pour autant être déçue, j'aurai voulu une fin différente, plus "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants" pour Hélène. Mais bon, les happy end ont leurs limites et la fin choisie à le mérite d'être pragmatique et plutôt logique.

 

J'ai trouvé Kate et Heather plutôt sympathiques. Elles sont agréables à suivre mais, par moment, j'ai senti pleinement la différence de culture quant aux discours qu'elles peuvent tenir sur certaines choses bien Françaises. J'ai également apprécié toute la petite bande de copains et ai souffert tout autant que les filles lors de leurs déjeuner dominical chez les beaux-parents : clairement, je suis heureuse de ne pas avoir été à leur place !

Mais, comme précédemment, c'est vraiment Hélène qui a retenu toute mon attention. J'ai été très admirative de son courage et de son engagement. J'ai apprécié le lien particulier qu'elle a avec son papa et l'amour qu'elle donne à ses demi-frères ainsi que son amitié sincère avec Rose. Quand on voit les facultés d'apprentissage de ces deux-là, on ne peut qu'imaginer les montagnes scientifiques qu'elles auraient pu soulever si la guerre n'était pas entrée dans le jeu et s'il elles étaient nées à notre époque...

 

C'était le premier livre de Ann MAH que je lisais et je suis vraiment enchantée de cette découverte. Déjà parce qu'elle m'a fait aimer un bouquin que je pensais ne pas apprécier mais aussi parce que j'ai trouvé son écriture très agréable et pleine d'imagination. Le récit à deux temps et à deux voix est brillamment mené bien qu'ils ne soient pas sur le même tempo : cela dit, c'était également intéressant d'avoir un temps d'avance sur Kate même si, clairement, dans mon cas, cela n'a pas joué en sa faveur.

Une très belle découverte.

 

 

[les +] une intrigue historique prenante, des personnages attachants

[les -] l'intrigue sur le Master of Wine qui, à mon sens, est davantage un prétexte qu'un intérêt réel pour faire avancer l'histoire

 

 

Lu dans le cadre de 

     

Service Presse - Harlequin
Challenge Gourmand #13 : Fromage
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.7 : Rose

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

Tombé pour elle
Maddie D

Montlake - 2020
ebook - epub - 265 pages

 

 

 

 

 

 

 

Scott et Mara sont inséparables depuis leurs 10 ans. Malgré leur personnalité très différentes, elle est une élève sérieuse et timide et lui un des sportifs stars du lycée, ils restent les meilleurs amis du monde. 

Cette amitié qui leur est chère est régie par des règles strictes, élaborées lorsqu'ils étaient enfants. Le point n°6 est clair : sortir ensemble est strictement interdit. Aussi, quand Scott franchit la ligne rouge et déclare sa flamme à Mara, tout est remis en question. Alors qu'ils sont à un tournant de leur vie, un simple baiser remettra-t'il leur amitié en question ? Et si c'était plutôt le début de tout autre chose ?

 

Je suis tout de suite tombée sous le charme de la couverture de Tombé pour elle, tout en couleur, elle respire la joie et la douceur d'une romance. J'étais donc plutôt curieuse de me plonger dans ce roman, d'autant plus que j'avais plutôt aimé ma toute première découverte de l'univers de Maddie D avec Incroyable fiancé.

 

Tombé pour elle se lit extrêmement vite. L'histoire est simple et prenante, même si elle manque un peu d'originalité. On a tous déjà lu une histoire similaire où si ce n'est pas le cas, on peut rapprocher cette histoire de ce qu'on pu vivre certains de nos amis. Bref, c'est sans surprise mais c'est agréable à lire. Parfois ne pas avoir de surprise, ça fait du bien aussi : marcher en terrain connu à toujours quelque chose de rassurant.

J'ai bien aimé le fait que l'histoire soit racontée à deux voix, Celle de Scott et celle de Mara. Cela nous permet d'avoir un temps d'avance sur ces deux-là et de mieux comprendre leurs réactions en sachant exactement ce qu'il se passe dans leur tête. Du coup, on passe autant de temps avec l'un et l'autre et pour le coup, je pense que ça évite de choisir un camp.

Au début du livre, on découvre rapidement Mara et Scott enfants puis adolescents. On y découvre leur belle et forte amitié ainsi que les liens qui les unissent. Au détour d'une sordide histoire, l'on comprend également que plus rien ne sera jamais comme avant. Quelques années passent et on les retrouve effectivement à la fac, dans une ambiance un peu différente. On sent que les choses ont changé et que bien qu'ils essayent de se rattraper à leur amitié, plus rien n'est pareil et que, même s'ils ne sont pas prêts à le reconnaître, leurs sentiments ont bien évolués. Entre certitude et doute, on voit leur relation se modifier. Elle est parfois mise à mal mais elle suit son cours, logiquement et pour notre plus grand plaisir.

 

Scott m'a beaucoup plu malgré son côté cliché et protecteur envers Mara. De même ses crises de jalousie m'ont mise mal à l'aise par moment, d'autant plus que ce n'était pas vraiment justifié, mais, d'un autre côté, je comprends : plus d'une de mes amies aurait réagit de la même façon dans ce genre de situation. J'ai beaucoup apprécié le fait qu'il soit dyslexique : ce n'est pas quelque chose que l'on voit couramment dans ce genre de roman et j'apprécie. C'est bien que cette maladie méconnue puisse être mise en avant dans un roman. 

J'ai également apprécié rencontrer Mara, tout en discrétion et en volonté. C'est une bosseuse qui s'est un peu oubliée mais en rencontrant Rita, tout cela change ! Elle se découvre, apprend à s'aimer et surtout, à se faire confiance ! Mara est davantage dans le doute et dans la retenue alors je me suis davantage reconnue en elle. Rita est une réelle tempête de bonne humeur et j'ai été ravie de la découvrir au fil des pages.

 

J'ai passé un bon moment avec Tombé pour elle : l'écriture de Maddie D. est très agréable, tout en fluidité et en romantisme. La simplicité et la modernité de cette histoire nous permet de nous plonger facilement dedans et de s'identifier aux différents personnages. Par contre, il est vrai que je n'aurai pas forcément dit non à un peu plus d'originalité.

Une histoire aussi simple que mignonne.

 

 

[les +] Fluide, mignon.

[les -] Un manque d'originalité

 

 

Lu dans le cadre de :

        

Service Presse - Amazon
Challenge Gourmand #12 - Cocktail

 

 

Du même auteur :

 Incroyable fiancé

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

L'ombre d'un amour
La saison du péché, tome 2
Lorraine HEATH

Editions Harlequin 2019
Ebook - Epub - 416 pages

 

 

 

 

 

 

 

Londres, 1841

Lorsque Gillie tombe sur un séduisant duc qui vient d'être poignardé dans les quartiers malfamés de WhiteChapel, elle décide de le ramener pour le soigner dans la taverne qu'elle dirige. Mais sitôt qu'il a recouvré la santé, le duc, cet impudent, ose demander à repartir en quête de... sa fiancée disparue. Pourtant, Gillie l'aurait juré, entre leurs deux âmes solitaires, l'attraction a été immédiate et totale...

 

J'avais vraiment passé un excellent moment avec le premier tome de cette série que j'avais trouvé assez différent de ce que l'on peut habituellement lire en question de romance historique. C'est vraiment le cadre original de La saison du péché et cette fratrie pas comme les autres qui m'a conquise. On entend parler de Gillie dans le premier tome, mais on ne la croise jamais, j'ai donc été particulièrement ravie quand je me suis rendue compte qu'elle était à l'honneur dans ce deuxième tome.

 

Et, effectivement, Gillie est particulièrement badass. Par certain de ses côtés, elle m'a rappelée Molly jupe rouge de L'assassin royal qui est de loin un de mes personnages préférés de la littérature. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et pourtant elle est d'une générosité comme cela existe rarement. J'ai aimé le respect qu'elle impose par sa gentillesse et sa droiture, ainsi que son bon revers du droit ! Gillie est aussi combative que fragile, j'aime son état d'esprit battant et ses chamailleries avec ses frères.

J'ai également beaucoup apprécié le Duc de Thorne qui est assez différent des personnages masculins habituels des livres. Déjà parce qu'il est sacrément mal en point lors de notre première rencontre. J'ai également été amusée et étonnée par le fait qu'il porte des lunettes : c'est déjà rare en temps normal, mais dans une romance historique... je n'avais vraiment jamais lu ça jusqu'à présent ! J'ai aimé son côté rationnel, sa fidélité et son calme. Je l'ai également trouvé très touchant avec les enfants.

 

L'histoire de L'ombre d'un amour est tout aussi originale que celle du premier tome mais j'y ai davantage accroché : je pense que Gillian y est pour beaucoup ! J'ai vraiment eu un coup de coeur pour la jeune femme. J'ai trouvé cette course poursuite à la recherche de la fiancée de Thorne joliment menée et intéressante quand au mode de vie des personnes de cette époque. Clairement, je ne connais pas bien ce quartier de Londres, mais j'ai eu plaisir à le découvrir aux côtés de ces deux-là.

J'ai également apprécié les différentes confrontations entre Gillian et la haute société. Elles sont clairement malaisante, mais j'ai aimé le soutien silencieux des jeunes femmes envers elle et leur curiosité pour ce mode de vie. Le rapport à la maman de Thorne est désagréable, mais on ne doute pas un seul instant qu'elle finira par apprécier Gillian autant que nous.

La fin est prévisible mais elle est jolie et correspond totalement à ce que j'avais envie de lire. Pour le coup, autant l'histoire générale est assez originale, autant les rebondissements finaux sont tout ce qu'il y a de plus classiques.

 

J'ai eu plaisir à continuer mon exploration de l'univers de Lorraine HEATH, dont j'apprécie la fluidité de l'écriture et son imagination non conventionnelle pour ce genre. Pour le coup, je trouve que L'ombre d'un amour à de bonnes bases pour faire un joli roman d'héroic fantasy ! J'ai été un peu déçue en me rendant compte que je n'avais pas le troisième tome en ma possession... Par contre, le quatrième vient tout juste d'atterrir dans ma PAL alors je sais déjà qu'un nouveau bon moment de lecture se profile à l'horizon !

Une histoire étonnant pour une Gillie détonante :)

 

 

[les +] Des personnages surprenants, une histoire douce et originale.

[les -] Un peu classique. 

 

Lu dans le cadre de :

 

Colocs (et plus), Emily BLAINE      

Service Presse - Harlequin
Challenge Gourmand #12 - Cocktail

 

 

Du même auteur :

La saison du péché tome 1 : Le miroir du scandale  tome 4 : Celui qui m'embrasa

Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

 

Un été dans les Hamptons
La saison du péché, tome 1
Lorraine HEATH

Harlequin - 2019
ebook - epub - 439 pages

  

 

 

 

  

  

Londres, 1871

À l'ombre des amours clandestines, l'illicite est le moindre de leurs forfaits...

Respecter les convenances. Épouser Lord Kipwick, Aslyn n'a de cesse de se répéter les règles qu'elle doit observer alors qu'elle s'impatiente de retrouver Mick Trewlove pour leur promenade quotidienne dans les dédales de Hyde Park. Comment peut-elle alors frissonner à la simple idée de revoir ce fils illégitime aux yeux d'acier, cet homme au goût d'interdit, qu'elle devrait tenir à distance ? pour elle qui a tant peiné à s'arracher de sa condition d'orpheline, fréquenter un homme d'aussi basse extraction, qui ne respecte pas ses vœux, est bien le pire qu'il puisse arriver. Car la société victorienne n'admet aucun faux pas sur le parcours de la réussite...

 

De manière générale, j'apprécie lire des romances historiques mais je trouve les histoires classiques et trop conventionnelles : les intrigues sont trop souvent les mêmes... Alors, j'ai été très surprise par Le miroir du scandale qui m'a prouvé que l'originalité existe également dans ce genre.

 

J'ai beaucoup aimé faire la connaissance de la famille Trewlove et découvrir ses singularités. Je ne connaissais rien de l'existence des nourrices embauchées pour s'occuper des "bâtards" des riches et ce pan de l'intrigue m'a particulièrement intéressée. Plusieurs faits historiques - dont notamment un procès - sont évoqués lors de l'histoire et m'ont donné envie d'en apprendre davantage sur ce sujet. Il y a un certain côté horrifique aux histoires que l'on découvre à ce propos qui nous tient en haleine tout autant qu'il nous révulse.

Toute l'histoire de Mick tourne autour de sa condition de fils illégitime et de son envie de prouver qu'il mérite d'être reconnu par son père dont il connait l'identité. Après maintes demandes rejetées, il décide de se venger en humiliant son demi-frère et en montrant sa supériorité à sa famille de sang. Et pour cela, il compte bien le ruiner au jeu et conquérir sa fiancée. Je ne partage pas les valeurs de ce plan mais il est clair qu'il ne manque pas de sel ni d'originalité !

Bon, ce qu'il n'avait pas prévu c'est qu'Aslyn - la fiancée - se révèle aussi intéressante que belle et qu'il tomberait rapidement sous son charme pour notre plus grand plaisir. La romance se construit petit à petit sous nos yeux. Elle est riche en rebondissement et en petits moments pétillants. C'est la partie la plus "conventionnelle" du bouquin, mais elle est jolie et nous fait nous croiser les doigts pour que ces deux-là puissent construire quelque chose ensemble.

La fin est mouvementée, mais pas autant que ce à quoi je m'attendais.  J'ai aimé les révélations qui y sont faites et qui nous permettent de comprendre certains comportements, notamment ceux de la comtesse.  J'ai aimé sa sincérité et les compromis qui y sont fait et qui prouve l'intelligence de chacun des personnages.

 

Aslyn m'a beaucoup plu. Au premier abord, elle est saisissante de perfection, tant en ce qui concerne sa beauté que sa maîtrise de l'étiquette. Mais plus on la connait et plus on se rend compte qu'elle est bien plus que ça et qu'elle a soif de découvrir autrement le monde qui l'entoure. J'ai aimé sa sincérité dans ses démarches, tout comme son attention envers ses proches même si, parfois, combiner les deux n'est pas une chose simple.

Mick est plus difficile à cerner tant il est obsédé par la place qu'il souhaite avoir dans le monde. Il est difficile de penser qu'il pourra être heureux un jour tant qu'il persévéra dans ce sens... Et pourtant, au contact d'Aslyn, il commence à remettre en question certains préjugés et à s'ouvrir à d'autres possibilités. J'ai trouvé Mick dur et parfois peu respectueux d'Aslyn : certes il a un plan, mais elle n'est pas pour autant qu'une pièce sur un échiquier...

 

C'était la première fois que je découvrais l'univers de Lorraine HEATH et, clairement, Le miroir du scandale, m'a donné envie de découvrir les autres tomes de cette série. J'ai trouvé son écriture et ses idées agréablement modernes pour de la romance historique. J'ai apprécié l'ouverture d'esprit et l'ironie que l'on devine à travers les lignes ainsi que la fluidité de sa plume.

Une jolie découverte plutôt originale.

 

[les +] Un univers intéressant, une famille attachante, un rebondissement inattendu.

[les -] Un Mick un peu trop possessif et parfois irrespectueux.

 

 

Lu dans le cadre de : 

Colocs (et plus), Emily BLAINE  

Service Presse - Harlequin

 

 

Du même auteur :

La saison du péché  tome 2 : L'ombre d'un amour  tome 4 : Celui qui m'embrasa

Repost0
27 avril 2020 1 27 /04 /avril /2020 04:00

 

  

 

 

 

 


You Only Love Once, tome 2
Déborah GUÉRAND

Harlequin - 2020
ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Leur histoire a été aussi brève qu'un séisme... et aussi intense qu'un ouragan.

Quatre ans. Cela fait déjà quatre ans qu'Aidann a décidé de sortir de la vie de Rebecca, laissant derrière lui un vide immense et une douleur indescriptible. Après tout ce temps, elle ressent toujours le même manque, et son coeur se serre d_s qu'elle entend son nom. Pourtant, elle a enfin réalisé son rêve en intégrant la prestigieuse Juilliard School à New York, où elle peut désormais se consacrer pleinement à sa passion : la danse. Et puis, il y a Tom, qui est arrivé au moment où elle était le plus vulnérable et qui l'a aidée à reprendre pied. Alors, même si ce nouvel équilibre est encore très fragile, Rebecca fera tout pour le préserver. Et surtout, elle espère ne plus jamais croiser la route d'Aidann.

 

 

Après avoir lu le premier tome de You Only Love Once, j'ai directement enchaîné avec le deuxième. Après une telle fin, je ne pouvais décidément pas en rester là !

 

On retrouve donc Aidann et Bex, quatre ans après les avoir quittés et on se rend compte que rien n'est fini entre ces deux-là bien qu'ils ne se soient pas adressé la parole une seule fois depuis.

Bex, vit à New York et fini ses études à la Juilliard School. Elle vit avec Kendra et Red, ses deux amies que nous connaissons bien, et sort depuis quelques mois avec son ex-professeur de danse Tom. Même si elle a beaucoup de tendresse pour Tom, qui a été là pour elle après une agression traumatisante, ce n'est pas lui qui la fait vibrer... De son côté, Aidann est revenu en Amérique après plusieurs années passées au Japon. Il a été embauché par une team et est aujourd'hui pilote de la Nascar. Et, effectivement, il compte bien profiter de son retour pour de nouveau séduire Bex.

Ce deuxième tome est clairement un jeu du chat et de la souris entre Bex et Aidann, malheureusement sans surprise tant il est évident qu'ils sont fait l'un pour l'autre. Après une tentative de trio amoureux avortée, l'auteure nous entraîne sur des pistes plus sombres, où le passé de Aidann resurgit. L'idée est bonne et assez prenante, mais, dès les premiers chapitres, la manipulation dont fait preuve l'un des personnages nous laisse peut de doute sur l'identité du coupable. Cela dit, j'étais loin de me douter que les manigances découvertes remontaient à si loin...

J'ai trouvé ce tome trop facile tellement tout s'enchaîne tel un conte de fée. Beaucoup trouveront tout ça romantique, mais personnellement, je recherche avant tout de l'aventure en lisant un roman. De même, je n'ai pas été conquise par le côté "American dream" de ce tome : nombreux personnages du livre brassent des millions et font preuve d'une certaine célébrité. Je suis persuadée qu'ils le méritent pleinement, mais tout ça à l'air facile. De plus, j'ai trouvé la présence d'argent assez ostentatoire dans ce livre, tandis que la discretion de Bex sur la richesse de sa famille m'avait beaucoup plus dans le tome précédent.

Encore une fois, la conclusion est mignonne bien que classique. Les quelques rebondissements des derniers chapitres apportent le dynamisme qui manquaient tant à ce tome, sans pour autant que le suspense soit à son comble.

 

J'ai eu plaisir à retrouver Bex et Aidann. Autant les transformations que l'on voit chez ce dernier m'ont beaucoup plu, autant j'ai trouvé que la jeune femme avait perdu en charme. Clairement, Aidann est un homme nouveau : il a fait table rase de son passé houleux, à compris ses erreurs de jeunesse et tente d'y remédier. Il est beaucoup plus positif, ouvert et attentionné, ce qui fait plaisir à voir. Si ce n'était pas déjà le cas, il y a fort à parier que vous tomberez sous son charme ! Bex, dans ce tome, a perdu en spontanéité et en dynamisme. Elle est toujours aussi généreuse et sympathique, mais je l'ai trouvée plus effacée et plus fausse dans ses rapports aux personnes - notamment envers Tom et ses proches.

J'ai trouvé dommage que la petite bande de Rochester ne soit pas plus présente. Dans ce tome, leur présence est davantage anecdotique tant les lumières sont mises sur Aidann et Bex. Je pense que c'est également une des raisons qui a fait perdre l'histoire en dynamisme malgré les toutes petites intrigues consacrées à Lexie et Red.

 

Bien que mon avis est beaucoup plus mitigé sur cette histoire, j'ai tout de même passé un bon moment et lu très rapidement ce second tome. Malgré ses nombreuses longueurs et son manque de rythme, l'histoire reste prenante et l'écriture de Déborah GUÉRAND aussi agréable que fluide. Même s'ils ont leurs personnages en communs, les deux tomes de You Only Love Once offrent deux histoires totalement différentes : je trouve ça intéressant et suis curieuse de découvrir une nouvelle facette de l'univers de l'auteure.

Une lecture agréable.

 

 

[les +]  Sympathique, mignon.
[les -] Classique et un peu longuet.

 

Lu dans le cadre de :

Colocs (et plus), Emily BLAINE      

Service Presse - Harlequin
Challenge Gourmand #12 - Cocktail

 

 

Du même auteur :

You Only Love Once  tome 1

Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 04:00

 

 

 

 

 

 

You Only Love Once, tome 1
Déborah GUÉRAND

Editions Harlequin 2020
Ebook - Epub

 

 

 

 

 

 

 

Leur amour est insensé... et inévitable.

Aidann est tout sauf l'homme qu'il lui faut, Rebecca le sait. Tomber amoureuse d'un mec qui ne cesse de disparaître sans explication entre deux courses de voitures illégales est complètement irrationnel. Et cette lueur dans ses yeux, celle du goût pour le danger, aurait dû la faire fuir depuis longtemps. Mais elle n'arrive pas à rester loin de lui.

Rebecca n'est pas une fille pour lui. Cette princesse qui débarque de Palm BEACH avec son teint de porcelaine et son corps de danseuse ne connaît rien de la violence et de la soif de vengeance qui l'animent. Pourtant, elle seul parvient à l'apaiser. Et sa présence a sur lui l'effet d'une drogue. Une drogue très addictive.

 

Après le petit coup de coeur littéraire dont je sortais, je n'étais pas très sereine quand à mon opinion sur ma prochaine lecture : quand on sort d'une belle découverte, le livre suivant peut paraître bien fade... Mais cela n'a pas du tout été le cas : sans être un coup de coeur, j'ai passé un excellent moment avec Bex et Aidann.

 

Si on regarde les grandes lignes de l'histoire, celle-ci ne parait pas très originale : une gosse de riches qui débarque chez sa cousine et tombe amoureuse du bad boy local, c'est du déjà vu ! Mais heureusement pour nous, You Only Love Once ne s'arrête pas là. 

Il faut dire aussi qu'avec Bex, Lexie - sa cousine - et leurs copines, on ne s'ennuie pas ! Je ne suis vraiment pas fan de danse mais je me suis avec plaisir prêtée au jeu de leur crew. J'ai aimé la modernité de cette intrigue avec le rôle des réseaux sociaux, la compétitivité à distance et cette émission télévisée. Le côté paillettes est bien présent, sans pour autant être ostentatoire : les filles vivent un rêve éveillé tout en crédibilité et en partage.

L'intrigue autour des activités cachées d'Aidann est plus sombre et fait clairement le mystère de ce livre tant les indices viennent difficilement. Avec les explications, ce qui parait critiquable ne l'est plus vraiment et j'ai apprécié ça même si c'est un peu trop facile. Plus que tout, j'ai aimé le contraste du gangster face à la lumière que dégage Bex et ses amies. 

La romance est simple et facile : à peine Bex et Aidann posent le regard l'un sur l'autre que l'on sait déjà comment cela va se terminer. Ils ont beaux résister, devant un tel coup de foudre, l'évidence est absolue.

Pour le coup, la fin n'est pas classique mais elle n'est pas pour autant une surprise : surtout si, comme moi, vous vous êtes fait spolier par le résumé du tome 2 entre temps. Tout au long de l'histoire, des petits indices nous mettent la puce à l'oreille sur ce qui nous attend.

 

Bex est très sympathique : j'ai beaucoup aimé sa gentillesse et sa générosité. J'ai aimé le fait qu'avoir de l'argent ne l'empêche pas de se faire ses propres expériences et d'essayer d'être indépendante : même si elle galère, ce sera clairement une force pour plus tard. Je ne me suis pas identifiée à elle, par contre je l'ai vraiment appréciée : elle est aussi touchante que dynamique.

Aidann m'a davantage plu : j'ai vraiment apprécié son aura mystérieuse qui persiste malgré les secrets qui se dévoilent au fur et à mesure. J'ai beaucoup aimé le fait qu'il ne soit pas vraiment celui qu'il donne l'impression d'être. Il a tout du gros dur, mais finalement, ce n'est qu'un petit garçon perdu qui nous donne envie de le protéger.

Et, plus que tout, j'ai apprécié cette ambiance de bande d'amis où chacun est reconnu et apprécié pour ce qu'il est au fond. Chacun à son rôle, son "petit truc en plus" et personne n'est jugé. J'ai aimé cette ouverture d'esprit et cette confiance qui les unit.

 

C'était la première fois que je découvrais l'univers de Déborah GUÉRAND et j'ai vraiment passé un excellent moment. L'histoire est prenante, dynamique et j'en ai apprécié chacune des facettes. Je ne me suis pas vraiment projetée dans ce livre, mais j'ai eu plaisir à découvrir la petite bande d'amis et de les suivre dans leurs nombreuses aventures. L'écriture de Déborah GUÉRAND est fluide et pétillante : on sent qu'elle veut le meilleur pour ses personnages et effectivement, cette générosité et cette bienveillance se ressentent parfaitement à travers son imagination.

Une belle découverte.