Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2021 2 30 /11 /novembre /2021 06:00

 

 

 

 

 

 

Le Seigneur de Lochraven
Shannon DRAKE

Harlequin - 2020
Ebook (Epub) - 448 pages

 

 

 

 

 

 

 

Ecosse et Angleterre, 1561.

En rencontrant pour la première fois l'homme qu'on lui a assigné comme compagnon de voyage, lady Gwenyth MacLeod pressent que les jours à venir seront tumultueux... Favorite de la reine d'Ecosse Mary Stuart, elle est chargée par cette dernière d'une délicate mission : se rendre au palais de la reine Elisabeth d'Angleterre et convaincre la souveraine de ratifier son testament afin que Mary hérite de la Couronne anglaise. C'est pour l'aider à mener à bien les négociations que la reine lui impose la présence de l'un de ses fidèles chevaliers : Lord Rowan Graham, seigneur de Lochraven, un homme aussi mystérieux et indomptable que les Highlands sauvages dont il est natif. Un homme marié dont, d'emblée, le charisme envoûte et menace Gwenyth...

 

 

J'étais plutôt enthousiaste à l'idée de lire Le Seigneur de Lochraven : cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de romance historique et le fait que celle-ci se passe à la cour de Marie Stuart me plaisait beaucoup. Je dois donc dire que j'ai été assez déçue par cette histoire qui m'a semblée peu crédible par moment malgré le fait qu'elle soit très plaisante.

 

Comme je le disais plus haut, le cadre de cette histoire m'a beaucoup plu. J'ai trouvé ça très intéressant de situer celle-ci à la cour d'une reine qui a réellement existé. Sans particulièrement connaître l'histoire de Marie d'Ecosse, je dois dire que je m'y étais intéressée il y a quelques années après avoir découvert les premières saisons de Reign sur Netflix. Elle me donne l'impression d'avoir eu beaucoup de charme et un certain magnétisme que j'ai retrouvé dans Le Seigneur de Lochraven. J'ai notamment trouvé intéressant que le livre commence au moment où la Reine et ses dames d'Honneur remettent les pieds en Ecosse après avoir passé de longues années en France et de laisser la place à une intrigue réelle historique via l'affrontement des catholiques (dont fait partie Marie) suite à la conversion au protestantisme de l'Angleterre et de l'Ecosse.

J'ai également eu plaisir à rencontrer la Reine Elizabeth au travers du voyage de Gwenyth et Rowan. Je ne l'imaginais pas vraiment comme ça mais ce que j'ai lu me semble plutôt fidèle au peu que je connais sur elle.

La romance se construit doucement et de manière agréable et naturelle. J'ai aimé le fait qu'elle ne commence qu'une fois que le champs est livre ce qui m'a semblé particulièrement respectueux. Par contre, j'ai trouvé qu'elle commençait directement par le côté charnel de la relation, ce qui ne me semble pas très crédible pour l'époque et une jeune femme du rang de Gwenyth.

La conclusion est plaisante et plutôt dynamique. Il y a de nombreux rebondissements dans l'histoire et le dernier n'est pas des moindres. Il nous avait été un peu spolier durant le prologue mais je dois dire que je ne m'en souvenais plus au moment où l'histoire y arrive (est-ce vraiment une bonne idée de lire à 3h du matin ?). En soit, il m'a bien plu, mais je ne l'ai pas du tout trouvé crédible. Cela dit, j'aime beaucoup ce qu'il permet pour la suite.

 

J'ai trouvé Gwenyth très touchante. Je crois que c'est réellement une amie fidèle et dévouée, de celles que l'on aimerait tous avoir dans son entourage. J'ai aimé son empathie et sa compréhension, notamment au chevet de Catherine : sa douceur envers elle est très belle à voir. Elle est un peu trop parfaite à mon goût mais cela à l'avantage de permettre de se mettre facilement à sa place.

Rowan m'a également plu notamment par son courage, sa droiture et son respect d'autrui. Comme Gwenyth, c'est réellement quelqu'un sur qui l'on peut compter. Par contre, un peu bêtement, j'ai été perturbée de ne pas avoir une idée de l'âge qu'il peut avoir : cela m'a un peu empêchée de le personnifier dans ma tête.

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Shannon DRAKE et j'ai passé un bon moment. J'ai apprécié que le récit nous soit majoritairement conté par Gwenyth et que, au détour d'un chapitre, Rowan prenne la main. Cela donne une certaine dynamique au texte, notamment lors des scènes d'action, et nous permet de découvrir l'autre dace du miroir. J'ai également trouvé que l'auteure mêlait très habilement Histoire et invention rendant fluide la lecture de Le Seigneur de Lochraven.

Une lecture agréable mais peu crédible par moment.

 

 

[les +] Un texte qui mêle habilement réalité et invention, des personnages sympathiques.
[les -] Une certaine difficulté à me représenter les personnages, un petit manque de crédibilité par moment.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

Repost0
29 novembre 2021 1 29 /11 /novembre /2021 06:00

 

 

 

 

 

Amour Amour
Krista & Becca RITCHIE

Harlequin - 2020
500 pages

 

 

 

 

  

 

Las Vegas, sa Tour Eiffel et ses casinos débordants. Thora en rêve depuis longtemps mais, à 21 ans, lorsqu'elle y pose le pied pour passer le casting du spectacle de danse aérienne Amour Amour, son idéal chavire. Alors suspendue au rythme effréné du leader du spectacle avec qui elle passe le test, Thora découvre un niveau d'exigence auquel elle pense ne jamais pouvoir correspondre. Pourtant, Nikolaï, simplement appelé le "Dieu de Russie", capte en elle l'étincelle qu'il faut pour enflammer la scène du Masquarade Casino qui accueille le spectacle cinq fois par semaine, cinquante-deux semaines par an.

A tournoyer ensemble pendant des heures, le couple à la scène pourrait être tenté de le devenir en coulisse. Mais à quel prix ?

 

 

Après avoir lu Amour Amour, je comprends totalement la sortie en grande pompe organisée par les Editions Harlequin pour ce livre. Il a vraiment un truc en plus que beaucoup de romances n'ont pas.

 

J'ai tout de suite été happée par l'univers du cirque. Je ne connais pas vraiment ce milieu et ai pas mal d'aprioris dessus. Je trouve ça magique et en même temps très inquiétant. Je ne sais pas à quel point ce roman est fidèle au milieu mais, je dois dire que j'ai beaucoup apprécié le découvrir davantage. J'ai aimé voir l'envers du décor entre les castings déstabilisants et la difficulté des entrainements pour atteindre et maintenir le niveau. J'ai également aimé découvrir ce monde à travers les yeux émerveillés de Thora qui a su me le décrypter pour me le faire adopter.

J'ai également apprécié découvrir Vegas d'une manière un peu moins clichée que ce que l'on peut parfois lire dans les romans ou voir dans les films. J'ai apprécié voir davantage le spectacle que la tentation. De même, j'avais une opinion assez négative sur cette ville de tous les excès et, même si certaines facettes de mes clichés sont bien présentes, j'ai vu que Vegas était bien plus que ça.

La romance entre Nikolaï et Thora m'a beaucoup plu. J'ai aimé le magnétisme entre ces deux-là et la passion silencieuse qui les unit. J'ai trouvé ça naturel entre eux, logique, même s'ils sont un peu l'ombre et la lumière.

J'ai également aimé le lien à la famille - du sang et du coeur - que l'on trouve dans Amour Amour , à la fois protecteur et libérateur. J'ai aimé les liens qui unissent les Kosova et ai compris l'inquiétude des parents de Thora. Même si j'ai trouvé ces derniers plus injustes que compréhensifs : aimer, c'est avant tout écouter.

La conclusion m'a beaucoup plu, elle est à la fois douce et pleine de promesses. Et, j'ai surtout aimé qu'elle tienne compte de l'ensemble des intrigues du bouquin qui sont plutôt nombreuses, originales et bien exploitées.

 

Thora m'a beaucoup plu : j'ai aimé son énergie et sa motivation. Elle part se battre la fleur au fusil avec une certaine naïveté plutôt touchante. Je comprend Nicolaï et son besoin de la protéger : elle n'est pas vraiment méfiante et cela fait parfois un peu peur. J'ai également aimé son amitié un peu particulière avec Shay : on sent que la peur de l'échec s'est mise entre eux. Par contre, je dois dire que je ne comprends pas vraiment son obsession envers sa différence de taille avec Nikolaï.

Nicolaï est beaucoup plus sombre et son magnétisme m'a fait craquer. Il est difficile à cerner : il donne une certaine impression de danger et, pourtant, il fait preuve de beaucoup d'affection et de générosité envers les siens. Par contre, je dois dire que son passe-temps du samedi soir m'a plutôt troublée : c'est un peu malsain, non ?

 

C'était la première fois que je lisais un livre de Krista et Becca RITCHIE et je dois dire que je suis totalement sous le charme. C'est très troublant de lire un livre écrit à quatre mains et il est clair que l'expérience n'en est que plus riche : aucun doute sur le fait que plus l'on est nombreux, plus on a d'idées. J'ai trouvé la lecture de ce roman étonnamment fluide, sans démarcation d'écriture. J'ai apprécié la construction du roman qui se concentre sur Thora tout en nous permettant, de temps en temps, de découvrir ce qu'il se passe dans la tête de Nik.

Une romance à découvrir.

 

 

[les +] Une romance atypique, un cadre envoutant, des personnages intéressants.

[les -] Quelques passages un peu malsains.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 06:00


 

 

 

 

 

 

Everytime We Touch
Allie KROWN

Harlequin - 2021
Ebook (epub) - 339 pages

 

 

 

 

 

 

Il est l'objet de tous ses fantasmes, mais aussi le plus grand des interdits…

Le cœur de Savannah est sur le point d'exploser. Deux ans qu'elle redoute ce moment, qu'elle repousse la possibilité de se retrouver face à Luis, le frère - sublime - de son fiancé. Elle a beau avoir essayé de l'oublier, rien n'y fait. Depuis ce baiser qu'ils ont échangé en secret, il ne quitte plus son esprit. Et, aujourd'hui encore, ses pires craintes se confirment. Pourquoi faut-il que son traître de de corps s'embrase dès qu'elle pose les yeux sur son torse musclé ? Luis lui est interdit, l'a toujours été. Si Savannah ne veut pas que son petit ami se doute de quelque chose, elle va devoir mettre un terme à tout ça, en restant loin, très loin, de Luis. Même s'il semble prendre un malin plaisir à lui compliquer la tâche

 

 

J'ai été agréablement surprise par cette histoire qui est bien plus élégante que ce qu'aurait pu me laisser penser le résumé. En effet, l'histoire d'Ava est celle d'une jeune femme qui craque sur le frère de son fiancé... C'est un sujet assez touchy mais l'auteure le fait avec un certain respect et de la délicatesse.

 

L'intrigue n'est pas vraiment originale. Par le passé, j'ai déjà eu l'occasion de découvrir plusieurs romans dont les héroïnes craquaient sur un proche de leur fiancé dont plusieurs édités par Harlequin. Bien souvent ces jeunes femmes se sont effacées pour correspondre aux attentes de leur bien-aimé et redeviennent celles qu'elles sont réellement au contact de leur crush. Pour le coup, Ava ne fait pas défaut à cette description : c'est exactement ça !

Il n'y a donc pas réellement de surprises si vous êtes habituées à ce genre de romance mais je dois dire que c'est réellement le cadre de cette histoire qui m'a conquise. La midinette qui sommeille en moi à totalement été charmée par le côté paillettes apporté par le groupe de rock de Luis et de ses amis. Cela fait écho à la jeune fille que j'étais à l'âge d'Ava (elle n'a pas 21 ans) qui craquait pour les musiciens ;)

Autant l'histoire m'a bien plu, autant j'ai été agacée par l'excessive présence du sexe dans cette histoire. Je n'ai rien contre les scènes hot quand elles sont bien choisies et pas trop répétitives (ce qui est malheureusement rarement le cas) mais là, il est tout le temps question de sexe. Il n'y a pas une conversation entre personnages où il n'y en est pas question et, pour le coup, j'ai trouvé ça assez vulgaire.

Je dois dire également que je ne me suis pas retrouvée dans certains raccourcis qui sont faits. Je pense notamment aux ultimatums évoqués "le foot ou moi" : ce n'est pas si manichéen que ça. Les deux devraient être compatibles pour être heureux sur du long terme.

J'ai trouvé la conclusion peu originale même si elle est celle que je souhaitais lire. En fait, elle est identique à celle des bouquins que j'ai lu qui ont une intrigue similaire. La pirouette utilisée pour contourner l'infidélité d'Ava est certes suffisante mais c'est trop facile (et peu original) à mon goût. Personnellement, je ne suis pas très fan du œil pour œil, dent pour dent.

 

Ava m'a bien plu. J'ai l'ai trouvée très sympathique et j'ai aimé sa joie de vivre. Par contre, je ne me suis pas vraiment retrouvée en elle mais je pense que c'est aussi dû au fait qu'elle ne soit pas très mature pour son âge. Je l'ai trouvée assez naïve et son incapacité à dire "non" m'a agacée : faire plaisir n'est pas s'empêcher de faire ce qui nous fait vibrer.

Luis est charmant. Je ne l'ai pas trouvé très respectueux de son entourage mais il a ce truc en plus qui fait que l'on lui pardonne tout de bon coeur. Il a vraiment ce magnétisme des rock stars et je crois bien, qu'ado, j'aurai aussi été un peu amoureuse de lui.

La bande de copains m'a beaucoup plu même si leur vulgarité m'a pas mal agacée. J'ai beaucoup aimé leur alchimie et leur proximité. On sent que les liens qui les unissent sont forts et leur permettront de passer au-dessus de plusieurs déceptions.

 

C'était la première fois que je découvrais la plume d'Allie KROWN et j'ai passé un agréable moment. J'ai trouvé son écriture très fluide et facile à suivre : l'on se laisse totalement porter par ses mots et il m'a été difficile de poser ce bouquin un fois commencé (heureusement qu'il est plutôt rapide à lire !). J'ai aimé l'attachement que l'on ressent à travers son écriture pour ses personnages et qui nous fait les aimer malgré les différents.

Une lecture agréable.

 

 

[les +] Une histoire finalement plutôt élégante, des personnages attachants, un Luis charismatique.

[les -] Beaucoup de sexe et de vulgarités.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

Repost0
27 novembre 2021 6 27 /11 /novembre /2021 06:00

 

 

  

 

 

Quelque chose dans ton regard
Amabile GIUSTI

Montlake - 2019
ebook (epub) - 376 pages

 
 

 

 

 

Sept ans après la disparition de sa sœur, Jude se lance à sa recherche. Le passé de Francisca Lopez est empreint de douleur et de violence. Elle a connu la délinquance, la prison... Et un seul homme, Marcus, qui partageait les recoins les plus sombres de sa personnalité. Désormais, il a refait sa vie avec Penny, la douce jeune fille à la mèche de cheveux rose et Francisca doit se reconstruire seule. Elle part s'installer à Amherst, la ville d'Emily Dickinson car, dans les moments les plus difficiles, la poésie a toujours été sa bouée de sauvetage. A l'université, le cours de poésie contemporaine est donné par Byron Lord, un jeune et séduisant professeur au nom hautement prophétique, fasciné par les "yeux de pétrole" de Francisca. Entre eux naît une relation étrange et fragile : une tendre alchimie amoureuse qui risque à tout moment d'être balayée par leurs secrets respectifs et par la grande fragilité de Francisca. Une histoire destinée à croiser la nouvelle vie de l'inoubliable Marcus, dans un final tendrement inattendu...

 

 

En ouvrant ce livre, je m'attendais à autre chose. A quelque chose de beaucoup plus conventionnel pour une romance en fait... Parce que là, j'ai vraiment été déstabilisée et, forcément, cela s'est ressenti dans mon plaisir.

 

Il faut dire aussi que Francisca, l'héroïne, n'est pas particulièrement attachante : elle a un passé lourd, un sale caractère et beaucoup, beaucoup de colère en elle qui peut l'amener à une certaine violence. Elle rejette tous ceux qui l'approche et son physique de reine de beauté est beaucoup trop mis en avant à mon goût (même si Francisca réprouve celui-ci). Du coup, c'est particulièrement difficile de se retrouver en elle, surtout dans le contexte où on la rencontre où elle est dans une obsession assez malsaine envers son ex. Personnellement, je crois que tout ça m'a fait hérisser mes barrières de protection mentales afin de ne pas trop être affectée par toute cette négativité.

Cela dit, si le premier contact a été dubitatif, je dois dire que j'ai beaucoup apprécié apprendre à découvrir Francisca chapitre après chapitre. J'ai beaucoup aimé la voir s'ouvrir, se battre pour construire quelque chose et se faire des amis. On sent que tout ça n'est pas forcément inné chez elle mais ça lui réussi plutôt bien.

Byron m'a davantage plu mais c'est surtout dû au fait qu'il est plus facile de s'identifier à lui. J'ai aimé ses nombreuses facettes qui nous font le découvrir sans cesse sous un nouveau jour et son caractère protecteur. Il n'est vraiment pas celui qu'il a l'air d'être et j'aime beaucoup ça.

 

L'histoire en elle-même ne m'a pas vraiment plu. Elle est sympa' mais la romance est assez clichée et les éléments plus originaux (comme la grand-mère de Byron, le beau-père de Francisca ou les années de prison de cette dernière) sont rapidement écartés. J'aurais bien aimé que ces intrigues secondaires soient plus présentes et exploitées afin de donner un peu plus de profondeur à cette histoire.

Quelque chose dans ton regard est un deuxième tome mais je ne pense pas que ma résistance face à ce livre ait un rapport. En soit, cela ne m'a pas gênée de ne pas savoir ce qu'il s'était passé avant, même si je reste curieuse de le savoir et puis l'auteure nous donne tout de même quelques indices.

 

En soit, je crois que c'est avant tout avec l'écriture de l'auteure que j'ai eu du mal à accrocher. Pourtant, j'ai bien aimé la construction du roman qui alterne les voix de Francisca et Byron en reprenant les scènes différentes. Cela donne un rythme intéressant à l'histoire, assez indolent, qui nous donne sans cesse les deux versions de l'histoire. En fait, j'ai trouvé l'écriture d'Amabile GIUSTI très compliquée à lire, avec trop de virgules : j'ai dû régulièrement retourner en arrière pour essayer de comprendre ce qui était dit, rendant la lecture laborieuse. Cela a notamment été le cas en début du bouquin et, à force, je me suis habituée à son écriture et j'ai été de moins en moins gênée, mais cette impression d'"effort" est belle et bien restée. En soit, ma remarque est plutôt ironique : j'abuse également beaucoup des virgules quand j'écris ;)

Une lecture décevante pour une intrigue prometteuse.

  

 

[les +] Un ton mélancolique, des héros cabossés, un rythme indolent dû aux deux voix.
[les -] Une écriture pénible à lire.

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Amazon Crossing
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

Repost0
26 novembre 2021 5 26 /11 /novembre /2021 06:00

 

 

 

 

 

 

Burning Possession
Sarah BABILOTTE

Harlequin - 2021
Ebook (Epub) - 192 pages

 

 

 

 

 

 

 

Les coups de foudre les plus intenses sont aussi ceux dont il faut se méfier...

Mais qu'est-ce qui lui a pris ? Ava peine à retrouver ses esprits. Elle était dans le café de sa meilleure amie quand elle a croisé le regard ténébreux de cet inconnu. Ensuite Ensuite, ils ont discuté et elle s'est dit qu'en plus d'être très séduisant, il avait de l'esprit et de l'humour. Et puis, il lui a confié qu'il cherchait du travail et elle a répondu que son agence immobilière souhaitant justement recruter un assistant. Et maintenant Devon Pierce, qui a visiblement un effet très dangereux sur le fonctionnement de son cerveau, va travailler avec elle. Tous les jours. Mon Dieu, ça veut dire qu'il va aussi bosser avec cette peste de Rachel dont le tableau de chasse déborde ! Et il est hors de question que Devon s'y ajoute

 

 

Pour le coup, je ressors assez déçue de cette lecture… Et, pourtant, les premiers chapitres m'ont vraiment plu et j'étais donc très enthousiaste à l'idée de le lire : il faut dire que j'ai trouvé le cadre de la rencontre entre Devon et Ava très charmant et prometteur. J'ai tout de suite aimé la séduction non dissimulée de leurs échanges et leurs regards aimantés. J'ai également été fascinée par le travail d'Ava et la compétition que son patron met en place entre elle et son infernale collègue Rachel. J'ai trouvé cette intrigue très originale, d'autant plus qu'elle offre pas mal de possibilité en terme d'humour… Chemin sur lequel l'auteure ne s'est pas lancée.

Là où tout se gâte, c'est quand une vraie relation se met en place entre Ava et Devon. Celle-ci ne m'a pas du tout fait rêver. Pour tout dire, je l'ai trouvée vraiment malsaine tant elle n'est que sexuelle et fait faire des choses irrespectueuses (et pas toujours vraiment consentantes) à Ava. Peut-être que beaucoup de lecteurs retrouveront plusieurs de leurs fantasmes dans ce livre mais, personnellement, les scènes de sexe sont tellement présentes et répétitives que je les ai sautées. Franchement, ça ne m'étonnerait pas si on me disait que je n'ai lu que 80 % du bouquin tellement elles reviennent continuellement.

Ce qui m'a agacée également dans leur relation, c'est l'absence de communication entre eux. Au moindre problème, cela se règle par une partie de jambe en l'air. Pour éviter une conversation, ils couchent ensemble. Pour mettre fin à une dispute, idem. Pour se prouver qu'ils s'aiment, c'est la même chose. Franchement, leurs parents ne leurs ont pas dit qu'aimer, c'était faire attention à l'autre, l'écouter et le soutenir ? Parce que, là, c'est continuellement l'inverse qu'ils font. Je les ai trouvés particulièrement vulgaires et primaires : depuis quand, on demande à l'autre d'écarter les jambes pour prouver son amour ?

Cependant, je dois avouer que je n'avais pas du tout vu venir les rebondissements de la fin du livre concernant la relation de ces deux-là (par contre, j'avais bien deviné pour le côté pro').

Franchement, avec ça en début de relation, je ne vois pas comment ils vont pouvoir construire quelque chose. En fait, pour faire simple, en plus de m'avoir agacée, je ne crois pas du tout au couple d'Ava et Devon.

 

Ava ne m'a pas vraiment plu, je ne l'ai pas trouvée fiable tant en amitié qu'en amour. C'est ce que je recherche dans mon entourage et, ne pas le trouver chez elle, me fait la classer dans les personnages que je n'aimerais pas côtoyer. Je ne me suis vraiment pas du tout reconnue en elle et sa façon de dépenser à tors et à travers ne m'a pas aidée.

De même, Devon ne m'a pas séduite. Je l'ai trouvé faux et ses sautes d'humeur à répétition m'ont lassée et fait un peu peur : il m'a parfois donné l'impression de pouvoir devenir violent. Cela dit, c'est vrai aussi que le contexte est très particulier pour lui et je serai donc curieuse de réellement apprendre à le connaitre dans le prochain tome.

Contre tout attente, Rachel m'a bien plu. J'aime bien son personnage de garce qui, sans être réellement crédible, a du potentiel. La meilleure amie d'Ava m'a également plu : j'ai aimé son écoute, ses bons conseils et, clairement, je ne serais pas contre prendre un thé dans son café Le Melrose.

 

Je découvre l'écriture de Sarah BABILOTTE et je suis plutôt agréablement surprise. Malgré l'intrigue qui m'a un peu déçue et les scènes de sexe à répétition qui m'ont lassée et agacée, je dois dire que j'ai plutôt passé un bon moment en lisant ce roman. J'ai aimé l'entrain qui se dégage de son écriture et sa façon de ne pas s'appesantir sur les détails, même si certains m'ont chagrinée : notamment la question du tutoiement/vouvoiement (ça existe ça, en anglais ? oO') et la proportion d'Ava à vider un paquet de clopes par jour (ça ne m'a pas paru crédible sachant que les américains ont en horreur la cigarette).

Une lecture décevante.

 

 

[les +] De nombreux rebondissements, un contexte original, une narration punchy.
[les -] Trop de sexe vulgaire au consentement moyen-moyen.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

Repost0
2 novembre 2021 2 02 /11 /novembre /2021 06:00

 

 

 

  

Quand on a que l'amour
Nick ALEXANDER

Amazon crossing - 2019
ebook (epub) - 379 pages

 

 

 

 

 

 

Catherine était le grand amour de la vie de Sean. A sa disparition, elle lui a laissé une boîte remplie d'enveloppes, contenant chacune une photo et une cassette.

Ce sont des messages que Catherine a enregistrés peu avant sa mort : des souvenirs de leur couple mais aussi des pensées et des secrets qu'elle n'avait jamais partagés avec son mari. A mesure que Sean les écoute, il est de plus en plus mal à l'aise : sa femme a beau avoir choisi chacun de ses mots avec amour, ils sont aussi douloureux d'honnêteté - parfois douloureux tout court. De révélation en révélation, les certitudes de Sean vacillent : et s'il se trompait sur leur histoire et ce qu'il pensait être leur passé commun ?

Cependant, il ne peut s'empêcher d'espérer que les cassettes lui apporteront enfin la réponse à la question qu'il n'a jamais osé poser. Le destin existe-t-il vraiment ? Et si oui, Catherine et lui étaient-ils faits pour s'aimer ?

 

 

J'ai été très étonnée de découvrir cette histoire cachée derrière ce livre. Je m'imaginais quelque chose de joyeux et j'étais clairement à des années lumières de la réalité ! Quoique, je ne peux pas dire que ce n'est pas réjouissant… Mais la nostalgie apporte souvent son lot de larmes. Au fond, je trouve cette couverture parfaite pour illustrer l'histoire de Catherine et Sean.

 

Les grandes lignes de cette histoire m'ont évoquées d'autres livres tels que P.S.: I Love You ou encore 13 Reasons Why mais le rendu en est tout autre. Déjà parce que les personnages n'ont pas du tout le même âge mais surtout parce que le ton y est complètement différent. J'aime cette idée d'accompagner ses proches suite à son décès mais d'un autre côté, c'est presque cruel de les habituer à ça en sachant qu'il y aura une fin.

J'ai aimé le fait que Catherine fasse tout ça pour que son mari se souvienne d'elle telle qu'elle était vraiment, sans enjoliver la vérité, tout en révélant certains secrets. J'ai trouvé le geste plutôt beau de "s'offrir" ainsi même s'il est clairement trop tard. Tout est factuel mais face à certaines révélations qui tiennent du quiproquo, je ne sais pas comment fait Sean pour ne pas se jeter par une fenêtre. C'est vraiment terrible de connaître la vérité et de ne pas pouvoir l'exprimer. Et ça l'est encore plus quand on se dit que tout aurait pu être évité en en parlant ensemble.

J'ai aimé voir Sean reprendre goût à la vie en écoutant Catherine raconter leur histoire. C'est assez chouette de voir que ces souvenirs lui donnent envie de se remettre aux choses qui lui ont fait du bien mais aussi de réaliser les rêves qu'il pensait inaccessibles. J'ai trouvé beau la façon dont Catherine le prépare à certaines belles surprises de la vie en lui ouvrant discrètement les yeux sur ce qui peut se passer. Certaines étapes de la vie - même jolies - doivent être difficiles à passer lorsque l'on est veuf, tant l'on aimerait que l'autre soit présent et Catherine sait trouver les mots justes pour que Sean le fasse sans culpabilité.

J'ai aimé la conclusion, pleine de douceur et d'amour. J'ai été touchée par les révélations de Cynthia qui confirme ce que l'on avait envie de croire depuis le début. J'ai d'autant plus apprécié que cela vienne d'elle, tant c'est le dernier messager auquel j'aurais pensé. J'ai également trouvé beau la façon dont Catherine ouvre le champs des possibles et terriblement mignon la façon dont Sean tâte le terrain. Difficile de savoir réellement ce qu'il va se passer ensuite mais je n'ai aucun doute sur le fait que Sean va être heureux et que Catherine l'attend quelque part ;)

 

Sean m'a beaucoup plu. Je me suis reconnue en lui mais j'imagine aussi que son chagrin y est pour beaucoup : nous sommes tous passés par la perte d'un proche et, forcément, on se retrouve dans ce qu'éprouve Sean. Je l'ai trouvé très touchant dans son amour pour Catherine et aussi dans la proximité qu'il a avec Avril, leur fille. J'ai aimé sa douceur, son humour et son amitié avec Mags.

Catherine m'a également beaucoup plu : clairement, c'est terrible ce qu'elle fait à Sean mais je trouve ça aussi très courageux. C'est difficile de prendre le risque de se faire haïr par un proche et, même si elle le fait une fois partie, je trouve tout de même son geste audacieux. J'ai aimé la découvrir à travers ses enregistrements et ses souvenirs plus ou moins heureux. Sa façon de cacher ses faiblesses, ses doutes et ses différences dans le monde "favorisé" qu'elle a appris à côtoyer en rencontrant Sean m'a particulièrement touchée.

Mags, Avril et Roman m'ont également plu. J'ai aimé leur façon plus ou moins intrusive d'être là pour Sean et l'écoute dont ils font preuve même s'ils sont eux aussi dans le chagrin. Tous ensemble, ils forment vraiment une belle équipe.

 

C'était le deuxième livre que je lisais de Nick ALEXANDER et je dois dire qu'il m'a bien davantage conquise que le premier. J'ai aimé y retrouver son écriture douce et fluide où nous n'avons plus qu'à nous laisser porter. J'ai vraiment aimé la façon dont la nostalgie ressort de cette histoire, nous plongeant dans un état un peu mélancolique sans pour autant virer au pathos, tant l'espoir d'un futur heureux est caché derrière chaque message. J'ai apprécié ce récit à deux voix, qui se répondent sans s'entendre, pour nous laisser voir plus que la réalité.

Une jolie découverte.

 

 

[les +] Beaucoup d'émotion, une neutralité factuelle, un futur heureux qui se dessine.

[les -] Un scénario qui en rappelle d'autre

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Amazon Crossing
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

 

 

Du même auteur :
 À la poursuite de Zoé

Repost0
1 novembre 2021 1 01 /11 /novembre /2021 06:00

 

 

  

 

 

Our Love Will Never Die
Eva DE KERLAN

Harlequin - 2021
Ebook (epub) - 220 pages

 

 


 

 

  

 

Pour elle, il est prêt à prendre tous les risques. Même celui de souffrir.

Le monde de Niels n'est plus le même depuis qu'Ileyna y a fait irruption. Ce soir-là, elle lui est apparue, sublime, au milieu de la foule et des flashs du stroboscope, alors qu'il était occupé à servir les clients au bar. Quand il lui a avoué être sourd, elle n'a pas disparu comme tous les autres, une expression de pitié sur le visage. A la place, elle l'a entraîné sur la piste de danse pour lui faire vivre un moment hors du temps. Depuis, elle occupe toutes ses pensées ; il revoit sans cesse sa peau caramel, ses lèvres pulpeuses et son regard si déstabilisant, comme si elle pouvait lire au plus profond de lui. Mais Ileyna n'est pas du genre à se laisser apprivoiser et, si son caractère volcanique en impressionne plus d'un, Niels, se pret une chose : il fera tout pour la convaincre qu'ils sont faits l'un pour l'autre.

 

 

Après une lecture éprouvante par les atrocités qu'elle décrit, j'avais besoin d'une lecture rapide et sans prise de tête. Mon choix s'est donc porté sur Our Love Will Never Die qui fut très agréable bien que différente de ce que je souhaitais lire. Clairement, pour une roman Harlequin, elle est bien plus sombre que ce à quoi je m'attendais.

 

Passé l'effet de surprise, je dois dire que j'ai bien adhéré à cette histoire pas vraiment comme les autres. Il faut dire aussi que le cadre et la trame sont assez originaux pour une romance. Déjà, le héros est sourd... C'est rare dans ce genre de livre et je le regrette. Tous les lecteurs ne sont pas bien portants et, clairement, ce n'est pas parce que l'on n'est pas porteur d'un handicap que l'on ne peut pas s'identifier à un personnage. J'ai aimé découvrir le monde de Niels et sa façon d'interagir avec les autres. J'apprécie ce genre de personnage qui nous permet de mieux comprendre certaines choses et de renforcer notre empathie.

L'intrigue autour de la perte de mémoire d'Ileyna m'a également plu. J'ai trouvé ça original que le roman tourne autour de la reconquête du coeur de la jeune femme par Niels : je ne crois pas déjà avoir lu une histoire comme cela. D'autant plus que certains de leurs proches voient dans cette séparation l'occasion de tenter leur chance. Bien que les rebondissements soient intéressants et plutôt logiques, je ne les ai pas toujours trouvés crédibles. Au fond, je pense que c'est aussi dû au fait que je ne trouve pas l'histoire entre Illeyna et Niels très jolie : je trouve que tous les deux ne sont pas vraiment sur un même pied d'égalité.

La conclusion est sympathique, telle que l'on voulait la lire. Je pensais qu'elle serait un peu différente mais, au final, la nouvelle page qui s'offre aux personnages me plaît bien.

 

Niels m'a beaucoup plu et j'ai trouvé très intéressant le fait que la grande partie de l'histoire soit racontée par lui. C'est assez rare dans les romances d'avoir la vox masculine aussi développée et j'ai trouvé ça vraiment sympa, surtout dans ce cadre si particulier. J'ai trouvé Niels très touchant et j'ai apprécié les jolis souvenirs de son frère qu'il nous partage sous le prétexte de se lancer en magie. C'est un passe-temps qui peut paraitre un peu enfantin mais, au vu du contexte, cela m'a beaucoup émue.

J'ai vraiment eu du mal avec le personnage d'Ileyna que j'ai trouvé très instable. J'ai aimé ses premières rencontres avec Niels, dans l'écoute et le respect mais son comportement par la suite m'a, par moment, vraiment dérangée. Je ne doute pas qu'elle vaille la peine d'être connue, mais ce roman ne la met pas vraiment en valeur et donne l'impression qu'elle ne mérite pas vraiment Niels.

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Eva DE KERLAN et j'ai vraiment passé un bon moment en le découvrant. J'ai beaucoup apprécié la manière dont elle a rythmé son histoire entre passé et présent tout en laissant Niels nous raconter son histoire. J'ai également apprécié le fait que les amis d'Ileyna - mais aussi la jeune fille - prennent parfois la parole le temps d'un chapitre. Cela donne un autre tempo au roman et nous permet de voir différemment les choses. L'écriture de l'auteure est fluide et très agréable à suivre.

Une romance étonnante.

 

 

[les +] Un cadre et une histoire originaux pour une romance.
[les -] Ileyna qui ne m'a pas été très sympathique.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 06:00

 

 

 

 

 

 

Sous un ciel écarlate
Mark SULLIVAN

Amazon crossing - 2019
ebook (epub) - 489 pages

 

 

 

 

 

 

En 1943, Pino Lella est un jeune italien comme les autres : il aime la musique, les filles et ne veut pas entendre parler ni de la guerre, ni des nazis. Mais le temps de l'innocence prend fin lorsque l'appartement familial est détruit par un raid des Alliés sur Milan. Pino entre alors dans la clandestinité en rejoignant un réseau qui aide les Juifs à passer en Suisse. Il y rencontre Anna, jolie veuve de six ans son aînée, dont il tombe follement amoureux.

Mais les parents de Pino l'obligent bientôt à s'enrôler dans l'armée allemande, pensant le mettre ainsi à l'abri. Blessé, il devient à dix-huit ans le chauffeur du bras droit d'Hitler en Italie puis, rapidement, espion pour les Alliés. Dès lors, Pino ne cesse de se révolter face aux horreurs de la guerre et de courir tous les dangers pour l'amour d'Anna.

Basé sur l'histoire véridique d'un héros oublié, ce roman est une ode au courage et à la résilience.

 

 

J'étais très curieuse de me lancer dans ce livre d'autant plus que j'ai rarement été déçue de mes lectures chez Amazon Publishing et que les quelques chroniques lues en diagonale juste avant étaient plutôt positives.

Effectivement, je ressors très contente de cette lecture, à la fois lessivée, triste et boostée par le courage des hommes et des femmes que l'on découvre dans ce livre et qui ont bel et bien existés.

 

Comme beaucoup, je m'intéresse (plutôt de loin - je l'avoue) à l'Histoire et notamment à la seconde guerre mondiale. Petite, je trouvais ça fou que mes grands-parents avaient vécu tout ça à mon âge et plus, grande, j'ai pris conscience de l'horreur que cela était. Pendant mes études en Allemagne, j'ai eu la chance de suivre un cours d'Histoire sur la place du pays en Europe et je me souviens avoir été choquée par le poids de la culpabilité allemande. Franchement, jamais auparavant je ne m'étais réellement rendue compte que les jeunes allemands d'aujourd'hui souffraient encore de cette part noire de leur Histoire nationale. Je me souviens également avoir été abasourdie en prenant conscience que les grands-parents de mes copains avaient participés à la guerre du côté Nazi. Je m'étais toujours figurée que les Nazis étaient très méchants et donc à l'extrême opposé de leurs grands-parents charmants que j'avais eu l'occasion de rencontrer. Jamais, jusqu'à ce moment-là, je n'avais pensé que si mes grands-parents avaient vécu la guerre, les leurs aussi.

 

Alors, je dois dire que j'étais plutôt curieuse de découvrir la partie italienne dans Sous un ciel écarlate, d'autant plus qu'elle n'est pas très mise en avant en France et que j'ai toujours eu un peu de mal à comprendre ce qu'était le fascisme. Bon, sur ce dernier point, le livre n'a rien changé mais j'ai été étonnée de toute la complexité de la guerre en Italie ou les camps s'affrontant sont vraiment très nombreux : nazis, partisans et résistants. Je me suis un peu mélangée les pinceaux avec tout ça mais, clairement, sans ce livre, je ne me serais jamais vraiment doutée de toute cette complexité bien propre au pays.

J'ai vraiment été happée par l'histoire de Pino que l'on voit vraiment changer au travers des épreuves qu'il traverse. On le découvre adolescent, insouciant, prêt à tout pour séduire une jolie fille et, au fur et à mesure que les pages se tournent, on le voit s'endurcir, oser et prendre des risques. En quelques mois à peine, il est devenu bien plus adulte que je ne le serai probablement jamais. Il fait des choix difficiles que l'on se voit tous faire et dont bien peu d'entre nous auraient eu le courage. J'ai trouvé particulièrement dur les moments où ses proches lui tournent le dos car il porte le brassard nazi sans savoir réellement de quoi il en retourne. Certains moments m'ont profondément attristée et d'autres choquée, notamment les vengeances hâtives de la fin de la guerre où tout semble se régler d'un coup de feu, sous le prétexte d'une trahison et sans preuve. Toutes les horreurs de la guerre m'ont également ébranlée mais celles-ci tout particulièrement puisque la joie de la liberté laisse rapidement place à la haine.

J'ai aimé la part de romance qui apporte un peu de légèreté face au poids de l'Histoire. Les moments entre Pino et Anna sont doux et nous font croire qu'un bonheur sera possible après tout ça.

Je dois dire également que je n'ai pas tout compris à la conclusion, notamment en ce qui concerne le général Leyers. Impossible de savoir qui il était réellement et, pour le coup, google ne m'a pas aidé à en savoir plus. Cependant, j'ai beaucoup aimé l'épilogue qui retrace la vie de chacun après la guerre.

 

J'ai beaucoup apprécié découvrir cette part de l'Histoire italienne qui m'était totalement inconnue aux côtés de Mark SULLIVAN. Jusqu'à présent, je n'ai lu que très peu d'histoire qui racontent la vie de vrais gens et je dois dire que je suis bien incapable de dire quels passages ont été inventés et à quel point cette histoire est potentiellement romancée. J'ai trouvé l'écriture de l'auteur très prenante, dans l'action et bien rythmée avec des temps plus calme. J'ai aimé sa façon de nous transmettre les horreurs de la guerre avec pudeur et sans fascination morbide, laissant le champs ouvert aux lecteurs plus jeunes.

Une lecture prenante.

 

 

[les +] Une histoire vraie, joliment racontée.
[les -] Des passages parfois choquants bien que sans gore.

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Amazon Crossing
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

Repost0
30 octobre 2021 6 30 /10 /octobre /2021 05:00

 

 

 

 

 

Opération boss infiltré... et crush interdit !
Nathalie CHARLIER

Harlequin - 2021
ebook (epub) - 140 pages

 

 

 

 

 

  

 

Jouer les boss incognito ? C'est sa spécialité. Craquer pour sa cheffe ? Une très mauvaise idée…

Se faire passer pour un stagiaire ? Simon commence à en avoir l'habitude. Il a beau être le directeur de Stern Publishing, cette méthode reste le meilleur moyen de découvrir les petits secrets des entreprises que ses associés et lui souhaitent racheter. Mais, cette fois-ci, sa mission d'infiltration dans la maison d'édition Belgravia rencontre un léger problème : Joan, la responsable éditoriale du pôle Romance. Cette femme le déteste (sinon pourquoi lui donner ce manuscrit porno ignoble à lire ?) et elle n'a visiblement pas digéré le fait qu'il l'ait traitée de lutin maigrichon. A moins que ce ne soit tout l'inverse et qu'elle s'acharne sur lui pour cacher son attirance ? En tout cas, Simon trouve ce petit jeu très amusant tant que lui non plus ne craque pas.

 

 

Après avoir lu un bon pavé, j'aime bien enchaîner avec une lecture rapide et sans prise de tête. C'est comme ça que j'ai sorti Opération boss infiltré... et crush interdit ! de ma PAL. Avec un titre pareil et ses 138 pages, je ne doutais pas qu'il répondrait à mes attentes !

 

Et, effectivement, l'histoire de cette romance est très plaisante. Rien que la première rencontre entre Joan et Daniel est plutôt pépite : c'est amusant, c'est frais et ça pétille ! J'ai beaucoup aimé l'alchimie entre ces deux-là. Entre remarques piquantes et regards doux, ils nous soufflent sans cesse le chaud et le froid. J'ai aimé les crasses qu'ils se font, les moments volés pleins de malice et les choses qu'ils ne se disent pas. Leur rapprochement se fait naturellement et de manière plutôt crédible : c'est réellement une jolie histoire à laquelle j'ai eu envie de croire.

J'ai également bien apprécié le cadre du boss infiltré, un peu à la manière de l'émission de télévision Patron Incognito mais en plus glamour. Certains moments sont un peu tirés par les cheveux mais, dans le cadre de la romance, ça passe. Clairement, Joan aurait pu le débusquer plus d'une fois tant la discrétion de Daniel n'est pas toujours au rendez-vous. La conclusion m'a bien plu : elle est mignonne et plutôt crédible. Après tout, comme bien souvent en romance, c'était aussi celle que nous avions tous envie de lire.

 

J'ai beaucoup apprécié Joan avec ses doutes et l'entrain qu'elle met dans son travail. J'ai beaucoup aimé sa façon de voir les choses et d'impliquer ses collaborateurs. J'ai l'impression qu'il y a plusieurs bonnes idées à lui piquer ! Par contre, j'aurais bien aimé que le personnage soit davantage creusé. Je sais que c'est compliqué en aussi peu de pages mais, du coup, son histoire personnelle - bien que plutôt triste - ne m'a pas touchée.

J'ai également eu la même impression avec Daniel sur son passé quine m'a pas atteinte. Cependant, je l'ai trouvé très sympathique et ai apprécié le côté mystérieux que lui confère le cadre de l'histoire.

 

J'ai apprécié retrouver l'écriture piquante et pleine d'humour de Nathalie CHARLIER ainsi que le dynamisme bien particulier qu'elle confère à ses histoires. J'ai beaucoup apprécié le rythme enjoué qu'elle a donné à ce roman ainsi que la diversité des émotions qu'elle arrive à nous partager en quelques pages.

Une lecture feel good.

 

 

[les +] Une jolie romance, un cadre atypique, de la bienveillance.
[les -] Des personnages un peu superficiels.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

 

Du même auteur :
 Toi que j'ose aimer

Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 05:00

 

 

 

 

 

 

 

La Vie en rouge de Sam
Robert DUGONI

Amazon crossing - 2020
ebook - epub - 579 pages

 

 

 

 

 

 

Il voit le monde différemment, aujourd'hui plus que jamais.

Sam Hill a toujours vu le monde à travers des yeux différents. Né avec des pupilles rouges, il a été surnommé "devil boy" ou Sam Hell par ses camarades d'école. Sa mère, quant à elle, attribuait cet albinisme oculaire à la volonté de Dieu. Encouragé par la foi et la sagesse de ses parents et par ses deux amis, marginaux eux aussi, Sam a poursuivi sa route.

Quarante ans plus tard, Sam est ophtalmologue et ne croit plus qu'il y ait un dessein derrière les évènements - surtout pas la tragédie qui lui a fait tourner le dos à la vie qu'il avait toujours connue. Fuir la douleur ne lui a servi à rien. Maintenant, il considère son passé et embarque pour un voyage qui lui fera faire la moitié du tour de la terre. Cette fois, ses yeux sont largement ouverts et il prend conscience de ce qui l'a changé, formé, de ses peurs les plus profondes jusqu'à ce qu'il discerne enfin ce qui lui importe vraiment.

 

 

Je dois dire qu'en ouvrant ce livre, j'ai été assez effrayée par ses presque 600 pages. Comme je ne lis plus autant qu'avant, je préfère dorénavant les lectures plus courtes qui me donnent l'impression que je peux continuer à lire un bouquin en une journée... Là, pour le coup, j'ai lu La Vie en rouge de Sam en quelques heures mais, clairement, c'est grâce à son histoire addictive.

 

J'ai toujours aimé les livres sous forme de saga familiale qui nous font traverser les décennies. Je ne m'attendais pas vraiment à ça en ouvrant ce livre mais je dois dire que j'ai été ravie de cette jolie surprise. Bon, vu que l'on ne s'intéresse qu'à Sam, je ne peux pas vraiment parler de saga familiale mais, pour le coup, on le suit de sa plus tendre enfance à sa nouvelle vie d'adulte, soit pendant plus de quarante ans.

J'ai vraiment aimé le rythme de cette histoire mêlant les différentes époques. J'ai trouvé intéressant que ce qui me paraissait être le présent deviennent plus tard un passé moins lointain. Dis comme ça, ça a l'air compliqué à suivre mais, en fait, c'est totalement limpide pendant la lecture. J'ai apprécié la façon dont les évènements se répondent aux différentes époques et le dynamisme que cela apporte à l'histoire.

Bien évidemment, j'ai également aimé les messages qui apparaissent dans ce livre : le respect d'autrui, le courage, l'honnêteté, l'acceptation des autres… Les moments de vie choisis nous montrent leur importance sans pour autant devenir moralisateur bien que la religion soit très présente. Cette dernière fait partie des sujets qui ne me touchent pas mais j'ai trouvé ça plutôt intéressant le manière dont elle est abordée dans ce livre, entre critique et ferveur. Le passage sur Lourdes m'a touchée : si je n'y crois pas, je suis à la fois épatée et émue par la force que donne la croyance à certaines personnes, dont la maman de Samuel.

Par contre, je dois dire que les passages de la vie d'adulte de Sam, une fois qu'il décide de quitter son appartement, m'ont beaucoup moins plu. Je crois que le rythme était trop rapide et que cela donnait l'impression que ce n'était pas réellement important. Du coup, j'ai trouvé la conclusion assez décevante, presque bâclée alors que, plus tôt dans le bouquin, je ne demandais que ça. Je crois que, au final, je l'ai trouvée trop larmoyante par rapport au reste du livre et à la force que dégagent les différents personnages.

 

Samuel m'a beaucoup plu. Je crois qu'il est plutôt facile de se reconnaitre dans le petit bonhomme poli et volontaire qu'il était à l'école. Il m'a beaucoup touché avec sa manière de voir le monde et donné envie de le protéger face aux violences subites tant par les adultes que par les enfants. En grandissant, je me suis également reconnue dans ses questionnements et son amitié avec Ernie et Mickie.

J'ai, d'ailleurs, beaucoup apprécié Ernie et Mickie : tous les deux sont faciles à aimer. Leurs différences m'ont beaucoup plu ainsi que les petites leçons qu'ils nous glissent l'air de rien. J'ai aimé le soin apporté par l'auteur sur ces deux personnages qui ne sont finalement que secondaires.

J'ai également été très touchée par les parents de Samuel et notamment par leur amour qui traverse le temps, sans donner l'impression de se poser des questions. J'ai aimé leur routine qui perdure malgré les difficultés et la maladie ainsi que les montagnes qu'ils sont capables de déplacer par amour. J'ai trouvé leurs différences belles, tant par les messages d'acceptation qu'elles renvoient que par le joli équilibre que cela donne à leur famille.

 

J'avais déjà eu l'occasion de lire un livre de Robert DUGONI il y a quelques années, un de la série Tracy Crosswhite. Du coup, j'ai été très agréablement surprise de le retrouver dans un genre très différent. J'ai apprécié suivre son écriture fluide et ai reconnu l'auteur de policier à travers la construction très poussée de ce roman. En y réfléchissant, je trouve que cette histoire est construite pas à pas, comme une enquête, chaque élément étant donné au bon moment pour nous embarquer plus loin dans notre réflexion.

Une très belle découverte.

 

 

[les +] Original, prenant, une construction poussée.

[les -] Une fin qui s'accélère et qui m'a un peu déçue.

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Amazon Crossing
Challenge gourmand #15 : Jus
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.4 : Orange

 

 

Du même auteur :
Son dernier souffle

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs