Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 06:00

 

 

 

 

 

Save Me If You Can
Alex CAMARONE

Harlequin - 2019
Ebook (Epub) - 309 pages

 

 

 

 

 

  

 

Elle, c'est Louise. Elle ne jure que par les mathématiques et ne croit que ce qu'elle voit. Quand elle a commencé son job à la piscine de Bushwick - l'un des quartiers les plus dangereux de New York -, elle a pensé comme tout le monde que le type responsable de l'entretien, avec ses lunettes noires et son sweat à capuche, n'était qu'un voyou bon à attirer les ennuis. Pourtant, son intuition, elle, lui souffle de voir au-delà des apparences.

Lui, c'est Blake. Les gangs représentent son cauchemar et la pauvreté, son quotidien. Chaque jour, le regard des autres lui rappelle d'où il vient. Mais celui de cette fille, à l'accueil, est différent Comme si elle savait que son agressivité n'est qu'une façade. Comme si elle voyait qui il est vraiment.

 

 

J'ai été très étonnée par Save Me If You Can : entre titre racoleur et sa couverture suggestive, je ne m'attendais pas du tout à découvrir l'histoire de Louise et Blake. Il faut dire aussi que, jusqu'à présent, ce genre de couverture m'avait plutôt habituée à des histoires plutôt malsaines où amour rime avec souffrance.

 

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce roman et le mystère qui entoure la piscine de Buckville. Sans que ce soit réellement paranormal, on sent qu'il y a des choses un peu spéciales qui se passent dans cette piscine  -un peu plus fort que la destinée - et qui se répercutent en traversant les décennies. L'épilogue pourrait casser cette impression mais il n'en est rien : j'ai bien aimé le côté plus terre à terre et convivial qu'on y découvre. D'ailleurs, ça m'a bien plu que ce soit une piscine : j'adore nager (#teamBNNSA) et je trouve ces lieux aussi réconfortants qu'inquiétants. Avec l'eau, on n'est jamais sûr de rien… Un peu comme en amour en fait ;)

La relation entre Louise et Blake m'a également beaucoup plu. J'ai aimé les similitudes qui existent entre ces deux-là et qu'on ne voit pas au premier abord. Dès les premiers chapitres, l'on sent une symétrie dans leur vie qui ne fait que se confirmer au fur et à mesure que l'on tourne les pages.

L'intrigue est plutôt classique jouant joliment avec un triangle amoureux avant de se reconcentrer sur l'essentiel. Cela dit, j'ai particulièrement apprécié la deuxième intrigue sur l'histoire de Bluesy - la belle-sœur de Blake. Elle est difficile à lire mais c'est important de parler de ces choses-là et de montrer qu'elles peuvent être dénoncées à la police : c'est en agissant que le monde peut changer.

 

Louise est une jeune femme très attachante mais je ne me suis pas reconnue en elle. Cela dit, je l'ai trouvée très crédible dans sa dualité.

Pour le coup, bien que j'ai également été touchée par Blake, je l'ai trouvé un peu trop cliché. Ce n'est pas parce que l'on vient des quartiers que l'on a forcément des problèmes avec la justice. D'ailleurs, à ce propos, je trouve qu'on nous en dit trop ou pas assez… Du coup, des questions restent sans réponses ce qui joue avec la crédibilité de ses histoires passées. Cela dit, j'ai craqué devant son côté protecteur que ce soit pour Bluesy comme pour Princess.

J'ai bien aimé les personnages secondaires de l'histoire et notamment Bluesy. Sa force et son naturel déconcertant m'ont beaucoup plu. J'aime la façon dont elle est encrée dans le monde même si la vie n'est pas tendre avec elle.

De même, le personnage de Madame Bloom et sa folie douce m'a beaucoup plu. Comme vous le savez, j'ai une tendresse particulière pour les personnes âgées et j'ai été séduite par les mille et une vie qu'elle semble avoir eu. Cela dit, je suis moins fan du mystère qui l'entoure et qui lui donne un côté plus superficiel.

 

J'ai trouvé l'écriture de l'auteure très agréable. J'avais des tas de trucs à faire cette semaine à la maison et je pensais prendre un temps fou pour le lire… Au contraire, je suis étonnée de la vitesse où j'ai avancé, n'ayant eu que très peu de temps à lui consacrer ! J'ai beaucoup aimé la symétrie des chapitres (logique avec des personnages doctorants en sciences !) et la façon dont les deux voix se répondent. Ça aurait pu être lourd et rigide mais, au contraire, j'ai trouvé que ça permettait d'avoir toutes les clefs en main pour imaginer les évènements des chapitres suivants !

Une lecture agréable.

 

 

[les +] Des personnages sympathiques, une atmosphère un peu magique.

[les -] Quelques clichés.

 

 

Lu dans le cadre de :

 

Challenge gourmand #14 : Pâtes
Service presse - Harlequin

 

 

Du même auteur :

■ All Saints High  tome 2 : Broken Knight

Repost0
9 février 2022 3 09 /02 /février /2022 06:00

 

 

 

 

 

 

 

Lady Secret
Glory Girls, tome 1

Nicola CORNICK

Harlequin - 2019
Ebook (Epub) - 384 pages

 

 

 

 

 

 

Après avoir échappé à l'ignoble chantage du compte de Rashleigh qui menaçait de révéler sa véritable identité, Marina s'est réfugiée à Peacok Oak, dans la campagne anglaise où elle se fait passer pour la veuve de lors Osborne. Un passé respectable, et inventé de toutes pièces, qui la protège des curieux. Mais ce fragile équilibre vacille à l'arrivée d'un certain Nick Falconer. Car, sous les traits de l'élégant gentleman, Marina reconnaît aussi l'inconnu avec lequel elle a échangé un langoureux baiser quelques mois plus tôt à Londres, sur les lieux où Rashleigh a été assassiné Nick n'est-il venu à Peacok Oak que pour mieux la démarquer ? Et la soupçonne-t-il d'avoir tué le Comte ? Alors que la raison exigerait qu'elle s'enfuie, la belle et mystérieuse Marina sent une attirance irrésistible la pousser à se rapprocher de celui qu'elle devrait à toute force éviter. Car, si Nick venait à découvrir pourquoi elle se trouvait à Londres le soir de leur baiser, il ne manquerait pas de déchirer le voile de mensonges derrière lequel elle se cache depuis des années

 

 

J'ai été assez étonnée par ce roman. Avec sa couverture au décors assez capiteux, je 'attendais à quelque chose d'assez conventionnel mettant en scène la bourgeoisie anglaise… Il y a effectivement un peu de ça mais la réalité est plus complexe.

 

J'ai trouvé l'ambiance de ce roman très intéressante. J'ai aimé la lourdeur de certaines situations et le côté léger que ces grandes dames essaient de donner à tout ce qui les entourent. Pour le coup, l'on voit vraiment la façon dont est magnifiée la réalité, même dans  ses détails les plus sordides. Et, plus que tout, j'ai aimé voir le masque tomber et les chose prendre l'apparence que ce qu'elles sont réellement.

Le secret de Marina m'a bien plu mais je ne l'ai pas forcément trouvé très crédible. Après, je regarde cette histoire avec les yeux d'une jeune femme du 21e siècle et ces histoires de serves sont donc assez obscures pour moi. L'autre chose qui m'a fait tiquer, c'est que Marina est étonnamment bien dans sa peau par rapport à ce qu'elle a subit. J'aurais apprécié que l'auteure donne plus de profondeur aux traumatismes que l'on découvre dans cette histoire et qu'elle ne les renverse pas en quelques lignes.

Au fond, ce qui m'a conquise, c'est vraiment l'histoire des Glory Girls. J'ai toujours été attirée par les Robins des bois et le fait que ceux-ci soient des jeunes femmes de la haute société m'a particulièrement séduite. J'ai trouvé que leurs actions étaient joliment menées même si j'aurais aimé qu'elles soient davantage présentes dans ce roman.

La conclusion est plutôt conventionnelle pour une romance historique et donc sans grande surprise. Cela dit, je l'ai trouvée plutôt riche en action et ai apprécié que les différentes intrigues secondaires (aussi variées qu'intéressantes) y soient mêlées.

 

Marina m'a bien plu mais je l'ai trouvée assez effacée. On sent qu'elle a un fond pétillant mais sa retenue constante la rend assez aseptisée, ce que j'ai trouvé dommage. Son histoire la rend touchante mais ça reste un peu trop flou pour lui apporter de la crédibilité. J'ai trouvé aussi que Marina pâtissait  du fort caractère e ses amies Jodie, Laura et Hester : toutes trois ont un caractère bien affirmé qui rendent Marina assez invisible. Cela dit, j'ai trouvé très beaux les liens de confiance qui les unissent.

Laura m'a particulièrement touchée dans l'histoire de son couple : c'est beau tout ce qu'elle donne mais c'est vraiment dommage que ce ne soit pas à la bonne personne. Sa prise de conscience en est vraiment renversante.

De même, je n'ai pas été totalement séduite pas Nick. Cela dit, j'ai aimé le fait qu'il vienne enquêter sur la mort de son cousin et tenter de démêler le vrai du faux (cela dit, il n'a pas l'air particulièrement doué sur ce coup-là !). Tout comme Marina, je l'ai trouvé assez cliché et donc finalement assez insipide.

 

C'était la première fois que je lisais un roman de l'auteure et je dois dire qu'il m'a charmée dans les grandes lignes. J'ai beaucoup aimé la façon dont elle tisse les différentes intrigues ensemble, à la manière d'une toile d'araignée et en profite pour donner la parole à un personnage secondaire le temps d'un paragraphe. J'ai trouvé ces petites interventions aussi agréables que rafraîchissantes et ai apprécié les différentes facettes qu'elles donnent à cette histoire. Le ton est entraînant et fluide, parfois grave et parfois léger. J'ai trouvé cette histoire très complète même si elle manque parfois de crédibilité et suis très curieuse à l'idée de découvrir davantage es autres Glory Girls dans les tomes suivants de la série.

Une chouette découverte.

 

 

[les +] Un univers intéressant, des amies qui ne manque pas de piquant.

[les -] Une héroïne assez effacée, quelques manques de crédibilité par moment.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

Repost0
8 février 2022 2 08 /02 /février /2022 06:00

 

 

  

 

 

Ad vitam - Ad mortam
Marielle RANZINI

Editions L'ivre-Book 2017
Ebook (Epub) - 19 pages

 


 

 

 

 

Elle ne demandait rien d'autre que de vivre sa mort en toute tranquillité mais ils étaient là, dans l'ombre

"L'espace d'un instant, je fus bien un macchabée, mais un homme spécial, une créature comme il n'en existe que dans les histoires à faire peur, me sauva la vie, ou plutôt la mort."

 

 

Comme je le dis à chaque fois, j'étais vraiment sous le charme du calendrier de l'avant des Editions L'Ivre-book qui nous permettait de faire de belles découvertes. Ce la dit, la maison d'éditions avait également un beau choix de nouvelles téléchargeables gratuitement sur son site. Je déplore encore aujourd'hui la disparition de cette entreprise qui m'avait fait découvrir pas mal de bons auteurs francophones.

 

Bref, j'ai été vraiment déroutée par cette courte nouvelle de 20 pages. Il faut dire aussi qu'avec ces nouvelles, c'est toujours le grand plongeon dans l'inconnu : à part une petite phrase en guise de résumé et le genre écrit sur la couverture, il n'y a guère d'indices quand au sujet de cette nouvelle. Clairement, je ne m'attendais pas du tout à ça et je suis plutôt ravie de cette découverte. 

Pour être franche, je l'ai lue aux aurores ce matin et elle me tourne encore en tête plusieurs heures plus tard (et un nouveau roman amorcé). Je trouve que l'ambiance plutôt banale y est pour beaucoup alors que ce qu'on y découvre ne l'est pas du tout. J'ai aimé le mélange des genre et le fait que le méchant ne soit pas celui qu'on pourrait croire (même si de nombreux indices nous laissent comprendre assez rapidement ce qui va se passer).

La conclusion m'a laissée assez de marbre, le fait à un changement de narrateur de dernière minute qui nous fait soudainement prendre beaucoup de recul face à la réalité des choses. Cela dit ,c'est sans doute positif : cela diminue d'une certaine façon l'horreur des évènements. Je trouve également que la conclusion prend des airs de prologue d'un roman. En soit, j'aimerai assez découvrir la suite de l'histoire en compagnie d'Aidan.

 

Ce que j'ai aimé, également, ce sont les questions que m'a fait me poser cette nouvelle sur le viol, balayant au passage quelques certitudes que j'avais sur le sujet. [En fait, l'héroïne parle de viol  (alors qu'elle était consentante) du fait du changement d'attitude de son partenaire. En lisant ce passage, je n'ai pas compris pourquoi le mot ressortait, d'autant plus que c'est ce qu'elle semblait vouloir quelques lignes plus haut.] Cependant, en prenant du recul, je comprends que n'étant pas OK avec ce qu'il se passe, elle n'était plus dans le consentement et qu'il ne faut pas oublier que celui-ci est donnée pour une pratique à un instant T. Bref, je comprends pourquoi les tribunaux s'arrachent les cheveux sur cette question.

 

Les personnages m'ont bien plu même s'ils sont très clichés : Léa fleur-bleue, Lucas séducteur piquant et Aidan sex-friend sexy.

 

Ce n'est pas la première fois que je lisais un teste de Marielle RANZINI et j'ai de nouveau passé un très bon moment. J'ai son écriture fluide malgré le mystère qu'elle arrive à conserver tout du long de sa nouvelle. Et, plus que tout, j'aime la banalité surprenante de son histoire magnifiée par son écriture agréable et précise. Je dois dire également que Locronan est un très joli village (mais ne vous aventurez pas dans ses rues étroites avec votre voiture ! C'est l'expérience qui parle, n'est-ce-pas Papa ? :D)

Une nouvelle étonnante.

  

 

[les +] Une histoire originale et crédible, des questions à se poser.
[les -] Un changement de narrateur de dernière minute qui nous fait sortir de l'histoire.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

 

 

 

Du même auteur :

 Une nuit

Repost0
7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 06:00

 

 

 

 

 

 

La Princesse Celte
Helen KIRKMAN

Harlequin - 2019
Ebook (Epub) - 260 pages

 

 

 

 

 

 

 

Angleterre ancienne, Royaume de Northumbrie. An de grâce 716.

Athelbrand le Saxon s'avança, superbe dans sa cape noire à parements d'or. Son regard capta celui de la femme qui lui faisait face et sa main se crispa sur la garde de son glaive. Alina était aussi belle que dans son souvenir Dès leur première rencontre, la princesse celte l'avait fasciné. Jamais créature aussi captivante n'avait pénétré dans la salle d'apparat du palais des rois de Northumbrie. Son visage semblait celui d'un ange mais sa chevelure et ses yeux noirs évoquaient le mystère de la nuit, la violence de la passion. La révolte aussi. Comment aurait-il pu en être autrement quand, pour assurer le salut du peuple celte, son propre père l'avait fiancée de force à Hungaric, le cruel cousin du roi saxon ? Alors, lui, Athelbrand, avait voulu la sauver. Pour la libérer des chaînes de la fatalité, il avait sacrifié sa fortune afin de racheter sa dot - en vain, car, sitôt libre, Alina l'avait trahi, le condamnant au déshonneur et à l'exil. Mais, à présent, rétabli dans ses droits, il était venu chercher son dû. L'heure de la vengeance avait sonné

 

 

Autant le dire tout de suite, je n'ai absolument pas été convaincue par cette histoire. Pour faire simple, malgré ses 260 petites pages, il m'a fallu pas loin d'une semaine pour en venir à bout. Sur le papier, La Princesse celte avait tout pour me séduire. Cela dit, le résumé n'a rien à voir avec l'histoire que l'on y découvre : ce qu'on y lit ne figure pas du tout dans le roman. Il faut prendre le résumé comme un prologue : on arrive après les évènements annoncés mais on a tout de même droit à quelques explications sur ce passé inconnu… Qu'est ce que c'est frustrant : Je ne sais pas vous, mais quand je lis un livre, j'aime bien y retrouver les éléments du résumé qui m'ont incitée à le prendre.

 

Plus que l'histoire, c'est la narration qui m'a déçue. Elle est beaucoup trop floue… Le mystère, c'est bien, mais pour apprécier une histoire, il faut avant tout comprendre ce qu'il s'y passe ! C'est d'autant plus dommage que les intrigues politiques sont assez complexes du fait des complots fomentés par les différents personnages. Habituellement, j'adore ces tours du sort ! Mais là, ces scènes complexes sont traitées rapidement les rendant sans intérêt.

En fait, j'ai été assez frustrée par l'importance donnée aux différents éléments. Le contexte de l'histoire et ses intrigues politiques sont traitées à la va-vite alors que l'on passe un temps fou sur les sentiments ressentis par les personnages. Habituellement, ça ne m'embête pas, au contraire ! Mais là, j'ai trouvé qu'ils tournaient trop en rond et que, par conséquence, on piétinait sur place. De même, leurs scènes d'intimité m'ont déplu : j'ai trouvé la naïveté d'Alina en sexualité plus agaçante que touchante.

La fin est sans surprise. Du fait de ma contrariété générale pendant ma lecture, elle m'a laissée sur le carreau. Par contre, je ne doute pas qu'elle parlera aux lectrices attendries par cette lecture.

 

En soit, j'ai plutôt bien aimé Alina. Par certains côtés, je me suis également reconnue en elle. J'ai aimé son intérêt pour la médecine et les soins et me suis retrouvée dans son inquiétude au moment de découvrir une mauvaise plaie. Je me suis également vue dans son besoin d'être aimée et l'injonction silencieuse qu'elle se donne pour se rendre indispensable aux autres.

J'ai trouvé Brand plus cliché dans son apparence d'ours au cœur chamallow. Il est sympathique mais finalement tellement déjà vu que j'y ai été plutôt indifférente. Cela dit, j'ai trouvé qu'Alina et Brand formaient un joli couple. Ils se complètent l'un et l'autre et se ressemblent beaucoup dans leur façon de voir la justice et de pardonner.

A part Duda, je n'ai pas trouvé les personnages secondaires particulièrement sympathiques. C'est d'autant plus dommage que, si l'intrigue politique avait été plus développée, Hungaric, le père ou encore les frères de la jeune femme auraient vraiment apportés un plus à cette histoire.

 

Comme vous l'aurez sans doute compris en lisant cette chronique, je n'ai pas accroché à l'écriture de l'auteure. C'est notamment la narration et son arythmie qui m'ont particulièrement dérangée. L'ensemble des éléments du livre avait tout pour me plaire mais Helen KIRKMAN n'a pas mis l'accent sur les éléments qui m'intéressaient le plus. J'ai trouvé que certains passages étaient inutilement compliqués alors que d'autres auraient eu besoin d'informations supplémentaires. Du coup, même si son écriture est plutôt agréable, ma lecture n'aura pas du tout été fluide/

Une déception.

 

 

[les +] Un couple sympathique.
[les -] Des intrigues secondaires délaissées, un manque d'information rendant la lecture pénible.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

 

Repost0
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 06:00

 

 

 

 

 

Un Week-end de fête
Cathryn PARRY

Harlequin - 2018
Ebook (Epub) - 336 pages

 

 

 

 

 

  

 

Amanda de décolère pas. Alors qu'elle se réjouissait de passer quelques jours de vacances dans les Alpes italiennes pour le mariage de sa sœur, le magazine pour lequel elle travaille la contacte et lui demande d'interviewer Brody Jones. Brody Jones ! Ce champion de ski américain connu pour son arrogance et son mauvais caractère !  N'empêche, quand elle le rencontre, Amanda tombe sous le charme. Corps puissant, yeux bleu glacier, lèvres sensuelles et sourire à fossettes, Brody Jones possède décidément tous les atouts. Mais, dans le même temps qu'elle se sent succomber, voilà qu'Amanda fait une découverte : l'homme de ses rêves pourrait bien être au cœur d'un scandale secret...

 

 

J'étais plutôt curieuse de découvrir Un Week-end de fête. Déjà, parce que j'avais eu deux-trois lectures précédentes un peu trop sérieuses à mon goût et surtout parce que j'étais persuadée de tomber sur une romance légère de Noël. Pour le coup, c'est raté ! Malgré sa couverture aux faux-airs de Noël et l'épais manteau blanc tout au long du roman, il n'y est pas du tout question des fêtes de fin d'année. Bon, en soit, ce n'était pas vraiment une mauvaise surprise, ce que je voulais étant surtout une lecture sans prise de tête et amusante. Pour le coup, ce fut bel et bien le cas mais je ne vous cache pas non plus que je ressors de cette découverte un peu déçue.

 

Pour être franche, je n'ai pas trouvé ce livre très crédible. J'ai trouvé que certaines choses s'enchaînent beaucoup trop vite et sont plutôt en désaccord vis-à-vis des paroles des personnages. Autant la première rencontre entre Brody et Amanda est plutôt volcanique autant je ne comprends pas qu'ils couchent ensemble quelques heures après s'être répétés que cela ne serait pas correct/professionnel de le faire. De même, ça m'a plutôt dérangée de la part d'Amanda que cela signifie également sécher le dîner de répétition de sa sœur (et une partie du mariage plus tard) : pour le coup, je trouve que ça manque de classe et de respect pour Jeannie qui avait affirmé plusieurs fois vouloir la présence de sa sœur ce soir-là. Cela dit, malgré cette déconvenue, j'ai trouvé la romance entre Brody et Amanda plutôt sympa' malgré un certain manque de logique et de crédibilité.

De même, j'ai été assez chagrinée par la tournure que prennent les évènements autour du secret de Brody et de l'article que doit écrire Amanda sur lui. J'ai trouvé que c'était mal dosé d'autant plus que le secret était visiblement déjà éventré dans le milieu du ski. Je les ai trouvé un peu ridicules à se mettre des bâtons dans les roues pour finalement aboutir à un compromis. De la manière dont j'ai compris les choses, il me semble qu'Amanda aurait pu faire tomber l'ennemi de Brody au passage. Bon, je comprends qu'elle ne le fasse pas (vu de qui il s'agit) mais je pensais que ça allait se terminer comme ça. Pour le coup, j'ai trouvé que la fin manquait sacrément de relief.

 

Amanda est ne héroïne plutôt fonceuse même si on la sent très complexée vis-à-vis de son entourage. J'ai été plutôt gênée par sa conscience professionnelle et personnelle qui lui font faire des choix égoïstes et blessants pour son entourage. Amanda est plutôt sympa' mais je crois que j'aurais du mal à lui faire confiance.

Brody m'a davantage plu. J'ai aimé son côté terre à terre et plutôt irréprochable : je trouve ça plutôt intéressant la façon dont sa mauvaise expérience lui faire avoir un contrôle sur tout ce qui l'entoure. Je l'ai trouvé plutôt touchant dans ses blessures du passé.

J'ai plutôt apprécié Jeannie et Massimo. Je trouve qu'ils apportent un certain équilibre à cette histoire par leur stabilité, leur bien-être et leurs conseils plutôt judicieux.

 

J'ai trouvé l'écriture de l'auteure agréable et dynamique. Tout s'enchaîne vraiment très vite laissant peu de place à l'hésitation et à l'ennui. Pour le coup, je n'ai pas été très sensible à l'ambiance des compétitions de ski (je n'ai pas d'équilibre et je n'aime pas la neige - c'est froid, ça mouille et ça fait mal aux yeux) mais j'ai tout de même passé un moment agréable. C'est vraiment le manque de crédibilité qui m'a gênée tout au long de ce roman.

 

 

 

[les +] Une histoire dynamique, un environnement peu commun, une écriture agréable.
[les -] C'est loin d'être toujours crédible.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

Repost0
2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 06:00

 

 

 

 

 

 

 

L'Amant de la Scala
Marina MONTEMAYER

Harlequin - 2020
Ebook (Epub) - 432 pages

 

 

 

 

 

 

 

Propulsée dans les coulisses de la noblesse alors qu'elle n'est qu'une orpheline de basse extraction, Tecla ne pouvait espérer plus bel avenir : elle est désormais brodeuse dans un des ateliers de la Scala et doit confectionner les costumes de Nabucco, le premier opéra de Verdi ! Quand elle est sauvée des malfrats qui en voulaient à sa vertu par le séduisant et fantasque Hugo de Lys, sa vie bascule subitement. Son coeur ne bat désormais plus que pour le séduisant Français, un homme qui n'appartient hélas pas à son monde et qu'on lui révèle de surcroît être recherché par les autorités milanaises pour divers forfaits.

 

 

Cela faisait un bon moment que je n'avais pas lu de romance historique et, bien que je sois toujours un peu méfiante face à ce genre de lecture, j'étais plutôt curieuse de me plonger dans L'Amant de la Scala. En effet, son cadre milanais autour de la musique avec piqué mon intérêt, surtout après avoir compris qu'il mettait en scène des personnages historiques bien connus dont le talentueux Verdi.

 

C'est toujours un peu déroutant de lire une histoire romancée avec des personnages ayant réellement existés : l'on ne sait jamais vraiment où commence et où s'arrête la fiction. Personnellement, j'ai lu L'Amant de la Scala totalement détachée de ce genre de questionnement et me suis tout simplement laissée porter par les mots de l'auteure. J'ai vraiment apprécié suivre le destin sans pareil de Tecla. J'ai aimé découvrir sa vie au pensionnat, ses déconvenues en arrivant dans la vraie vie et son acharnement pour s'en sortir en restant fidèle à ses principes. J'ai particulièrement été captivée par les premiers chapitres qui décrivent la certaine misère dans laquelle sa sœur est tombée et qui manquent de les séparer par leurs choix différents. J'ai trouvé très agréable de la voir s'émanciper et se sortir avec grâce des faux-pas qu'elle fait par son manque d'expérience.

Comme je le disais plus haut, j'ai vraiment apprécié l'ambiance artistique de ce roman. J'ai adoré voir se monter Nabucco (que j'aime beaucoup au passage) et m'encanailler aux côtés de Verdi et de ses amis. De la même façon, j'ai apprécié être dans la maison de broderie et de découvrir aux côté d'Alma et de Tecla les tendances de la mode de l'époque.

J'ai également apprécié l'intrigue autour du latiniste, ce Robin des Bois, qui retire aux profiteurs ce qu'ils se sont appropriés. J'ai particulièrement aimé être dans la confidence et découvrir le plan qui se monte pour faire libérer l'innocent condamné à son nom.

Enfin, bien évidemment, j'ai apprécié la romance qui se joue entre Tecla et Hugo et le fait qu'elle ne prenne pas toute la place. J'ai particulièrement aimé le fait que l'on s'intéresse davantage à la vie de la jeune fille qu'à ses amours, mettant en évidence qu'une femme - même à cette époque -  pouvait s'en sortir sans un homme. Cela dit, j'ai trouvé leur couple  bien assorti et très mignon. J'ai, bien entendu, apprécié la conclusion qui se devine aisément mais ne nous empêche pas de rêver.

 

Tecla est une héroïne très agréable à suivre et d'une gentillesse à toute épreuve. Partout où elle va, elle séduit et sait bien s'entourer. J'ai aimé son attention envers les autres et sa générosité. Plus que tout, j'ai aimé le fait qu'elle n'oublie pas d'où elle vient et continue de tendre la main à ceux et celles qui ont su la soutenir un jour.

Hugo m'a également beaucoup plu. J'ai surtout aimé le fait qu'il ne soit pas vraiment qui il a l'air d'être et sache constamment s'en sortir avec une pirouette. Il a l'insolence des riches et la générosité de ceux qui savent réellement écouter.

J'ai également apprécié la façon dont sont décrits les personnages ayant réellement existés : Guiseppe Verdi, Temistocle Solera ou encore la Comtesse Maffei. Impossible de dire si leurs attitudes dans ce bouquin collent réellement à ce qu'ils étaient mais, en tout cas, je les ai trouvés très sympathiques. Ce sont clairement les atouts glamour de ce roman et je ressors de cette lecture sous le charme de ces jolies rencontres.

 

J'ai trouvé l'écriture de Marina MONTEMAYER très agréable. C'est fluide, le ton est positif malgré certains évènements sombres et l'espoir reste constant. J'ai aimé sa plume dynamique qui avance à bons pas tout comme son héroïne ! Par contre, j'ai été moins sensible à la longueur des chapitres (environ 20 pages) : moi qui lit beaucoup en m'endormant, ils étaient un peu trop longs pour m'arrêter sans lutter contre le sommeil. Cela dit, je ressors de cette lecture pleinement conquise et je lirais avec plaisir d'autres titres de l'auteure.

Une lecture aussi charmante que son héroïne.

 

 

[les +] Une héroïne douce et généreuse, des personnages secondaires glamour, beaucoup de combativité pour avoir le meilleur de ce que nous réserve la vie.

[les -] Des chapitres un peu longs pour lire avant de dormir ;D.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

 

Repost0
1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 06:00

 

  

 

Le Vieux M. Boudreaux
Ainsi naissent les fantômes

Lisa TUTTLE

 

Dystopia - 2012

Ebook (Epub) - 24 pages

 

 

 

 

 

 

Nouvelle gratuite extraite du recueil Ainsi naissent les fantômes.

 

 

J'avais téléchargé cette nouvelle gratuitement il y a plusieurs années mais je n'avais jamais pris le temps de me lancer dans cette lecture. Je ne sais pas trop pourquoi… Si ce n'est peut-être la peur des livres gratuits : ce ne sont pas toujours les plus agréables. Et, pour le coup, avec cette couverture à l'effigie d'un cœur humain, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre.

 

En fait, j'ai passé un très bon moment avec cette nouvelle. J'aime beaucoup les textes où l'on revient sur les lieux de notre enfance avec des yeux d'adultes. Dans ces cas-là, les émotions ressurgissent toujours plus fortes et ça me touche de retrouver cette part de connu rassurante.

J'ai bien aimé la relation qui se fait entre chacun des personnages entre promesses à la va-vite qui prennent tout leurs sens et retrouvailles un peu perturbantes. Je suis toujours touchée par les personnes âgées et j'ai aimé la tendresse qui passe dans ces contacts que ce soit entre l'héroïne et sa maman ou Monsieur Boudreaux.

J'ai également été sensible à la dimension plus paranormale de cette histoire. Je mentirais si je disais que tout était clair pour moi, mais je trouve que ce brouillard a quelque chose de plutôt réconfortant et familier.

 

J'ai trouvé l'écriture de l'auteure très agréable. Même en en sachant très peu sur les personnages, je les ai trouvés touchants et ai été sensible à leurs émotions. J'ai aimé l'ambiance de ce livre assez rassurante malgré les évènements qui sont plutôt surprenants. J'ai apprécié la fluidité de cette narration et le bien-être étonnant qu'elle dégage.

Par contre, j'avouerai ne toujours pas avoir compris le choix de la couverture ;)

Etonnamment réconfortant.

 

 

[les +] Beaucoup d'émotion, une atmosphère familière qui étonne pour cette histoire un peu paranormale.

[les -] Une couverture bizarrement choisie.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

 

 

Du même auteur :

Ainsi naissent les fantômes  Rêves Captifs

Repost0
31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 06:00

 

 

 

 

 

 

Ma Vampire est là
Arnaud MOUSSART

Editions L'ivre-Book 2017
Ebook (Epub) - 10 pages

 

 

 

 

 

 

Arpenter les rues et les quartiers de la ville d'Union Town n'est pas sans danger ni surprise, si bien que le quotidien finit par côtoyer l'insolite... Les récits situés dans cette ville s'inspirent, parfois librement, des chansons et des ambiances musicales du groupe LadyH. On y suit les déambulations d'un même narrateur qui rencontre une galerie de personnages souvent marqués du sceau de l'étrangeté. Se dessine ainsi, au fil des pages, un univers qui tend vers le western urbain post-apocalyptique où la musique joue un rôle prépondérant.

 

 

J'adorais le calendrier de l'avant des Editions L'ivre-book : avec sa nouvelle quotidienne pour patienter jusqu'aux fêtes de fin d'année, l'on découvrait le répertoire des différents auteurs de la maison d'éditions. Pour le coup, ça me donnait souvent envie de découvrir davantage certains univers !

 

Je ressors de la lecture de Ma Vampire est là un peu interdite : je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de ce texte qui ressemble davantage à une préface ou à un premier chapitre qu'à une nouvelle. En fait, il n'y a pas de chute. C'est d'autant plus dommage que l'univers que l'on devine à travers cette rencontre est plutôt mystérieux et attirant : j'ai envie d'en savoir plus ! Pour le coup, j'espère qu'il s'agit d'une amorce à un roman… Mais en me renseignant sur internet, je n'ai rien trouvé allant dans ce sens.

 

L'écriture d'Arnaud MOUSSART est plutôt agréable. J'ai aimé son ton dynamique et plutôt dans la séduction. C'est vraiment la construction de cette nouvelle qui fait un plat.

Dommage.

 

 

[les +] Un univers captivant.
[les -] Pas de rebondissements.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

 

Repost0
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 06:00

 

 

 

 

Une Famille pour Noël
Alison ROBERTS
Annie O'NEIL

Harlequin - 2020
Ebook (epub) - 352 pages

 

 

 

 

 

  

 

Je suis toujours face à un sentiment un peu ambivalent au moment de me lancer dans les recueils de romance. Pour le coup, l'on se retrouve souvent face à de la romance purement Harlequin et, dans mon cas, soit ça passe, soit ça casse. En fait, soit elles sont mignonnes, soit ça en devient cliché, qu'au mieux, c'est tellement niais que ça en devient drôle.

Une chance pour moi, ce recueil fait plutôt partie de la première catégorie. Et, jolie surprise, ce recueil met en avant des histoires d'amour à l'hôpital ! Comme vous le savez peut-être, j'ai un fort attrait pour la médecine et je suis toujours sous le charme de cette ambiance si particulière des centres de soins. Bien évidemment, les questions de soins ne sont pas au cœur de ces romances mais j'y ai apprécié d'y voir quelques pathologies traitées.

 

***

 

Une Famille au pied du sapin - Alison ROBERTS

Jack Reynolds Emma ne peut croire que l'homme admis aux urgences peu avant Noël soit aussi celui qui fait battre son cœur depuis toujours et dont elle n'a plus aucune nouvelle depuis un an. Comme si perdre sa meilleure amie et son époux - le frère jumeau de Jack - dans un terrible accident et devenir la tutrice de leur petite Lily n'avait pas suffi, il a aussi fallu que Jack disparaisse dans la nature. Seulement voilà, face à un Jack si vulnérable, Emma sent sa colère s'évanouir Et se jure de ne plus jamais le laisser fuir, coûte que coûte.

 

 

J'ai trouvé la trame de l'histoire entre Emma et Jack sympa' même si les ficelles m'ont semblées un peu trop grosses par moment (après tout, c'est un roman de 120 pages). J'ai trouvé intéressant la façon dont ils se relèvent différemment du deuil de Ben et Sarah et que ce qui les a éloignés finisse par les rapprocher. Par contre, j'ai trouvé assez floues les remarques autour de ce qu'il s'est passé après leur disparition : on devine plus qu'on ne comprend la réalité et je trouve ça assez dommage. J'aurai aimé que les choses soient dites un peu plus clairement pour ne pas avoir cette impression d'interpréter les évènements.

J'ai aimé la façon dont se retrouvent Emma et Jack, finalement assez naturellement malgré les blessures occasionnées l'année précédente. Les choses se résolvent simplement et chacun trouve sa place dans cette famille pas comme les autres. J'ai trouvé la conclusion très jolie, tout en guérison et en belles promesse d'avenir. Comme quoi, les deuils ne sont pas qu'une fin ;)

 

Une Famille pour Noël est beaucoup trop court pour que les personnages puissent être construits en profondeur mais, pour autant, je ne les ai pas non plus trouvés superficiels. Ils ont ce côté attachants que peuvent avoir les personnages des téléfilms romantiques qui passent à la télé l'après-midi.

Emma est facile à aimer avec sa façon d'aller toujours de l'avant et de s'attacher aux détails pour que Lily  - sa filleule qu'elle a recueillie -  puisse grandir en s'épanouissant.

Jack est plus tourmenté, notamment du fait de son enfance difficile et de la perte de son jumeau qui l'a anéanti. Chacun vit différemment la disparition d'un proche et, dans son cas, les pensées négatives prennent le dessus. Mais, avec du temps, toute blessure peut être guérie.

Lily et Muriel (la maman d'Emma) sont des vraies bouffées de bonne humeur : toutes deux ont les bons mots et les bons silences qui savent débloquer et faire avancer les situations.

 

J'ai trouvé l'écriture de l'auteure très agréable à lire. Elle ne s'encombre pas de détails superflus, ce qui permet d'entrer rapidement dans cette histoire et de la faire avancer à bons pas. Par contre, comme je le disais plus haut, j'aurai apprécié avoir plus de détails sur les circonstances de ce qu'il s'est passé l'année précédente. En tout cas, j'ai apprécié cette histoire pleine de sentiments contradictoires et lirait avec plaisir d'autres romans de l'auteure.

it pour la médecine et je suis toujours sous le charme de cette ambiance si particulière des centres de soins. Bien évidemment, les questions de soins ne sont pas au cœur de ces romances mais j'y ai apprécié d'y voir quelques pathologies traitées.

 

***

 

La Magie de l'hiver - Annie O'NEIL

Comment Josh ose-t-il venir prêter main-forte aux urgences de Cooper Canyon durant les fêtes de Noël alors qu'il sait pertinemment qu'elle y travaille ? Kate enrage. D'abord parce que Josh est toujours son époux puisqu'il refuse de signer les papiers de leur divorce depuis deux ans maintenant. Mais surtout parce qu'il l'a lâchement abandonnée au moment où elle avait le plus besoin de lui. Alors, pourquoi cherche-t-il à tout prix à la revoir ? S'il espère la séduire à nouveau, c'est peine perdue et Kate compte bien le lui faire savoir...

 

 

L'histoire entre Katie et Josh m'a également beaucoup plu. J'ai été très sensible au sujet de leur petite fille mort-née, ayant eu dans mon entourage des connaissances concernées : je sais que c'est un deuil difficile à surmonter, d'autant plus que l'on donne alors naissance à la mort et non à la vie. J'ai compris l'éloignement de leur couple face à leurs différentes façons de réagir suite à cette perte. Du coup, j'ai également bien aimé ces retrouvailles forcées imaginées par Josh : elles ne manquent pas de sel et j'ai aimé le fait qu'il laisse la porte ouverte à un dénouement heureux comme à un divorce. C'est plutôt courageux et honnête de sa part de ne pas vouloir forcer davantage le destin. Bon, ce ne sera pas gâcher la surprise de vous dire que tout se termine comme on l'espère ;)

 

Je ne me suis pas vraiment reconnue en Katie. Je trouve courageux de sa part de s'éloigner pour sa santé mentale alors que j'aurai probablement été incapable de le faire. Par contre, j'ai été assez mal à l'aise face à son attitude qui ressemble beaucoup à une fuite et à ses mensonges face à ses proches qui ne connaissent pas sa véritable situation.

Josh m'a davantage plu. Il faut dire aussi qu'il a plutôt le rôle du prince charmant dans ce roman ! J'ai trouvé très touchant sa manière de tenter de reconquérir sa femme et l'humour dont il fait preuve pour désamorcer certaines situations.

J'ai également apprécié les personnages secondaires de l'équipe des urgences qui nous offrent de jolis moments de partage et d'entraide.

 

J'ai passé un bon moment en lisant les mots d'Annie O'NEIL. J'ai trouvé son écriture très douce et ai apprécié la narration à deux voix. C'est fluide et agréable mais parfois un peu trop rapide au point que je me suis un peu mélangé les pinceaux dans la temporalité de ce roman.

 

 

[les +] Deux histoires mignonnes autour de la reconquête d'un amour sur fond de deuil, un environnement médical bien présent.

[les -] Les histoires sont trop courtes pour développer parfaitement les personnages et les évènements passés.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

Repost0
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 06:00


 

 

 

 

 

 

Le Cercle de couture d'Oysterville
Susan WIGGS

Harlequin - 2020
Ebook (epub) - 464 pages

 

 

 

 

 

 

De retour à Oysterville, sa ville natale perdue sur les rives de l'océan Pacifique et désormais tutrice des deux adorables enfants de sa meilleure amie tragiquement disparue... Ce n'est certainement pas de cette façon que Caroline pensait terminer l'année, elle qui se trouvait au sommet de sa carrière de créatrice de mode à Manhattan. Seulement, le destin lui a fait prendre un tout autre chemin et c'est le cœur serré par l'appréhension qu'elle se prépare à sa nouvelle vie. Heureusement, elle va pouvoir compter sur le soutien indéfectible de sa famille, de ses amies du Cercle de couture et même de Will Jensen, son amour de jeunesse

 

 

Le titre de ce livre m'intriguait beaucoup. Il faut dire aussi que la couture m'intéresse depuis que je suis toute petite même si je n'ai sauté le pas qu'une fois adolescente (la machine à coudre de Mamy ♥ m'a toujours attirée comme un moustique aime la lumière mais maman était loin d'être OK pour me laisser y toucher !). Bref, tout ça pour dire que rien que le titre me plaisait bien même si j'avais un peu peur de me retrouver face à des petites mamies fan de patchwork dans lesquelles je ne me serais pas reconnue (mais qui m'auraient sans aucun doute fait craquer : je trouve toujours que les personnes âgées ont un potentiel mignonnitude dingue, surtout les vieux bougons ;D). Et, pour le coup, non : je me suis plu à me chercher des ressemblances avec Caroline, jeune créatrice de mode à New York.

 

J'ai aimé le rythme variant de cette histoire, avec ses débuts New-Yorkais sur les chapeaux de roue et le rythme plus lancinant du retour à Oysterville. Cela renforce vraiment l'ambiance du livre en jouant sur un certain stress que le lecteur peut ressentir.

Par contre, je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de découper cette histoire en partie : il n'y a pas vraiment de cassure dans les évènements et, du coup, j'ai trouvé que cela nous faisait un peu sortir de cette histoire. De même, j'ai apprécié découvrir Caroline, Will et Sierra jeunes mais j'ai trouvé que le passage d'une époque à une autre était un peu abrupte.

 

J'ai également été séduite par le mélange des genres que l'on retrouve dans le livre. Ce n'est clairement pas une romance comme les autres et j'en ai vraiment apprécié les différentes facettes. J'ai aimé les remises en question professionnelles auxquelles Caroline doit faire face et ai été étonnée que l'on aborde celles liées au couple de Sierra et Will (pour le coup, j'ai vraiment lu peu de livres qui allaient sur ce terrain). J'ai aimé m'interroger sur le mystère de la disparition d'Angélique et que l'on parle également de l'adoption et des violences faites aux femmes. Ce livre va vraiment sur plusieurs terrains et, sans les développer à outrance, arrive à en faire un melting pot plutôt joyeux et crédible malgré la lourdeur de certains sujets.

La fin est clairement celle que l'on souhaite depuis le début. Tout n'est pas joyeux mais la façon dont les évènements s'éclaircissent est très agréable à voir !

 

Caroline m'a vraiment beaucoup plu. Je ne crois pas que son âge est mentionné dans le livre mais j'imagine que nous avons à peu près le même. J'ai vraiment aimé son énergie débordante et sa créativité maligne. Elle est d'une force plutôt incroyable quand on voit de quoi elle arrive à se relever sans jamais baisser les bras.

J'ai également eu beaucoup d'affection pour les deux petits d'Angélique - Flick et Addie - ainsi que pour les femmes du Cercle de couture. Tous ont vécus des choses horribles et apprennent aujourd'hui à se reconstruire et à faire confiance.

J'ai bien aimé le personnage de Will mais, comme bien souvent dans les romances, je l'ai trouvé trop parfait pour être vrai. Cela dit, il n'est pas vraiment lisse et irréprochable mais j'aurai du mal à croire qu'il puisse réellement exister !

De même, j'ai trouvé la famille de Caroline très sympathique. J'aime la façon dont ils arrivent à se donner de la force les uns aux autres, sans jugement.

 

A part le découpage en partie et les changements d'époque, j'ai trouvé l'écriture de ce livre très agréable. C'est fluide, tantôt rythmé et tantôt calme, nous emmenant très loin sur la côte pacifique des Etats-Unis. D'une certaine façon, j'ai trouvé ce roman très motivant : il m'a clairement donné envie de me remettre derrière ma machine à coudre que j'ai délaissée depuis trop longtemps à mon goût ;)

J'ai plusieurs autres romans de Susan WIGGS dans ma PAL et, après cette première découverte de son univers, je dois dire que je suis plutôt curieuse de découvrir les 3 autres qui m'attendent ! ;)

Une lecture changeante et étonnante.

 

 

[les +] Une romance douce, des sujets rarement abordés, des liens familiaux forts.

[les -] Quelques coupures et changements d'époque qui nous font sortir de notre lecture.

 

 

Lu dans le cadre de :

    

Service presse - Harlequin
Challenge gourmand #16 : Vin
Challenge Bookineurs en Couleurs #5.5 : Rouge

 

 

 

Du même auteur :

Ce Monde entre nous

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs