Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/18/18014/couv65690424.jpgYukino Miyazawa est l'idole de son lycée.
Mais sous cette apparence impeccable se cache une jeune fille égoïste et négligée ! Aussi Yukino n'est-elle pas du genre à se laisser faire quand un rival arrive dans sa classe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça faisait longtemps qu'une de mes amies me parlait de ce manga de façon très très positive. Je voulais l'emprunter à la bibliothèque, mais je ne me souvenais plus du nom, jusqu'à temps que la fameuse amie vienne à la maison, se plante devant la bibliothèque de la petite soeur et s'exclame "Ah, tu l'as acheté finalement !". Il y a des moments où l'on se sent un peu bête ;)

Du coup, je viens de finir le premier tome et je dois dire que j'ai bien aimé.

 

Bon, forcément, vu que c'est un premier tome, il met l'histoire en place, cela dit, il ne manque pas non plus de dynamisme. J'ai beaucoup aimé la façon dont les personnages nous sont présentés ainsi que leurs histoires.

J'aime beaucoup, dans ce manga, que les choses ne sont pas forcément ce qu'elles semblent être. Par contre, tout ça me semble un peu tirer par les cheveux : je n'arrive pas à croire qu'on puisse tellement se comporter comme une personne différente de ce qu'on est profondément au point de refouler sa propre personnalité et de devenir cette personne... Du coup, je suis assez curieuse de découvrir la suite.

D'autant plus que les deux personnages principaux de l'histoire m'ont beaucoup plu.

 

Par contre, je n'ai pas vraiment accroché aux dessins de Masami Tsuda : je les trouve un peu froid et trop détaillé. Et puis avec trop d'angles aussi : j'aime beaucoup les choses rondes !

Sans oublié que l'écriture des dialogues est vraiment toute petite ce qui m'a beaucoup dérangée au début de ma lecture...

En tout cas, c'est avec plaisir que je lirais la suite de Elle et lui.

Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/21/21366/couv52647257.jpgChez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

 

 

Au vu de son thème, ce livre avait vraiment peu de risque de me déplaire. J'ai toujours aimé les livres réalistes qui prônent la tolérance et qui donne envie de se bouger pour faire changer les choses. De ce côté là, La couleur des sentiments n'a pas pour thème quelque chose d'actuel (quoique ça m'étonnerait franchement qu'il règne aujourd'hui une parfaite égalité entre les "noirs" et les "blancs"), mais en tout cas, il est certain qu'il s'en dégage quelque chose de très particulier.

Bref, c'est un très joli coup de coeur !

 

Dans ce roman, Kathryn Stockett, nous met face au racisme de tous les jours qu'on vécu les afro-américains pendant des années au milieu du XXe siècle (sans oublier qu'au temps des esclaves, c'était pire encore...). Elle s'attache particulièrement au point de vue des bonnes ainsi qu'à la jeune Skeeter qui tente de raconter leur vie dans un livre anonyme. Pour cela, trois personnages nous racontent le temps d'un chapitre leurs (mes)aventures.

Après ma lecture, je me suis dit que ça aurait pu être intéressant d'avoir un point de vu différent supplémentaire. Parce que finalement, même si on a des brides de ce que pense les personnages qui voient les "noirs" comme des gens sales et porteurs de maladies, ce ne sont que des pensées fugaces. D'un autre côté, je trouve justement très intéressant de n'avoir que des intervenants qui essayent de faire bouger les choses : je trouve que ça donne un côté plus positif à l'histoire.

 

J'ai beaucoup aimé les trois personnages qui nous racontent leur histoire.

Notamment Aibileen qui s'acharne à donner confiance en elle à la petite qu'elle garde et dont la mère ne prête pas attention. Ça m'a plu de la voir aimer les enfants qu'elle gardait comme si c'était les siens, tout comme l'histoire de son fils m'a profondément touchée. J'aime beaucoup la façon dont elle garde le sourire en toute occasion et, même si elle est à double tranchant, la conclusion à son histoire. C'est vraiment mon personnage préféré de celle-ci.

Minny m'a également beaucoup touchée : j'ai aimé la façon dont elle n'arrive jamais à se taire même si ça doit un jour lui porter préjudice. Je ne reviens toujours pas du culot dont elle peut faire parfois preuve ! Sans compter qu'elle m'a par moment fait beaucoup rire.

Skeeter m'a beaucoup plu. C'est à elle que je me suis le plus identifiée même si nos deux vies sont vraiment très différentes. J'ai beaucoup aimé son hésitation à prendre le risque d'écrire son livre et le fait qu'elle continue même si ça doit lui fermer toutes les portes. Sans compter qu'elle m'a beaucoup touchée à essayer de comprendre ce qui s'était passé pour Constantine, sa bonne.

 

L'écriture de Kathryn Stockett m'a beaucoup plu : elle est douce, calme, posée bien qu'elle reste dynamique. C'est pile ce qu'il me fallait pour comprendre que ça se passait encore il y a quelques dizaines d'années au Etats-Unis et pour me sentir impliquée dans cette histoire : Skeeter ne pouvait vraiment pas échouer vu toutes les ondes positives que je lui ai envoyé ;)

La couleur des sentiments est vraiment un très beau livre. Je suis curieuse de découvrir le film maintenant ;)

Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/4/4588/couv2498631.jpgRiiko et Night se sont débarrassés de leurs poursuivants, ils sont enfin seuls. Riiko se résout à passer à l'acte pour devenir "vraiment" la petite amie de Night. Ils sont ainsi liés par les liens de l'amour. Lorsque, la panne de Night est réparée, ils achètent deux bagues et goûtent leur nouveau bonheur ! Quant à Sôshi, il décide soudain de partir en Espagne !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chouette, ce dernier tome est pile comme je le voulais ! Moi qui râlait depuis les deux précédents comme quoi l'histoire devenait de moins en moins réaliste, là, au moins, je suis servie : c'est pile ce que je voulais lire pour finir la saga.

 

J'ai vraiment apprécié ce retour au réalisme que l'on a dans ce dernier tome : si l'on oublie le fait que Night n'est pas humain, ce tome est vraiment très crédible ce que j'apprécie vraiment. Du coup, l'on se projette d'autant plus facilement dans cette histoire.

Sans compter que ce tome, bien qu'il soit très court est surtout riche en rebondissement. J'ai beaucoup aimé ce dynamisme bien que du coup, à côté, les tomes précédents semblent un peu plan-plan.

La conclusion m'a également bien plu : je crois que c'est ce que j'avais envie de lire au fond. Bon, l'auteure à un peu coupé la poire en deux, mais personnellement ça ne m'a pas dérangée du tout.

 

J'ai également apprécié les deux courtes histoires que l'on retrouve à la fin de ce tome. Par contre, j'ai eu du mal à comprendre que je ne lisais plus les aventures de Riiko : j'avais totalement zappé le mot "fin" (c'est malin !).

J'ai trouvé intéressant la façon dont, sans être dans le même univers, l'on retrouve la même ambiance d'irréel et d'amour. Les deux histoires sont vraiment mignonnes et bien tournées. C'était une chouette surprise !

D'autant plus que les dessins sont très agréables bien que les personnages ressemblent étrangement à ceux de Lui ou rien...

Lui ou rien est une saga très mignonne et plaisante.

 

 

Du même auteur :

Alice 19th tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6 tome 7

Lui ou rien tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5

Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/12/12193/couv62004252.jpgInno, coiffeur pour dames stylées, débarque à Paris et lance la mode de la coupe Grace Jones dans un foyer malien. Pendant ce temps, en Côte d'Ivoire, Aya est harcelée par un professeur de fac, le père de Félicité surgit de nulle part pour récupérer sa fille devenue mannequin et Mamadou subvient aux besoins de sa petite famille en faisant le gigolo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai trouvé ce quatrième tome très agréable, d'autant plus que l'on sort un peu des sentiers battus dessinés par les  tomes précédents. Cependant,  on y retrouve tout de même les petits détails qui marchaient si dans les trois autres tomes.

 

Ce qui m'a tout particulièrement plu dans ce quatrième tome, c'est que l'on met les pieds en France et que du coup, j'ai pu enfin appliquer ce qui se passe dans cette saga  à ma vie. Parce que même si je ne suis pas une immigrée, ce sont tout de même des situations que j'ai vu ou que certains de mes amis ont vécu, du coup, ça me parle forcément plus que la vie en Afrique. Même si c'est toujours très intéressant de savoir ce qu'il se passe ailleurs.

J'ai beaucoup aimé les (mes)aventures d'Inno : elles sont un peu tirées par les cheveux, mais elles m'ont beaucoup fait rire. D'autant plus que je ne doute pas qu'il se cache une grande part de vérité derrière tout ça. En tout cas, ce personnage me plaît beaucoup : il est différent, il a un truc en plus et il m'émeut tout particulièrement.

 

J'ai également été très touchée par ce qu'il se passe pour Aya dans ce tome. J'ose espérer que ce n'est qu'un cas isolé. En tout cas, je croise les doigts pour elle.

De la même façon, je suis très curieuse de savoir ce qu'il va se passer pour Félicia.

 

J'apprécie beaucoup la narrition pleine d'humour de Marguerite Abouet : même si elle parle de chose pas rose, elle sait prendre les choses du bon côté et avec humour. Tout comme ses personnages. De la même façon, j'aime beaucoup les dessins de Clément Oubrerie : je trouve ses personnages vraiment très expressifs.

Aya de Yopougon est vraiment une BD à découvrir :)

 

 

Des mêmes auteurs :

Aya de Yopougon tome 1 tome 2 tome 3 tome 5

Repost0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/54/54314/couv34614636.jpgEn 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire "oui" : elle veut faire respecter son voeu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe... Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et ce souffle l'entraînera jusqu'en Terre sainte.

 

 

 

 

C'est toujours la même chose : plus l'on entend du bien d'un livre et plus l'on s'attend à quelque chose d'extraordinaire et plus l'on est déçu... Je crois que je suis en plein dedans.

Je crois vraiment que j'avais entendu trop de bien de ce livre pour l'apprécier pleinement : j'étais vraiment enthousiaste à l'idée de le lire et finalement j'ai trouvé l'histoire un peu plate et la narration trop érudite (et finalement assez peu poétique).

 

En effet, j'ai été étonnée que l'histoire ne s'arrête vraiment qu'au résumé. J'aurais voulu résumer le livre en entier à un ami, la quatrième de couverture aurait été tout aussi efficace si ce n'est plus.

L'histoire n'est pas désagréable, au contraire, elle est même très intéressante et plutôt original : c'est bien le premier livre que je lis qui traite des emmurées ! D'autant plus que je ne connaissais pas du tout ce côté-là du Moyen Age. C'est juste que je trouve qu'elle traîne un peu trop : Esclarmonde passe beaucoup de temps à nous décrire des scènes de sa vie qui se ressemblent énormément. Je pense que Carole Martinez l'a fait entre autre pour nous montrer la solitude et la dévolution de la jeune femme, mais personnellement, ces passages ne m'ont pas passionnée.

 

Par contre, j'ai vraiment apprécié Esclarmonde : elle a un caractère et une volonté assez extraordinaire. j'aime beaucoup la façon dont elle s'affirme ainsi que sa volonté à aller au bout de ses choix.

J'ai notamment beaucoup aimé la tendresse qu'elle a pour les personnes du château, qu'ils soient de son rang ou bien de ses employés. Elle a vraiment beaucoup à donner et ça m'a énormément plu. D'autant plus, qu'au début du roman, elle me parraissait assez égoïste : j'aime beaucoup quand les évènements futurs me font mentir.

Et j'ai eu un coup de coeur pour la femme de chambre de Douce, Bérangère. J'ai apprécié son caractère flamboyant et sa joie de vivre.

 

Personnellement, je n'ai pas accroché plus que ça à l'écriture. Pour tout dire, je me regardais tourner les plages et je trouvais que je n'avançais pas dans ma lecture. J'ai rarement mis autant de temps pour lire 200 pages !

Je l'aurais préférée plus abordable, plus simple. Je crois que la lecture m'aurait été plus naturelle. Ce n'est pas que l'écriture de Carole Martinez est compliquée, c'est juste que j'ai trouvé que ça faisait "trop". Je ne vois pas trop comment expliquer mon ressenti : c'est trop "érudit" pour moi, trop froid et finalement assez impersonnel. Un peu comme si elle avait voulu trop bien faire. Beaucoup ont été charmé par la poésie de son écriture, je l'ai également appréciée mais ce n'est pas ce que je retiendrais malheureusement de ses mots.

Du domaine des murmures est un chouette livre mais finalement pas inoubliable.

 

 

Du même auteur :
Le coeur cousu

Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/40/40565/couv23525869.jpgSugimura et Kotohiki ayant été massacrés par Kiriyama, le " programme " ne compte plus désormais que cinq survivants. D'un côté, Nanahara, Kawada et Noriko, qui ont uni leurs forces afin de s'échapper de l'île. Et de l'autre, Mitsuko Sôma, véritable démone sanguinaire, et Kazuo Kiriyama, le plus terrible des massacreurs ! Sôma, créature à la beauté voluptueuse et désarçonnante, aime à se régaler du sang des vivants. Kazuo Kiriyama, lui, fait figure de dieu du chaos et ravage tout sur son passage avec une certaine naïveté. Nul doute qu'un combat à l'âpreté sans précédent s'engagera lorsque ces deux démons tomberont l'un en face de l'autre !!

 

 

 

 

Je crois bien que c'est le tome que je préfère jusqu'à présent dans la saga. En tout cas, c'est de loin celui avec l'histoire personnelle qui m'a le plus intéressée.

 

En effet, dans ce tome l'on découvre le passé de Kadawa. Dans l'un des tomes précédents l'on avait appris qu'il avait déjà participé au programme, mais dans ce tome, on sait enfin exactement ce qu'il s'est passé. Bizarrement, même si j'avais très envie de savoir, je ne m'attendais vraiment pas à ce que les auteurs nous en disent un peu plus sur cet épisode de sa vie. Du coup, c'est une très bonne surprise.

Je dois dire que le personnage de Keiko m'a beaucoup plu. Elle a l'air d'avoir un fort caractère mais justement c'est ce qui me plaît autant chez elle. Je trouve qu'elle allait vraiment bien avec Kadawa. Je crois que grâce à elle, on le connaît un mieux mieux, on le comprend un peu plus et l'on l'apprécie davantage encore.

 

Par contre, je trouve ce tome assez funèbre. On sent que l'affrontement final est vraiment pour bientôt et personnellement je trouve que ce tome nous en dit beaucoup sur le/les futurs vainqueurs. Avec les révélations qui sont faites dans ce tome, on ne peut pas s'empêcher de prospecter et de deviner qui va s'en sortir ou non. Personnellement, j'espère avoir tord...

 

Les dessins restent fidèles à eux-mêmes : ils sont toujours aussi sanglants et imagés. Honnêtement, même si l'histoire me tient, ceux-ci ne me manqueront vraiment pas : ils sont vraiment trop violents pour moi ! (même si on s'habitue, ils continuent à me déranger...).

Un tome qui nous en apprend beaucoup sur Kadawa.

 

 

 

Des mêmes auteurs :
Battle royale tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6 tome 7 tome 8 tome 9 tome 10 tome 11 tome 12 tome 14 tome 15

Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/3/3741/couv75530990.jpgMikako et Tsutomu sont amis d’enfance, ils habitent le même immeuble, fréquentent le même lycée d’art : l’Académie Yazawa. Mikako rêve d’ouvrir sa propre chaîne de boutiques de vêtements ! Quand un soir Tsutomu rentre chez lui accompagné d’une fille, le cœur de Mikako vacille... Quel est ce sentiment ? Malgré les sous-entendus de sa copine Risa, Mikako ne comprend pas...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que je lisais Paradise Kiss, plusieurs d'entre vous m'ont conseillé de découvrir Gokinjo, une vie de quartier qui se déroule dans le même univers. Du coup, quand j'ai vu qu'il était à la bibliothèque, je me suis empressée de l'emprunter.

 

Ce qui fut visiblement une bonne idée puisque j'ai beaucoup aimé ce premier tome. Bon par contre, ce n'est pas un coup de coeur : je l'ai trouvé un peu "classique" dans sa trame.

Je veux dire par là qu'après avoir lu la moitié du premier chapitre, on peut prévoir tout ce qui ce passe dans le reste du tome. Ce qui ne l'empêche pas du tout d'être très agréable. C'est juste que c'est prévisible.

Par contre, j'ai beaucoup apprécié l'humour d'Ai Yazawa. Je n'avais pas vraiment retrouvé ce côté dans ma lecture de Paradise Kiss alors je suis d'autant plus ravie de retrouver dans Gokinjo, une vie de quartier ce qui m'avait tellement plu dans Nana. Pour moi, c'est vraiment le point fort de ce premier tome.

 

J'ai bien aimé les différents personnages, notamment les personnages secondaires comme Risa et Body-ko qui m'ont beaucoup fait rire. J'ai tout particulièrement apprécié Risa et j'espère la voir davantage dans les tomes suivants.

Les personnages principaux : Mikako et Tsutomu ne m'ont pas particulièrement plu. Je les ai trouvé vraiment très gamins, surtout Mikako d'ailleurs. J'espère que ce sera moins le cas dans les tomes précédents parce que les gamineries de la demoiselle risquent de me lasser très rapidement.

 

Pour finir, je dirais que je suis agréablement surprise des dessins d'Ai Yazawa. Je connaissais déjà son coup de crayon qui me plaît beaucoup. Mais je trouve la couverture de ce premier tome particulièrement affreuse et j'avais peur que tout le manga soit comme ça. Mais non ! OUF ;)

Ce premier tome de Gokinjo, une vie de quartier est très sympathique mais également très prévisible.

 

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

Gokinjo, une vie de quartier tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6
Je ne suis pas un ange tome 1 tome 2 tome 3 tome 4

Nana tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 21

Paradise Kiss tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5

Repost0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/47/47685/couv35426330.jpgJamère, prisonnier dans sa propre chair, partage son corps avec Fils-de-Soldat ; mais c'est son double qui est la part dominante, et qui a lancé l'attaque contre Guetis. A la suite de l'insuccès de cet assaut, l'Opulent constate les échecs de ses entreprises successives : il n'a pu empêcher les Gerniens de poursuivre la construction de la route du Roi, la danse de Kinrove a enlevé Likari à Olikéa, le fort de Guetis est toujours debout, et lui-même n'a pas réussi à unifier ses deux personnalités. Désespéré, il décide de se rendre auprès de Kinrove dans l'espoir que l'Opulent des Opulents pourra l'aider à fusionner les deux parts antagonistes qui s'empoignent en lui. Après un voyage épuisant et périlleux, il parvient au camp du magicien et se trouve entraîné dans sa danse ; Jamère/Fils-de-Soldat entame alors un périple au fond de son être qui le conduira aux portes de la mort...

 

 

Ça fait quasiment un an maintenant que ce livre était dans ma PAL. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir envie de le sortir, c'est juste qu'un livre de Robin Hobb, ça se mérite. Et d'autant plus quand c'est le dernier tome d'une saga que j'aime beaucoup beaucoup.

 

Ce tome est pile ce qu'il me fallait, d'autant plus que les deux précédents étaient un peu long et finalement pas très dynamique. Dans Racines, j'ai retrouvé le Jamère des premiers tomes qui m'avait tant plu. Pour tout dire, j'ai tellement apprécié cette ambiance que j'ai très envie de recommencer la saga !

Ce tome est beaucoup plus dynamique que les précédents. On ne s'enlise plus avec les Océlions et l'on sort de la forêt ainsi que la magie n'a plus grande importance. J'ai beaucoup aimé le fait que l'on sorte du train train et de la routine des opulents. C'est vraiment très agréable de retourner à la vie "civilisée" ou du moins à une société qui ressemble beaucoup plus à notre société actuelle.

Sans compter que la conclusion finale m'a énormément plu. Je ne peux pas dire que je m'attendais à ça, mais, il me semble que c'est ce que je souhaitais lire. C'est une conclusion parfaite.

 

Ainsi, forcément, j'ai beaucoup aimé retrouver les personnages du fort qui avaient peu à peu disparus de l'histoire. Et puis, Jamère, aussi. Même si il était toujours présent, ce n'était plus comme si il était vraiment là. Dans Racines, c'est certain, Jamère est bien présent.

J'ai aimé retrouver Epinie, Spic et Amzyl. Ces trois personnages sont vraiment capables de déplacer des montages et c'est encore ce qu'ils font pour Jamère dans ce dernier tome. Sans compter que j'apprécie grandement leur fort caractère et leur volonté à toutes épreuves. Ils savent vraiment ce qu'ils veulent et c'est vraiment très agréable.

 

L'écriture de Robin Hobb est encore une fois des plus agréables. J'aime beaucoup la façon dont elle s'attarde sur des détails qui ont toute leur importance sans jamais en faire trop. Avec ses descriptions, elle nous plonge vraiment dans les décors de son histoire. Sans compter que j'apprécie beaucoup la façon très posée qu'elle utilise pour nous raconter les aventures de Jamère.

Le soldat chamane est une saga vraiment très chouette.

 

 

Du même auteur :

L'assassin Royal tome 1 : L'apprenti assassin tome 3 : La nef du crépuscule tome 4 : Le poison de la vengeance tome 5 : La voie magique tome 6 : La Reine solitaire tome 7 : Le Prophète blanc tome 8 : La secte maudite  tome 9 : Les secrets de Castelcerf   tome 10 : Serments et deuils   tome 11 : Le dragon des glaces  tome 12 : L'homme noir tome 13 : Adieux et retrouvailles

Les cités des anciens tome 1 : Dragons et serpents tome 2 : Les eaux acides  

Le soldat chamane tome 7 : Danse de terreur

Retour au pays

Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/12/12192/couv54174543.jpgComment Ignace expliquera-t-il à sa femme son deuxième bureau et ses nouveaux enfants ? Qui est cette mystérieuse inconnue qu'Albert voit toutes les nuits à l'Hôtel aux mille étoiles ? Qui sera élue Miss Yopougon ? Ce troisième volume apporte les réponses à toutes ces questions et à bien d'autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore une fois, il m'est très difficile de vous parler de ce tome sans vous en révéler trop sur les précédents. En tout cas, j'ai vraiment passé un très bon moment avec ce troisième tome des aventures d'Aya, d'autant plus que l'on passe par toutes les émotions : on rit souvent mais, en tant qu'occidentale, j'ai parfois été dérangée (pour ne pas dire choquée) de certaines pratiques ivoiriennes. Sans oublié qu'un sujet non-anodin s'est invité dans ce tome, ce qui m'a beaucoup plu.

 

En effet, je ne peux clairement pas nier que la vie d'Aya est a des années lumières de la mienne. C'est pourquoi j'ai été dérangée par l'idée qu'un homme puisse prendre plusieurs femmes si il le souhaite, dans l'univers de la jeune femme. Je sais que c'est le cas dans de nombreux pays, mais c'est le genre de chose qu'on n'imagine pas pouvoir s'appliquer à sa propre vie : ce fut une belle piqure de rappel ce qui explique pourquoi ça m'a autant dérangée.

Mais bon, la façon dont les personnages réagissent m'a tellement plu que je ne me suis pas arrêtée à ça dans l'histoire. Encore heureux !

La chose qui m'a vraiment plu dans ce livre, c'est le fait d'aborder l'homosexualité : je ne m'attendais vraiment pas à trouver ça dans Aya de Yopougon qui est déjà une saga très riche en theme ! D'autant plus que j'ai vraiment apprécié la façon dont il est abordé.

 

Encore une fois, Aya de Yopougon, ce n'est pas que des tuiles (même si il y en a beaucoup), c'est aussi une façon de faire aborder l'Afrique à des personnes comme moi qui n'y connaissent absolument rien : j'ai encore une fois beaucoup apprécié le petit lexique qui nous permet de comprendre certaines expressions et les deux recettes de cuisine données à la fin du livre (que je vais m'empresser de recopier pour ne pas me faire avoir comme la dernière fois en rendant les livres à la bibliothèque...).

 

Sans oublier, bien sûr, que les dessins de Clément Oubrerie sont très agréables. J'aime beaucoup les couleurs très chaleureuses qu'il utilise et son coup de crayon tout en rondeur. Tout comme j'apprécie l'écriture pleine d'humour et de surprises de Marguerite Abouet. Ces deux-là ont bien fait de se rencontrer ;)

Aya de Yopougon est vraiment une saga à découvrir !

 

 

Des mêmes auteurs :

Aya de Yopougon tome 1 tome 2 tome 4 tome 5

Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 07:15

http://www.livraddict.com/covers/87/87623/couv49957492.jpgQuand Clara accepte d'accompagner sa mère Frieda à Vienne, sa ville natale, elle n'en sait que peu de choses car sa mère ne lui a jamais parlé de son enfance. Juive autrichienne, Frieda a dû quitter Vienne en 1938 pour Paris puis Périgueux et la Savoie, fuyant perquisitions et rafles.
Mais ce que découvre Clara c'est une Frieda inconnue, qui reconnaît tout de suite sa ville avec une joie de vivre qui lui fait bien défaut à elle.
Il lui faudra un second séjour à Vienne, seule cette fois, pour s'approprier l'histoire de sa mère et faire la paix avec elle-même.

Un ton juste, musical, attachant, entre mélancolie et sobriété, pour effleurer le poids du passé, l'appartenance qui sans être revendiquée ne peut être tue si on veut assumer le présent et ses épreuves.

 

 

Café viennois est vraiment une agréable découverte pour moi. Je n'ai pas été transcendée mais j'ai incontestablement passé un très bon moment avec ce livre.

D'un autre côté, si vous avez lu le résumé et que ce n'est pas la première fois que vous passez sur Lunazione, vous n'êtes sans aucun doute absolument pas étonné connaissant ma tendance à lire (et apprécier) les livres sur la seconde guerre mondiale.

 

Cependant, Café viennois ne s'arrête pas là. C'est loin d'être un livre sur la déportation, c'est bien plus que ça. Pour tout dire, la seconde guerre mondiale n'est pas le thème principal du roman mais plutôt la recherche de ses racines. J'ai beaucoup aimé la façon dont les personnages arrivent constamment à se remettre en question sans jamais oublié ceux qu'ils sont réellement au fond d'eux-même. En tout cas, j'ai trouvé vraiment très agréable de partir sur les traces de leur passé avec elles.

J'ai beaucoup aimé que Michèle Hedelstadt se servent du prétexte du voyage pour nous raconter le passé le Frieda. C'est très agréable de découvrir Vienne avec ses propres souvenirs de la ville. Ils sont parfois joyeux, parfois tristes mais ils apportent vraiment quelque chose à l'histoire. J'ai également aimé que son histoire ne s'arrête pas aux frontières de l'Autriche mais continuent en France : j'ai beaucoup aimé la voir évoluer et devoir se réadapter.

De la même façon, j'ai apprécié les passages où Clara nous raconte son histoire : j'ai trouvé ses points très enrichissants. D'autant plus qu'elle a une vision des choses très différente de celle de sa mère - Frieda.

 

Par contre, mais ça ne m'a pas dérangée plus que ça, je n'ai pas trouvé les personnages très sympathiques. Ce n'est pas tout à fait exacte : elles sont sympathiques mais je n'ai pas eu d'atomes crochus avec elles. Je crois que ça tient surtout à la lourdeur du passé de Frieda : je suis loin d'avoir vécue la même chose qu'elle, alors forcément je ne me reconnais pas en elle. Ça ne m'étonnerait vraiment pas que ce soit ce qui m'a empêché de réellement me lier avec ces deux femmes.Cela dit, j'ai vraiment aimé la relation qu'on ces deux femmes.

Sans oublier que le facteur âge doit également y être pour beaucoup : je suis loin de penser comme une femme de quarante ans ! Mais bon, je ne doute pas que ça viendra un jour ;)

 

En tout cas, j'ai très agréablement été surprise par l'écriture de Michèle Halberstadt : j'ai beaucoup aimé la simplicité de sa narration qui nous plonge réellement dans cette histoire. C'est pile ce qu'il fallait, sans pour autant avoir un ton léger, pour parler des évènements qu'à vécu Frieda. J'ai beaucoup aimé son écriture posé, c'est pile ce que j'avais envie pour ce roman.

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs