Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

 

 

Le Petit café des grands romantiques
Tash SKILTON

Harlequin (&H) - 2021
ebook - epub - 328 pages

 

 

 

 

 

 

Ils écrivent des mots d'amour tout en se fusillant du regard.

Tel Cyrano, Miles exerce le métier de doublure amoureuse : sur les sites de rencontre, ses clients lui laissent carte blanche pour tenter de séduire leur crush. Ces derniers temps, il a pourtant du mal à jouer les romantiques. Largué par son ex, viré de son appartement, il en est réduit à travailler au café du coin  et à se disputer une place avec une cliente odieuse. Son quotidien reprend des couleurs lorsque, sous le profil de son client Jude, il fait la connaissance de Bree, une fille dont la répartie le charme aussitôt…

Zoey déteste New York. Elle était venue dans cette ville hostile pour devenir scénariste, mais pour l'instant elle doit se contenter de prêter sa plume aux adeptes du dating en ligne. le tout dans un café exigu où un mufle cherche sans cesse à lui piquer sa place. Esseulée, elle se surprend à attendre jour après jour les réponses de Jude, un célibataire plein d'humour avec qui elle échange en ligne, à travers le profil d'une cliente…

Lorsqu'un premier rendez-vous se profile, la réalité les rattrape…

 

 

J'étais plutôt curieuse en me lançant dans cette lecture. Ce que j'apprécie avec les ebook des Editions Harlequin, c'est que la quatrième de couverture vient juste après la couverture et avant le début du roman : j'ai donc une assez bonne idée de ce qui m'attend en me lançant dans ces histoires. Bon, en soit, rien ne m'empêche pour les autres livres d'aller lire le résumé sur internet (mais bon, quand j'ai envie de lire, j'ai pas envie d'aller sur internet) et puis… c'est parfois à double tranchant aussi puisque je viens dans la lecture avec mes aprioris du résumé. Bref, tout ça pour dire qu'après avoir lu le résumé de Le Petit café des grands romantiques, j'étais contente de me lancer dans cette lecture.

 

J'ai trouvé l'histoire très lente à démarrer ce qui est sûrement dû à sa complexité bien dissimulée. Quand on lit le résumé, ça a l'air plutôt simple mais Zoey et Miles sont reliés par plus d'une chose et les auteurs prennent le temps de nous les faire découvrir. Je dois dire que cette lenteur m'a ennuyée ce qui a considérablement joué sur mon envie de le lire.  Après, en soit, c'est plutôt une bonne chose : découvrir toutes ces ficelles en amont permet aussi de mieux comprendre l'histoire. Sans ça, je pense que je me serai heurtée à d'autant plus d'incompréhension. En effet, il y a certaines choses que j'avais mal comprises, notamment sur les lieux et leur proximité. Je pense notamment à l'appartement de Zoey et aux bizarreries de celui-ci : les clefs de compréhensions pour comprendre ce que je lisais sont venues un peu trop tardivement à mon goût.

J'ai eu d'autres soucis de compréhension mais plutôt dans les choix faits par les auteures. Certains éléments m'ont semblés vraiment invraisemblables et m'ont éloignée de l'histoire comme l'hôtel étrange où les attend le 'colis spécial'. J'ai eu un peu de mal d'ailleurs avec la normalité apparente de la drogue dans ce bouquin : je pense vraiment que les auteurs ont un rôle d'information et que ce qui peut conduire à une addiction ne doit pas être normalisé (tout comme l'ensemble des formes de violences).

Cependant, j'ai beaucoup aimé le cœur du roman : tous les liens entre Zoey et Miles sont très agréables à découvrir et ajoutent vraiment du piment à l'histoire. J'ai trouvé leur rencontre très ironique tant il est évident qu'ils sont faits pour être ensembles. J'ai aimé le jeu de séduction auquel ils se livrent sous le couvert de Bree et Jude. Leur profession de "doublure internet" est très étrange (ça existe ça en France ? - je viens de regarder et oui, ça existe chez nous aussi --') et m'a un peu gênée : outre le côté éthique professionnelle, je me demandais comment ils allaient réussir à se sortir de ce nœud de mensonges.

J'ai aimé les petites intrigues annexe comme l'évolution de la relation du couple d'amis de Miles, le lien avec Jordan son ex ou les extravagances de Mary l'ex patronne de Zoey. Ces histoires jouent avec la complexité de l'histoire et apportent une touche d'humour supplémentaire.

J'ai vu sur internet que certains lecteurs avaient été gênés par la fin de ce roman. Personnellement, cela n'a pas été mon cas et j'ai même relu le dernier chapitre pour essayer de comprendre à quelle fin abrupte ils pouvaient bien faire référence… sans succès. J'ai trouvé la fin plutôt agréable et crédible bien que sans réelle surprise. 

 

Zoey est plutôt un personnage sympathique mais je dois dire que je ne me suis pas du tout reconnue en elle. Ses démons prennent vraiment trop de place et je crois qu'elle aurait vraiment besoin d'un suivi psychologique pour réussir à régler ses peurs qui lui gâchent son quotidien. Cependant, j'ai beaucoup aimé ses réparties bien senties et son humour taquin. 

J'ai également trouvé étrange le lien entre Zoey et Mary. Leur entente est top mais je me suis demandée si leur relation n'avait pas un aspect un peu plus malsain tant Zoey semble dépendante de Mary et que cette dernière s'immisce dans sa vie privée. Pour autant, j'ai bien aimé le personnage de Mary et son côté "star" totalement déconnecté de la réalité.

Miles m'a davantage plu par son côté terre-à-terre. Au fond, je crois que c'est le seul personnage "normal" de l'histoire ou, du moins, le plus facile à s'identifier si l'on oublie les histoires avec son ex. J'ai aimé son calme et la façon dont Zoey peut compter sur lui malgré leur rivalité.

 

Il faut savoir que derrière Tash Skilton se cache en fait deux auteurs : Sarvenaz TASH et Sarah SKILTON. Au cours de ma lecture, je n'ai pas du tout senti que Le Petit café des grands romantiques avait été écrit à deux mains. Par contre, je n'ai pas vraiment été conquise par l'écriture du roman que j'ai trouvé trop lente, d'autant plus qu'il m'a manqué certaines précisions pour bien tout comprendre de l'histoire. 

Une lecture agréable.

 

 

[les +] Une intrigue principale sympathique mêlée à plusieurs autres histoires amusantes.

[les -] Beaucoup de lenteur et d'éléments manquants pour une compréhension optimale.

 

 

Lu dans le cadre de : 

 

 

Challenge gourmand #14 : Pâtes
Service presse - Harlequin

Repost0
22 avril 2021 4 22 /04 /avril /2021 05:00


 

 

 

 

 

Give Us a Chance
Vanessa DEGARDIN

Harlequin - 2021
373 pages

 

 

 

 

 

 

 

A trop vouloir résister à la tentation, il va finir par y céder

Ange le sait : il est le genre de mec qui plaît à toutes les femmes. Son look de bûcheron sauvage et ténébreux les fait systématiquement craquer. Si bien que, depuis qu'il a l'occasion de parfaire sa silhouette grâce à son poste de garde forestier, il enchaîne les coups d'un soir. Avec Inès, en revanche, c'est plus compliqué. la jeune éditrice au fort caractère avec laquelle il doit créer un guide touristique, l'attire plus qu'aucune autre auparavant. pourtant, il s'est fait la promesse de ne pas l'approcher. Si elle attend un prince charmant capable de l'aider à surmonter le drame qui l'a mise en fauteuil roulant, Ange n'est pas l'homme qu'il lui faut. cela ne fonctionnera jamais entre eux. il aimerait donc que son cerveau détraqué cesse de l'imaginer nue, dans son lit, chaque fois qu'il ferme les yeux

 

 

Malgré son titre plutôt classique pour une romance, j'ai apprécié l'originalité de l'histoire de Give me a chance. Je tombe rarement sur des titres qui font la différence dans ce genre de littérature et j'en ai donc d'autant plus apprécié ma rencontre avec Inès et Ange. C'est souvent le côté feel-good qu'on recherche dans ce type de lecture et je dois dire que Give us a chance m'a fait réfléchir sur plus d'un point.

 

Dans un premier temps, j'ai vraiment apprécié le décor de cette jolie histoire. Je ne connais pas du tout la Corse et j'ai apprécié la découvrir en aussi bonne compagnie. Inès et Ange aiment vraiment leur île et savent le partager ! J'ai d'autant plus apprécié qu'ils nous parlent de coins dont je n'avais jamais entendu parler et qui n'ont rien à voir avec les plages paradisiaques dont mes collègues me vantent les mérites de retour de vacances à la pause café. #vismaviedebureau

J'ai également beaucoup apprécié qu'Inès face partie des grands "invisibles de la vie" via sa tétraplégie. Habituellement, dans les romances les héroïnes sont plutôt des filles passe-partout auxquelles il est très facile de s'identifier. Là, clairement, c'est plus compliqué avec son handicap et les séquelles qu'il a laissé sur sa confiance en elle et en les hommes. Mais j'ai beaucoup aimé cela. Je suis très décontractée avec les pathologies en général quitte à parfois dire des choses qui ressemblent à une boulette pour une personne plus timide avec ces différences. Voir le "racisme ordinaire" (je ne sais pas si c'est le bon mot, mais je trouve qu'il se prête bien aux situations décrites) m'aide à mieux comprendre que l'on puisse mal interpréter certaines choses. Bref, je me suis posée beaucoup de questions pendant ma lecture et ça fait du bien.

J'ai trouvé très intéressant le côté plus "enquête" de l'histoire. C'est plutôt bien mené même si le coupable se devine tout de suite. Cet aspect du roman ajoute une touche d'originalité et d'actions qui est vraiment très agréable.

La romance m'a également plu notamment les questionnements d'Ange face au handicap. Comme beaucoup, quand j'imagine l'homme idéal, il tient sur ses deux jambes et n'est pas dans un fauteuil… C'est une question difficile à se poser et à y répondre et j'ai trouvé très intéressant la façon dont y répond Ange, notamment face à ses proches qui ne comprennent pas. Pour le coup, je ne saurais pas du tout comment réagiraient les miens à leur place… Bon, par contre, j'ai trouvé la fin too much. C'est sûr que c'est très mignon, mais c'était vraiment trop prévisible ;)

 

J'ai beaucoup aimé le côté "vrai" d'Inès. Ce n'est clairement pas une héroïne aseptisée : elle peut être aussi amusante qu'agaçante et ça fait du bien de ne pas toujours être face à quelqu'un de mignon.  J'ai aimé ses doutes et ses questionnements ainsi que ses disputes avec sa meilleure amie.

Ange m'a également beaucoup plu même s'il a tout d'un cliché. J'ai aimé sa pugnacité et l'attirance vraie qu'il a pour Inès : c'est très mignon de le voir lâcher prise pour se lancer dans cette jolie histoire.

 

C'était le premier livre de Vanessa DEGARDIN que je lisais et j'ai réellement apprécié cette lecture qui m'a réellement fait réfléchir. Je ressors de cette lecture avec davantage d'empathie face à ces remarques blessantes qui peuvent être faites l'air de rien. J'ai trouvé l'écriture de l'auteure très agréable et fluide malgré quelques lenteurs vite oubliées grâce au dynamisme de l'intrigue plus policière !

Une chouette découverte.

 

 

 

[les +] Une histoire qui mêle habilement romance et enquête tout en remettant en question nos aprioris sur l'handicap. Des envies de voyage en Corse ;)
[les -] Un peu cliché et classique.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge gourmand #14 : Pâtes
Service presse - Harlequin

Repost0
21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

 

Le Coloc de l'enfer
Karine MARCE

Harlequin - 2021
191 pages

 

 

 

 

  

 

Rien de tel qu'un coloc irrésistiblement agaçant pour faire de sa vie un enfer !

Alexandra accuse le coup. oui, il lui est parfois arrivé d'agir en petite fille pourrie-gâtée. Et non, elle n'a jamais participé aux tâches ménagères chez ses parents. Mais cela méritait-il qu'ils la mettent à la porte et lui imposent de vivre en colocation avec un mec aussi insupportable ? certainement pas ! Sous ses airs de beau gosse sûr de lui, elle a très vite cerné le personnage : Angel n'est qu'un mec arrogant qui asse son temps à faire la fête et à juger les autres sans les connaître. il est persuadé qu'elle ne tiendra pas trois mois dans cette coloc sans appeler papa à la rescousse. C'est ce qu'on va voir ! Car Alexandra est bien décidée à lui prouver le contraire. Et ce ne sont certainement pas les petits sourires enjôleurs et les remarques acerbes de son nouveau colocataire qui l'empêcheront d'atteindre l'objectif qu'elle s'est fixé…

 

 

Le Coloc de l'enfer fait partie de ces lectures dans lesquelles je me lance sans en attendre grand chose. Entre le titre, le résumé et la couverture, tout sent la lecture déjà vue et donc peu originale. Effectivement, ma première impression était plutôt juste mais j'ai tout de même passé un bon moment. 

 

Je dois dire que j'ai été un peu déçue que l'histoire ne se passe pas en France bien que les personnages soient français. Beaucoup d'auteurs français écrivent des histoires se passant à l'étranger sans y avoir jamais vécu et je trouve que leurs histoires perdent en crédibilité. Les modes de vie et mentalité changent d'un pays à l'autre et, concrètement, l'on ne vit pas à New York comme on vit à Paris et beaucoup d'auteurs l'oublie malheureusement. Je trouve ça dommage ! D'autant plus que l'on a de très chouettes villes en France aussi ;)

Le fond de l'histoire m'a cependant plutôt plu : j'ai bien aimé l'idée de ce défi terre à terre lancé à Alexandra par ses parents. J'aime bien l'ironie qui s'en dégage et les valeurs qui en découlent. C'est plutôt simple, mais ça fait toujours du bien de se rappeler d'où l'on vient.

Le reste de l'histoire est plutôt classique tout en restant agréable. Dès la rencontre entre Alexandra et Angel l'on se doute de la manière dont tout cela va se terminer mais les rebondissements sont plutôt agréables à suivre. Par contre, j'ai trouvé qu'il y a beaucoup de méchanceté gratuite dans tout ça : je suis sûrement un peu naïve, mais j'aime me laisser à croire que cela ne se serait pas passé ainsi dans la vraie vie.

 

J'ai trouvé Alexandra sympathique mais j'ai eu du mal avec son personnage. Au fur et à mesure que les pages se tournent, l'on découvre une jeune femme sincère mais elle essaye tellement de plaire à tout le monde au début du livre qu'elle en parait instable. Au fond, elle a de jolies valeurs mais elle s'est totalement oubliée en cours de route pour entrer dans le moule du monde qu'elle fréquente.

Angel est également agréable mais j'ai le l'ai trouvé plutôt banal : il a toutes les qualités du gendre idéal et c'est bien ça qui m'agace. Il est bien trop lisse pour sortir du lot ;)

Par contre, j'ai beaucoup apprécié le personnage de Benji. C'est vraiment un ami sur lequel on peut compter. 

 

C'était la première fois que je découvrais l'univers de Karine MARCE et j'ai plutôt passé un bon moment. J'ai beaucoup aimé les rebondissements de son histoire teinté d'humour un peu ironique qui fait vraiment la différence pour cette histoire très classique. Son écriture est agréable, fluide et d'une simplicité efficace.

Une lecture agréable.

 

[les +] De l'humour, une écriture agréable.

[les -] Peu original, beaucoup de méchanceté gratuite.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge gourmand #14 : Pâtes
Service presse - Harlequin

Repost0
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 05:00


 

 

 

 

 

 

Idylle au Japon
Olivia GATES
Allison LEIGH
Scarlet WILSON

Harlequin - 2020
312 pages

 

 

 

 

 

Le désir défendu - Olivia GATES

Hannah McPherson Comment Raiden aurait-il pu oublier la femme qui l'a cruellement trahi ? Alors, quand il la voit s'avancer vers lui, le jour de ses propres fiançailles, il sent la rage le gagner. La rage, mais aussi un désir incontrôlable. Car les étreintes brûlantes qu'il a partagées avec elle sont restées gravées dans son esprit. Un plaisir qu'il donnerait cher pour lui offrir de nouveau

Cette première nouvelle m'a assez déplu. Pour le coup, c'est presque une bonne chose puisque je m'en souviens plutôt bien ! Pour tout dire, je ne l'ai pas trouvé très crédible : l'environnement choisi est certes original mais je trouve qu'il se prête plutôt mal à une nouvelle ou à une romance. Cela dit, je pense que l'univers serait très sympa' s'il était exploité dans un film d'action. Mais là, le format est trop court pour donner toutes les clefs de compréhension du passé de Raiden et Hannah et le pourquoi du comment ils ont eu cette enfance.

J'ai également été chagrinée par la volonté de blesser Hannah qu'à Raiden. Pour moi, ce n'est pas aimer. Aimer, c'est donner pas se venger. J'ai trouvé son attitude plutôt nulle et je ne vois pas comment construire des bases solides sur des fondations aussi véreuses. 

La conclusion est plutôt facile mais j'ai bien aimé le fait que ce happy end n'oublie personne.

 

 

Un mariage chez les Hanson - Allison LEIGH

En voyage d'affaires au Japon, Helen rencontre Morito Taka, son futur associé. Séduite par cet homme charismatique, elle s'interdit pourtant de céder à son attirance. Car trop de choses les séparent Et tandis qu'elle s'interroge sur la meilleure façon de concilier les intérêts de son entreprise et sa propre vie, Helen fait une bouleversante découverte, se prenant soudain à rêver d'un avenir avec Morito

J'ai davantage aimé cette seconde nouvelle. Il est aussi beaucoup plus facile de se projeter dans son cadre qui, sans pour autant être classique, est beaucoup plus crédible. J'ai bien aimé le personnage d'Helen et sa volonté de bien faire les choses pour les enfants de son mari même si ceux-ci ne s'en rendent pas compte ou ne veulent pas s'en rendre compte. Cette femme est très touchante dans l'affection qu'elle porte aux gens sans rien n'attendre en retour.

J'ai pris plaisir à voir Morito et Helen tomber amoureux l'un de l'autre. C'est doux, c'est respectueux et plutôt paisible. La passion est là, mais ils avancent sagement vers le bonheur.

Avec cette nouvelle, j'ai également apprécié en apprendre plus sur le monde de l'entreprise au Japon et sur la place des femmes dans celles-ci. Je dois dire que l'Occidentale que je suis a été par moment révoltée par certaines remarques lues !

 

 

La fleur de Tokyo - Scarlet WILSON

Appuyé contre un mur d'un air nonchalant, Avery Flynn la dévisage Bien malgré elle, Katsuko ne peut s'empêcher de rougit, troublée par cet Américain arrivé la veille sur la base militaire d'Okaru, au Japon. pourtant, elle se méfie des hommes comme lui, avides d'aventures sans lendemain Très peu pour elle ! Sauf que lorsque Avery l'invite à dîner, elle se surprend à accepter, le cœur battant

J'ai également passé un excellent moment avec cette troisième et dernière nouvelle. J'ai trouvé plus facile de m'identifier à Katsuko du fait de nos âges assez proche et de notre intérêt pour le monde médical. Bon, le cadre de l'armée ne m'intéresse pas plus que ça, mais c'est un milieu que l'on croise régulièrement dans les romances et qui, du coup, m'est littéralement familier. 

J'ai trouvé intéressante l'intrigue sur la famille de Katsuko. Je me suis sentie cependant un peu bête quand il a été question du métissage tant j'en avais une approche occidentale. Du coup, j'ai été assez effrayée du racisme qu'endure Kasuko alors que je ne pense pas que j'aurais repéré ses origines en la croisant dans la rue… J'ai trouvé ça d'autant plus choquant qu'elle le subit également dans son cercle familial. 

La romance entre Katsuko et Avery est plus classique, plus dynamique. Je l'ai trouvé très agréable à suivre même si elle est peu surprenante. La fin est sympathique et pleine de jolies promesses.

 

 

[les +] Trois histoires très différentes qui nous raconte plusieurs facettes du Japon.

[les -] Pas vraiment de surprise, une première nouvelle peu crédible.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.12 : Multicolore

Repost0
17 avril 2021 6 17 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

Angry God
All Saints High, tome 3

L.J. SHEN

Harlequin - 2021
544 pages

 

 

 

 

  

 

Au lycée, Vaughn fascine autant qu'il intimide. Beau comme un dieu, prodige de la sculpture, il a le cœur aussi froid que le marbre qu'il cisèle. Surtout, il est prêt à écraser tout obstacle dressé entre lui et la bourse qui lui permettra de partir en Angleterre pour se former auprès de son mentor. Quand cet obstacle prend les traits d'une concurrente au charme magnétique, fraîchement débarquée dans son lycée, Vaughn comprend qu'il va pouvoir joindre l'utile à l'agréable. Evincer la propre fille de son mentor promet d'être très satisfaisant…

Lenora déteste la jeunesse dorée futile qu'elle découvre à All Saints High. Le seule élève qui se distingue est le protégé de son père : Vaughn, un artiste sexy à s'en damner, dont l'ambition et le talent sont sans limites. La noirceur aussi. Mais Lenora connaît le secret qui a fait de lui ce prince sans cœur. Alors, même s'il se comporte en salaud quand il la croise au lycée ou dans l'atelier de son père, elle n'a pas peur de lui. D'un mot, elle peut briser sa fierté éclatante

 

 

Avant de me lancer dans la rédaction de mon avis sur Angry God, j'ai relu ce que j'avais écrit sur le tome précédent et j'ai été assez surprise de voir que celui-ci était globalement positif alors que le souvenir que j'en garde - des mois plus tard - est clairement négatif. Comme quoi, avec le temps, seuls les faits les plus marquants restent ce qui ne rend sûrement pas justice au livre en question…
Autant dire tout de suite que je n'étais pas dans les meilleures dispositions au moment de me lancer dans la lecture de Angry God : je redoutais l'ambiance malsaine de cette bande de copains et je ne m'étais pas trompée.

 

Ce qui m'a profondément dérangée dans Angry God, c'est la construction d'une relation amoureuse entre Vaughn et Lenny sur des bases malsaines. L'un et l'autre se détestent autant qu'ils s'attirent et ne peuvent s'empêcher de se faire du mal. Je ne vois pas comment cela peut marcher dans la vraie vie : quand une pomme est pourrie, elle ne peut redevenir saine. Pour moi, c'est pareil dans une relation : il y a des choses qui peuvent se comprendre, où l'on peut passer par-dessus, qui se pardonnent… mais la violence, non. Une fois qu'elle est là, le respect n'y est pas et ça, c'est la base de toute relation. 

Cela m'a d'autant plus dérangée qu'il y a beaucoup de violence sexuelle dans ce roman, qu'elle est normalisée et presque sublimée. Certains des actes décrits dans ce lycée sont clairement du registre de la contrainte sexuelle et rien n'est explicité dans ce sens. Pour moi, les auteurs ont un rôle important, surtout quand leurs livres peuvent s'adresser à des jeunes, dans la définition du bien et du mal. À mon sens, les livres comme Angry god, ont le même effet que du porno : ils ne montrent pas la réalité, oublient le respect nécessaire dans les relations amoureuses et ont leur propre conception du consentement sexuel. Bref, ils font passer pour normales des choses qui ne le sont pas et je trouve ça vraiment dangereux à l'âge où l'on se construit.

Outre ce point, la violence des différentes situations m'a dérangée. Dans cette histoire, je n'ai pas lu un seul moment de joie, notamment pendant l'année du lycée : il n'y a pas un seul éclat de rire, un moment de complicité entre copines ou entre sœurs. Rien. Juste du harcèlement scolaire qui va franchement loin puisque plusieurs scènes auraient pu conduire à un meutre : sérieusement ? Pour moi, cette histoire n'est vraiment pas crédible ni dans les évènements décrits ni dans la façon dont l'un des personnages se remet d'un traumatisme de l'enfance du jour au lendemain.

 

Franchement, je crois qu'il n'y a que Lenny qui m'a bien plu même si elle m'a beaucoup déçue par son comportement. J'ai aimé son caractère fonceur et sa capacité à agir même sous la peur. Par contre, cela m'a dérangée qu'elle accepte de faire autant de choses qui lui déplaisent pour donner le change et faire croire qu'elle garde la tête haute. Pour moi, dans plus d'une situation, elle aurait pu et eu les capacités de dire "non". Elle est décrite comme quelqu'un de forte mais au final, elle fait preuve de beaucoup de soumission au détriment du bonheur et ça m'a agacée. Tout comme sa proportion à se victimiser : quand elle fait volontairement quelque chose qui lui déplait pour ne pas être ridicule, elle accuse toujours quelqu'un d'autre alors qu'en disant "non" elle n'aurait pas eu à subir cela. Pour moi, elle a toujours eu le choix et oublie qu'elle-même a pris cette décision.

Je n'ai pas trop d'avis sur Vaughn : il est conforme à l'image que je me faisais du personnage. Clairement, une thérapie lui ferait le plus grand bien et je ne trouve pas ça honnête de l'auteure de faire croire qu'il peut changer du jour au lendemain. Clairement, Lenny ou pas, il a besoin d'être aidé par un professionnel.

 

Après cette lecture, je ne suis pas sûre d'avoir envie de découvrir les autres livres de l'auteure tant nos valeurs sont différentes, notamment sur tout ce qui touche les droits des femmes. Bon, clairement, étant du genre à donner sans cesse de nouvelles chances aux auteurs, l'on sait d'avance que je lirais d'autres de ses livres (au moins ceux qui sont déjà dans ma PAL). J'ai vraiment eu du mal à lire ce livre, ma lecture a été particulièrement difficile tant je râlais en lisant. Au final, je crois que ce qui me choque le plus, c'est de voir que la plupart des avis des lecteurs ne relèvent pas les mêmes points que moi et considère la relation entre Vaughn et Lenny "normale" et "belle"...

Un roman sans lumière.

 

 

[les +] Une romance atypique.

[les -] Beaucoup de violence banalisée, notamment sexuelle, ainsi que la banalisation de l'absence de consentement.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge gourmand #14 : Pâtes
Service presse - Harlequin

 

 

Du même auteur :

 All Saints High  tome 2 : Broken Knight

 

Repost0
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

 

 

 

Avec toi, dans les nuages
Fanny MYJANY

Harlequin - 2021
316 pages

 

 

 

 

 

 

Pour que Lucie se réveille seule un matin, dans un village perdu des Alpes, c'est assurément que quelque chose ne tourne pas rond. Et pour cause, son mari l'a quittée pour une autre femme, et elle a décidé de s'exiler quelques jours à la montagne, le temps de trouver un plan d'attaque. Du moins, c'est ce qui était prévu. Car, à peine installée, elle s'est laissée embarquer dans une séance de footing intensif avec la future équipe de France de football, venue s'entraîner dans la région. Et depuis, le regard vert émeraude de l'un de joueurs n'arrête pas de hanter ses nuits. Lucie sait pourtant qu'elle n'est pas ici pour se faire des amis ni tomber amoureuse. Et, si elle veut rester concentrée sur son objectif, elle a tout intérêt à ne pas succomber à la première distraction venue aussi séduisante soit-elle.

 

 

J'avais beau avoir lu son résumé quand j'ai téléchargé Avec toi, dans les nuages, je ne m'en souvenais pas du tout au moment de me lancer dans ma lecture… Avec un titre pareil, je m'attendais donc à de la romance un peu gnangnan mais j'ai vraiment été très agréablement surprise par ce livre de Fanny MYJANY.

 

J'ai trouvé l'ambiance de cette histoire criante de vérité : l'envie de ne pas voir ce qui est en train de se passer, de croire encore à cette histoire, d'oublier le mal pour retrouver le bonheur du départ… puis la solitude, aussi troublante que pesante. Les premiers chapitres sont assez lourds à lire tant Lucie nie l'évidence qu'elle n'a pas vue venir. Je me demande toujours comment certaines personnes n'arrivent pas à se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond dans leur relation et, le fait d'être dans la tête de Lucie n'a permis de comprendre un peu mieux ça. Clairement, quand on est dans une certaine routine, il est difficile de "sortir de l'éprouvette", de prendre du recul pour remettre les choses qui ne vont pas en question. Et cela doit être d'autant plus difficile quand on a besoin d'un cadre aussi carré et millimétré que celui que s'impose la jeune femme. J'ai également trouvé plutôt vrai la manière dont est abordée la séparation, entre regrets et jalousie, et ce, des deux côtés.

J'ai aimé voir sa sœur Chloé - très joli prénom ;D - la contraindre à se mettre au vert. Clairement, s'il y a bien un endroit où l'on n'imagine pas cette citadine incapable de se poser et d'arrêter de réfléchir, c'est la montagne. Alors, une petite maison dans un hameau coincé en haut des Alpes avec une voisine exubérante ? C'est totalement improbable ! Et malgré son envie de faire immédiatement demi-tour, elle va rester et apprendre à profiter du bonheur des moments simples. J'ai aimé ses discussions tantôt improbables tantôt émouvantes avec Eva, ses rencontres troublantes et touchantes avec son bel inconnu et le fait de se perdre avec elle à regarder les nuages dans le ciel sans voir le temps passer. l'ambiance est douce, indolente et nous invite à nous poser et nous reposer.

J'ai aimé la rencontre de Lucie avec Maxime, aussi séduisante qu'agaçante. Le jeune homme n'est pas vraiment ce qu'on attendait pour Lucie, mais, ils matchent à merveille et leurs différences sont mignonnes. Ce que j'ai le plus aimé dans tout ça, c'est la douceur de leur rencontre et leur romance qu'il n'en est pas vraiment une. J'ai aimé le respect, l'attente et la tendresse de leurs regards ainsi que leur intimité pudique. A part un ou deux baisers, il ne se passe pas grand chose et j'ai adoré ça : c'est aussi mignon que reposant.

La conclusion est très jolie. J'ai aimé les revirements de situation que l'on y découvre et les prémices de la nouvelle vie de Lucie. Pour tout dire, je quitte la jeune femme avec un immense sourire aux lèvres !

 

Lucie m'a  beaucoup plus et j'ai apprécié la voir se tenter à l'exercice difficile du lâcher prise. je ne pense pas que l'on se ressemble beaucoup mais, comme beaucoup de femmes, je suis dans le contrôle. j'aime les emplois du temps chargé et les to-do list. Bon, par contre, je ne suis clairement pas une fée du logis maniaque et je ne penserai pas à emmener des torchons sur mon lieu de vacances… Ces petits côtés où je me suis identifiée m'ont permis d'entrer davantage dans cette histoire et de prendre quelques bons conseils au passage. 

Eva m'a beaucoup touchée. Cette voisine venue d'une autre planète, au langage bien fleuri m'a souvent fait passer du rire aux larmes. J'ai aimé la justesse de ses mots et l'émotion qu'elle tente de nous cacher sans réellement y parvenir.

Maxime m'a également plu. Clairement, ce n'est pas le genre de héros de roman qui me fait craquer mais j'ai aimé sa bienveillance et son regard chaleureux. Ça m'a également plu qu'il soit beaucoup plus jeune que Lucie : cela change des romances classiques et ça ne fait pas de mal ! C'est ça aussi la vraie vie : l'amour n'a pas d'âge ;D

 

C'était donc la première fois que je découvrais l'univers de Fanny MYJANY et j'ai passé un très bon moment. J'ai vraiment aimé la douceur de sa narration qui nous invite à prendre le temps et profiter des jolies choses de la vie. Ce livre est clairement un bonheur simple, une invitation à prendre un bon thé sous un plaid doudou au coin de la cheminée.

Une lecture douce.

 

 

[les +] Une romance douce et reposante, des personnages crédibles et sympathique.

[les -] Sans réelle surprise.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Service presse - Harlequin

Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 05:00

 

 

  

 

 

À la poursuite de Zoé
Nick ALEXANDER

Amazon crossing - 2020
ebook - epub - 351 pages

 


 

 

 

 

Sept ans après la disparition de sa sœur, Jude se lance à sa recherche. Son but : réunir sa famille brisée et comprendre pourquoi Zoé est partie sans laisser de traces. Pour cela, il doit découvrir ce qu'il s'est passé lorsqu'ils étaient enfants, ce jour où tout a basc.ulé.

C'était une belle journée, la première depuis le divorce de leurs parents. Alors qu'elle venait de faire un tour de manège à la fête foraine avec lui, Zoé a brusquement cessé d'adresser la parole au nouveau compagnon de leur mère. Bien que très amoureuse de cet homme, le soupçon a envahi Mandy et la famille n'a pas tardé à voler en éclats.

Aujourd'hui, Jude est prêt à tout pour retrouver sa sœur, mais il sait que leur avenir dépend de la vérité sur ce mystère. Dans une famille rongée par un secret enfoui depuis des années, les blessures peuvent-elles guérir un jour ?

 

 

Clairement, je ne savais pas trop à quoi m'attendre en me lançant dans cette lecture. Ou, plutôt, j'étais totalement à côté de la plaque ! Avec ce titre, je m'attendais à découvrir un thriller mais j'étais assez loin du compte même si quelques ficelles du genre sont belle et bien présentes dans À la poursuite de Zoé. Au final, je ne saurais dans quoi ranger ce livre mais j'en ai apprécié l'enquête et les questions qu'il nous fait nous poser.

 

J'ai trouvé l'ambiance de ce livre assez étrange :  sans être pour autant étouffante, elle m'a mis mal à l'aise. Il y a beaucoup de silences et d'incompréhensions entre les personnages et cela donne une atmosphère assez lourde. Je ne savais pas trop où me mettre tant les points de vue divergent et nous empêche donc de se faire notre propre idée des évènements. Clairement, ce n'est qu'en rencontrant Zoé (et encore !) que l'on arrive à avoir un peu plus de clarté sur tout ça. 

Je pense également que l'environnement y est beaucoup dans cette ambiance dérangeante. En cherchant sa sœur, Jude et sa copine Jessica, nous entraînent dans des endroits peu reluisants et à la rencontre de personnes mal-en-point. Clairement, je ne suis pas à l'aise avec les témoins du passage de Zoé que l'on rencontre : ces personnes sont trop éloignées de mon mode de vie pour que je puisse m'identifier à elles et certains aspects de leur vie me font un peu peur. Sans compter que Jude, avec l'abandon de sa sœur, a développé quelques troubles psychologiques. Je sais que dans la vraie vie, les "gens normaux" n'existent pas, mais là, ça fait beaucoup trop de personnages avec des problèmes pour moi.

De même, je pense que la multitude des combats perçue dans ce livre joue également sur cette étrange atmosphère : LGBT, cause animale, racisme, droit des enfants... Tous sont importants, tous sont intéressants mais tous ensemble, cela donne une impression combative presque agressive au roman. Sans compter que Jude, Zoé et Scott ont beaucoup de colère en eux ce qui a sans doute accentué ce trait.

J'ai vraiment ressenti ce malaise assez profondément en moi et c'est pour ça que j'insiste tant sur cette facette du roman... Et pourtant, je n'imagine pas cette histoire sans cet aspect : au vu des choses qui y sont décrites, cela ne pourrait être autrement. C'est plutôt logique et crédible : quand on fugue à 16 ans, on n'a pas de ressources. Après, j'imagine que c'est également culturel : je peux imaginer ce que je ne connais pas, mais l'inconnu reste toujours inquiétant.

 

Cependant, j'ai bien aimé cette course poursuite à la recherche de cette sœur perdue et de sa vérité. J'ai trouvé intéressant la façon dont Jude et Jessica arrivent à remonter jusqu'à elle, même si je déplore que Jessica ait dû renoncer à une de ses valeurs pour le faire (encore un point malaisant !).

J'ai vraiment apprécié partir à la rencontre de Mandy - la maman. J'ai pleinement apprécié ses interrogations que j'ai trouvé très crédibles. La place dans laquelle est s'est retrouvée n'était clairement pas facile et je ne vois pas comment cela aurait pu bien se terminer. Au vu des doutes distillés et en l'absence de dialogue, il était impossible d'avoir une relation saine avec Zoé ou Scott. Pour le coup, je suis très heureuse pour Mandy que la fin ait des airs d'Happy End ;)

 

Autant, j'ai beaucoup apprécié Mandy et sa franchise, autant ses enfants m'ont mise assez mal à l'aise. Zoé et Jude ont quelque chose de cassé en eux et ont des comportements renfermés et somatisés. Du coup, je n'ai pas réussi à m'identifier à eux ce qui a assez pesé sur ma lecture. D'autant plus que Jude souffle le chaud et le froid et que cette instabilité à encore joué sur le malaise ressenti.

Comme beaucoup de lecteurs, j'ai apprécié la jovialité et l'assurance qui émane de Scott même si ses potentiels travers nous le font voir d'un œil méfiant. Bien que j'ai éprouvé de la sympathie pour lui, je ne pouvais m'empêcher de penser que le diable savait lui-aussi être très séduisant...

 

Malgré le fait que j'ai plusieurs livres d'elle dans ma bibliothèque, c'était la première fois que je lisais un roman de Nick ALEXANDER. Et j'ai plutôt passé un bon moment avec ce livre, notamment grace aux moments partagés avec Mandy. J'ai beaucoup apprécié le discours à deux voix : celle de Jude pour le présent, celle de Mandy pour le passé. Les deux se complètent et nous permettent de nous faire ressenti la disparition de Zoé sous plusieurs aspects. J'ai aimé son écriture fluide, la façon dont elle dévoile les ressentis de chacun et le mystère qu'elle fait durer jusqu'au bout. Je suis curieuse de sortir Quand on a que l'amour et Les Fjords de Santorin de ma PAL ;)

Une lecture différente et agréable.

  

 

[les +] Une histoire originale et crédible.
[les -] Des personnages un peu trop cabossé et trop d'inconnu pour me sentir parfaitement à l'aise.

 

 

Lu dans le cadre de :

     

Challenge Gourmand #12 - Cocktail

Challenge gourmand #14 : Pâtes

 

 

Du même auteur :

Quand on n'a que l'amour

Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

 

 

High School Bad Boy
Julie PERRY

Harlequin - 2021
310 pages

 

 

 

 

 

 

 

Il ne lui attirera que des ennuis mais il en faudra plus pour la faire fuir.

Hope n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Et ça ne risque pas de changer, même si elle est la petite nouvelle du lycée Archer. Après tout, elle n'y peut rien si Jace, ce mec canon dont le corps tatoué fait rêver tout le campus, s'intéresse à elle. Alors pas question d'ignorer ses regards en coin uniquement pour satisfaire celles qui la jalousent. Et tant pis si elle devient la cible numéro un de leurs coups bas, ça ne lui fait pas peur Non, la seule chose qui pourrait l'éloigner de Jace, c'est cette part d'ombre. Celle qu'il tente de dissimuler aux autres, mais qui ne lui a pas échappé à elle. Hope sait que se rapprocher d'un bad boy pourrait être un jeu dangereux, mais elle est prête à prendre le risque. Quelles que soient les conséquences

 

 

J'avais un petit peu peur en me lançant dans ce roman. Après avoir lu son résumé, j'avais longtemps hésité avant de le télécharger  : aujourd'hui, je trouve que la romance qui s'adresse aux jeunes met souvent en avant des histoires malsaines et ça me dérange profondément. Alors, face à un sombre personnage comme Jace, j'étais inquiète de me lancer dans une histoire qui me déplaise…

 

Mais pas du tout ! Je suis rapidement entrée dans ce livre et ai beaucoup apprécié partir à la rencontre de Hope. Je trouve que l'on a beaucoup à apprendre de son courage et de sa force face à son quotidien difficile à gérer. Clairement, c'est une battante et ça fait du bien d'avoir des héroïnes comme elle à qui s'identifier.

J'ai aimé la façon dont le harcèlement scolaire est abordé même si je trouve que cela va bien trop loin dans cette histoire. J'ai parfaitement conscience que dans la vraie vie cela peut aller beaucoup plus loin mais cela m'a beaucoup dérangée que les adultes présents dans cette histoire ne fassent rien pour aider Hope. Sans être particulièrement attentifs aux histoires qui se déroulent à la Archer High School, il est évident que Hope subit bien plus que des brimades.

De même, autre que cet harcèlement, je n'ai pas particulièrement trouvé ce roman très crédible. L'indépendance qui est laissé à ces jeunes me surprend : concrètement, à leur âge, je n'avais pas le droit de faire le tiers des choses qu'ils font ! Cela dit, j'ai parfaitement conscience de faire partie d'une autre génération (déjà ?! - Mon cheveu blanc le confirme) et que cela se passe aux Etats-Unis. Dans High School Bad Bod je retrouve les signes des séries américaines qui sont à des années lumières de ma réalité, ne me permettant pas vraiment de me projeter dedans.

J'avais peur de me retrouver face à une histoire malsaine mais ce n'est finalement pas le cas entre Jace et Hope. Ils veulent le meilleur pour l'un et pour l'autre et prennent soin d'eux : j'aime ce genre d'histoire où, même si les personnages ne sont pas des anges, ils sont respectueux. Bon, par contre, je ne pourrais pas en dire autant du triangle amoureux et du too much sex qui m'ont un peu agacée : prendre son temps, c'est bien aussi.

La conclusion m'a bien plu : avec un environnement pareil, il était impossible de faire l'impasse sur l'épilogue. L'ironie de celui-ci m'a amusée ;)

 

Comme je le disais plus haut, Hope m'a bien plu. J'ai aimé son dynamisme et son envie de s'en sortir. Elle n'a pas forcément eu les bonnes cartes en main à la naissance mais elle se bat pour que cela change et cela force le respect. J'ai également aimé son stoïcisme face aux insultes et sa détermination à donner le meilleur d'elle-même pour offrir un foyer chaleureux à sa petite soeur.

Jace m'a globalement surprise. Il n'est pas aussi bad boy que ce à quoi je m'attendais. Certes, il a fait des mauvais choix et reste assez instable mais il a un bon fond et se révèle plutôt touchant.

 

C'était la première fois que je découvrais l'univers de Julie PERRY et je l'ai globalement apprécié. Il faut dire aussi que je partais avec beaucoup d'apriori et qu'ils se sont envolés au fur et à mesure que je tournais les pages du roman. J'ai aimé la dynamique de ses mots et les bonnes leçons à tirer des différentes situations dans lesquelles se retrouve Hope. Par contre, j'ai trouvé que la narration était par moment trop rapide, révélant trop vite certaines situations ou m'empêchant d'en comprendre clairement d'autres.

A côté de mes aprioris (et tant mieux !).

 

 

[les +] Loin de mes aprioris, une relation amoureuse respectueuse et bienveillante.
[les -] Un peu cliché.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge gourmand #14 : Pâtes
Service presse - Harlequin

Repost0
13 avril 2021 2 13 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

 

The Secrets Between Us
Jessica URBAN

Harlequin - 2021
586 pages

 

 

 

 

  

 

Leur amour sera-t-il plus fort que les secrets ?

Haïvy a perdu tous ses repères. À cause de l'assassinat de son père, elle et sa famille, placées sous protection, ont été contraintes de déménager et de s'installer à Hawaï. Nouveau lycée, nouvelle identité : ici, il faut tout recommencer et surtout, éviter de se faire remarquer. Alors ce n'était peut-être pas une très bonne idée de se rapprocher du pôle Espoir, ce groupe de surfeurs sans limite dont le leader, Zack, attire tous les regards. À l'évidence, ce brun ténébreux aux tatouages énigmatiques ne la laisse pas indifférente, et lui résister devient de plus en plus difficile. Or, avec le danger qui guette, Haïvy sait qu'elle ne doit en aucun cas baisser la garde. Et elle a bien peur que Zack lui fasse perdre le contrôle

 

 

Je dois dire que j'ai été un peu effrayée en constatant les 500 pages de cette romance. C'est beaucoup pour le genre où les histoires présentent souvent des similitudes entre elles et j'ai eu peur de m'ennuyer ou de tourner en rond avec cette histoire. Au final, j'ai passé un très bon moment.

 

Malgré le temps qui passe, j'aime toujours autant les romances adolescentes. J'imagine qu'à l'aube de la trentaine, elles me donnent l'illusion que mes années lycée ne sont pas si loin (#utopie). J'aime la fraîcheur qui s'en dégage et la liberté donnée par les problèmes d'adulte qui ne sont pas encore là.

Dans le cas de The Secrets Between Us, j'ai particulièrement apprécié la romance entre Haïvy et Zach. Même si ce dernier est présenté comme un bad boy et est assez lunatique, il fait preuve de beaucoup de respect à l'encontre de Haïvy. Ce n'est pas franchement un détail, c'est même carrément normal, mais ça fait du bien aujourd'hui où la Dark Romance adolescente à tendance à montrer un autre visage des relations amoureuses.

J'ai également beaucoup aimé les interactions entre la petite bande de copains et leur amitié franche. Chacun d'entre eux peut faire des erreurs, ils sont clairement là pour se montrer le bon chemin et avancer ensemble. J'ai aimé leurs moments de bonheur et leurs éclats de rire mais, plus que tout, j'ai apprécié leur capacité à s'excuser et à se pardonner. Cela dit, j'ai été étonnée de la liberté qui leur est laissée : à leur âge, je devais demander l'autorisation à mes parents rien que pour me rendre au cinéma avec mes copines le mercredi après-midi ;)

J'ai été moins touchée par le cadre de l'histoire qui, bien qu'il reste crédible, aurait pu être mieux exploité à mon sens. Tous les éléments sont là depuis le début mais ne sont pas vraiment présents dans l'histoire, du coup, les complications qui leur sont liées arrivent un peu comme un cheveu dans la soupe et avec leur gros sabots. ces éléments restent sympa' mais ont manqué de finesse à mon goût. Peut-être est-ce également une histoire de tempo ? La romance étant lente à s'installer, quand le passé d'Haïvy surgit enfin au deux-tiers du livre, je ne l'attendais plus… Ces éléments étant précisés dès les premières pages du premier chapitre, j'étais peut-être également trop impatiente de découvrir comment cela allait jouer dans cette histoire ;)

J'ai beaucoup aimé l'épilogue. il est, certes, totalement prévisible mais c'était vraiment ce que j'avais envie de lire. Après tout, une promesse est une promesse !

 

Haïvy m'a beaucoup plu : j'ai aimé le fait qu'elle fasse preuve de douceur et de compassion sans pour autant se laisser marcher sur les pieds. C'est le genre de personnage où l'on s'identifie facilement et où l'on reconnait aussi beaucoup de nos amies. J'ai également aimé son sang-froid et le soutien qu'elle apporte à sa soeur et à sa maman.

Zach m'a touchée : sous sa carapace de bad boy, l'on sent immédiatement le bon garçon qui se cache dessous. J'ai aimé voir Haïvy gratter la surface et découvrir le vrai Zach. J'ai également aimé sa relation tumultueuse (mais bienveillante) avec son père et avec sa belle-mère. Mais surtout, j'ai été impressionnée par la discipline qu'il s'impose pour se donner une chance de réaliser ses rêves.

Comme je le disais plus haut, la bande de copains m'a également plu : Kate et Mia m'ont beaucoup amusée et apportent beaucoup de fraîcheur à cette histoire. Le trio avec Haïvy et leur discussion entre filles m'ont rappelé de bons souvenirs. James, Aaron et Tyler apportent également une petite touche à cette histoire même si elle est plus discrète : malgré leurs bêtises, je les vois comme les phares qui guident les marins la nuit pour Zach.

 

C'était la première fois que je lisais un livre de Jessica URBAN et j'ai passé un très bon moment. j'ai trouvé son écriture douce et pétillante et ai apprécié les différents points un peu plus originaux glissés tout au long de sa romance. J'ai été un peu moins sensible au rythme de l'histoire. Comme je le disais plus haut, je l'ai trouvé un peu trop lent à mon goût et j'ai trouvé que les évènements annoncés au début du livre mettaient beaucoup trop de temps à arriver.
Une jolie découverte.


 

 

[les +] Une jolie romance, de la bienveillance, un cadre atypique.
[les -] Un tempo un peu en décalage par rapport à ce que je souhaitais.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Service presse - Harlequin

Repost0
8 avril 2021 4 08 /04 /avril /2021 05:00

 

 

 

 

 

 

L'amour comme châtiment

Alice DELANGE

Harlequin - 2020
E-book - epub - 248 pages

 

 

 

 

 

 

Et si l'amour était la meilleure des vengeances ?

Après des années de dur labeur pour devenir un homme riche et puissant, Christopher Douglas tient enfin l'occasion de se venger. Se venger d'Isabelle Matthews, celle qui l'a trahi il y a des années, faisant de son enfance un enfer. car, aujourd'hui, Isabelle a perdu le rang qu'elle avait à l'époque : elle est devenue une esclave, son esclave. Et même si elle a désormais l'apparence d'une frêle et douce jeune femme, Christopher lui, connaît sa vraie nature et, cette fois-ci, il ne se laissera pas leurrer. S'il l'a retrouvée, c'est pour une seule et unique raison : lui faire vivre le même enfer.

 

Il est rare que je prenne totalement en grippe un bouquin. L'amour comme châtiment a réussi cet "exploit". Je sais qu'il y a un contexte histoire à prendre en compte mais, clairement, ce livre est parfaitement antagoniste à mes valeurs.

 

Déjà, parce que la romance entre Isabelle et Christopher est construite sur un départ malsain. Comme vous le savez - si vous me suivez depuis un petit moment -, je suis intimement persuadée qu'on ne construit par quelque chose de sain et stable si les bases sont pourries. Dans toute relation, quand il y a eu un manque de respect, quelque chose est cassé : la limite a été dépassée et il n'en devient que plus facile de la refranchir à nouveau. Certes, le pardon est un chouette truc, aussi beau que parfois nécessaire, mais certaines choses ne peuvent être pardonnées sans que l'autre prenne le dessus. Et pour avoir une relation saine, il faut que les deux personnes soient au même niveau… Clairement, ce n'est pas le cas entre Isabelle et Christopher, d'autant plus que ce dernier cherche explicitement à lui faire du mal et profite pleinement du pouvoir qu'il peut avoir sur elle. Je ne dis pas que le vrai amour ne connait pas de bas, juste que là, ça va beaucoup trop loin.

Et plus que tout, j'ai vraiment été dérangée par la culture du viol qui parait entre ces pages. Plusieurs passages de cette romance mettent en avant des viols et je trouve que ces scènes sont affreusement banalisées par la narration. Certes, c'est une autre époque, mais un livre est également fait pour éduquer et il me semble important que l'auteur puisse laisser paraitre - notamment pour ouvrir les yeux des plus jeunes lecteurs - que ce genre de relation est anormale. Ce qui n'est pas du tout le cas ici. J'ai vraiment été gênée par le fait qu'après ces actes, la victime réagisse comme si cela était normal ce qui, à mon sens, peut faire culpabiliser les victimes de ce genre d'attouchements qui pourraient lire ce livre et les empêcher de comprendre la gravité de ce qui leur est arriver.

Du fait de ces points négatifs ma lecture n'a vraiment pas été agréable. Clairement, j'ai fini ce livre vraiment pour le finir et non par plaisir. Ces éléments étant excessivement présents tout au long de la lecture, ils m'ont vraiment empêchés d'apprécier le reste de ma lecture.

 

Isabelle m'a touchée par la sollicitude qu'elle fait envers son entourage : elle a vraiment le cœur sur la main et à tendance à s'oublier au passage. On comprend tout de suite qu'elle a été écrasée tout au long de sa vie mais son positionnement systématique en tant que victime m'a vraiment agacée. Je trouve difficile de s'identifier à ce genre de personnages qui pardonnent tellement tout qu'ils se font eux-mêmes du mal.

J'ai également été déçue par le personnage de Christopher. Clairement, on sent que c'est un bon garçon et j'ai trouvé nul les actes auxquels il s'abaisse pour se venger. Je trouve que l'auteure ne lui rend pas justice alors qu'il a l'intelligence émotionnelle et toutes les clefs pour comprendre la vérité sur son enfance sans s'en prendre à Isabelle.

 

C'était la première fois que je lisais un roman d'Alice DELANGE et je ne suis pas certaine d'avoir envie de retenter l'expérience tant celui-ci est à l'encontre de mes valeurs. Certes l'écriture de l'auteure est fluide et agréable, l'histoire riche en rebondissements, mais je ne tiens pas à relire une histoire semblable à celle-ci.

Des valeurs à l'encontre des miennes.

 

 

[les +] Une narration fluide et plutôt agréable.

[les -] Des bases malsaines à la romance, une culture du viol très présente, des valeurs à des années lumières des miennes.

 

 

Lu dans le cadre de : 

 

 

Service presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #4.11 : Blanc

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs