Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/120/120943/couv69781105.jpgC'est dans un Japon moderniste où fleure une ambiance rétro, sensuelle et délicieusement morbide que l’action se situe. Dans cet univers familier aux amateurs de Ranpo Edogawa, les meurtres sanguinolents se succèdent et le héros, tout comme le lecteur, se retrouve rapidement pris au piège dans un déluge de faux-semblants. Qui croire dans ce monde où se confondent hommes et femmes, amis et ennemis, policiers et assassins, demoiselles en détresse et démons assoiffés de sang ?

 

 

 

 

 

 

J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une masse critique organisée par Babelio (merci !). Le titre et le synopsis me donnaient envie d'en savoir un peu plus et je n'ai pas été déçue par cette découverte ! Par contre, je pourrais difficilement dire que j'ai adoré cette histoire, mais j'y ai trouvé ce que j'y cherchais...

 

C'est un manga qui met assez mal à l'aise : personnellement, je ne me suis pas sentie très tranquille en le lisant. L'histoire est assez glauque, il y a pas mal de nudité, les personnages sont froids et étrange... Toute cette sombreté dans l'histoire nous force à aller au bout de celle-ci afin d'avoir le début d'une réponse sensée aux questions que nous nous posons. Cela dit, moi, je ne l'ai pas trouvé ! Peut-être dans le prochain tome du coup ;)

J'ai bien aimé l'histoire de l'enquête : elle donne vraiment envie d'en savoir plus ! Surtout qu'avec les personnages qui nous entourent lors de sa découverte, on a de quoi se poser beaucoup de question... notamment sur l'identité du tueur !

 

Au niveau des personnages, certaines choses m'ont assez dérangée et j'imagine que l'auteur les a écrite dans ce sens... Par exemple, le truc tout bête : il y a un personnage dont je ne suis pas sure du sexe. A première vue, il s'agirait d'un homme, mais lors d'une scène ou il est nu, c'est visiblement une femme : après je ne sais pas si c'est un fantasme rêvé par un autre personnage ou si c'est la réalité... ça a manqué de clarté pour moi du coup !

L'autre chose qui m'a dérangée, c'est le personnage central que j'ai trouvé assez antipathique :  il a ce côté vieux pervers alcoolisé qui me déplait même si je ne suis pas certaine qu'il le soit vraiment, au fond. J'ai un peu l'impression que c'est l'image que veut nous donner l'auteur sur lui pour nous prouver ensuite tout le contraire dans les prochains tomes...

 

J'ai trouvé les dessins assez sympathique et le trait de crayon de Taro Nogizata très intéressant et agréable. Comme vous l'avez compris, j'ai eu plus de mal avec la narration qui m'a donné l'impression d'essayer de me flouter, ce que je n'apprécie pas vraiment...

Un premier tome aussi étrange qu'intéressant !

Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/122/122189/couv60874028.jpgCela fait sept ans que Mary Grace Winters vit sous une fausse identité à Chicago avec son fils Tom. Sept ans que, chaque matin, elle redoute que son secret ne soit dévoilé et que son mari, un policier violent qui la maltraitait avant qu'elle ne prenne la fuite avec son petit garçon, la retrouve. Malgré ses peurs, à Chicago, Mary Grace a repris goût à la vie et elle est déterminée à laisser son douloureux passé derrière elle. Au point de se laisser aller à une relation amoureuse avec son nouveau collègue, Max Hunter. Max, le seul homme en qui elle devine une blessure ancienne et profonde qui fait écho à la sienne. Pourtant, Mary Grace l'ignore encore, son passé est plus que jamais sur le point de resurgir et de faire voler en éclats la vie paisible qu'elle s'est construite. Car son mari est sur sa trace. Pas à pas, il se rapproche...

 

 

 

J'ai reçu ce roman dans le cadre de mon partenariat avec les éditions MOSAIC (merci Romy !) : j'avais déjà eu l'occasion de découvrir des romans de l'auteur et j'avais toujours passé d'excellents moments avec. J'avais donc particulièrement hâte de découvrir celui-ci ! D'ailleurs, à peine l'avais-je reçu que ma mère me l'avait déjà piqué, lu et beaucoup aimé ;)
D'ailleurs ce roman me permet de participer à la session café du challenge Gourmand de Titepomme et à la session non-européen du challenge Jacques a dit de Metaphorebookaddict.

 

L'histoire du Silence de la peur m'a tout de suite captivée : j'étais bien décidée à savoir comment Caroline avait réussi à échapper à son mari et comment celui-ci allait réussir à la retrouver. De ce côté là, j'ai trouvé l'histoire particulièrement bien structurée et racontée : tout concorde à merveille, c'est bien construit, logique et assez inventif et il n'y a pas vraiment de place laissé au hasard.

J'ai trouvé intéressante l'enquête policière en toile de fond même si, au final, elle n'apporte pas grand chose à l'histoire : les flics sont un peu lent pour le coup ! Et je n'ai pas compris à certains moment pourquoi ils n'agissaient pas alors qu'ils étaient en mesure de le faire... Bien sur, du coup, ça permet un grand final en feux d'artifice, mais je trouve dommage que, pour le coup, ils passent assez pour des incompétents alors que l'on voit bien qu'ils font correctement leur boulot.

J'ai bien aimé également tout l'aspect sentimental de l'histoire et la grande place qui est laissé aux sentiments de Caroline : on la sent totalement désemparée face aux sentiments qu'elle ressent et qu'elle tente d'oublier. C'est difficile d'imaginer ce que l'on pourrait ressentir à la place de la jeune femme et par conséquent de comprendre toutes les émotions qui la partage.

 

Les différents personnages de l'histoire sont plutôt sympathique, Caroline, forcément, mais surtout Tom son fils, qui a 14 ans à déjà tout d'un grand. Il y a beaucoup de sagesse en lui et l'on voit tout de suite que sa maman est tout pour lui : j'ai beaucoup apprécié le lien très fort qui unit ces deux là.
Max quand à lui est un personnage intéressant : pour être honnête, je ne l'ai pas vraiment apprécié car je n'ai pas forcément compris ses réactions. Il fait souvent tout l'inverse de ce qu'il aurait du faire. Bizarrement, son histoire m'a beaucoup fait penser à celle de Nathan de la série télévisée Les frères Scott (chacun ses références, hein !) au niveau du basket, de l'accident, de la rééducation... Ils n'ont pas grand chose en commun mais il y a cette rancoeur en eux qui m'a fait faire le rapprochement. Par contre, sa famille est juste adorable.

Rob, quand à lui, à vraiment tout du sale type. Je ne vois vraiment pas comment on ne pourrait pas le détester... mais du coup, j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi les jeunes femmes le suivent si facilement.

L'écriture de Karen Rose m'a beaucoup plu : on voit qu'elle a pensé à tout par rapport à Rob même si, je trouve dommage qu'elle ai un peu laissé de côté l'enquête policière du coup, la rendant assez superficielle. J'ai également beaucoup la place qu'elle laisse aux sentiments de ses personnages, leur créant ainsi une vraie identité et une vraie vie, hors de leurs problèmes actuelles : on s'identifie d'autant plus à eux, ce que j'apprécie beaucoup.

Le silence de la peur est vraiment un roman à découvrir !

 

 

[les +] Une histoire bien construite, une intrigue bien ficellée, des personnages attachants et touchant.
[les -] Une enquête policière laissée un peu de côté et qui, du coup, manque un peu de réactivité par moment.

 

 

Du même auteur :
Dors bien cette nuit La cible de trop Personne pour t'entendre Tes larmes et ton sang Tout près du tueur

Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/122/122442/couv42675188.jpgUn matin, Tristan Farrel se réveille et trouve deux petits tas de sable fin au pied de son lit. L’étonnement passé, un lointain souvenir refait alors lentement surface : un voyage en Algérie, en terre Tassili. Un voyage onirique, poétique et mystérieux en plein cœur du désert. Tandis qu’il s’enfonce dans ses souvenirs, la signification de ces deux tas de sable se révélera peu à peu à lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les éditions House Made Of Dawn ont encore une fois eu la gentille de me faire parvenir une de leurs nouvelles parutions : Deux tas de sable au bord d'un lit d'Eric Lysoe. J'ai été très surprise par cette nouvelle qui est assez différentes des autres de la collection Court Lettrage : moins sanglante et plus sentimentale...
Ah, et puis, par coïncidence, elle me permet également de participer à la session GN + Adjectif du challenge Lire sous la contrainte de Philippe.

 

J'ai été assez étonnée par le ton de l'histoire qui est vraiment tout en sensualité. Je ne m'attendais vraiment pas en ouvrant cet ebook a avoir autant de scène de sexe : en soit, ça ne m'a pas dérangée, c'est juste que c'était assez inattendu pour moi qui m'attendait assez à une histoire inquiétante et mystique ! Bon, pour le coup, le mystique est bel et bien là :il y a une atmosphère très étrange et énigmatique dans ce livre, très musquée. On ne comprend pas tout ce qui ce passe - tout comme Tristan - mais l'atmosphère lourde et mystérieuse est bien là.
J'ai apprécié découvrir les différents lien entre les personnages : certains se devinent assez rapidement mais d'autre, comme la relation entre Stéphanie et la jeune berbère est plus complexe et inattendue...
La résolution de l'énigme est très intéressante et plutôt difficile à deviner ! J'avais peur d'être un peu déçue par cette révélation tant l'atmosphère pleine de mystère est importante, mais pas du tout : l'explication tient la route et semble assez juste.

Le personnage de Tristan ne m'a pas forcément plu : son incompréhension face à ce qui s'est passé en Tunisie 30 ans plus tôt le rend assez antipathique. Il y a quelque chose qui ne colle pas chez lui, qui le rend assez bordeline... et je pense vraiment que c'est parce qu'il a eu l'impression de devenir fou lors de ce voyage. D'autant plus que, les passages dans le passé, le montre assez sympathique.

 

L'écriture d'Eric Lysøe est agréable et plutôt sympathique, par contre, j'ai été assez étonnée par son côté assez soutenu qui, je trouve, renforce un peu la lourdeur de l'atmosphère. Deux tas de sable au pied d'un lit se lit vraiment très bien : c'est fluide, intéressant, facile à lire.
Une nouvelle à découvrir !


[les +] Une atmosphère lourde, mystérieuse et sensuelle, une écriture intéressante.
[les -] Un personnage principal un peu déstabilisant (même si l'on comprend facilement le pourquoi du comment).

Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/122/122441/couv10418902.jpg« Je le ferais, avec ou sans votre aide ! Mais ce sera
plus dur, sans votre aide. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crois bien qu'il s'agit de la nouvelle la plus courte offerte par les éditions La planète des couleurs... Cela dit, courte ne veut pas dire mauvaise !

Mais bon, je suis restée un peu sur ma faim : c'est beaucoup trop court pour moi qui lit beaucoup trop vite ! A peine avais-je ouvert le fichier qu'il était déjà refermé... ce n'est pas une sensation des plus agréables.

 

Cela dit, la petite minute de lecture que j'ai eu avec ces quatre pages a été très bonne : j'ai beaucoup aimé le flou de la première page, les premières explications de la deuxième, la compréhension de la troisième et l'horreur nécessaire que nous impose la quatrième. J'ai aimé la force de persuasion de Typy Zoberman dans ces quelques pages qui m'a fait comprendre un choix qui ne me plait pas : voir de l'extérieur n'est jamais pareil que quand on est réellement concerné et je me suis une nouvelle fois prise cette vérité en pleine face. Pour tout dire, je me suis sentie assez inutile face à la douleur de cette femme qui demande pourtant qu'à être aidée : mais que faire ? Parce que là, concrètement, il n'y a rien à faire pour elle... Elle seule peut se sortir de tout ça.
Désolée pour le flou des explications mais je peux difficilement vous dire les choses sans vous spolier (ma chère Emilie, tu remarqueras que j'ai bien retenu la leçon de français :p) !

 

Sur le coup, je ne me suis pas vraiment sentie concernée par cette histoire, mais, maintenant que je l'ai fini, l'émotion monte : il y a tellement de femme dans le même cas que l'héroïne (qui n'a pas de nom au passage) que c'est inquiétant et que l'on se sent impuissant. Tiens, d'ailleurs, en y pensant, le fait de n'avoir aucun nom dans cette nouvelle renforce d'autant plus son horreur : je pourrais être elle, mes amies pourrait être elle, mes amis aussi d'ailleurs (on n'y songe jamais assez) et n'importe qui pourrait être son mari ou son fils...
Le plus dérangeant dans cette histoire, c'est que je ne saurais dire si elle se termine bien ou mal. L'important, au fond, c'est que tout ça soit fini, non ?

J'ai apprécié retrouver l'écriture de Typy Zoberman : elle a une écriture très forte et plutôt dure dans cette nouvelle, presque froide d'ailleurs, qui renforce vraiment l'horreur de la situation et les choix de la narratrice. Il n'y a pas de doute permis : ce n'est pas un témoignage (enfin j'espère) mais il en a toute la force et la crédibilité.
Une courte nouvelle à lire, téléchargeable gratuitement pendant tout le printemps ici.

 

 

[les +] Une histoire qui pourrait être vraie, qui pousse à la réflexion.
[les -] Trop courte pour réellement avoir le temps de savourer cette lecture !



Du même auteur :

La langue des dieux Là où vont les écrevisses

Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 06:15

http://img.livraddict.com/covers/119/119996/couv65075116.pngJohn, un homme ordinaire entretenant une vie de routine se retrouve être embarqué dans un périple de douze jours durant lesquels il doit accomplir une tâche s'incombant à lui, celle de retrouver les six "Sages". Pour ce faire, une énigme "Sanctus Apostolus, Homo Dei, Servus Deus" découverte dès le début de sa quête lui sera de grande aide. John s'avérant être "l'Unique" sera épaulé par une organisation le D.I.S., Département International de la Sûreté afin de concrétiser cette mission qui le fera voyager de Paris à New York puis de Londres à Bruxelles. Réussira-t-il dans cette errance de l'inconnue ? Saura-t-il y déchiffrer tous les signes de l'énigme ? Où cela l'emmenera-t-il ?

 

 

 

 

Les éditions du Panthéon ont eu la gentillesse de me proposer de découvrir leur nouvelle saga : Py Quests et je les remercie beaucoup ! J'ai passé un bon moment avec ce roman qui me permet également de participer à la session premier tome du challenge Jacques a dit de Metaphorebookaddict.

Je ne m'attendais pas vraiment à ce genre d'histoire et, du coup, la surprise a été assez grande, d'autant plus que je ne lis que très rarement ce type de roman à la "Da Vinci Code"... Je suis totalement novice dans ce genre et, personnellement, j'ai beaucoup apprécié la découverte.
L'intrigue est vraiment très bien menée : les énigmes sont plutôt complexes et, sans les personnages, je ne pense pas que j'aurais trouvé la solution un jour (pas sur que j'aurais cherché non plus... C'est que je n'ai pas de combat contre le mal personnellement ! :P). J'ai trouvé très intéressante la façon dont elles étaient exploitées et je suis très curieuse de connaître ce qui va se passer dans les prochains tomes.
L'autre point qui m'a énormément plu, c'est le petit côté fantastique de l'histoire avec ces auras que John peut apercevoir : j'aime bien l'idée de pouvoir reconnaitre une bonne personne avec son aura jaune et les mauvaises avec leur aura bleue. Mine de rien, ce serait vraiment pratique lors des procès au tribunal (on peut toujours rêver) !

J'ai trouvé les différents personnages plutôt intéressants. En fait, celui qui m'a le moins plu est John : je l'ai trouvé un peu fade et sa façon de s'exprimer assez compliquée ne m'a pas convaincue.  Je pense qu'il aurait gagné en capital sympathie avec plus de simplicité et d'humour parce que là, il m'a paru un peu terne et triste...

Les autres personnages m'ont davantage plu : j'ai trouvé la place qui leur était accordée très intéressante et donnant beaucoup de possibilité à l'histoire. J'ai apprécié également les différences qu'ils mettent en valeur avec John, rendant l'histoire plus chaleureuse, mais mettant surtout en avant ce personnage discret.

L'écriture de J.M. Seybald m'a bien plu : j'ai aimé cette sobriété et ce langage un peu plus soutenu - que ce que je lis habituellement - qui renforce le côté déterminant de la quête. Il y a un côté très solennel dans ce roman ce que j'ai trouvé très intéressant : on sent tout de suite l'importance de la mission confiée à John et à ses compagnons et l'on rentre ainsi beaucoup plus facilement dans l'histoire et son enjeu.
Un roman très intéressant et prometteur !



[les +] Des énigmes bien menées, une narration intéressante, des personnages bien construits avec de réels rôles.
[les -] Un John un peu fade.

Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/120/120992/couv34241074.jpg

Comme une tache d'encre dans l'horizon gris se découpent les arcades complexes et aiguisées de la Forteresse Sombre. Vestiges gigantesques veillant sur l'humanité comme un berger le ferait de ses moutons.
Jasper Vayne promène sa très commune existence au sein de la pluvieuse Cité Monde. Mais une rencontre avec un homme mystérieux va le propulser au sein d'une organisation d'assassins œuvrant dans un univers parallèle et glauque où tous les coups sont permis. Jasper va apprendre à ses dépens qu'il peut devenir quelqu'un d'autre. Quelqu'un de moins commun. Quelqu'un de plus terrifiant.
Découvrez cette nouvelle série, entre Manga et science-fiction, et vivez l'expérience ultime d'une "survival story" qui ne vous laissera pas indemne.

 

 

Je remercie vivement Charline des éditions Booxmaker qui a eu la gentillesse de m'envoyer ce roman (Et qui me permet de participer encore une fois à la session premier tome du challenge Jacques a dit de Metaphorebookaddict.).
. Master est vraiment une très très bonne découverte et j'ai franchement hâte de découvrir la suite des aventures de Jasper !

 

J'ai beaucoup apprécié partir à la rencontre de Jasper qui, au début du roman, est globalement un looser et qui, au fur et à mesure que l'histoire avance, révèle toute sa personnalité et ses atouts. Plus l'on tourne les pages et plus l'on croit en cet étudiant effacé. Ça a un petit côté Spiderman que j'aime beaucoup : Jasper est un personnage intéressant et j'ai comme l'impression que je ne suis pas au bout de mes surprises avec lui (tant mieux !).
J'ai également apprécié les autres personnages que l'on croise au cours de ce premier tome, notamment Copycat et numéro 10 : je me demande vraiment quels liens va pouvoir les unir à Jasper, notamment vu le contexte de leur rencontre...

 

L'histoire est vraiment très prenante : j'ai beaucoup aimé la façon dont David Hitter gérait le mystère et le suspense de son histoire pour que l'on ait les informations au goutte à goutte et que l'on ai toujours envie d'en savoir plus. C'est vraiment intrigant cette histoire de Master et il sait vraiment nous faire mariner !
Le résumé officiel n'en dit pas beaucoup, du coup, j'essaye de ne pas vous en dire plus mais c'est difficile car terriblement tentant : personnellement, je trouve qu'il y a un côté très jeu virtuel dans Master du coup, la comparaison avec les mangas à toute sa place. Ce premier tome est un peu violent mais sans être bien méchant (la maison d'édition conseille à partir de 13 ans, ce que je trouve plutôt juste), par contre, l'histoire a également une dimension psychologique assez forte ce qui est intéressant mais aussi assez inquiétant.

J'ai beaucoup apprécié l'écriture de David Hitter que j'ai trouvé particulièrement intelligente : l'histoire est bien menée, avec dynamisme et réflexion. J'ai également aimé le fait que le texte soit plutôt court (une petite centaine de pages virtuelles) ce qui rend le roman plutôt intense et est très agréable pour un ebook !
J'ai passé un excellent moment avec ce roman et j'ai hâte de découvrir la suite ! :)

 

 

[les +] Une intrigue très bien menée, des personnages intéressants, beaucoup de mystère.

[les -] ...

Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/120/120291/couv75712261.jpgConnaissez-vous les Glodusiens ? Des recherches archéologiques ont mené à la découverte d'ossements et de vestiges qui pourraient appartenir à un peuple très ancien. Certains experts se seraient risqués à comprendre cette culture ancestrale et leurs croyances multimillénaires. Le récit « L’odyssée d’une apocalypse » nous plonge dans les croyances de ce peuple fictif. Un monde de trois grandes provinces Symbios (Bonheur), Lydie (Richesse), Kaa’ma (Plaisir) ou les Grands Seigneurs forgent les plus grands royaumes. Ou les illustres Sages et les puissants Elus deviennent à eux seuls des légendes. Ou héros, monstres et Esprits s'affrontent. Ou une force surnaturelle les transforme et les guide jusqu'à la fin de leur existence. Dans ce premier chapitre, l’auteur nous relate les aventures d’un petit groupe de survivant qui a fui la guerre dans leur province « Symbios » et s’est réfugié dans la capitale Lydienne, la cité d’or « Doria », afin d’y vivre en paix.

 

 

Il y a quelques semaines, l'auteur - Guille J. Potch - m'a contacté pour me proposer de découvrir le premier tome de sa série. Le résumé m'intriguant beaucoup, je n'ai pas hésité une seule seconde, et j'ai bien fait : j'ai passé un excellent moment avec ce roman ! (merci !)
Et il me permet de participer à la session premier tome du challenge Jacques a dit de Metaphorebookaddict.

Il faut dire aussi que la première surprise a été bonne : le roman est plutôt court - une petite soixantaine de pages en PDF - ce que j'apprécie beaucoup, n'ayant pas de liseuse. Personnellement, je trouve assez difficile de rester concentrée devant un écran longtemps, du coup, j'ai toujours du mal avec les ebook qui font plusieurs centaines de pages... Cette surprise est d'autant plus grande que l'histoire ne présente pas de temps et "coule" toute seule : je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j'ai beaucoup apprécié cette découverte de Doria !

J'ai trouvé très agréable l'histoire qui utilise l'action pour nous faire découvrir cette ville très énigmatique : il y a beaucoup de choses que l'on découvre et que l'on comprend en même temps que les personnages ce que j'ai trouvé vraiment très agréable. Un peu comme si on était en symbiose avec l'histoire... Je vais avoir du mal à vous en dire plus sans trop vous en dévoiler : l'important à savoir, c'est que l'on part à la découverte d'une ville particulière avec des habitants très intrigants.
Par contre, le cadre spatio-temporel m'a un peu perturbée : je ne sais pas pourquoi, j'ai essayé pendant ma lecture de raccrocher l'histoire à une époque de notre Histoire et... ça m'a totalement perdue : le début fait très "nomade" tandis que le reste fait plutôt "actuel futurisé", du coup, je ne sais pas trop quoi penser de ce point là même si j'ai passé un excellent moment.

Les personnages de l'histoire m'ont bien plu : ils sont sympathiques et plutôt simples dans le sens où l'on s'identifie facilement à eux. J'ai beaucoup apprécié les suivre dans leurs aventures et découvrir avec eux le monde qui les entoure. Je suis très curieuse de les retrouver dans le tome suivant !

L'écriture de Guille J. Potch m'a beaucoup plu : elle est simple, entrainante et ne manque pas de dynamisme. Elle est agréable, plutôt fluide et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde en découvrant ce roman. J'ai vraiment passé un excellent moment avec lui.
Une découverte intéressante !

 

 

[les +] Une histoire bien menée, des personnages intéressants, une écriture agréable.
[les -] Un cadre spatio-temporel qui m'a perturbée.

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/120/120238/couv30257707.jpgErik Schroder attend de passer en jugement. Conseillé par son avocat, il se décide à coucher sur le papier une confession, pour Laura, son ex-femme, pour les jurés, pour lui-même. Et les souvenirs affluent…
Son arrivée en Amérique à cinq ans, seul avec son père, et sa décision de laisser pour toujours le passé derrière lui. Son mariage avec Laura, la naissance de Meadow, puis la séparation et la lutte pour obtenir un droit de garde. Et cette journée au lac entre père et fille, moment privilégié tant attendu et vite transformé en escapade innocente, pour grappiller quelques heures, quelques jours. Dire enfin à Meadow qui est son père, et qui elle est, elle.
Mais quel est ce secret que Schroder a caché à sa propre fille ? Qui est-il véritablement et comment a-t-il pu commettre pareille folie ?

 

 

J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une masse critique organisée par Babelio : le résumé m'avait particulièrement intriguée et j'étais très curieuse de découvrir cette histoire. J'ai vraiment apprécié ma lecture mais, avec le recul, je m'aperçois que certaines choses me dérangent...

Ça m'a beaucoup plu d'avoir la version du père dans cette histoire, mais, du coup, la version de la mère m'a un peu manquée. Après, c'est un choix que je comprends totalement : Amity Gaige tente de nous amadouer avec Erik pour que l'on se sente révolté par son histoire, ce qui ne serait sans doute pas le cas si on avait la version des faits opposés. En soit, c'est ça aussi qui me dérange un peu : je me suis un peu sentie forcer la main a soutenir quelque chose qu'en temps normal je ne soutiendrais pas : bonne raison ou non, c'est de l'abus de confiance.

L'autre truc qui me dérange après lecture tient aux personnages : Meadow est trop parfaite et Erik en est tout l'inverse. C'est totalement dingue de se dire qu'il vit depuis qu'il est pré-ado avec une seconde identité et que personne ne s'en était rendu compte jusqu'à présent ! Personnellement ça m'a assez choquée ! Je ne comprends pas ses raisons, je ne comprends pas son silence : ça me met un peu mal à l'aise maintenant du coup, Erik réagit bizarrement à pas mal de situation ce que je ne trouve pas vraiment rassurant. En soit, le caractère étrange d'Erik est un point assez fort pour l'histoire : l'on s'inquiète vraiment de comment ça va finir et c'est assez captivant d'en apprendre plus sur son histoire personnelle et le pourquoi du comment il est devenu ce qu'il est aujourd'hui.

 

J'ai vraiment apprécié découvrir Schroder : j'ai passé un excellent moment avec ce livre que j'ai eu beaucoup de mal à poser. Je l'ai lu très rapidement et j'ai beaucoup aimé ses faux-airs de témoignage. Je ne crois pas que jusqu'à présent j'avais eu l'occasion de lire un livre sur ce thème et j'ai trouvé que c'était une bonne idée, bien exploitée.
L'écriture d'Amity Gaige est également très agréable, fluide et douce. L'on vit réellement au rythme d'Erik et de sa fille ce que j'ai trouvé très intéressant puisque du coup l'on est vraiment plongé dans leur histoire. J'ai également beaucoup apprécié le ton assez grave de l'histoire qui nous rappelle à tout instant que ça ne peut que mal finir...
Schroder est un livre intéressant malgré des choix étonnants.

 

 

[les +] Une histoire plutôt captivante, une écriture grave, une narration intéressante.
[les -] Des personnages étranges, une seule et unique vision des choses.

Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/120/120237/couv66819373.jpgPour échapper à son beau-père, un vil parvenu qui projette de la mettre dans son lit, Brianna Quinn espère obtenir l'aide de son tuteur et ami d'enfance, Stephan Summerville, duc de Huntley. Mais, à la place de ce dernier - qui, pour une raison obscure, reste introuvable -, c'est son jumeau, Edmond, qui lui offre asile et protection... Une proposition que Brianna accepte bien malgré elle. Car contrairement à Stephan, gentleman en tout point respectable, Edmond est un aventurier aussi séduisant que volage, connu pour ses frasques et son goût immodéré du danger. Pire, on raconte qu'il est un homme de main du tsar, dont il est l'un des sujets de par son ascendance maternelle. Aussi, en apprenant qu'Edmond projette de l'emmener avec lui en Russie, loin de Londres, loin de tout ce qu'elle a toujours connu, Brianna est-elle soudain saisie d'angoisse. Car elle prend soudain conscience, mais un peu tard, qu'en liant son destin à celui de cet homme imprévisible, c'est non seulement sa vertu mais également sa vie qu'elle vient de mettre en danger.

 

 

J'ai reçu Un palais sous la neige dans le cadre d'un partenariat avec les éditions MOSAIC (merci Romy !) : j'avais beaucoup apprécié l'écriture de Rosemary Rogers dans son diptyque La belle du Mississippi, du coup, j'étais curieuse de découvrir ce qu'elle pouvait faire dans un autre univers : défi relevé ! J'ai passé un bon moment avec ce roman.

D'ailleurs cette lecture me permet également de participer aux sessions GN + GN du challenge Lire sous la contrainte de Philippe et tome 1 du challenge Jacques a dit de Metaphorebookaddict.

L'histoire d'Un palais sous la neige est d'une simplicité assez désarmante et c'est aussi ce qui fait qu'elle marche aussi bien : avec une telle simplicité, on est obligé d'avoir des personnages aux caractères forts et affirmés et c'est totalement ce qu'on a dans ce livre.

J'ai beaucoup apprécié le fait que Brianna soit une jeune femme qui sache totalement ce qu'elle veut et qui prenne sa vie en main : ça ne marche pas forcément exactement comme elle le souhaiterait, mais au moins, elle se donne la peine d'essayer. Toute l'histoire du roman est dictée par ses décisions personnelles et j'ai trouvé ça assez intéressant.
J'ai bien aimé aussi toute l'histoire des complots que l'on découvre en dehors de Brianna : cette partie est plus secondaire mais elle n'est pas inintéressante pour autant. Je crois que j'aurais bien aimé qu'elle soit un peu plus développée au lieu d'être en toile de fond mais bon ça c'est sans doute parce que j'ai une préférence pour les romans d'actions par rapport aux romans sentimentaux (même si j'apprécie beaucoup en lire !).
Un palais sous la neige présente également plusieurs scènes érotiques qui permettent étrangement d'en apprendre un peu plus sur l'état d'esprit de Brianna. Par contre, je trouve qu'elles arrivent un peu trop rapidement : la première à lieu alors qu'on vient tout juste de rencontrer les personnages, du coup, ça m'a un peu embrouillée, ne sachant pas très bien ce qu'ils attendaient l'un de l'autre.

 

Comme je l'ai sous-entendu un peu plus haut, les personnages de Brianna et Edmont m'ont beaucoup plu : j'ai beaucoup apprécié leur caractère fort et leur droiture d'esprit. Ils savent ce qu'ils veulent et où ils ont envie d'aller et ils s'y tiennent : je trouve ça très courageux bien qu'ils aient une certaine tendance à foncer tête baissée du coup...
Le personnage de Vanya m'a beaucoup plu également : j'ai aimé le fait qu'elle ne se soucie pas du regard des autres et fasse ce qu'elle a envie au moment où elle a envie de le faire. C'est une femme de pouvoir et ça se sent tout de suite, par contre, certaines des décisions qu'elle a prise m'ont beaucoup attristée : elle a fait des choix difficiles que je ne serais pas capable de faire et dont je ne suis pas certaine du bien fondé.

J'ai trouvé l'écriture de Rosemary Rogers très agréable : elle est fluide, dynamique et ne manque pas d'un certain romantisme qui plaira aux plus sentimentales d'entre nous. On voit tout de suite qu'elle croit en ses personnages et c'est vraiment agréable : ça crédibilise tout de suite son texte !
Un palais sous la neige est un roman très agréable.

 

 

[les +] Des personnages intéressants qui font avancer l'histoire, une écriture fluide et agréable.
[les -] Une toile de fond qui aurait été intéressante d'exploiter un peu plus.

 

 

Du même auteur :
La belle du Mississippi Retour au Mississippi

Summerville Twins tome 2 : L'intrigante tome 3 : Une passion russe

Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 07:15

http://img.livraddict.com/covers/120/120188/couv10313027.jpg"J’ai vu le jour en 1947. Une immense ruche, composée de plusieurs bâtiments en briques rouges. Du plus haut de mes étages, par temps clair, on peut voir la tour Montparnasse et la tour Eiffel. De si beaux édifices ! J’ai l’impression qu’ils veillent sur moi comme je le fais pour les quelques quatre-cents locataires que j’abrite en mon antre. Parmi eux, figure une retraitée que je chéris particulièrement. Une dame, aussi solide que moi, avec un cœur gros comme ça ! Une dame qui se prénomme Mado. J’aimerais vous en dire plus..."

 

 

 

 

 

 

Quand j'ai vu cette nouvelle parution aux éditions La planète des couleurs, j'étais vraiment curieuse de la découvrir, surtout que je ne connaissais pas du tout l'univers de Jean Dominique Mazzoni et que, du coup, j'avais envie de mettre des mots sur un nom.
Comme toujours avec cette maison d'édition, j'ai passé un excellent moment en découvrant Dame Mado : l'histoire est simple mais elle est vraiment belle.

Ce qui m'a plu dans ce court roman d'une centaine de page, c'est qu'il n'y en a que pour Mado : cette grand-mère aimante et dévouée qui regarde grandir avec tendresse sa petite fille Aurélie et sa fille adoptive Béa. On sent tout de suite que la vie l'a éprouvé, d'abord avec la mort de son mari, puis avec celle de son fils Jacques mais aussi avec des disputes importantes avec sa fille Camille et sa cousine, Solène. Et puis, il y a la perte de son grand amour, Pierre, sans réelle explication qui la poursuit comme une ombre...
J'ai aimé voir que, pour cette parente aimante, chacun allait déplacer des montagnes pour lui permettre de retrouver Pierre, disparu sans laisser de trace, à part cette lettre d'amour qui arrive avec quarante ans de retard... Chacun va apporter une pierre à l'édifice, espérant ainsi permettre à Mado de revoir cet amour perdu.

Cette histoire est vraiment d'une simplicité et pourtant, elle m'a assez bouleversée : j'ai trouvé toutes ces attentions envers Mado vraiment très belles. Sans oublier qu'on entre facilement dans ce texte et que, du coup, l'on s'investit dans cette histoire qui nous donne aussi l'envie d'aider cette dame.

Les différents personnages m'ont bien plu, Mado forcément, mais aussi Béa et Aurélie qui dégagent une vraie fraicheur et savent arriver à leur fin. Toutes trois ne manquent pas de caractère et la tendresse qui unit ces trois femmes est vraiment belle a voir.

Pierre et David m'ont également bien plu : tous deux se laissent mener par le bout du nez, en ronchonnant un peu, mais j'ai beaucoup apprécié la douceur et la droiture de caractère que l'on ressent chez ces deux-là.
Par contre, le personnage de Camille m'a assez déplu : je trouve qu'elle arrive assez comme un cheveu sur la soupe et que son intervention n'apporte pas grand chose à l'histoire... Personnellement, je me serais bien passée de sa présence.

L'écriture de Jean Dominique Mazzoni est très agréable : il a su parfaitement retranscrire cette douceur et cette tendresse propre à l'histoire. Dame Mado est vraiment un bouquin chaleureux où l'on se sent bien : j'ai vraiment eu l'impression de rentrer au coeur de cette histoire et j'ai passé un excellent moment avec.
Un court roman à découvrir !

 

 

[les +] Un roman chaleureux, doux et tendre, une histoire où l'on s'investi facilement.
[les -] Un personnage (Camille) un peu de trop.

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs