Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 05:00

 

 

 

 

Le roman le plus nul du monde

Stéphane HESKA

Seconde Chance - 2016

ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Lorsque Cinderella Playbook, jeune et naïve étudiante en sociologie nucléaire, interviewe le charismatique et richissime Robert Brocode, elle est loins de s'imaginer que cette première rencontre maladroite l'emmènera à la découverte de son moi profond, dans des jeux érotiques toujours plus inten...

 

Non, en fait, c'est l'histoire de Passe-Nulle-Part, un nain-nimateur de supermarché fauché qui découvre un paquet de Chocapic tridimensionnel aux étranges pouvoirs.
Tout ceci va tout de même l'emmener très loin, non pas dans une chambre rouge où un milliardaire pervers lui introduira des objets dans le rectum (quoique), mais dans une quête totalement folle où se jouera le sort du monde livre dace aux puissances du mal.

Il y aura aussi des nazis, un pirate, une rivière de bonbons, des dinosaures, une DeLorean, des explosions, des Stormtroopers, des trahisons, des Elfes, des câlins, des Schtroumphs, des courses-poursuites, des parties de balle aux prisonniers et surtout... Chuck Norris.

 

Un chef-d'oeuvre salué par la critique et le public. Sélection officielle du prix Goncourt, Renaudot, Femina ainsi que du prix Nobel de littérature (dans une autre dimension, mais ça compte quand même).

 

 

Un grand merci aux éditions Seconde Chance pour l'envoi de ce roman vraiment pas comme les autres.

 

Quand Isabelle des éditions Seconde Chance m'a proposé de découvrir le tout dernier né de Stéphane Heska, j'ai sauté sur l'occasion. Il a l'art de nous emmener sur des chemins escarpés, loin de notre zone de confort et de nos habitudes littéraires douillettes. Ses livres sont des OVNIs dont on ne saurait réellement dire si on a aimé ou non notre lecture si ce n'est pouvoir confirmer qu'elle ne nous a pas laissé indifférent ! J'aime cet état d'esprit et la grande aventurière littéraire (ah, ah !) que je suis ne pouvait décidemment pas passer à côté.

 

Comme d'habitude, ça n'a pas raté : je ne sais pas trop quoi penser du Roman le plus nul du monde. Certains passages sont vraiment à mourir de rires et les situations sont toutes plus loufoques les unes que les autres. J'ai aimé les références (parfois à deux balles) et les commentaires entre parenthèses assez cyniques. C'est vraiment l'un des livres qui m'a le plus fait rire depuis le début de l'année !

Les lecteurs seront sans aucun doute conquis par cet univers à la Naheulbeuk et à l'humour qui va avec : c'est sans prise de tête, ça ne vole pas toujours très haut et ça prend parfois des air de private joke. En soi, soit on adhère soit c'est totalement fichu. Personnellement, j'ai bien aimé car j'ai trouvé le ton bien dosé. En fait, certains passages sont mêmes assez consternants : je ne dis pas ça méchamment, c'est même plutôt un compliment ! On se demande où l'auteur va chercher ses idées qui vont toujours de plus en plus loin dans la bêtise et, en fait, c'est vraiment drôle.

Par contre, j'ai été gênée par la façon dont les nazis sont abordés. Ça reste un sujet sensible pour moi et encore plus maintenant que je vis en Allemagne où la blessure est encore bien ouverte. Du coup, ces passages ne m'ont pas du tout fait rire mais c'est là vraiment mon seul bémol. Surtout que l'idée de faire de son chat un personnage principal est plutôt amusante... mais ça m'aurait davantage fait rire avec Napoléon.

 

Encore une fois, j'ai apprécié l'écriture de Stéphane Heska que je ne saurai décrire si ce n'est qu'elle prend assez à rebrousse poil nos habitudes littéraires. Il écrit bien, c'est agréable, fluide... mais ça va totalement à l'encontre de ce que je lis habituellement. Son livre Le roman le plus nul du monde m'a emmené dans un univers que je ne maîtrise pas ce qui reste assez perturbant. Du coup, en soi, je trouve que le titre est particulièrement bien choisi (même si il ne se révèle pas prophétique et encore heureux !).

Un livre vraiment pas comme les autres !

 

 

[les +] Surprenant, loufoque, imprévisible.

[les -] La façon dont est abordée la question des nazis.

 

 

Lu dans le cadre :

Le roman le plus nul du monde, Stéphane HESKAColocs (et plus), Emily BLAINE
 
 
Du même auteur :
 Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir  On ne peut pas lutter contre le système  Un monde idéal où c'est la fin
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 07:15

http://img.livraddict.com/covers/105/105417/couv56924992.jpgLe système financier mondial vient de s’écrouler. Il ne s’en relèvera pas, plongeant toute une civilisation dans le chaos. Lawrence Newton a accepté sa destinée. Il a renoncé à ses espoirs, à ses convictions, et à l’amour de sa vie pour suivre les traces de son père au sein du consortium HONOLA. Samson Bimda est le chef d’un village au nord de l’Ouganda. Les semences OGM vendues par la compagnie ruinent ses champs et ne lui permettent plus d’assurer sa subsistance. Clara, Hakim et Louise sont trois militants au sein du mouvement écologiste GreenForce. Au hasard d’une de leurs actions, ils tombent sur des documents compromettants qui vont les dépasser. À la veille du plus grand sommet européen déterminant l’avenir de millions de personnes, chacun doit défendre ses intérêts, quitte à en payer le prix le plus lourd.

 

 

J'avais tellement aimé les deux autres romans de J. Heska, que j'ai demandé aux éditions Seconde Chance de me faire parvenir le troisième livre de l'auteur : On ne peut pas lutter contre le système.

Des trois, c'est celui qui me faisait le plus peur : l'histoire semblait assez compliquées par son sujet assez difficile. Alors, effectivement, c'est complexe, mais surtout, ça se lit très bien ! Et puis, par un heureux concours de circonstance, ça me permet d'ajouter une lecture au titre long supplémentaire à mon challenge Lire sous la contrainte de Phildes.

 

Le truc avec J. Heska, c'est qu'il me fait un peu peur, bien que ses histoires tiennent toujours plus du divertissement que du débat : il s'attaque toujours à des sujets qu'on refuse de voir dans la réalité et, avec beaucoup d'ironie et assez peu de tact, il nous force à y faire attention. On ne peut pas lutter contre le système en est le parfait exemple : ça commence par une histoire de singes de laboratoire et ça fini avec un gigantesque complot financier mondial ...!

Dans ce roman, l'on voyage, aussi bien sur tous les continents que dans le temps. On saute sans cesse d'une époque à une autre et d'un pays à l'autre. C'est aussi essoufflant que prenant ! D'autant plus que le style de l'auteur dans ce roman est assez nerveux et les chapitres sont courts. Ça ne manque pas de rythme et pourtant, J. Heska prend le temps de nous exposer ce qu'il se passe : ce qui vu la complexité de l'histoire est vraiment positif.

 

Honnêtement les différents personnages ne m'ont pas vraiment plu, par contre, ils m'ont convaincu. Il faut dire aussi qu'ils sont tellement dans leur monde, tellement omnibulés par les idées qu'ils défendent qu'on ne peut se reconnaître en eux et se mettre difficilement à leur place. Ils sont différents de la plupart des personnes, font les choses réellement à fond et c'est pour ça que l'histoire marche aussi bien. Mais, ça s'arrête là : ils m'ont fait un peu trop peur pour que j'ai de la sympathie pour eux.

 

La fin m'a énormément surprise : déjà parce que je ne m'y attendais pas, mais surtout parce que je la trouve immorale. Elle m'a profondément déçue par ce côté là, mais honnêtement, c'est aussi ça qui fait que je l'ai autant appréciée (c'est que je suis compliquée moi aussi !) : elle me parait on ne peut plus réelle. Je suis sûre que dans des circonstances similaires, beaucoup réagiraient de cette façon.

En fait, c'est surtout ça que j'ai apprécié dans ce roman : on peut se dire que tout ça n'arrivera probablement jamais (ce qui serait assez bien), il n'empêche qu'il y a du vrai dans cette histoire (rien qu'à regarder le lobbying des industries pharmaceutiques...--') et que ça nous force à nous poser des questions. Ce que me plait aussi dans ce livre, c'est que tous les lecteurs perçoivent les choses différemment ce qui est à l'origine de jolies discussions sur la toile ;)

On ne peut pas lutter contre le système est un roman que je vous conseille vivement !

 

 

[les +] Très réel, un thème intéressant, une histoire complexe, un joli final.
[les -] ...

 

 

Du même auteur :
 Le roman le plus nul du monde  Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir Un monde idéal où c'est la fin

Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/89/89324/couv46529955.jpgJe m'appelle Jérôme et je ne suis pas quelqu'un de populaire. Invisible pour mon entourage, insipide pour mes collègues, insignifiant pour ma petite amie. Un jour, je suis tombé sur un article dans un magazine bon marché censé m'aider à régler un certain nombre de problèmes dans ma vie. Ca m'a amené un peu plus loin que prévu ... Ah oui, le "un peu plus loin", c'est devenir le chef de file involontaire d'un mouvement philosophique qui a révolutionné le monde.

 

 

 

 

 

 

 

J'avais tellement aimé Un monde idéal où c'est la fin que je n'ai pas pu m'empêcher de demander aux éditions seconde chance de me faire parvenir Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir. Que j'ai adoré ! Du coup, j'ai très envie de découvrir le troisième livre de l'auteur maintenant : On ne peut pas lutter contre le système... ;)

 

Ce qui m'a beaucoup plus dans ce livre, c'est que je n'avais pas encore commencé à lire son histoire, mais juste feuilleté Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir (oui, oui, je feuillette des ebooks ;D), que J. Heska me faisait déjà rire avec des citations plus que bien trouvées  : "La vie, c’est comme un escargot. On porte un lourd fardeau sur le dos, il faut en baver pour avancer, et ça laisse toujours des traces." ou encore "La vie, c’est comme les maths. On est bien obligé d’admettre que ça a un sens même si on n’y comprend rien."

J'ai beaucoup aimé cette touche d'ironie bien propre au destin et à l'auteur que j'ai retrouvé tout au long du texte. D'autant plus que ça permet de se défouler un peu aussi et de maudire un bon coup, avec Jérôme, nos petits et gros problèmes de la vie de tous les jours.

 

L'histoire m'a également beaucoup plu : j'ai beaucoup apprécié la façon dont tout par d'un rien. Pour citer une nouvelle fois J. Heska, je dirais bien que "La vie, c’est comme un voyage en zeppelin. C’est beau, calme, silencieux, mais il suffit d’une simple étincelle pour tout faire flamber…" : on sait ce qu'il va se passer dans le livre (ben, oui, ça, c'est dit sur la quatrième de couverture !) et pourtant quand tout commence et s'enchaîne de plus en plus vite, on est tout de même estomaqué en voyant les proposions que ça prend. Personnellement, ça m'a même fait peur de voir à quelle vitesse des personnes peuvent s'accrocher à une doctrine et s'élire un gourou !

 

J'ai bien accroché avec le personnage de Jérôme et, pourtant, au début c'était loin d'être gagné. On le rencontre en boulet, puis en bouche-trou et finalement derrière tout ça on fini par découvrir le mec sympa et un peu maladroit... Tout au long de Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, on apprend à le connaitre et plus on le découvre plus on l'apprécie. C'est d'autant plus agréable que tout au long du livre, il prend confiance en lui et s'ouvre de plus en plus aux autres. C'est vraiment très agréable de le voir évoluer !

Pour conclure, j'ai bien envie de vous dire de le découvrir parce que c'est vraiment une belle découverte pour moi. Et puis, comme à écrit Natalie sur Livraddict : "S'il y a un "méchant" dans votre entourage, lisez ce roman, il vous fera du bien. Et sinon... lisez-le quand même parce que c'est probablement vous, le méchant." ;)

 

Un grand merci aux éditions seconde chance pour m'avoir permis de découvrir ce roman que j'ai tout particulièrement apprécié.

 

[les +] de l'humour, une histoire sympathique, une jolie évolution

[les -] ...

 

 

Du même auteur :

 Le roman le plus nul du monde  On ne peut pas lutter contre le système  Un monde idéal où c'est la fin

Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 06:15

http://www.livraddict.com/covers/102/102591/couv70741129.jpgBienvenue dans un monde idéal !
Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?
Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte !
Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ?
Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage !

 

 

Quand les éditions Seconde chance m'ont proposé de découvrir ce petit livre, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre tellement les avis sur ce livre laissait présager d'un ovni. Totalement le genre de livre que soit on adore, soit on déteste... Soit une excellente raison de le lire pour se faire son propre avis ! Et j'ai bien fait car j'ai adoré !

 

J'ai beaucoup apprécié la plume débridée de l'auteur, quasiment sans limite. Bon, honnêtement, les 100 petites nouvelles n'ont pas toutes trouvé échos chez moi, mais j'ai vraiment apprécié la plupart. J'ai beaucoup aimé cet univers qui flirte avec la science fiction tout en restant abordable pour ceux qui connaissent mal ou n'apprécient pas le genre : d'accord on y parle d'extraterrestres, de vivre sur Mars, de futur... mais tout à un échos dans notre vie d'aujourd'hui que ce soit par certains découvertes scientifiques comme par des éléments culturaux. D'autant plus qu'il est quasi-impossible de prendre l'une de ces théories au sérieux.

Sans compter que tout est bourré d'humour et est très second degrés comme cette fichue bande de poireaux OGM tueurs (comme quoi ma mère à raison de dire que les poireaux sont dangereux pour la santé ;D) de Un monde idéal où les OGM se répandent dans l'alimentation. Pour tout dire, j'ai eu quelques bons fou-rire avec certaines nouvelles : certaines chutes sont pour le moins inattendues.

 

Par contre, il y a vraiment un texte qui m'a dérangée bien que je sais pertinemment qu'il est on ne peut plus ironique : Un monde idéal où les gays précipitent notre destruction. Le fait que certaines personnes pensent réellement ainsi m'a assez rendue insensible à l'humour de ce texte... (mais bon, ça me fera peut-être rire dans 100 ans quand je traînerais dans les bars en slip de cuir pour me dandiner sur du Freddy Mercury ! (oui, il faut bien avoir lu Un monde idéal où c'est la fin pour comprendre ce que je viens d'écrire :p)).

 

Bref, j'ai vraiment passé un très bon moment avec ce livre qui se lit vraiment très vite : j'ai vraiment aimé les idées trop grosses pour être vrai (enfin j'espère ! Surtout pour cette histoire de poireaux !) de J. Heska et son humour plein d'ironie. Personnellement, je trouve que ces nouvelles ont un côté très private joke ce qui m'a beaucoup amusée. D'autant plus que l'auteur nous accueille à bras ouvert dans son monde un peu (beaucoup ?) fou...

Un monde idéal où c'est la fin est un recueil de nouvelle à découvrir.

 

Un grand merci aux éditions seconde chance pour m'avoir permis de découvrir ce roman que j'ai tout particulièrement apprécié.

 

 

[les +] beaucoup d'humour, un univers accessible, beaucoup de référence à notre monde d'aujourd'hui

[les -] un univers vraiment particulier qui pourra déranger certains lecteurs (mais pas moi !)

 

 

 

Du même auteur :

 Le roman le plus nul du monde  Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir  On ne peut pas lutter contre le système

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs