Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 06:00

 

 

 

 

 

Parents de l'ombre

Aurélie DABOUIS

Ajaé - 2015

548 pages

 

 

 

 

 

 

Paris, dans un futur plus ou moins proche. Le gène de la criminalité, le gène DR2624, est présenté comme la grande découverte du siècle. Toute personne le possédant est un criminel en sommeil. Les enfants présentant ce gène sont enlevés à leur famille par le gouvernement.
Philippe Pradeau a vu sa fille subir les conséquences de cette politique anticriminelle. Cependant, il ne l’a jamais accepté et ne cesse, depuis sa disparition, de chercher où elle est détenue.
Le Docteur Stéphane Laudrain est un pédiatre qui participe, sans en avoir réellement conscience, à la politique du gouvernement. Jusqu’au jour où son fils atteint l’âge fatidique du test génétique.
La rencontre entre ces deux pères va marquer le début d’une lutte sans merci contre le gouvernement…

 

 

Ce livre est un peu spécial : il a été écrit par la fille d'un collègue de mon père qui est la soeur d'un camarade de classe du lycée (enfin, je crois). Du coup, en bonne curieuse, j'étais obligée de le lire ! D'autant plus que mon père l'avait adoré ;)

 

J'ai également beaucoup aimé cette histoire, par contre je suis dégoûtée : j'avais commencé à écrire mon article dessus mais overblog me l'a supprimé... Du coup, 15 bons jours après cette lecture et pas mal de livres plus tard, je ne me souviens plus tellement des détails de l'histoire.

Cela dit, je me souviens très bien de l'ambiance de Parents de l'ombre : elle est forte, inquiétante et pleine de "et si"... Personnellement, c'est le genre d'histoire qui m'inquiète toujours un peu : cela pourrait très bien se réaliser, la folie des grandeurs de l'homme n'a pas vraiment de limites malheureusement (et sa bêtise non plus). Je lis assez rarement des romans d'anticipations même si j'apprécie le genre ce côté "possible" me mettant assez mal à l'aise... En tout cas, celui-ci me laisse une bonne et forte impression !

Mais, j'ai trouvé aussi que l'histoire partait un peu dans tous les sens bien que celle-ci soit assez cadrée : on voyage beaucoup, il se passe des tas de choses extrêmement grâves ou improbables, le tout en très peu de temps... Du coup, j'ai trouvé que la crédibilité n'était pas toujours au rendez-vous ce qui m'a permis de davantage relativiser les évènements.

La fin est franchement pas mal : pour le coup, elle m'a vraiment semblée des plus crédibles d'autant plus que le ton  d'Aurélie Dabouis est très juste.

 

Dans ce genre d'histoire, les personnages me sont rarement sympathiques : trop préocupés par leurs tâches, ils en deviennent assez froids et différents de ma réalité. Les personnages de Parents de l'ombre ne font pas exception : même si ils sont intéressants et bien construits, ils ne m'ont pas été particulièrement sympathiques. Ils sont tellement dans leur quête pour retrouver les enfants qu'ils en oublient le monde extérieur : cela créé fatalement une distance avec le lecteur...

 

L'écriture d'Aurélie Dabouis m'a beaucoup plu : elle est ferme, carrée et fluide. J'ai vraiment apprécié cette histoire qui m'a fait passer un très bon moment, même si certaines petites choses m'ont dérangée. Dans tous les cas, j'ai vraiment accroché à son univers et je serais très curieuse de découvrir ses autres textes.

Un roman surprenant !

 

 

[les +] Des questions intéressantes, une histoire qui avance, une écriture agréable.

[les -] Quelques points moins crédibles, des personnages un peu clichés.

 

 

Lu dans le cadre de :

Repost0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 06:00

 

 

 

 

Le Rédempteur, tome 0

Le secret de la Bête d'Angles

Sébastien TISSANDER

Editions Boz'Dodor - 2014

ebook - epub

 

 

 

 

 

Une mystérieuse bête terrorise une région de Bretagne. Elle semble immortelle : aucun chasseur, aucun piège n’a eu raison d’elle jusqu’à présent. Le Père Martin, un jeune prêtre atypique, est dépêché sur place par le Siège afin de mener l’enquête et de résoudre ce mystère. Quel lourd secret cache cette bête fantastique ? Face à la réalité de la supercherie qu’il va mettre à jour, le Père Martin saura-t-il mettre sa compassion pour cette bête de côté afin de résoudre cette affaire ?

 

 

C'est encore une fois au Pays de Galles que j'avais téléchargé gratuitement cette nouvelle sur le site des éditions Boz' Dodor. Franchement, je ne savais pas trop à quoi m'attendre vu que je n'avais pas lu le résumé et que ni le titre, ni la couverture ne me donnaient vraiment envie... Bref, c'est encore une bonne surprise inespérée qui m'est tombée dessus avec ce titre !

 

J'ai été étonnée de découvrir que ce livre était d'ambiance steampunk : ce genre me perturbe fortement vu que je ne connais pas encore ses codes et qu'il me semble encore assez étrange. Du coup, bien que cette histoire m'a assez plu, je suis restée tout de même assez distante de cette histoire.
L'intrigue est plutôt sympa : elle est assez classique mais elle est bien menée. J'aime bien le côté Le nom de la rose qui se dégage de celle-ci à travers ses prêtres magouilleurs ! Bon, après, il est vrai que le côté "mécanique" du steampunk ne me passionne pas et que, du coup, l'intrigue ne m'a pas passionnée par sa supercherie.

 

Le Père Martin m'a bien plu : j'ai aimé sa fraîcheur et sa jeunesse ainsi que sa confiance en lui assez imposante. Il m'a fait rire avec ses réflexions et ses attitudes qui ne collent pas forcément avec sa profession. Franchement, je serais curieuse de lire les tomes suivants de cette série pour découvrir ce qu'il devient par la suite.

 

L'écriture de Sébastien Tissandier m'a bien plu : mes seuls freins à l'histoire viennent vraiment du genre steampunk et non pas de la narration que j'ai trouvé très claire et fluide. Comme je le disais un peu plus haut, j'ai été étonnée des petites touches d'humour que l'on retrouve le long du texte et qui m'ont bien amusée. Du coup, même si je n'ai pas adhéré à 100% à ce texte, je serais curieuse de découvrir sa suite.
Une nouvelle steampunk bien menée.

 

 

[les +] De l'humour, une intrigue bien menée.
[les -] Un univers steampunk trop présent pour moi.

 

 

Lu dans le cadre :

Challenge Lire sous la contrainte #23 : Animaux

 

 

Du même auteur :

Le génocide invisible  Le Mnémenol

■ Inconscience  épisode 1 : L'éveil

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 06:00

 

 

 

 

Les morts-vivants ne font pas la queue dans les grands magasins, tome 1

On torture bien les animaux

Cédric CITHAREL

 

L'ivre-book - 2013

ebok - epub

 

 

 

 

 

Le terme "mort-vivant" est utilisé pour désigner un grand nombre d’espèces différentes. Les liches, par exemple, incarnent le mal dans tout ce qu'il a de plus sale et de plus violent. Ne pensez pas pour autant que ce sont des créatures dénuées de sentiments, elles vous détestent. Et si un jour vous croisez une liche, votre seule chance de vous en sortir vivant, ce sera d'être déjà mort.

 

 

Vous pouvez télécharger gratuitement cette nouvelle sur le site des éditions L'ivre-book. Personnellement, c'était pour cette raison seulement que je l'avais fait : le titre et la couverture ne me tentaient pas plus que ça et, comme d'habitude, je n'avais pas pris le temps de lire le résumé...

Du coup, cette lecture a été une très très bonne surprise, à des années lumières de ce à quoi je m'attendait au vu du titre (merci donc à Phildes et à sa session "animaux" du challenge Lire sous la contrainte pour m'avoir fait sortir ce livre de ma PAL).

 

J'ai beaucoup aimé la façon dont la déchéance humain du personnage principal est racontée et qui fausse totalement notre rapport à ce qu'il est aujourd'hui : on s'attache à l'humain qu'il a été avant de découvrir les horreurs qui commet et, personnellement, je me suis mise à chercher les moindre petites parcelles d'humanité que l'on pouvait retrouver en lui...

La fin m'a perturbée : j'ai trouvé que la dernière phrase ne faisait pas du tout "conclusion d'épisode". Bien sûr, la fin appelle clairement à une suite mais je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce tome finisse comme ça et à ce moment-là.

 

L'écriture de Cédric Citharel est plutôt agréable : c'est fluide, imagé et il nous emporte tout de suite avec lui dans son univers. J'ai l'impression que son écriture colle parfaitement avec les histoires en épisode et il m'a vraiment donné envie de connaitre la suite des aventures de notre liche !

Une nouvelle étonnante et agréable.

 

 

[les +] Intéressant, des sentiments contradictoires, des surprises.
[les -] Sérieusement, c'est quoi ce titre à rallonge ?! (cela dit, il est drôle), une fin perturbante.

 

 

Lu dans le cadre :

Challenge Lire sous la contrainte #23 : Animaux

Repost0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Mme Maddox

Jamie McGUIRE

J'ai lu - 2015

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

C’est la première Saint-Valentin d’Abby et de Travis en tant que couple marié, du point de vue d’Abby.

 

 

Comme tout le monde, j'avais forcément entendu parler de la fameuse série Beautiful mais, franchement, elle ne m'a jamais tentée plus que ça. Du coup, j'ai été assez étonnée quand j'ai découvert que le petit ebook que j'avais téléchargé gratuitement sur le site des éditions J'ai lu (pour elle) était en fait un bonus de cette série...

 

Je ne sais pas trop quoi penser de cette lecture : elle m'a été plutôt agréable mais elle ne m'a pas donné envie de lire les tomes de la série. En fait, je crois qu'il correspond exactement à l'idée que je me faisait d'elle : sexe, jalousie et femmes objets. Bref, ça ne m'attire pas et j'espère que je me trompe quand à cette histoire.

 

Cependant, je dois reconnaitre que cette lecture a été plutôt bonne : l'histoire est sympathique, simple et donne une bonne image des personnages. Cela dit, j'ai tout de même été dérangée par le fait qu'il y a de nombreuses références aux bouquins que je n'ai donc pas lu ce qui ne m'a pas aidée dans ma lecture (pour le coup, je plaide coupable).

Du coup, je trouve assez dommage que ce bonus s'adresse essentiellement aux fans de la série et non aussi à de nouvelles têtes qui voudraient se faire une idée de l'histoire et donc peut-être la commencer...

 

Jamie Mcguire a une écriture fluide, dynamique et plutôt agréable. Elle nous entraine facilement à la suite de ses personnages même si elle m'a perdu avec ses trop nombreuses références aux textes précédents. Je serais curieuse de découvrir un autre de ses écrits.

Une lecture agréable.

 

 

[les +] des personnages et une narration agréable.

[les -] pour les fans de la série exclusivement, une image de la femme trop sexuée.
 

Repost0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Pétronille

Amélie NOTHOMB

Albin Michel - 2014

169 pages

 

 

 

 

 

 

« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

 

 

J'ai ce livre depuis plusieurs mois dans ma PAL, je l'aurais bien lu avant de partir à l'étranger mais le temps m'a manqué... Du coup, c'est quand La petite soeur me l'a réclamé pour un de ses challenges que j'ai soudainement eu envie de le lire également (*est une copieuse*).

Franchement, comme toujours avec Amélie Nothomb, j'ai passé un excellent moment.

 

J'ai beaucoup apprécié partir à la découverte de Pétronille : cette jeune femme est vraiment décadente et imprévisible. Avec elle, je ne savais jamais réellement à quoi m'attendre et, plus l'on avance dans l'histoire, plus l'on sent qu'elle nous échappe et devient incontrôlable. Elle m'a vraiment donné l'impression d'une descente aux enfer niveau moralité ! Et, pourtant, elle est plutôt sympathique : j'aime beaucoup ce genre de personne qui font ce qu'elles veut quand elles le souhaitent en se f**tant royalement de l'avis des autres.

 

La trame de Pétronille  est assez classique au regard des dernières parutions de l'auteur : on y retrouve Amélie Nothomb en personnage principal nous racontant sa vie. J'apprécie assez ce côté de ses bouquins : on ne sait jamais où s'arrête la réalité et où commence la fiction. J'aime bien également la façon dont elle valorise ses lecteurs en ayant régulièrement une petite pensée pour eux au cours de l'histoire.

 

Personnellement, j'ai vraiment été surprise par la chute de l'histoire : je ne m'attendais vraiment pas à ça ! Elle est bonne mais l'idée est tout de même vraiment tordue quand on pense à ce qu'elle à écrit et donc fait. Bref, ça me dérange mais j'apprécie ce genre d'ironie.

 

Encore une fois, je suis sous le charme de cette histoire. J'apprécie beaucoup l'humour "bobo" de l'auteur avec son côté pince-sans-rire et son ironie. D'ailleurs, le passage avec Vivienne Westwood m'a particulièrement amusée !
Un roman que je vous conseille.

 

 

[les +] de l'humour, des surprises.

[les -] une fin assez dérangeante.

 

 

Du même auteur :

Barbe bleue Cosmétique de l'ennemi La métaphysique des tubes La nostalgie heureuse Stupeur et tremblements Tuer le père Une forme de vie

Repost0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Que nos vies aient l'air d'un film parfait

Carole FIVES

Le Passage - 2012

160 pages

 

 

 

 

 

 

Certains pensent que le divorce, ça ne sépare que les adultes. Années 80. Déferlante rose sur la France. Première grosse vague de divorces aussi. à la télé, Gainsbourg, Benny Hill et le Top 50. Un frère et une sœur sont éloignés. Vacances, calendriers, zone A, zone B. La séparation est vécue différemment par chacun. Chacun son film, sa version, le père, la mère, la sœur. Chacun sa chanson. Un seul se tait, le cadet. Lui, ne parle pas, il attend. Huit ans, neuf ans, dix ans…

Dans les familles, les drames se jouent mais ne se disent pas. Huit ans, vingt ans trente ans… Que nos vies aient l’air d’un film parfait est un livre sur l’amour fraternel, celui qui seul permet de traverser ces années sauvages, ces plages d’enfance.

 

 

A la bibliothèque, la taille et le titre de ce livre m'ont tout de suite fait tilt : j'avais envie de lectures courtes et différentes de ce que je pouvais lire habituellement, autant dire que celui-ci avait tout pour me plaire !

 

Mais, il ne m'a pas plu, mais vraiment pas. Je savais à peu près à quoi m'attendre après avoir lu le résumé en diagonale, mais le texte et l'écriture de Carole Hives m'ont vraiment rebutés.
J'ai trouvé le récit vraiment décousu : on passe sans cesse d'un personnage à l'autre (le père, la mère, la fille nous racontent leur version à tour de rôle), sans qu'on sache réellement qui parle tant le vocabulaire est le même pour tout le monde (à 40, 15, 10 ans, on ne parle pas de la même façon, quand même !). J'ai été également dérangée par le fait que le "il" se substitue parfois au "je"... De même, quand on ne change pas de narrateur, c'est d'époque : bien que l'histoire aille plutôt vers l'avant, il y a régulièrement des retours en arrière qui ont fait que je ne savais plus trop où j'en était. Ça aurait été tellement plus simple si les personnages et les années étaient indiqués !

L'histoire en elle-même ne m'a pas particulièrement plu : j'ai trouvé qu'elle allait trop loin notamment avec la mère. Je suis trop jeune pour avoir connu les années 80 mais au travers de ce livre, je n'ai pas eu envie d'approfondir mes connaissances sur le sujet : ça m'a assez rebutée. Je crois que c'est également du au fait que l'on ne s'identifie par aux personnages : ils sont assez froids ce qui ne m'a pas donné envie de les connaitre.

 

L'écriture de Carole Hives n'est pas désagréable mais le ton qu'elle a donné à son histoire m'a déplu : c'est trop froid, trop distant et je n'ai pas trouvé forcément les faits très crédibles. Je pense que c'est notamment du au fait que le monde qu'elle décrit n'est pas le mien, mais le sien est vraiment trop négatif pour que j'apprécie vraiment cette lecture. Cela dit, si j'ai l'occasion de découvrir un autre de ses textes, je le ferais : son écriture est assez intéressante et agréable.

Une histoire que je n'ai pas apprécié.

 

 

[les +] Une écriture intéressante et agréable.

[les -] Trop froid, trop distant, trop négatif.

Repost0
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

 

Jours de collèges

Bernard FRIOT

 

Gallimard (Scripto) - 2006

125 pages

 

 

 

 

 

 

Yannick, Sébastien, Samira, Lise... timides, rebelles, complexés, passionnés, amoureux, lâches ou solidaires, tous différents mais tous collégiens. Cinq univers légers ou dramatiques, contrastés comme la vie. Cinq histoires fortes pour évoquer le collège. Des mots essentiels pour une écriture toujours tendue par l'émotion.

 

 

Ce livre recueille cinq textes autour du collège très différents les uns des autres : tantôt violents, tantôt drôles, amoureux voir révoltants... ils nous font passer par des sentiments très forts et variés. Mais, franchement, je n'ai pas été transportée : le collège est loin pour moi maintenant (bientôt 10 ans !) et je ne me suis pas forcément reconnue dans les personnages ou leurs histoires. J'ai l'impression qu'il y a des années lumières entre la vision du collège par Bernard Friot et ce que j'y ai vraiment vécu !
L'auteur a une écriture très agréable, douce et plutôt dynamique : quelque soit le sentiment visé par la nouvelle, le résultat est au rendez-vous.

 

Fausse note : Cette première nouvelle tourne autour d'un prof tyrannique de musique qui va un beaucoup trop loin vis à vis de l'un de ses élèves, Yannick. Cette histoire est franchement horrible tant elle montre la lâcheté humaine et ses conséquences... Certes, elle est très bien écrite mais je n'ai pas du tout aimé ce que j'y ai lu.
 

Marque : J'ai beaucoup aimé l'idée que défend cette histoire - que les marques ne font pas les personnes intéressantes - sachant l'importance qu'ont les vêtements au collège. L'idée est intéressante et plutôt crédible : j'ai bien aimé.

 

Foulard : Claire, une adolescente en vient à porter le foulard au collège en hommage à son amie Samira expulsée de celui-ci pour cette raison. Je ne sais pas trop quoi penser de cette nouvelle, le sujet est délicat mais bien abordé... Les problèmes de religion seront toujours présents et, même si je trouve anormal que les signes religieux ostentatoires soient portés dans des lieux laïques, ça me dérange encore plus que des personnes n'aient pas accès à une éducation "normale" pour ces raisons.

Accident : Sébastien est un souffre-douleur au sein de son collège et, un jour, tout dérape. Je ne sais pas trop quoi penser de cette nouvelle : elle va beaucoup trop loin. C'est crédible, mais je n'aime pas.

 

Correspondance : Lise, amoureuse de son professeur de français, lui écrit des lettres qu'elle n'ose pas lui envoyer. J'ai beaucoup, beaucoup aimé cette nouvelle : elle est vraiment approfondie et j'ai eu l'impression que Bernard Friot était vraiment allé au bout de son idée avec celle-ci. Les personnages sont bien construits, développés et pas trop stéréotypés. J'ai également beaucoup aimé l'idée d'un récit a deux voix sans compter que la conclusion est plutôt jolie et nous laisse donner la fin que l'on souhaite personnellement à ce texte.

 

 

[les +] Des sentiments variés, des textes très différents les uns des autres.

[les -] Des histoires trop survolées.

 

 

Lu dans le cadre :

Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 05:00

 

 

 

 

Les voleurs de vent

Roland FUENTES

Syros - 2008

199 pages

 

 

 

 

 

 

"C'était un équipage de soldats aux uniformes dépareillés, à la barbe hirsute, au visage semé d'innombrables cicatrices. Une armée qui aurait fait rougir un empereur ! Celui qui les commandait les dépassait tous d'une demi-tête. Il a sauté sur le point de la Mouette Bleue, sabre au côté, et il s'est fendu d'une révérence.
- Messieurs, vous avez le bonjour de Klaus Störtebeker !"

Allemagne, fin du XIVe siècle. En ce Moyen Âge frileux et cruel où la ligue hanséatique, l'association de marchands qui contrôle le commerce de l'Europe septentrionale, est à l'apogée de sa puissance, la jeune Anika a choisi son camp : celui des artisans, des marins et des pirates, ces Likedeeler qui partagent avec plus malheureux qu'eux les biens dont ils se sont rendus maîtres. Pour retrouver le jeune mousse qui l'attire follement, Anika s'embarque, déguisée en homme, sur une coque en partance pour le grand marché au hareng de Scanie..."

 

 

Comme les deux autres livres que j'ai emprunté à la bibliothèque ces derniers temps, je n'ai pas vraiment fait attention à son résumé : je me suis juste plantée devant un rayon et ai sorti trois des bouquins les plus fins ! Pour les deux précédents, ça ne s'est pas révélé très efficace, mais pour celui-ci, franchement, ça va : j'ai passé un bon moment !

 

L'ambiance Des voleurs de vent m'a tout de suite plu : j'aime beaucoup les ambiances moyen-âgeuses dans les romans et celle-ci est particulièrement bien mise en place. J'ai également bien aimé que celle-ci nous soit racontée par une jeune fille assez aventureuse et qui se fiche pas mal des on-dit des gens. J'ai vraiment aimé découvrir la vie de ce village, avec son mode de fonctionnement assez révoltant, les amitiés qui se lient et les premiers amours qui naissent...

J'ai également beaucoup apprécié la seconde partie du roman, plus axée sur la vie maritime et les villages de pirates. On pourrait croire que cette partie est plus trépidante mais ce n'est pas forcément le cas : bien sur, ça bouge, mais c'était déjà le cas dans la première partie !

Cependant, j'ai particulièrement aimé la scène de l'échafaud des pirates : elle m'a beaucoup amusée même si les conséquences peuvent devenir terrible. Du coup, la fin m'a également plu même si elle est loin d'être une conclusion : tellement de questions restent en suspend !

 

Les différents personnages que l'on croise au cours de ce roman sont vraiment sympathique. Anika et son amie Hannah m'ont beaucoup plu : elles renversent la position des femmes ces deux-là avec leur caractère bien trempé et leurs bêtises !

Leurs amis m'ont également plu : ils ne sont jamais à court d'idée et protège bien les deux jeunes filles. Il y a un véritable lien qui les unissent tous, un peu comme une famille et l'on sent que rien ne pourra réellement les séparer même si ils se retrouvent à des centaines de kilomètres les uns les autres.

 

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Roland Fuentès et la découverte fut bonne : je pense que je lirais d'autres de ses romans. Son écriture se prête vraiment bien aux univers jeunesse d'aventure et personnellement, j'ai trouvé l'histoire fidèle à ce que je connais du Moyen-Âge allemand. Bref, il m'a convaincue !

Un roman d'aventure historique jeunesse très agréable.

 

 

[les +] De l'aventure, des personnages qui se fichent des préjugés, de jolies romances.

[les -] Beaucoup de questions qui restent après avoir refermé ce livre.

 

 

[l'avis de la petite soeur]

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 05:00

 

 

 

 

 

Une femme surveillée

Charlotte LINK

France Loisirs - 2013

722 pages

 

 

 

 

 

Gillian Ward mène une existence apparemment sans histoire avec sa famille. Une vie parfaite aux yeux de Samson Segal, un habitant du quartier. Obsédé par Gillian, ce marginal passe ses journées à la suivre et à épier ses moindres faits et gestes. Il l'aime de loin, mais avec une totale dévotion.

Au même moment, une série de meurtres inquiète les Londoniens. Les victimes, des femmes seules, sont sauvagement assassinées après avoir subi plusieurs semaines d'intimidation. La police ne tarde pas à porter ses soupçons sur Samson, le guetteur. Gillian est-elle en danger ?

 

 

Ça faisait trèèèèèès longtemps que je n'avais pas lu de Charlotte Link, pourtant ce ne sont pas ses livres qui manquent dans ma PAL ! Du coup, l'autre jour, quand je me suis enfin décidée à renouer avec son univers, je n'avais que l'embarras du choix ;)

 

J'ai passé un bon moment avec Une femme surveillée et ai retrouvé tous les ingrédients que j'aime dans l'univers de l'auteure : une histoire douce et inquiétante, pas ou peu de flics : on vit l'histoire de l'intérieur, des relations bien menées entre les personnages (famille, amour, amitié : parfois, l'on oublie qu'on est au coeur d'une histoire de meurtre !).
Par contre, j'ai été assez dérangée que l'histoire se passe à Londres, ça m'a fait bizarre sachant que l'auteure est allemande : je ne peux pas m'empêcher de penser que ce roman aurait été encore mieux si Charlotte Link l'avait situé dans un pays qu'elle connait sur le bout des doigts (cela dit, ça ne veut pas dire qu'elle n'a jamais vécu au Royaume-Uni !).

La chute m'a bien plu : je n'avais pas du tout deviné le coupable, même si, une fois qu'on le sait, ça parait évident. Habituellement, je ne suis pas mauvaise à ce petit jeu-là, mais je suis tombée dans tous les pièges de l'auteure ! Bref, la découverte a été aussi surprenante que bonne !

 

Le personnage de Gillian m'a bien plu : on sent que la jeune femme est assez désemparée avec tout ce qu'il se passe dans sa vie... Entre sa fille en pleine crise d'adolescence, son mari qui la délaisse, le beau gosse du coin qui lui fait des avances et Samson qui l'épie, elle a de quoi être perdue ! Cela dit, elle arrive plutôt bien a gérer sur tous les fronts et a donner le sens qu'elle souhaite à sa vie.
Samson est un personnage qui se révèle étonnamment sympathique : je me suis assez rapidement prise d'affection pour ce bonhomme que tout le monde rejette. Même si ça ne se voit pas au premier coup d'oeil et qu'il fait des choses assez étranges, il est très attentionné d'une certaine façon.

 

Encore une fois, j'ai beaucoup apprécié l'écriture de Charlotte Link. J'apprécie notamment le fait qu'elle nous laisse entrevoir la vie des victimes avant les différents meurtres afin de les connaitre un peu. De même, j'aime beaucoup le ton personnel qu'elle a donné à cette histoire ce qui fait que l'on vit l'enquête sans pour autant être obnubilé par celle-ci.
Un roman très agréable.

 

 

[les +] Des tranches de vie, un livre qui ne s'arrête pas à une enquête.
[les -] Pourquoi Londres et non Berlin ??

 

 

Lu dans le cadre :

Colocs (et plus), Emily BLAINE
 
 
 
Du même auteur :
Illusions mortelles  L'enfant de personne Le péché des anges Le soupirant Les trois vies de Margareta
Repost0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 05:00

 

 

 

Cherche jeune femme avisée suivi de D'un commun accord

Sophie JOMAIN

France Loisirs - 2015

865 432 pages

 

 

 

 

 

 

Quand il voit débarquer dans son cabinet la ravissante, mais ô combien extravagante Gabrielle Géris, Adrien de Bérail est loin d’imaginer qu’il se laissera convaincre de l’embaucher comme baby-sitter. Veuf et très accaparé par son métier d’avocat, il lui faut de toute urgence une personne capable de prendre soin de ses deux chérubins, Paul et Sophie, tout juste âgés de neuf ans. C’est donc en dépit de ce que lui crie la raison qu’il accepte sa folle candidature.
Une personnalité audacieuse et un toupet incroyable pour un petit mètre soixante sur talons… Qui sait ? La jeune femme pourrait bien se révéler être la perle rare…

 

 

Quand j'ai vu que ces deux livres de Sophie Jomain étaient réédités chez France Loisirs en un seul et même tome : je n'ai pas hésité bien longtemps. Il me les fallait ! Même si, en soi, j'avais assez peur de ces deux romans : je connais l'auteure en jeunesse mais pas du tout en chick-lit...
Aujourd'hui, c'est donc d'Une jeune femme avisée que je vais vous parler : je n'ai pas encore lu le second tome. En tout cas, j'ai passé un excellent moment avec ce roman !

 

L'histoire m'a bien plu : elle est simple, pourrait paraître déjà vue et pourtant, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Sophie Jomain apporte vraiment sa touche personnelle à cette histoire ce qui la rend réellement originale : le passé de Gaby, la famille d'Adrien... tout ça est réellement surprenant et pimente cette histoire qui aurait pu passer pour classique.

Le vrai truc de ce bouquin, c'est vraiment son humour : celui de Gabrielle est vraiment décapant et ses répliques et réflexions sont vraiment à mourir de rire ! J'ai eu le sourire aux lèvres d'un bout à l'autre de ma lecture !

La fin m'a un chouilla moins plu : je l'ai trouvé trop facile et j'ai du mal a concevoir qu'on puisse pardonner des choses aussi grave aussi vite... Quelqu'un me parlerait comme dans ce livre, il me faudrait beaucoup, beaucoup de temps pour oublier et donc pardonner. Oui, bon, bien sûr, l'amour est plus fort que tout, tout ça, toussa... mais bon, quand même ! Du coup, même si elle est très jolie, si c'est ce qu'on voulait, je n'ai pas trouvé ce passage très crédible.

 

Le personnage de Gabrielle m'a beaucoup plu : elle est fraîche, pleine de vie, elle pétille et surtout, elle est vraiment drôle ! J'ai beaucoup aimé son originalité et encore plus sa gentillesse : elle a vraiment un talent avec les enfants et je n'hésiterais vraiment pas à lui confier les miens si j'en ai un jour. Elle m'a vraiment impressionnée et j'ai pris plaisir à suivre ses aventures.

Adrien m'a moins plu : il est trop directif, trop carré pour moi, limite chiant en fait. Après, il a de la culture, de la discussion et semble agréable... mais je n'aime pas du tout sa façon de traiter les gens et notamment Gabrielle. Il peut être vraiment méchant et ça, c'est un truc que je ne supporte pas.

 

Encore une fois, je suis sous le charme de l'écriture de Sophie Jomain : franchement, si ce n'est pas déjà fait et que vous appréciez les histoires girly, foncez ! Vous êtes sûr de passer un bon moment avec ses histoires fraîches, drôles et originales ! ;)
A lire !

 

 

[les +] Drôle, frais, original, pétillant.

[les -] Une fin qui ne me parrait pas très crédible (comment peut-on pardonner aussi vite ?!)

 

 

Lu dans le cadre :

Colocs (et plus), Emily BLAINE
 
 
Du même auteur :
  D'un commun accord  Quand la nuit devient jour    Pamphlet contre un vampire
 Felicity Atcock  tome 1 : Les anges mordent aussi  tome 2 : Les anges ont la dent dure  tome 3 : Les anges sont de mauvais poil
Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs