Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/65/65162/couv45970747.jpg"Ma vie a toujours été une succession de catastrophe. De la mort de ma mère à celle de ma meilleure amie, j'ai toujours su que j'étais maudite.
Je pensais que la malédiction m'avait quittée, jusqu'au jour où je l'ai rencontré...
Isaac Hayden.
Énigmatique, sombre et beau à se damner, il a eu le malheur de croiser ma route...
J'ignore si je serai assez forte pour combattre la mort, mais je suis prête à tout pour sauver le bel étranger, même si je dois me brûler les ailes..."

 

 

 

 

Ce livre m'a été offert par Yukarie (merci !) fin avril suite à un concours sur son blog que j'avais remporté. Ayant entendu beaucoup de bien de ce premier tome, j'étais vraiment curieuse de découvrir l'univers qu'il renfermait...

Le challenge pour Bookineurs en couleur de Liyah et le challenge New PAL 2013 de Yukarie m'ont donné l'occasion de découvrir enfin ce premier tome d'Angela et je ne suis vraiment pas déçue du voyage !

 

J'ai beaucoup aimé le thème de l'histoire et l'univers qui s'ouvre devant nous avec ce premier tome : j'ai trouvé très intéressant toutes les possibilités qui s'offrent à nous et notamment les choix auxquels doit faire face Angela. J'ai aimé la dualité entre les anges que l'on y découvre et ce qu'elle peut signifier pour les tomes à venir.

La façon dont est construite l'histoire est intéressante mais reste classique : Angela découvre en même temps que nous ce qu'elle est et ce qu'il se trâme dans son entourage.

 

J'ai apprécié les différents personnages que l'on rencontre dans Angela et les relations qui existent entre eux. J'ai notamment beaucoup aimé tout l'amour que le père d'Angela porte à sa fille et l'amitié qui existe entre elle et Debbie. Ces trois personnages et Nicolas m'ont beaucoup plu : ils sont vrais et honnêtes.

Par contre, je dois dire que je n'apprécie pas du tout Isaac : il est trop parfait, trop froid et si peu humain. Dans la vraie vie, je me méfierais beaucoup de lui. Du coup, je ne suis pas franchement ravie du tournant que prend l'histoire...

 

J'ai trouvé l'écriture de Julia M. Tean très agréable et facile d'accès. Elle a su parfaitement me communiquer les sentiments et impression d'Angela et créer une ambiance mystérieuse dans ce village des montages.

Par contre, je dois dire que je me suis parfois sentie perdue en lisant ce premier tome : rêves et réalité se côtoient tellement que parfois je ne savais plus dans lequel des deux univers je me trouvais. Quasiment tous les deux-trois chapitres en fait... ce qui m'a pas mal dérangée. (mais bon, ceci est surtout du au fait que j'ai lu la première version)

Le premier tome d'Angela est une découverte très agréable.

 

 

[les +] un univers et des personnages intéressants, une narration agréable.

[les -] des débuts de chapîtres parfois un peu flou.

Repost0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/68/68820/couv33596436.jpgCornélius Caine, jeune aristocrate bègue et maladroit, quitte son collège archi snob pour se plonger dans le « swinging London ».
Grâce à sa cousine sexy et délurée, il découvre la mode, les soirées branchées et rencontre même ses idoles, les Beatles. Il tombe sous le charme du plus insaisissable d'entre eux, John Lennon, et noue avec l'icone pop une dangereuse amitié qui le mènera à la découverte de lui-même...

 

 

 

 

 

 

 

Même si j'ai bien aimé ce roman, j'en ressors frustrée. La mode, quand j'étais au lycée était à ces vieux groupes de rock des années 1960, du coup, j'ai retrouvé l'ambiance de ces chansons que l'on connaît tous, mais je garde tout de même un sentiment d'inachevé. Ils auraient pu aller plus loin avec cette histoire et elle n'en aurait été que moins superficiel.

 

J'ai trouvé que les différents évènements se passaient un peu trop vite pour être crédibles. Déjà que l'histoire en elle-même est assez extraordinaire, ce côté "Je croise John Lennon, il m'adresse la parole et hop ! Nous sommes les meilleurs potes du monde !" m'a beaucoup dérangée, surtout que l'histoire se situe en pleine Beatles mania... Du coup, même si l'idée m'a beaucoup plu, je n'y ai pas cru un seul instant.

Cependant l'histoire est très plaisante, surtout que l'ambiance est vraiment respecté. Chaque détails nous renvoie 50 ans en arrière ce que j'ai beaucoup apprécié.

 

Par contre, j'aurais également apprécié que les personnages soient plus développé. Même Cornélius, le personnage personnage, reste superficiel : après ma lecture, je ne saurais dire qui il est vraiment. Et c'est pire pour les autres personnages !

Comme beaucoup, j'ai trouvé dommage que l'histoire ne se cantonne qu'à John Lennon : bien que le musicien soit très présent dans le livre, l'image qu'on a de lui reste très superficielle, tandis que les autres Beatles ne sont que mentionnés. Ce que je trouve vraiment dommage.

Cela dit, j'ai beaucoup apprécié la grand-mère de Cornélius : cette petite dame à vraiment un truc en plus !

 

L'écriture des deux auteurs est très agréable. Mais malheureusement, je crois que je ne retiendrais de ce livre que ce sentiment d'inachevé et de superficialité. Il y avait tellement à dire et a faire avec une trame pareille !

Au nom du père, du fils et de John Lennon est une histoire très agréable mais peu aboutie.

 

 

[les +] des personnages sympathiques, une écriture agréable, une ambiance sixty's très présente.

[les -] des personnages très superficiels, une histoire peu aboutie et peu crédible.

Repost0
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/64/64043/couv48950946.jpgRecueil de nouvelles de Poe illustré par Benjamin Lacombe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je n'avais encore jamais réellement lu d'Edgar Allan Poe et pourtant je lorgne sur ses textes depuis une bonne dizaine d'années maintenant (ou presque). De même, je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir un album de Benjamin Lacombe, et de la même façon, ce n'est pas l'envie qui me manquait !

C'est maintenant chose faite, et je ne suis certainement pas déçue de cette double découverte : c'est un gros coup de coeur :)

 

Les différents textes m'ont beaucoup plu. Je comprends totalement le coup de coeur qu'à eu Charles Baudelaire pour les oeuvres d'Edgar Allan Poe. Ils ont le même genre d'univers : sombre, fantastique, un chouilla mystique, avec cette sorte d'ironie qui n'appartient qu'à eux. Un peu à la Burton si vous voulez ;)

Je ne sais pas si c'est à cause de la traduction faite par le poète, mais les différents contes m'ont vraiment fait penser aux textes de Baudelaire. J'ai retrouvé chez l'américain ce qui me plaisait tant chez le français. Pourtant, il n'y a pas de doute à avoir : ils n'ont absolument rien à voir.

 

J'ai été très agréablement surprise par les dessins de Benjamin Lacombe. Bien sur, comme quasiment tout le monde, j'avais déjà vu certains de ses dessins et pris le temps de feuilleter l'un de ses albums, mais je n'avais encore jamais eu l'occasion de vraiment en regarder un. Et j'ai vraiment apprécié ce que j'ai vu aujourd'hui : pour tout dire, j'ai même parfois été dérangée par certains de ses dessins, car je passais mon temps à les regarder au lieu de lire le texte à côté ;)

Si vous aimez les contes et les histoires sombres, Les contes macabres devraient vous plaire.

 

 

[les +] des illustrations magnifiques, des histoires étonnantes et différentes, un objet très beaux.

[les -] je n'en vois pas.

Repost0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/54/54363/couv41271234.jpgNasty trouve tant bien que mal sa place à River’s Edge, où elle réfléchit à son passé et à ses nouveaux choix de vie. Mais la présence de Reyn reste problématique : Nasty le désire autant qu’elle le hait. Elle ne peut l’aimer car il a tué sa famille, et pourtant… Une nuit, Nasty fait un cauchemar troublant, où apparaît son ancien ami Incy, qu’elle n’a pas revu depuis sa fuite. Elle le voit devant un feu de bois où se consument les autres membres de leur ancienne bande. Peu de temps après, Nasty se surprend à effectuer un acte de magie sans le vouloir, comme si sa nature originelle se réveillait en situation de danger. L’instant n’a duré qu’une seconde, mais elle a bel et bien pratiqué de la magie noire, une forme d’énergie détectable par les immortels à la recherche d’autres immortels... comme Incy.

 

 

 

Je gardais un assez bon souvenir du premier tome que j'avais lu l'année dernière, du coup j'étais curieuse de découvrir ce deuxième tome. J'ai donc profité du challenge ABC 2013 de Nanet, du challenge Boukineurs en couleurs de Liyah et du challenge New PAL 2013 de Yukarie pour le lire.

 

J'ai bien aimé ce second tome, mais je dois dire que je l'ai trouvé assez prévisible puisque, finalement, il se passe globalement les mêmes choses que dans le premier tome. Cependant l'histoire est très agréable et ne manque pas de rebondissements !

La fin m'a beaucoup plu : c'est un moment que l'on attendait depuis le premier tome et elle a été à la hauteur de mes espérances même si j'ai trouvé que la résolution était assez facile. J'ai beaucoup aimé le retournement de situation et les découvertes que l'on fait, notamment sur "la magie", qui ferraient une bonne intrigue pour le tome suivant !

 

J'ai apprécié retrouver les différents personnages, notamment Nat. J'ai beaucoup aimé la façon dont elle change au fur et à mesure de ce roman. J'ai également apprécié la voir retourner dans ses travers et se poser des questions sur son attitude.

J'ai également beaucoup aimé retrouver River et ses protégés.

 

L'écriture de Cate Tiernan est très agréable. Elle a une écriture calme qui ne manque pas de dynamisme et sais retranscrire les sentiments de ses différents personnages.

Le deuxième tome d'Immortels est une lecture agréable.

 

 

[les +] une histoire sympathique, des personnages et une narration agréable.

[les -] un peu prévisible.

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

Immortels tome 1

Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/94/94565/couv34614624.jpgUne fois de plus, Xinran nous emmène au coeur de la vie des femmes chinoises - étudiantes, femmes d'affaires, sages-femmes, paysannes - toutes hantées par des souvenirs qui ont marqué leur vie d'une empreinte indélébile. Que ce soit à cause de la politique de l'enfant unique, de traditions séculaires destructrices ou de terribles nécessités économiques, des femmes ont été contraintes de donner leurs filles en adoption, d'autres ont dû les abandonner - dans la rue, aux portes des hôpitaux, dans les orphelinats ou sur des quais de gare -, à d'autres encore, on a enlevé leurs petites filles à peine nées pour les noyer. Ces récits, Xinran n'avait jusqu'à présent jamais pu se résoudre à les rapporter - ils étaient trop douloureux et la touchaient de trop près. A toutes les petites Chinoises qui ont été adoptées à l'étranger, ce livre adresse un message poignant, pour leur montrer ce que leurs mères ont réellement vécu et pour leur dire qu'elles ont été aimées et ne seront jamais oubliées.

 

 

L'année dernière, j'avais découvert Xinran à l'occasion du Challenge ABC 2013 de Nanet, cette année, pour l'édition 2013, j'ai donc récidivé avec Messages de mères inconnues.

C'est surtout son titre et sa couverture qui m'a interpellée, pour tout dire, avant de le lire, je ne crois pas que j'avais lu son résumé.

 

Ce livre m'a moins plus que Funérailles célestes que j'avais donc lu l'année dernière. Je pense que c'est sûrement du à la narration qui ressemble moins à un roman. Dans Messages de mères inconnues, l'on découvre surtout des petits témoignages de mères chinoises ayant abandonné leurs enfants ou bien des témoignages de mères étrangères ayant adopté des enfants chinois, le tout avec les commentaires de Xinran. Je crois que ce sont surtout ceux-ci qui m'ont dérangé : je crois que j'aurais préféré un recueil de témoignage avec une préface et une conclusion de l'auteure. Là, elle m'a un peu cassé les différentes histoires de ses femmes en interrompant ma lecture avec ses commentaires.

 

Cependant, je dois dire que j'ai beaucoup apprécié les explications qu'elle nous donne sur la politique de l'enfant unique et les traditions chinoises. Sans elles, je ne pense pas que j'aurais tout compris : la mentalité traditionnelle chinoise est vraiment à des années lumières de ces femmes et j'ai donc parfois eu un peu de mal à comprendre les raisons qui les ont poussé à confier leurs enfants à des orphelinats...

 

J'ai beaucoup aimé avoir des réponses que je me posais sur la question de l'enfant unique en Chine : j'en en entendais parler depuis des années et finalement, je ne savais pas grand chose là-dessus. Je crois qu'après ma lecture de Messages de mères inconnues, je comprends un peu mieux tout ça.

Des témoignages poignantes.

 

[les +] beaucoup d'émotions, des réponses à des questions que l'on se pose.
[les -] des témoignages coupés par des explications.

 

 

Du même auteur :

Chinoises Funérailles célestes

Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/2/2310/couv53453356.jpgC’est la rentrée des vacances d’été au lycée Hijiri.rnMidori Saejima, qui était malade, a profité de quelques jours de plus et, pour son retour au lycée, elle est on ne peut plus impatiente de croiser le garçon dont elle est amoureuse. Seulement voilà, pendant son absence, ses camarades de classe l’ont inscrite d’office comme candidate à l’élection du premier comité des élèves et devant leur insistance, Midori n’a eu d’autres choix que d’accepter. Sauf que ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que son discours de présentation est pour l’après-midi même ! Et voilà Midori sur scène, quelque peu stressée, se demandant bien ce qu’elle va pouvoir raconter devant tout le lycée, surtout qu’elle, elle ne pense qu’à une chose, apercevoir son cher et tendre ! Et justement, le voici : lui aussi participe à l’élection !

 

 

J'ai beaucoup apprécié ce quatrième tome : il est la parfaite suite des trois premiers. On y retrouve la même joie et les mêmes peines et l'on a enfin les réponses aux questions qui nous reste. J'ai beaucoup apprécié la dualité des sentiments qu'on retrouve dans ce tome : au cours de ma lecture, j'ai souvent eu l'impression que les personnages hésitaient entre le bonheur et la tristesse. J'ai trouvé cela très intéressant surtout que ça se produit assez souvent dans la vraie vie.

 

Les décisions d'Akira m'ont beaucoup plu dans ce tome : j'ai beaucoup apprécié ce qu'il fait pour Hakiro dans ce tome en partant à la recherche de son amoureux à travers le monde. J'ai trouvé ça très touchant, surtout qu'au final ça le rapproche davantage de Midori.

J'ai également aimé revoir une dernière fois les différents personnages : on en apprend encore davantage sur eux et certaines questions que l'on se posait à leur sujet trouvent leurs réponses.

 

Encore une fois, j'ai trouvé les dessins et la narration d'Ai Yazawa très agréable. J'apprécie la rondeur et le côté joyeux et spontané qui en ressort.

Ce quatrième tome est vraiment une jolie conclusion à Je ne suis pas un ange.

 

[les +] des sentiments forts, des réponses à nos questions, une narration et des dessins agréables.
[les -] hum... je n'en vois pas.

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :
Gokinjo, une vie de quartier tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6

Je ne suis pas un ange tome 1 tome 2 tome 3

Nana tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 21

Paradise Kiss tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/15/15316/couv64702831.jpgVenise, 1882. La belle et impétueuse Lou Salomé somme le Dr Breuer de rencontrer Friedrich Nietzsche. Encore inconnu du grand public, le philosophe traverse une crise profonde due à ses relations orageuses avec Lou et à l'échec de leur ménage à trois avec Paul Rée.
Friedrich Nietzsche ou le désespoir d'un philosophe. Le Dr Breuer, l'un des fondateurs de la psychanalyse. Un pacte secret orchestré par Lou Salomé, sous le regard du jeune Sigmund Freud.
Tout est là pour une magistrale partie d'échecs entre un patient extraordinaire et son talentueux médecin. Mais qui est le maître ? Qui est l'élève ? Qui soigne qui ?
Et c'est à une nouvelle naissance de la psychanalyse, intense, drôle et machiavélique, que nous convie Irvin Yalom.

 

 

 

Pour le challenge ABC de Nanet, il me fallait absolument un auteur en "Y" et à part des mangakas, je n'en voyais pas... Du coup, en cherchant sur Livraddict, j'ai vu qu'Irvin Yalom était un auteur en "Y" très apprécié et comme il écrit dans un genre que j'ai rarement l'occasion de lire, je me suis dite que c'était la lecture parfaite pour un challenge qui vise à nous faire lire des livres de tous les genres.

Je dois tout de même dire que j'étais un peu inquiète à l'idée de lire Et Nietzsche à pleuré, j'avais peur qu'il soit un peu froid.

 

Et, effectivement, c'est bien mon ressenti à la lecture de se livre : même si il parle d'un sujet très personnel, il reste très distant et froid du lecture. Je ne me suis pas du tout sentie impliquée par l'histoire de Nietzsche, mais, je pense que c'est notamment du à l'aspect médical du livre : on nous décrit des faits et tout ce qui touche à ceux-ci sont abordés d'un point de vu médical. Je n'ai rien contre la médecine, hein ! (ce qui serait assez risible vu mes études ;D) mais quand je lis un roman, j'apprécie qu'il soit chaleureux, histoire que je ne me sente pas de trop en le lisant.

Je pense que cette impression est aussi tenace car l'auteur nous impose son point de vue et que, même si je n'étais pas d'accord avec lui sur tous les points, je me suis sentie obligée de penser comme lui. Ce qui m'a profondément agacée. Mais bon, vu qu'Irvin Yalom est psychiatre, il doit savoir ce qu'il avance... (ce qui ne m'empêchera pas de continuer à penser que l'argument "j'ai vu ça chez untel, ce n'est pas totalement la même chose, mais bon, ça doit pouvoir ce guérir de la même façon." en psychiatrie n'est pas franchement valable !).

 

L'histoire en elle-même m'a bien plu mais je ne saurais réellement dire où s'arrête la vérité et où commence l'histoire dans ce roman. J'ai apprécié que les personnages soient des personnes qu'on connaît tous au moins de nom : j'ai trouvé que ça donnait un côté un peu plus personnel à l'histoire (même si il est bien caché sous toute cette froideur médicale !).

 

Irvin Yalom a une écriture que j'ai trouvé assez agréable mais finalement assez prévisible : elle est un peu trop carrée et rigide pour moi.

Et Nietzsche a pleuré est une lecture agréable mais assez froide et carrée.

 

[les +] une thématique intéressante, des personnages historiques, une écriture assez agréable.

[les -] une narration rigide et froide, une vision des choses imposées.

Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/79/79589/couv15099181.jpg

Chapitres inédits décrivant le mariage de Jess et Lucius.

A découvrir en français ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça faisait un moment que j'avais envie de découvrir ce texte. Depuis que l'amie à qui j'avais prêté le premier tome à sa sortie m'en parle. Mais bon, l'anglais m'avait refroidie... Mais là, après avoir découvert Comment sauver un vampire amoureux, je me suis dis que c'était l'occasion ou jamais de découvrir ces chapitres bonus et, Ô joie !, depuis trois ans, ils ont été traduits en français ;)

 

J'ai beaucoup apprécié retrouver Jess et Lucius. On suit les pensées de Jess, ce que j'ai trouvé très agréable surtout que la jeune femme prend réellement peu à peu conscience du rôle qu'elle va devoir tenir. Elle est en pleine phase de transition.

On retrouve tous les personnages (ou presque) du premier tome et ce, dans un cadre très différent de celui-ci. Du coup, l'on découvre une nouvelle facette de leur personnalité ce que j'ai trouvé très intéressant.

 

La vingtaine de chapitre que nous propose Beth Fantaskey sont vraiment très courts. On ne passe donc que très peu de temps avec Jess, Lucius et leur invité, mais c'est juste ce qu'il fallait. Faire "un livre" plus long aurait été ridicule vu que ce qui est dit dans ces chapitres a un ton juste et ne nous noie pas sous des détails sans importances.

A travers ces chapitres bonus, j'ai apprécié en savoir un peu plus sur les traditions vampires en matière de mariage et j'ai apprécié les causes de quelques unes. C'est souvent très romantique mais loin d'être ridicule !

 

Enfin, j'ai apprécié retrouver l'écriture de Beth Fantaskey fidèle aux deux autres tomes de la série. J'ai trouvé le ton très juste et ai apprécié toute l'affection que l'on ressent d'elle envers ses personnages. On sent vraiment qu'elle à pris du plaisir à raconter ce passage de la vie de Lucius et Jess.

Le mariage de Jess et Lucius est une lecture très agréable.

 

 

[les +] une écriture agréable, des traditions vampires à découvrir, des personnages sympathiques.

[les -] je n'en vois pas...

 

 

Du même auteur :
Alchimie Comment se débarrasser d'un vampire amoureux tome 1 : Comment se débarrasser d'un vampire amoureux tome 2 : Comment sauver un vampire amoureux

Repost0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/2/2144/couv4608185.jpgC’est la rentrée des vacances d’été au lycée Hijiri.rnMidori Saejima, qui était malade, a profité de quelques jours de plus et, pour son retour au lycée, elle est on ne peut plus impatiente de croiser le garçon dont elle est amoureuse. Seulement voilà, pendant son absence, ses camarades de classe l’ont inscrite d’office comme candidate à l’élection du premier comité des élèves et devant leur insistance, Midori n’a eu d’autres choix que d’accepter. Sauf que ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que son discours de présentation est pour l’après-midi même ! Et voilà Midori sur scène, quelque peu stressée, se demandant bien ce qu’elle va pouvoir raconter devant tout le lycée, surtout qu’elle, elle ne pense qu’à une chose, apercevoir son cher et tendre ! Et justement, le voici : lui aussi participe à l’élection !

 

 

 

Je n'avais pas franchement été sous le charme du deuxième tome même si je l'avais beaucoup aimé. Alors, c'est vrai que j'avais un peu peur de me lancer dans la lecture de ce tome. Mais, au final, je suis absolument ravie de cette lecture ! Elle est vraiment haute en couleurs.

 

En effet, il se passe énormément de chose dans ce tome de Je ne suis pas un ange. Du coup, j'ai vraiment retrouvé ce qui m'avait tant plus dans le premier tome. D'autant plus que certains passages nous renvoie directement à des passages de ce tome comme l'élection du nouveau comité ou la pièce de théâtre qu'ils jouent pour accueillir les nouveaux élèves...

J'ai également apprécié ce qu'il se passait côté coeur pour les personnages. De ce côté, ce tome ne manque vraiment pas de sel ;)

 

J'ai apprécié en apprendre encore un peu plus sur les personnages et en découvrir de nouveaux avec leur arrivée dans le nouveau comité. Bon, pour l'instant j'apprécie surtout les anciens, mais la petite Mako me plaît bien : par moment, sa spontanéité me rappelle beaucoup Midori.

 

Je trouve les dessins d'Ai Yazawa très agréable, tout comme sa narration. Ce tome à beau être beaucoup plus triste et amère que les autres, j'ai apprécié les pointes d'humour que j'ai découvert au fil des pages.

J'ai hâte de découvrir le dernier tome de Je ne suis pas un ange.

 

 

[les +] de l'humour, de jolis dessins, une narration agréable, une histoire haute en couleur, de nouveaux personnages très sympathiques.

[les -] un côté "souvenir" que certains trouveront peut-être répétitif.

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Du même auteur :

Gokinjo, une vie de quartier tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 6

Je ne suis pas un ange tome 1 tome 2 tome 4

Nana tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5 tome 21

Paradise Kiss tome 1 tome 2 tome 3 tome 4 tome 5

Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 07:15

http://www.livraddict.com/covers/10/10404/couv42184127.jpgLouis, jeune homme pauvre mû par une "volonté fanatique", tombe amoureux de la femme de son riche bienfaiteur, mais il doit partir au Mexique pour une mission de confiance. La Grande Guerre éclate. Les retrouvailles du couple n'auront finalement lieu que neuf ans plus tard. Leur amour aura-t-il résisté?

Dans ce texte bouleversant, resté inédit en français jusqu'en 2008, on retrouve le savoir-faire unique de Zweig, son génie de la psychologie, son art de suggérer un geste, un regard, les tourments intérieurs, les abîmes de l'inconscient.

 

 

 

 

 

Une fois n'est pas coutume, ce livre de Stefan Zweig n'est pas un coup de coeur. J'avais pourtant vraiment envie de le lire depuis longtemps et je l'avais donc ajouté à ma liste du Challenge ABC de Nanet. Mais il faut dire aussi qu'au moment de ma lecture, j'avais vraiment la tête ailleurs (c'est que la recherche de stage, ça prends du temps : "Tiens, et si finalement, j'appelais aussi là-bas ?"). Tout ça pour dire, qu'en ce moment, je ne suis pas vraiment efficace en matière de lecture.

 

Pourtant, dans Le voyage dans le passé, j'ai retrouvé tout ce qu'il me plaît autant dans les livres de Stefan Zweig : une histoire toute simple, presque toute bête, qui ne manque pourtant pas de sel et une écriture absolument magnifique. Le plaisir de le lire est toujours là et c'est donc pour ça que je sais que je relirais ce livre plus tard, quand j'aurais l'esprit plus calme : parce qu'hier, je n'ai vraiment pas profité de ma lecture.

Tout ça pour dire que si je n'ai pas autant aimé ce livre que les autres oeuvres de l'auteur, c'est vraiment du au moment de la lecture et pas du tout au livre en lui-même.

 

J'ai beaucoup apprécié l'histoire du Voyage dans le passé : j'ai beaucoup aimé la façon dont les deux personnages se rencontre, celle dont ils tombent amoureux, les kilomètres qui les séparent et les questions qu'ils se posent à leurs retrouvailles quasiment 10 ans plus tard. J'ai beaucoup aimé la façon dont ils prennent leur vie en main et le fait qu'ils ne se voilent pas la face. Je les ai trouvé très touchant même si, comme toujours, Stefan Zweig, nous impose une certaine distance avec eux. Du coup, on a tout le loisir de se faire notre propre image d'eux et de leur histoire ce que je trouve vraiment très agréable.

Le voyage dans le passé est une nouvelle pleine d'émotion.

 

 

[les +] une belle écriture, des sentiments partagés aux lecteurs, une histoire simple mais efficace, une narration neutre qui permet au lecteur de se faire son propre avis sur les personnages et leur histoire.

[les -] une distance imposé au lecteur entre lui et les personnages.

 

 

Du même auteur : 

La confusion des sentiments Le joueur d'échec Lettre d'une inconnue Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs