Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/81/81407/couv64232944.jpgAllison. Brynn. Charm. Claire. Quatre femmes prisonnières d’un secret qui pourrait les détruire… et dont un petit garçon est la clé. Allison garde depuis cinq ans le silence sur le triste drame qu’elle a vécu adolescente et qui l’a conduite en prison pour infanticide. Brynn sait tout ce qui s’est passé cette nuit-là. Mais elle s’est murée dans l’oubli pour ne pas sombrer dans la folie. Charm a fait ce qu’elle a pu, bien sûr, pourtant elle a dû renoncer à son rêve et se taire. Alors elle veille en secret sur son petit ange. Claire vit loin du passé pour tenter de bâtir son avenir avec ceux qui comptent pour elle. Et elle gardera tous les secrets pour protéger le petit être qu’elle aime plus que tout au monde. Quatre femmes réfugiées dans le silence, détenant chacune la pièce d’un sombre puzzle.

 

 

 

Le temps que je reçoive ce livre (je l'ai tout de même attendu quatre mois !), j'ai eu le temps de lire de très très bonnes chroniques sur ce livre qui m'ont toutes données très envie de le découvrir. Pour le coup, j'ai fait un peu durer le plaisir, mais ça en fallait la peine : ce livre mérite réellement les remarques élogieuses qu'on trouve sur le net !

 

Je pense que son principal atout est son ambiance : les personnages sont globalement tous chaleureux et sympathiques et pourtant, il plane autour d'eux une ombre. C'est comme si on était dans un brouillard. J'ai beaucoup aimé le fait d'avancer dans l'histoire sans pouvoir savoir ce qu'il allait ensuite se passer. Ce brouillard s'amincie au fur et à mesure mais même quand on croit enfin avoir réussit à tout deviner des évènements passés, on se rend compte qu'on est encore très loin de la vérité. J'ai adoré ça ! Ça pousse le lecteur à tout remettre en question, j'ai trouvé ça très agréable.

 

L'autre point qui m'a beaucoup plu c'est l'image que nous donne Heather Gudenkauf de ses personnages et notamment d'Allison : on fait sa connaissance quand elle sort de prison et plus l'on avance dans l'histoire plus on comprend qu'elle a commis une chose affreuse. Et pourtant, durant toute ma lecture, elle m'a été très sympathique malgré l'horreur de sa faute. J'ai beaucoup aimé son caractère combatif et sa volonté de faire changer les choses.

Il en va de même pour Charm et Claire même si ces deux jeunes femmes sont loin d'avoir le passé d'Allison. Sans compter qu'elles ont chacune cette sorte de fêlure en elles qui les rendent réellement attachante. Le passé n'a pas été tendre avec ces deux femmes mais elles ont su s'en sortir : je pense qu'on ne peut qu'être admirative de leurs actes.

Brynn par contre est très différente. On la sent totalement anéantie de ce qui a envoyé sa soeur en prison (Allison). On sent qu'elle n'arrive pas à s'en remettre et qu'elle est lasse de se battre contre les préjugés et de ce que les gens tentent de faire d'elle. Personnellement, j'ai eu du mal à l'aborder et à comprendre qui elle était vraiment : elle est tellement fuyante !

 

Heather Gudenkauf à une écriture très agréable : on se laisse facilement porter par son histoire en oubliant tout ce qu'il nous entoure. Un peu comme si on était dans un cocon et que tout ce qui nous entoure n'avait plus d'importance...

L'écho des silences est vraiment un livre qui se dévore !

 

 

Merci beaucoup à Maud et aux Editions Harlequin de m'avoir permis de découvrir L'écho des silences et leur collection MOSAIC :)

Repost0
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/84/84534/couv54227420.jpgStupéfiant d'acuité et d'imagination, un roman coup de poing, porté par une plume corrosive et un humour mordant. Qualifiée par la critique de Bûcher des vanités pour le XXIe siècle, une oeuvre engagée, une radiographie lucide et féroce de nos sociétés paranoïaques, gangrenées par l'indifférence, l'incompréhension et le repli sur soi. Quand elle était jeune fille au Mexique, Araceli Ramirez voulait être une artiste. Au lieu de ça, la voici cuisinière dans la luxueuse villa de bobos californiens. Cuisinière, mais aussi femme de ménage et baby-sitter ! C'est que la crise est passée par là, forçant les Torres-Thompson à dire adios à leur bataillon de domestiques latinos. Aujourd'hui justement, Araceli est inquiète. Cela fait maintenant quatre jours qu'el senor et la senora ont quitté la maison après une dispute, la laissant seule avec les deux petits garçons. Que faire ? Prendre son courage à deux mains et tenter l'aventure dans la jungle de Los Angeles, à la recherche d'un hypothétique grand-père dont elle ignore jusqu'à l'adresse. Mais l'expédition tourne au cauchemar. Perdue dans une ville hostile, accusée de kidnapping par des parents fautifs et affilés, Araceli va découvrir le sort cruel réservé aux barbares, ceux qui ont eu le tort de croire à l'American dream...

 

 

J'étais très curieuse de découvrir si ce livre était aussi crédible et terrible que ce que semblait présager son résumé. Pour le coup, je ne suis vraiment pas déçue : c'est exactement ça ! Ce livre est terriblement réaliste : en le lisant, je n'ai pas douté un seul instant qu'il pourrait s'agir d'une histoire vraie.

D'autant plus que j'ai passé vraiment un très bon moment avec ce livre que j'ai tout simplement dévoré : je ne suis vraiment pas passée loin du coup de coeur.

 

En fait, la seule chose qui m'a dérangée dans ce livre, c'est que culturellement parlant, je n'ai pas réussi à me projeter dans ce livre. On a beau dire de plus en plus le contraire, la culture européenne est encore loin de la culture américaine. Et encore plus de la culture latino-américaine. Du coup, je n'ai pas vraiment eu de repères dans ce livre. Ça ne m'a pas dérangée pendant ma lecture, ni même freinée, mais je pense que j'aurais encore plus apprécié ce livre si j'avais eu ces repères. Rien de grave en soit, c'est juste que ma vie est exactement l'opposée de celles que l'on découvre dans Printemps barbare.

Cela dit, j'ai vraiment passé un très bon moment avec ce livre. Je pense que c'est principalement du au fait que l'on ne peut pas ne pas croire à cette histoire : des parents qui n'agissent pas en tant que tels et finissant par accuser la seule personne ayant agit comme ils auraient du le faire, on en entend régulièrement parler dans les faits divers.

D'autant plus que j'ai vraiment adoré le côté "porte parole" d'Araceli : avec le battage médiatique, elle se retrouve projeté dans une spirale qu'on aurait difficilement imaginé.

 

J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le personnage de la jeune femme : elle ne mène pas la vie qu'elle aurait rêvé, mais elle s'en contente très bien, essayant de toujours faire les choses au mieux. J'ai beaucoup aimé son caractère fort et le fait qu'elle ne parrait pas toujours sympathique.

Les deux petits garçons m'ont également bien plu. Et j'ai apprécié avoir la version des parents dans ce roman à plusieurs voix.

 

Héctor Tobar à une écriture très intéressante qui m'a beaucoup plu : il raconte simplement son histoire, sans en faire des tonnes, et ça marche ! C'est exactement le genre d'écriture sans fioriture que j'apprécie pour ce genre d'histoire terriblement crédible.

Printemps barbare est vraiment un très beau livre.

 

 

Un grand merci à Jérémy et  aux éditions http://1.bp.blogspot.com/-b1lEBpLJeuw/TbqSmmaK-BI/AAAAAAAACDU/bkoxvURa_gE/s1600/logo_belfond_en_rouge_bigger.jpg de m'avoir permis de découvrir Printemps barbare.

Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/86/86901/couv73437744.jpgA la fois livre de recettes, livre de jardinage, et recueil de conseils divers, "Fauchée comme les blés" est le témoignage d'une mère de famille, qui livre avec gaieté et bon sens ses astuces pour préserver le budget familial.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'étais très curieuse de découvrir cette nouvelle publication de La planète des couleurs d'autant plus qu'habituellement ce n'est pas du tout le genre de lecture que j'apprécie : trop directif, trop imprécis et souvent infaisable. Il faut dire aussi que je n'en ai pas vraiment le besoin non plus.

Mais bon, commençant à avoir un bon aperçu de la maison d'édition, je me doutais que Fauchée comme les blés ne sera pas un pratique comme les autres. Et, après lecture, je ne peux que le confirmer !

 

Honnêtement, je ne me sens pas concernée pas ce livre. Du moins pas encore : je n'ai pas encore à me préoccuper de budget et étant assez radine... je suis assez douée pour accumuler les noisettes. Cependant, je ne doute absolument pas que certains des conseils de Petitesoeur me serviront un jour.

J'ai notamment beaucoup apprécié le fait qu'ils soient plein de bon sens mais que ce n'est pas pour autant que tous le monde fait : pour avoir travaillé plusieurs étés en banques, je sais que rares sont ceux qui sont toujours dans le rouge et qui prennent d'eux-mêmes un rendez-vous avez leur banquier....

De la même façon, ils sont pertinents (aller à pied à l'école d'à côté au lieu de prendre la voiture) et certainement pas insurmontables (faire une listes de courses et s'y tenir).

 

De plus, j'ai beaucoup apprécié la narration de Petitesoeur : ce sont vraiment des conseils qu'elle nous donne. D'autant plus qu'elle s'en sert tout les jours et qu'ils marchent pour elle. J'ai beaucoup apprécié la simplicité de ses conseils et de son écriture : c'est très chaleureux. D'autant plus qu'elle ne se place pas en gourou de la finance !

Par contre, personnellement, j'avouerai avoir du mal à me passer du lave-vaisselle... De la même façon, même si c'est vrai que couper les aliments en petits morceaux réduit le temps de cuisson, ça m'étonnerait que je le fasse un jour : dans le cadre de mes études, ça serait un peu "faites ce que je dis, pas que je fais" ! Je m'explique : si on ne garde pas l'eau de cuisson, ça revient à jeter tous les nutriments et vitamines des aliments à cause de la diffusion (autrement dit, quand on met une carotte dans l'eau, les vitamines sortent de la carotte pour aller dans l'eau). Mais bon, je m'égare.

Bref, à part ces deux petits points, je suis sure que je suivrais un jour les conseils de Petitesoeur !

Fauchée comme les blés regorge de très bons conseils faciles à suivre.

 

 

Un très grand merci à Petitesoeur Typy Zoberman des éditions La planète des couleurs pour m'avoir permis de découvrir Fauchée comme les blés.http://www.la-planete-des-couleurs.fr/img/logo.jpg

N'hésitez pas à visiter le site et découvrir les belles valeurs qu'elles défendent !

 

 

 

Du même auteur :

Créer sans dépenser Je cuisine mes restes

Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/84/84631/couv566797.jpgIl aurait suffi qu’elle tourne la tête… Elle aurait alors aperçu, dans une voiture, sa petite fille qui luttait pour échapper à son ravisseur. Mais Hope n’a rien vu de tout cela car elle ne pensait qu’à une chose : rentrer à la maison où, pensait-elle, l’attendait son petit ange.

La juge aux affaires familiales Hope Willis de White Plains n’a désormais plus qu’une raison de vivre : retrouver sa fille Krissy, cinq ans, qui vient d’être enlevée. Aussi, luttant contre le désespoir et refusant d’envisager le pire, elle décide de faire appel à la profileur Casey Woods et à son équipe peu conventionnelle de détectives, les Forensic Instincts – des enquêteurs privés réputés pour leur ténacité et leurs succès dans des affaires particulièrement délicates.
Très vite, alors que des secrets du passé refont surface, Hope comprend que le temps est compté et que le sort de Krissy se joue sans doute à très peu de choses. A un détail jusqu’alors passé inaperçu, au passé trouble de sa propre famille… Quoiqu’il en soit elle va la retrouver, dût-elle pour cela tout perdre et affronter l’inconcevable.

 

 

J'avais totalement craqué sur son résumé et sa couverture et je dois dire que la lecture est à la hauteur de mes espérances même si j'ai trouvé que la résolution de l'histoire était un peu trop évidente.

Pour autant, c'est vraiment une lecture agréable et j'ai passé un très bon moment.

 

Assez bizarrement, je n'ai pas trouvé les personnages très sympathiques : l'univers est froid et les évènements sont inquiétants, alors forcément, on ne les voit pas sous leur meilleur jour.

Je ne me suis réellement attachée qu'à la petite Felicity et à Krissy. Toutes deux sont petites, seules et ne comprennent pas ce qu'il se passe. Alors, forcément, l'on a tout de suite envie de les protéger.

Les différents membres des forces de l'ordre ne m'ont pas touchée : ils sont forts, sont quasiment invincibles et n'ont visiblement besoin de personne et surtout pas de nous, le lecteur, pour faire leur job. Alors forcément, ils ne sont pas vraiment chaleureux, d'autant plus que l'on ne les connaît que par leur travail (sauf pour Casey). Ils ne mettent pas mal à l'aise, c'est juste qu'ils vivent leur vie. Pour autant, Casey et son équipe m'ont bien plu : ils sont très différents les uns des autres et ont vraiment de la suite dans les idées.

L'autre personnage qui m'a touché c'est le coupable par son histoire personnelle. Mais bon, je vous laisse découvrir ça par vous même.

 

Par contre, je dois dire que je n'ai pas eu le moindre doute sur l'identité de celui-ci, mais vraiment aucuns. A peine j'avais fini les deux premiers chapitres du livre que la solution m'était évidente ! Cela dit, ce n'est pas dérangeant pour autant de savoir de qui il s'agit : en effet Andrea Kane, tout au long de La petite fille qui disparut deux fois, lâche des tas de petites phrases qui nous font douter de sa culpabilité.

Après, il est vrai aussi que j'ai une très bonne intuition féminine et que je devine (presque) toujours rapidement qui sont les coupables, alors j'imagine très bien que d'autres lecteurs mettront plus de temps à comprendre ce qu'il se passe réellement dans ce livre.

 

Dans tous les cas, Andrea Kane à une écriture très agréable : c'est à la fois dynamique et posé, du coup, je ne me suis pas du tout ennuyée en lisant La petite fille qui disparut deux fois.

C'est vraiment une lecture très agréable.

 

Merci beaucoup aux Editions Harlequin de m'avoir permis de découvrir La petite fille qui disparut deux fois et leur collection MOSAIC :)

Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/85/85713/couv31342217.jpgUne courte nouvelle racontant l'histoire d'une femme qui voulait se rapprocher des dieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette courte nouvelle offerte par la maison d'édition La planète des couleurs pendant l'automne est vraiment une très jolie découverte pour moi. D'autant plus que je l'avais téléchargé un peu craintivement car le titre me faisait peur (j'ai un peu de mal quand ça parle religion), mais bon, j'étais très curieuse de découvrir l'écriture de Typy Zoberman et puis vu que c'est La planète des couleurs, ce n'est pas vraiment comme si je prenais un risque : jusqu'ici tout ce qu'elles ont édité m'a beaucoup plu.

 

J'ai vraiment beaucoup aimé l'ambiance de la nouvelle. D'autant plus que c'est comme un travail à deux voix entre l'auteur et le lecteur  : ni l'époque, ni le lieu de l'histoire n'est mentionné quelque part dans sa nouvelle (cela dit, je peux aussi avoir zappé ce détail) alors forcément, notre imagination travaille plus que dans un texte où l'auteur nous a tout pré-mâché.

J'ai beaucoup aimé le côté "Indien d'Amérique" de l'histoire avec leur gentillesse qui ont conduit à leur perte, leur langage qu'on imagine aisément chantant et leurs croyance tellement proche des Dieux... J'ai toujours été intéressée par l'histoire de ces peuples alors, c'est vraiment avec plaisir que j'ai retrouvé ce mystère qu'ils nous évoquent. Cela dit, rien dans La langue des dieux peut me permettre d'affirmer que ça se passe bien là-bas : quand je vous dis que ce texte est plein de mystère !

 

On a beau ne rien savoir des différents personnages - même pas leur nom - on s'attache immédiatement à eux. Ils sont doux, tranquilles, patients, plein de ressources et de gentillesse. Je ne pourrais pas personnellement faire la même quête que cette jeune femme qui nous raconte son histoire, par contre, je me suis totalement senti à ma place dans cette tribu très accueillante.

 

J'ai beaucoup apprécié l'écriture de Typy Zoberman et notamment la liberté de lecture qu'elle nous laisse. J'ai aimé ses phrases douces et poétiques qui nous en disent très long sur le bien-être de ses personnages.

La langue des dieux est une lecture très agréable.

 

 

 

Un très grand merci à Typy Zoberman des éditionshttp://www.la-planete-des-couleurs.fr/img/logo.jpg La planète des couleurs pour m'avoir permis de découvrir La langue des dieux.

N'hésitez pas à visiter le site et découvrir les belles valeurs qu'elles défendent !

 

 

Du même auteur :
Là où vont les écrevisses

Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/85/85195/couv15698755.gifDans la chaleur étouffante d'un Mississippi pauvre et oublié de tous, l'histoire d'une famille fracassée par une des plus grandes catastrophes de l'histoire des États-Unis.

Esch Batiste, quatorze ans, observe. Elle voit son père tenter de s'extirper des vapeurs de l'alcool pour consolider leur masure ; elle voit Randall, son frère ainé, s'entraîner sans relâche au basket, dans l'espoir de décrocher une bourse sportive, d'échapper enfin à Bois Sauvage, à cette misère ; elle voit Skeet, le cadet, voler de la nourriture pour China, son pitbull adoré, sa championne de combats ; elle voit Junior, le petit dernier, chercher un peu de tendresse et d'attention ; elle voit leur mère, morte en couches, qui veille sur eux malgré tout ; et puis elle voit son corps qui change, ce secret dont elle ne peut parler à personne, ce bébé qu'elle n'attendait pas.

Dans dix jours, un ouragan va frapper le golfe du Mexique. Mais cet ouragan n'est pas un ouragan comme les autres, c'est Katrina, la mère de tous les ouragans. Telle Médée dont Esch lit et relit l'histoire, Katrina est venue pour tuer...

 

 

Quand on m'a proposé de découvrir Bois Sauvage, je ne pouvais pas dire non : ça faisait déjà un petit moment que je l'avais repéré ;)

L'histoire est vraiment à la hauteur de mes espérances et je ne peux que comprendre qu'il ait remporté le National Book Award en 2011. Pour tout dire, je ne suis pas passée loin du coup de coeur : j'ai eu tellement de mal à le lâcher une fois commencé !

 

Par contre, j'ai eu un peu de mal avec la narration au début de l'histoire.

Je pense que c'est surtout du au fait qu'Esch et moi sommes très différentes : sa vie est à des années lumières de la mienne. C'est étrange et dépaysant. Un peu comme quand on va en vacances dans un pays vraiment pauvre où, du coup, tout est vraiment très différent de notre confort à nous : un vrai choc culturel.

Cela dit, au début, l'écriture de Jesmyn Ward n'est pas vraiment des plus simples non plus (même si elle reste très agréable) : parfois on saute un peu du coq à l'âne sans oublier que son écriture est un peu hachée mais toujours dynamique. C'est déstabilisant, mais il faut bien avouer que ça retranscrit à merveille ce qu'il peu se passer dans la tête d'Esch : osez donc dire que quand vous avez des problèmes, vous avez les idées claires !

Cependant, une fois ces difficultés passées, j'ai énormément apprécié ma lecture.

 

Esch est vraiment une jeune fille très attachante parce qu'on sent qu'elle se bat pour avoir la vie qu'elle veut. Bien sur, elle n'est encore qu'une "petite fille" et ça se ressent fréquemment dans ses paroles, mais elle à un truc en plus qui fait que, malgré ses "bêtises", on ne l'apprécie que plus encore.

J'ai beaucoup aimé les liens qui unissaient leur famille : outre le chagrin de la perte de leur mère, les quatre enfants et leur père partagent vraiment un truc ensemble. On a du mal à se les représenter comme des personnes différentes tellement que les liens qui les unissent sont forts. J'ai beaucoup aimé la façon dont ils se protègent et veillent les uns sur les autres.

 

J'ai beaucoup aimé la crédibilité de ce roman : rien n'est de trop, rien n'est surfait. Rien dans ce roman ne me fait douter de sa possible réalité même si ce sont des choses que je ne connaîtrais probablement jamais.

On est forcément touché par le destin de cette famille et par son passé : certaines scènes sont vraiment émouvantes, d'autres mettent mal à l'aise et d'autres encore donnent le sourire.

C'est un peu comme une tranche de vie avec une jolie conclusion sur l'amour d'une famille. Et le mieux dans tout ça, c'est qu'ils arrivent à le faire partager au lecteur ;)

Bois Sauvage est un très beau roman.

 

Un grand merci à Jérémy et  aux éditions http://1.bp.blogspot.com/-b1lEBpLJeuw/TbqSmmaK-BI/AAAAAAAACDU/bkoxvURa_gE/s1600/logo_belfond_en_rouge_bigger.jpg de m'avoir permis de découvrir Bois sauvage.

Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/81/81371/couv38113642.jpgA la Nouvelle-Orléans, les vitraux restaurés par Mira Gallier, veuve depuis l'ouragan Katrina qui a emporté son mari, ont été couverts d'étranges inscriptions apocalyptiques. Une série de meurtres est perpétrée dans son entourage, la faisant douter de ses facultés mentales. Elle devient l'un des principaux suspects, à l'instar de Connor Scott, le meilleur ami de son mari défunt, et son seul soutien...

 

 

 

 

 

 

 

Je ne suis vraiment pas passée loin du coup de coeur avec ce thriller, ce qui est d'autant plus étonnant que les personnages et leurs vies sont à des années lumières de la mienne ! Je pourrais difficilement dire que je me suis reconnue en eux, ce qui ne les empêche pas du tout d'être attachants.

 

J'ai beaucoup aimé le cadre de l'histoire qui est vraiment très encré dans la notre : même en Europe, la tempête Katrina a beaucoup fait parler d'elle, alors même si elle date d'il y a plusieurs années maintenant (dans le livre comme dans la vraie vie) cette ombre qui continue à planer au-dessus des personnages ne nous choque pas, ne rendant l'histoire que plus crédible encore.

D'autant plus que Katrina permet pas mal de chose au niveau de cette histoire qui se passe en Nouvelle-Orléans, notamment au niveau de la psychologie des personnages.

 

En parlant de ceux-ci, je dois dire que je me suis beaucoup attachée à Mira : cette jeune-femme à tout perdu lors de la tempête et même avec le temps qui passe, elle a du mal à se reconstruire... Malgré mon attachement pour elle, plus j'avançais dans le bouquin et plus je me demandais comment allait sa santé mentale : il se passe tellement de chose dans Les anges de verre qu'on en vient à douter de ce qui nous parait normal.

Les autres personnages sont également très sympathiques mais comme je viens le dire, à un moment ou à un autre, ils nous paraissent tous suspects, ce qui fait que l'on commence à douter d'eux. Même si on les adorait à la base. Finalement, ce qui m'a beaucoup plus dans l'histoire, c'est que le responsable des meurtres est finalement celui pour lequel je n'avais pas l'ombre d'un doute sur son innocence. Bref, je me suis totalement fait avoir !

 

C'était la toute première fois que je lisais un livre d'Erica Spindler et je dois dire que c'est une très jolie découverte sur le plan de l'histoire comme sur celui de l'écriture. J'ai beaucoup aimé le calme sans défaut qu'elle use tout au long de son livre, prenant le temps d'installer les ambiances et surtout de nous laisser à nous aussi le temps de réfléchir au coupable. Cela ne veut pas autant dire que Les anges de verre à une narration molle, au contraire ! Juste qu'on ne peut que prendre le temps de savourer cette enquête.

Je serais très curieuse de découvrir un autre livre d'Erica Spindler.

 

 

Merci beaucoup aux Editions Harlequin de m'avoir permis de découvrir Les anges de verre et leur collection MOSAIC :)

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/79/79559/couv15252348.jpgMickey est en colère. Des événements tragiques l'obligent à vivre temporairement chez son oncle Myron, qu'il croit au moins en partie responsable de sa situation. En plus, Ashley, sa nouvelle petite amie, n'est pas venue en cours depuis des jours et ne donne plus signe de vie. Pire, à l'adresse où elle habitait personne ne semble la connaître. Mickey, qui a déjà vécu trop de séparations douloureuses, refuse de se laisser faire encore une fois. Il découvre bientôt qu'Ashley n'était pas vraiment la jeune fille timide dont il était tombé amoureux et qu'elle fréquentait un milieux dangereux. Mais, comme son oncle, il est tenace et peu regardant sur sa propre sécurité, jusqu'au moment où ses recherches ébranlent tout ce qu'il croyait savoir sur sa famille et mettent au jour une machination qui dépasse de loin tout ce qu'il pouvait imaginer. Mickey va avoir besoin d'aide... mais n'est-il pas déjà trop tard ?

 

 

Quand on m'a proposé de découvrir ce nouveau roman d'Harlan Coben, je n'ai pas pu dire non, d'autant plus que j'avais beaucoup aimé Sous haute tension. Et j'ai très bien fait ! Mickey est vraiment un adolescent à découvrir :)

 

Je dois dire que j'ai plus été charmé par le personnage de Mickey que par ses aventures, même si celles-ci sont également intéressante. Mais bon, du coup, j'ai vraiment envie de découvrir la suite dès qu'elle sera sortie : j'ai vraiment hâte de voir comment il va évoluer avec les déclarations qui lui sont faites en fin de livre.

J'ai également beaucoup apprécié ses amis : Ema, la "grosse" au fort caractère toujours partante pour de nouvelles aventures et Spoon, l'intello toujours un peu à côté de la plaque. Ils sont loin d'être des amis conventionnels quand on sait que Mickey à vraiment tout pour devenir la star du lycée.

 

J'ai été étonnée de la façon dont les ressenti du jeune garçon ont pu déteindre sur moi : lors de ma lecture de Sous haute tension, j'avais particulièrement aimé le personnage de Myron. Mais là, je dois dire que je l'ai vu comme un vieil enquiquineur ! Ah, le fossé des générations...

Cependant, il va sans dire que les deux hommes ont beaucoup en commun, à commencer par leur amour inconditionnel pour les membres de la famille du chef de la police de la ville ;)

 

Par contre, je dois dire que j'ai trouvé l'histoire un peu conventionnelle et sans réelle surprise. Je mentirais si je disais que j'ai tout vu venir, mais on devine assez facilement les événements qui vont survenir...

Cela ne l'empêche cependant pas du tout d'être une lecture très agréable et amusante ! Mais je pense que cette histoire plaira davantage aux personnes qui ont à peu près mon âge : on se retrouve vraiment dans une ambiance de "lycée", du coup, je pense que l'on l'apprécie davantage quand nos années-lycée ne sont pas trop loin. J'imagine que certaines "gamineries" peuvent lasser le lecteur.

 

En tout cas, Harlan Coben à une écriture très agréable : A découvert se lit facilement, sans prise de tête. D'autant plus que certaines répliques et situations m'ont beaucoup fait rire !

A découvert est un chouette thriller.

 

 

Un grand merci à Jérémy et aux éditions Fleuve noir de m'avoir permis de découvrir A découvert !

N'hésitez pas à vous rendre sur la page facebook d'Harlan Coben pour en apprendre un peu plus ;)

 

 

 

Du même auteur :

Innocent Ne t'éloigne pas Sous haute tension

Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 06:15

http://www.livraddict.com/covers/82/82850/couv74044911.jpgMirélo est au bord de la plage, là en conflit avec sa quête du « devenir grand » et « rester un éternel enfant », et tout cela juste pour se préserver d’une réalité : l’immortalité n’existe pas... c’est la découverte qu'il va devoir affronter à partir d’une seule idée : un refus...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça fait un petit moment déjà que j'avais téléchargé mais avec le départ en vacances (et donc loin de mon ordinateur), ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai eu l'occasion de découvrir Ciel ! Magda est une femme...

 

Malgré ses 77 pages "virtuelles", ce livre est avant tout une histoire courte de la vie de tout les jours. Son originalité résiste surtout dans le fait qu'elle est proposée en trois langues différentes (français, corse, anglais) dans le même ebooks : le même paragraphe étant proposé dans les trois langues sur chaque page.

J'ai beaucoup aimé la présentation soignée du livre avec ses photographies de la mer et du ciel que l'on découvre au fil de l'histoire. Chaque photographie nous fait nous sentir toujours un peu plus proche du personnage principal tellement elles semblent refléter ses sentiments de l'instant.

 

Personnellement, je ne me suis pas retrouvé dans Ciel ! Magda est une femme... : Mirélo prend soudain conscience que sa mère n'est pas seulement sa mère mais aussi un femme. C'est très crédible, je ne doute pas de sa véridicité, mais ça n'a pas réveillée de souvenirs en moi, ni m'a touché personnellement. Cependant, ça ne veut pas dire que je n'ai pas apprécié cette histoire !

Je l'ai tout de même trouvé très agréable à lire et pour rien au monde je n'aurais arrêté ma lecture : j'ai beaucoup aimé la façon dont l'on découvre les réflexions et les sentiments de Mirélo qui semble vraiment perdu. J'ai aimé la façon dont on sent l'adolescent en lui alors qu'il continu à réagir comme un enfant. J'ai trouvé cette crédibilité vraiment très intéressante et agréable.

 

Pour finir, je ne pourrais que dire que j'ai apprécié l'écriture de Saviezza pleine de douceur, pleine de sentiments et pleine de poésie. Chacune des phrases est vraiment très jolie ce qui rend le texte vraiment très intéressant : ça reste abordable pour de jeunes lecteurs et pourtant, en tant qu'adulte, on ne se sent pas lésé par cette lecture.

Ciel ! Magda est une femme... est une très jolie découverte.

 

 

Un très grand merci à Saviezza et à Typy Zoberman des éditionshttp://www.la-planete-des-couleurs.fr/img/logo.jpg La planète des couleurs pour m'avoir permis de découvrir Ciel ! Magda est une femme...

N'hésitez pas à visiter le site et découvrir les belles valeurs qu'elles défendent !

Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 06:15

http://b0.img.v4.skyrock.net/b03/pr1cesrockcherry/pics/3096413267_1_3_cC8PRlbY.jpgSe déroulant en l'an 2100, Moi L’Indien conte les (més)aventures de Benjamin et Emilie, deux enfants d'une douzaine d'années ignorant tout l’un de l’autre, perdus dans le monde des grands. Benjamin le parisien profite de la nuit pour faire les quatre cents coups. Emilie la provinciale s'ennuie ferme face à une mère qui la délaisse. Lorsque la colère grondant en eux se libérera, chacun fuguera de son côté. Leurs routes se croiseront... L'Ange Farceur qui semble les suivre et se jouer d'eux n'y est peut-être pas pour rien. Emilie et Benjamin tout les oppose, à tel point qu’ils ne pourront plus se séparer. De rencontres en courses-poursuites, d’espoirs en abîmes, les deux enfants poursuivront une ambition folle, un rêve qu’il n’est pas permis d’avoir.

 

 

 

Je viens tout juste de finir de lire la dernière ligne de ce roman et je dois dire que je suis beaucoup moins emballée par cette troisième partie que par les deux précédentes. Pourtant c'était bien parti ! Mais le centième chapitre à profondément renversé toute l'image du livre et des personnages que j'avais sans compter la crédibilité zéro. Bref, je ne l'ai pas du tout apprécié et malheureusement il m'a "gâché" les huit chapitres suivants...

Autrement dit, le parti pris ne m'a pas plu du tout et j'ai bien peur de rester sur cette image. Je vais essayer de vous expliquer tout ça, sans tout dévoilé non plus.

 

Ce que j'apprécie beaucoup chez Emilie et Benjamin, c'est qu'ils sont à la frontière entre l'enfance et le monde adulte : ils ont beau être mature et ouvert sur le monde et les questions qui les entourent, ils restent de grand enfant et expriment encore avec innocence ce qu'ils voient et ce qu'ils pensent. Alors forcément le chapitre 100 ne pouvait que me déranger (le coup des deux gamins qui s'embrassent pour la première fois, en prime a pleine bouche, sans compter que dans les deux minutes qui suivent ils se retrouvent à poil en train de faire des galipettes (pour la première fois), connaitre un orgasme sans oublier que visiblement Emilie se masturbe régulièrement... Hum-hum, y'a que moi que ça choque (sans parler de la non crédibilité ? Sans compter que pour le coup, je me suis limite sentie dans une position de voyeurisme pédophile, un peu comme dans le livre Lolita de Vladimir Nabokov : les scènes de sexe ne me dérange pas la plupart du temps, mais là, je me suis vraiment sentie mal à l'aise).

Cela dit, j'ai vraiment apprécié certaines de leur remarque fort bien construite et donnant beaucoup de matière à réflexion.

 

Encore une fois, j'ai beaucoup apprécié l'écriture d'Alexis S.Z. : très agréable à lire et très fluide, bien que parfois difficile à lire dans les (trop) gros paragraphe. Le texte est parfois abrupte mais c'est vraiment ce qui fait son charme ! Cela dit, comme je le disais pour la deuxième partie, je me suis moins focalisée sur le texte que pour la première partie : l'histoire est vraiment pleine de ressource et riche en rebondissement et en rencontre intéressante ce qui fait que je me suis beaucoup plus concentrée sur l'histoire que sur l'écriture très agréable de l'auteur.

Ça m'embête vraiment de mettre un bémol sur cette troisième partie, d'autant plus que les deux premières m'avaient vraiment emballée, mais là, je peux difficilement faire autrement... Cela dit, je suis vraiment curieuse de découvrir les avis des autres lecteurs de Moi l'indien pour voir comment ils ont perçus les personnages et donc ce fameux chapitre 100.

Cela dit, je vous conseille tout de même Moi l'indien : c'est franchement une histoire étonnante (au pire, vous sautez le chapitre en question !).

 

Merci à Alexis S.Z. de m'avoir très gentiment envoyé les trois parties de son roman Moi l'indien.

La troisième partie (evil give me a deal) est en vente sous format ebook ici.

 

 

Du même auteur :

Moi l'indien partie 1 : Les enfants de l'an 2100 partie 2 : Putains d'Anges-Farceurs

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs