Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 06:00

 

 

La reine des Alfes noirs
Les mondes de Thorgal : Louve, tome 6

Roman SURZHENKO
YANN

Editions Le Lombard2016

48 pages

 

 

 

 

Louve en a assez d’attendre, comme Aaricia, que Thorgal revienne. Elle décide d’aller à Bag Dadh pour le retrouver. A peine en route, elle croise le nain Tjahzi, affolé, qui recherche aussi Thorgal afin qu’il aide son peuple à sortir des griffes des Alfes noirs. Les nains ont été réduits en esclavage afin de forger des hacjes qui permettraient de trancher les racines d’Yggdrasil, l’arbre sacré d’Odin, dans le but de provoquer le Chaos des Mondes. Et voilà Louve plongée dans une aventure merveilleuse et effrayante qui fera émerger à nouveau sa part la plus sauvage de sa personnalité.

 

 

J’ai profité d’un petit passage éclair chez mes parents pour me remettre à jour dans les Thorgal et suis tombée sur La reine des Alfes noirs, titre parfait pour le Challenge Un mot, des titres.

 

Bizarrement, je suis un peu déçue de cette lecture. D’habitude les BD de cet univers m’emballent beaucoup plus que ça. Bon, j’ai tout de même passé un bon moment, mais je n’ai pas trouvé l’histoire aussi bien que les précédentes. Il faut dire aussi qu’elle est extrêmement rapide : c’est un peu le problème des BD en général. Ça commence à peine que c’est déjà terminé… D’un autre côté, en 48 pages, il est difficile de faire autrement sans frustrer le lecteur en coupant l’histoire en plein milieu.

Cependant, l’histoire est intéressante : j’ai beaucoup aimé l’idée de devoir sauver des nains réduits en esclavage par une méchante reine bien décidée à mettre le chaos en ce bas monde. Etrangement, ça m’a un peu rappelé une certaine Kriss de Valnor, bien que leurs motivations restent très différentes.

J’ai également apprécié découvrir un certain personnage sous une nouvelle forme (les punitions des dieux ne sont pas vraiment sympa’) ce qui nous permet de le connaître un peu plus : après tout, il est là depuis les tous premiers tomes de Thorgal et pourtant l’on ne sait pas grand-chose de lui.

L’autre bonne découverte est la place d’Aaricia dans ce tome : elle ne fait pas grand-chose mais elle est présente tout au long du livre et non en train de faire le ménage dans une hutte. Bref, ça m’a fait plaisir.

 

Comme toujours avec Surzhenko et Yann, les dialogues sont fluides, les dessins jolis et les pages se tournent d’elles-mêmes. Je suis très curieuse de découvrir la suite de cette histoire et les probables retrouvailles de la famille à Bag Dadh.

Une lecture agréable.

 

 

[les +] Une histoire sympathique.

[les -] Un peu en-dessous des tomes précédents.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Un mot, des titres #44 - Noir

 

 

De SURZHENKO :

■ Les mondes de Thorgal - La jeunesse  tome 1 : Les trois soeurs Minkelsönn

■ Les mondes de Thorgal - Louve  tome 1 : Raïssa  tome 2 : La main coupée du dieu Tyr  tome 3 : Le royaume du chaos  tome 4 : Crow   tome 5 : Skald

De YANN :

 Le marsupilami  tome 3 : Mars le noir

 Les mondes de Thorgal - La jeunesse  tome 1 : Les trois soeurs Minkelsönn

 Les mondes de Thorgal - Louve  tome 1 : Raïssa tome 2 : La main coupée du dieu Tyr  tome 3 : Le royaume du chaos  tome 4 : Crow   tome 5 : Skald

Repost 0
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 06:00

 

 

 

La guilde des magiciens
La trilogie du Magicien Noir, tome 1

Trudi CANAVAN

Editions Milady2016

480 pages

 

 

 

 

 

Cette jeune fille est plus puissante que la moyenne de nos élèves, peut-être même plus que nos mages ! Elle est un danger. Il faut la trouver et l’arrêter. Si c’est une renégate, la loi nous oblige à l’amener devant le roi. Sinon, nous sommes tenus de lui enseigner le Contrôle. C’est encore une enfant, probablement une voleuse ! Mais elle pourrait devenir une grande magicienne… 

Comme chaque année, les magiciens d’Imardin se réunissent pour nettoyer la ville des indésirables. Protégés par un bouclier magique, ils avancent sans crainte au milieu des vagabonds, des orphelins et autres malandrins qui les haïssent. Soudain, une jeune fille ivre de colère leur jette une pierre… qui traverse sans effort le bouclier magique dans un éclair bleu et assomme l’un des mages. Ce que la Guilde des magiciens redoutait depuis si longtemps est arrivé : une magicienne inexpérimentée est en liberté dans les rues ! Il faut la retrouver avant que son pouvoir incontrôlé la détruise elle-même, et toute la ville avec elle. La traque commence…

 

 

En cherchant un livre qui pourrait convenir pour la session « Noir » du Challenge Un mot, des titres, je suis tombée sur cette trilogie qui ne me tentait pas des masses à la base bien que l’histoire eût l’air sympa’… Je me suis donc lancée sans grande conviction (généralement, je ne suis pas vraiment fan des sagas Milady) dans ce premier tome qui m’a totalement happée !

 

L’histoire est vraiment sympa' : j’ai aimé cette course poursuite dans les ruelles des taudis – le quartier pauvre de la ville – qui nous fait découvrir une partie de sa population. Là-bas, ça craint et l’on ne peut que souhaiter à Sonea de pouvoir s’en sortir. C’était assez intéressant de voir à quel point le nouveau statut de magicienne de la jeune fille la rend précieuse et attire les mauvaises intentions ou, du moins, les gens peu recommandables.

J’ai également apprécié partir à la découverte de la Guilde et voir que leurs intentions envers la jeune femme étaient plutôt bonnes. On en apprend peu sur l’organisation de la Guilde dans ce tome, et notamment de leurs études, mais j’imagine que cela viendra dans les prochains tomes. J’ai trouvé intéressant le complot qui se dessine dans ces locaux et la façon dont Sonea le gère, pas forcément très intelligemment mais avec beaucoup d’humanité.

La fin est plutôt sympa’ et nous laisse percevoir de jolies choses et de nombreux rebondissements arriver dans les prochains tomes : la ligne directrice est déjà écrite, il ne reste plus qu’à la suivre.

 

Sonea est une jeune fille vraiment attachante. Bien qu’elle passe régulièrement au-dessus des règles pour pouvoir vivre dans de bonnes conditions, elle a beaucoup de valeurs ce qui fait que l’on se reconnaît facilement en elle. J’ai également beaucoup apprécié ses amis des taudis.

Darryl et Rothen sont également de bonnes découvertes : ils tranchent avec les autres magiciens de par leur ouverture d’esprit et la gentillesse dont ils font preuve.

 

C’était la première fois que je découvrais l’univers de Trudi Canavan et ai passé un très bon moment dans celui-ci. L’écriture est douce sans pour autant manquer de rebondissements. L’histoire pourrait sembler déjà-vue mais c’est finalement assez loin d’être le cas ! 
Une belle découverte !

 

[les +] Des personnages attachants, un monde complexe à découvrir.

[les -] Un peu classique.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Un mot, des titres #44 - Noir

Challenge Gourmand #6 - Gâteau

 

 

Du même auteur :

La trilogie du Magicien Noir tome 1 : La guilde des magiciens tome 2 : La novice

Repost 0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 06:00

 

 

 

 

L’homme noir
L’assassin royal, tome 12

Robin HOBB

Editions France Loisirs2016

394 pages

 

 

 

 

 

Sur Aslevjal où le dragon noir gît enfoui dans la glace, Fitz retrouve le fou venu mener à bien la mission qu’il s’est donnée – et dans laquelle il devrait perdre la vie. Mais, d’abord, il faut se rendre au cœur de l’île pour dégager la bête, et le groupe doit affronter des dangers d’autant plus inquiétants qu’on n’en connaît pas l’auteur : de subtiles attaques d’Art poussent Lourd et Fitz à s’opposer, puis ce dernier perd toute faculté d’artiser. Est-ce le fait du mystérieux Homme noir qui hante le glacier ou bien de la Femme pâle, ennemie acharnée du fou et des Loinvoyant ? Fitz devra livrer son plus terrible combat, écartelé entre la fidélité qu’il voue aux Six-Duchés et l’amour qu’il porte au fou. Tout à la fois, il doit affronter Burrich et le poids de ses remords, Umbre qui veut le contraindre à obéir, les Outrîliens manipulés par la Femme pâle, et la puissance effrayante de Tintaglia, la femelle dragon, prête à tout pour ramener au jour l’unique mâle survivant de son espèce.

 

 

En vrai, ça fait un bon moment déjà que j’ai terminé la lecture de ce livre, un mois et demi si ce n’est plus. Le truc, c’est qu’au moment où j’allais me décider à écrire ma chronique, le nouveau mot du Challenge Un mot, des titres est tombé : « noir ». Et j’ai décidé de repousser ma chronique pour ce moment-là. Bon, là où je n’ai pas été maligne, c’est d’attendre la date limite de dépôt des chroniques pour m’y mettre : résultat, l’histoire est un chouilla floue.

 

J’ai vraiment passé un excellent moment avec ce tome : c’est lui, la vraie conclusion de l’histoire, le tome où tout prend son sens et où tout s’achève. Pour le coup, le treizième tome est plutôt un épilogue.

L’histoire ne manque pas d’actions et l’on y découvre de nouveaux personnages. J’ai beaucoup apprécié la façon dont tous les petits indices disséminés tout au long de cette histoire prenaient sens avec la rencontre avec la Dame Blanche. C’est a ce moment-là que l’on comprend toute la complexité de l’histoire bien que celle-ci soit d’une simplicité désarmante : L’assassin royal est vraiment tout en paradoxe.

Une fois dans les locaux de la Dame, toute l’histoire s’accélère et prend du sens bien qu’au début, on ne comprend pas grand-chose de ce qu’il se passe ici. Ses révélations font vraiment avancer l’histoire d’un seul coup et nous permettent de voir de nouvelles ficelles dans le scénario. Par contre, certaines scènes de tortures sont assez gênantes bien qu’elles restent assez soft, cependant, cela ne nous permet pas pour autant de mettre ce livre dans n’importe quelles mains.

Le combat final est très intéressant puisque l’on craint jusqu’à la fin de ne pas gagner la victoire. Et, effectivement, même si l’on se doute que l’on aura droit à un happy end, on sait très bien que l’on risque de perdre plusieurs amis d’ici-là. Et, effectivement, c’est le cas. Certaines scènes sont vraiment poignantes tant les émotions de l’auteure et de ses personnages sont fortes à ce moment-là, mais aussi, parce qu’en douze tomes et presque autant d’années, on s’est réellement attaché aux personnalités qui font ces histoires.

 

Ce fut vraiment un plaisir de retrouver certains personnages dans ce tome et d’en découvrir de nouveau. Je pense notamment à Burrich qui m’avait beaucoup manqué dans les tomes précédents. Sa présence à quelque chose de rassurant même si le bonhomme arrive à un âge où l’on sent que ça va être à notre tour de prendre soin de lui.

Ce tome est également l’occasion à Elliana et à sa famille de gagner en sympathie en nous montrant leur véritable histoire. Ce qui leur est arrivé est lourd et assez incroyable ce qui fait que l’on leur pardonne facilement leur attitude étrange.

 

Comme toujours, ce fut un réel plaisir de lire les mots de Robin Hobb. La dame mène d’une main de fer et tout en douceur (encore un paradoxe !) sa barque pour nous offrir une très belle histoire qui tient la route et nous emmène à la découverte de mondes fabuleux. On ressent totalement tout l’amour qu’elle a pour ses personnages et c’est réellement ça qui donne sa saveur si particulière à la saga et nous empêche de nous en détacher trop longtemps.

Un très beau tome.

 

 

[les +] Un beau final non dénué d’émotions.

[les -] C’est nul d’être aussi proche de la fin de la saga.

 

 

Lu dans le cadre de :

Lecture commune – L’assassin royal

Challenge Un mot, des titres #44 - Noir

Challenge Bookineurs en couleurs #3.1 – Bleu

Challenge Gourmand #6 - Gâteau

 

 

 

Du même auteur :

 Retour au pays

 L'assassin Royal  tome 1 : L'apprenti assassin  tome 2 : L'assassin du roi  tome 3 : La nef du crépuscule  tome 4 : Le poison de la vengeance  tome 5 : La voie magique  tome 6 : La Reine solitaire  tome 7 : Le Prophète blanc  tome 8 : La secte maudite tome 9 : Les secrets de Castelcerf  tome 10 : Serments et deuils  tome 11 : Le dragon des glaces tome 13 : Adieux et retrouvailles

■ Les cités des anciens  tome 1 : Dragons et serpents  tome 2 : Les eaux acides

■ Le soldat chamane  tome 7 : Danse de terreur  tome 8 : Racines

Repost 0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 06:00

 

Challenge Des gages ta PAL

 

Challenge créé par Merryfantasy et reppris par Fille-de-lecture

 

Après deux participation à ce challenge, je suis convaincue : je continue avec la session 7 !

Le principe est simple : se constituer une PAL et la faire diminuer à chaque session (durée : 3 mois) grâce à des petits défis à thème.

A la fin de chaque session, celui qui a proposé le thème avec le plus de lecture donne une lecture gage(issue de leur PAL perso) à chacun des autres participants.

 

SESSION 6* (5/12 - 07/04) : 

 

[TITRE EPONYME] [Haziel et Sitri - Angélique MALAKH] [La chimiste - Stephenie MEYER]

 

[MOINS DE 400 PAGES] [Le rêve de mon père - Frédérique ARNOULD] [Sekaï - Kane BANWAY] [Le masque tombe - Anna COMBELLES] [Conditionnel passé - Nora COSTE[Port-à-Lucerne - Mathieu DUGAS] [Chronoléthite - Jean-Pierre FONTANA]  [Jour d'intempéries - Caroline GAYNES] [Miséricorne - Françoise GRENIER-DROESCH] [Double face de l'horreur - Frédéric GYNSTERBLOM] [La vie est belle après tout - Carmel HARRINGTON] [Mon coeur pleure Léda - Bernard HENNINGER] [La vieille dame qui avait vécu dans les nuages - Maggie LEFFLER] [Haziel et Sitri - Angélique MALAKH] [Le plaisir de te détester - Emilie MILLION[Le rocher aux baisers - Rose MORVAN] [Elle - Adeline NEETESONNE] [La folie est bonne conseillère - Nicolas PAGES] [Peureux Noël - Fanny RIEUBON] [Soirée dansante - Clarissa RIVIERE] [Le génocide invisible  - Sébastien TISSANDIER] [Nouvelles – Corinne TOUPILLIER

 

[HIVER] [La douce caresse d'un vent d'hiver - Sarah MORGAN] [La vie est belle après tout - Carmel HARRINGTON][Peureux Noël - Fanny RIEUBON]

 

[MER] [Port-à-Lucerne - Mathieu DUGAS]

 

[UN SEUL MOT]  [Sekaï - Kane BANWAY[Chronoléthite - Jean-Pierre FONTANA] [Miséricorne - Françoise GRENIER-DROESCH] [Elle - Adeline NEETESONNE] [Nouvelles – Corinne TOUPILLIER]

Repost 0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 06:00

 

Il est temps de révéler la couleur pour cette deuxième session...
Vous avez été 18 à voter pour la couleur de votre choix : merci !

Vous pouvez dorénavant sortir les livres VERTS de votre PAL ;)

 

Pour rappel des règles, il s'agit donc de lire des livres dont la couverture est a dominante bleue et de nous donner votre avis ! Cette session dure deux mois et vous aurez ensuite une semaine pour voter pour la prochaine couleur.

 

Session #3.1

- Vote pour la couleur : du 14.11 au 27.11

- Lecture des romans : du 28.11 au 29..01

 

N'oubliez pas de partager vos chroniques ou avis ici ou sur un des topics dédiés(livraddictbabelio) pour que vos lectures soient comptabilisées !

 

Mes lectures vertes [2] :

Vos lectures vertes :

ALAIN [1]: [Les vivants - Matt DE LA PENA]

ANANAS [7] : [Pouvoirs de séduction - Hannah HOWELL] [Arthur et les Minimoys - Luc BESSON] [Le diable vit à Notting Hill - Rachel JONHSON] [Coeur coco - Cathy CASSIDY] [Pink Diary T3 - JENNY] [Amakysa 1637 T4 - Mishiyo AKAISHI] [Les gouttes de dieu T10 - Tadashi AGI & Shu OKIMOTO]

ANGELEBB [1] : [La ligne noire - DARLOT & PILLET]

BOOK-EN-STOCK [1] : [La mémoire des embruns - Karen VIGGERS]

CINNAMON [6] : [Horreur boréale - Asa LARSSON] [Le royaume de Kensuke - Michael MORPURGO] [Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pandaison - Arto PAASILINNA] [La mort au festival de Cannes - Brigitte AUBERT] [Proies - Mo HAYDER] [De l'orage dans l'air - Carl HIAASEN]

FOXFIRE [1] : [Les enchantements d'Ambremer - Pierre PEVEL]

GAOULETTE [7] : [La racine carré de l'été - Harriet REUTER HAPGOOD] [L'ami retrouvé - Fred UHLMAN] [L'homme rune - Peter V. BRETT] [La lance du désert - Peter V. BRETT] [La guerre du jour - Peter V BRETT] [Big easy - Ruta SEPETYS] [Complètement cramé - Gilles LEGARDINIER]

LADYSHANIA [4] : [Arbos Anima T1 - Kachou HASHIMOTO] [Magasin général T9 - LOISEL & TRIPP] [Le labyrinthe - James DASHNER] [La vraie vie - Manu LARCENET]

PARLONSLITTERATURE [1] : [Par ton regard - Vanessa TERRAL]

PIKA010 [3] : [Apocalypse Zombie - Johnathan MABERRY] [Soupçons - Dennis LEREFFAIT] [Fog - James HERBERT]

VERDORIE [2] : [L'opéra de Shaya - Sylvie LAINE] [L'abominable Charles Christopher - Karl KERSCHL]

Repost 0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 06:00

 

 

 

 

Liber Satanis

Tiephaine G. & Elora SZUTER

Autoéditions – 2016

Ebook - epub

 

 

Ils sont douze exclus, douze maudits dont les récits ont été effacés des mémoires par ceux qui prétendent imposer leur foi à leurs semblables. Le Liber Satanis rassemble ces récits et offre une autre vision sur un passé que certains tiennent pour sacré. Précédées d’invocations poétiques, ces odes à la Liberté d’être et de penser sont plus que jamais nécessaires en cette époque troublée.

 

Il y a des jours où je regrette de ne pas avoir faire de catéchisme pour comprendre la portée religieuse de certains textes. Liber Satanis en fait partie. En le lisant, j’ai cru reconnaître certaines histoires de la bible mais n’en n’ayant qu’entendu parler, je ne savais pas à quel point elles sont fidèles au texte original où ne serait-ce que le moment où l’on s’en éloigne. Bon, du coup, j’ai bien pensé à faire lire ce livre à un ou deux amis dont la religion fait partie intégrante de leur vie, mais ne connaissant pas vraiment les limites de Tiephaine G. Szuter, j’ai préféré éviter… ;)

Toujours est-il que, moi, j’ai passé un très bon moment avec ce texte. J’ai été totalement bercée par sa mélodie douce et son rythme entraînant : en mois d’une heure, c’était lu ! J’ai également beaucoup apprécié la construction en douze fois deux temps : une partie pour chaque entité divisée en deux temps : un poème qui m’a évoqué une prophétie puis de la prose pour nous expliquer son histoire.

J’ai apprécié -  et je pense pouvoir l’affirmer sans me tromper – y retrouver certains codes de présentation de textes religieux qui donne une aura particulière à ce texte. Par contre, étant totalement agnostique, je n’ai aucun avis critique à donner sur le contenu de ce roman : comme je le disais plus haut, je ne m’y connais pas assez et personnellement, j’ai davantage apprécié les mots et le rythme des textes plutôt que leur contenu bien qu’intéressant et appelant à la discussion.

La postface d’Enora Szuter est également une bonne découverte et mérite également d’être lue : elle nous apporte réellement une vision éclairée sur les textes précédents en nous proposant des mots sur ce qu’on se savait nommé jusqu’à présent. Elle complète à merveille ce texte en répondant à quelques questions que l’on pourrait se poser et en nous invitant à répondre de nous-même aux autres.

Une belle découverte.

 

[les +] Un texte original, hors de propos.

[les -] N’hésite sans doute une bonne prise de recul.

 

Lu dans le cadre de :

Service Presse - Tiephaine G. SZUTER

Repost 0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 06:00

 

 

 

 

Partir

Lucien RIGOLINI

Editions Librinova2016

Ebook - epub

 

 

 

Paul et Marielle sortent tout juste de l’adolescence lorsque leurs chemins se croisent à Nice, par une belle soirée d’été. Ils sont en vacances, et rien a priori ne les destine à tomber l’un sur l’autre dans cette grande ville où ils n’ont aucun ami commun. Et pourtant, dès le premier regard, ils savent : ils feront leur vie ensemble. Trente ans après cette rencontre, Paul et Marielle sont mariés et s’aiment toujours autant, voire plus encore que du temps de leur jeunesse. Pas un instant, ils n’ont songé à se séparer. Mais alors, pourquoi Paul est-il si nostalgique ? Il s’apprête pourtant à réaliser son plus grand rêve depuis qu’il pratique le ski alpin : gravir le sommet du Mont Blanc, puis redescendre directement en skiant le long de sa face nord. Et pourquoi Marielle vient-elle finalement à son tour à Chamonix, juste après que Paul a entamé son ascension. Au bout du compte, pour quelle raison inavouée Paul s’est-il lancé dans ce périple ? Quel rôle va jouer sa femme, et comment réagira-t-elle ? « Partir », c’est l’histoire d’un amour profond et sincère entre deux individus, qui saura faire voyager le lecteur : Rome, Venise, et bien sûr Chamonix et le Mont Blanc.

 

Le résumé assez mystérieux de ce roman m’avait donné envie d’en apprendre un peu plus sur cette histoire visiblement pas comme les autres. On sent qu’il va se passer quelque chose de grave sans pour autant pouvoir mettre des mots dessus…

Et, effectivement, le résumé est la digne image du roman : dès les premières pages du roman, l’on sent comme une épée de Damoclès au-dessus de notre tête sans en connaître la raison. D’ailleurs, plus l’on tourne les pages et plus cette impression se renforce sans que, pour autant, un indice nous soit donné sur sa nature. Il faut dire aussi que la narration est très, très, lente et prend bien soin de nous raconter l’histoire d’amour de Paul et Marielle dès leurs prémices. Et puis, bam ! D’un seul coup, sans que l’on s’y attende, c’est le drame, sans explications aucunes. Puis, Marielle nous raconte sa vision personnelle de leur histoire d’amour et, enfin, on apprend le pourquoi du comment.

Du coup, je suis sortie assez frustrée de cette construction de l’histoire : je n’ai pas eu les informations que je souhaitais au moment où j’en aurais eu besoin et, du coup, le point de vue de Marielle m’a assez désintéressée (j’ai un problème avec le radotage) d’autant plus qu’elle ne nous apprend rien de nouveau sur leur jeunesse ou presque.

Cela dit, j’ai trouvé l’histoire plutôt sympathique et originale : je n’avais encore rien lu de ce genre ! Personnellement, je ne suis pas fan des montagnes enneigées, mais j’ai trouvé que l’auteur avait su « sublimer » cette ambiance et nous faire aimer autant que Paul ce qui l’entoure.

 

Paul et Marielle sont plutôt sympathiques mais je ne les ai pas trouvés spécialement proches du lecteur. La faute, je pense, à leur façon de parler assez ampoulée qui leur donne un côté assez guindé. Avec le guide – davantage abordable – ce sont les seuls personnages de l’histoire que l’on côtoie réellement.

 

L’écriture de Lucien Rigolini est plutôt agréable mais c’est vrai que je n’ai pas spécialement été charmée par ses tournures de phrases compliquées et par la construction de son roman assez frustrante.  Cependant, je serai curieuse de découvrir un autre de ses textes afin d’en connaître davantage sur son univers.

Une lecture agréable.

 

[les +] Une histoire originale.

[les -] Une construction assez frustrante.

 

Lu dans le cadre de :

Service Presse – Editions Librinova

Challenge Gourmand #6 - Gâteau

Repost 0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 06:00

 

 

 

 

 

Petites infamies en cuisine

Jessica TOM

Editions HarperCollins – 2016

Ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Foodista talentueuse, mais jeune et naïve, Tia Monroe s’installe à New York avec de grandes ambitions : côtoyer les stars du dining et devenir l’une d’elles. Mais du chef étoilé au critique gastronomique du New York Times, tout le monde la méprise et la manipule… Roman d’apprentissage à la sauce aigre-douce, Petites infamies en cuisine ne ménage ni son héroïne ni la galerie de figures à la mode du monde de la grande cuisine. Jessica Tom les épingle tous, depuis le critique qui a perdu le sens du goût et s’offre sans vergogne et à peu de frais le talent de l’héroïne pour écrire à sa place, jusqu’) l’ambitieux des fourneaux, prêt à la séduire pour atteindre plus vite la gloire.

 

C'est le titre qui m'a tout de suite attirée, puis le résumé qui promettait une histoire assez dingue sur fond de cuisine. Et c'est effectivement bien ça qui se passe dans Petites infamies en cuisine.

Le ton est réaliste, dynamique et plutôt drôle. On se laisse facilement prendre au jeu de la double vie de Tia : restauratrice et étudiante le jour mais critique anonyme pour le compte d'un ponte gastronomique ayant perdu le goût la nuit. J'ai trouvé cette histoire crédible, non pour son histoire assez incroyable, mais surtout au niveau des changements que le secret entraîne dans la vie de Tia. On la voit changer, faire des choix que l'on n’aurait probablement pas fait et ses relations envers les gens évoluer.

J'ai davantage préféré l'histoire autour des critiques que des histoires d'amour présentes dans ce livre : elle est plus originale ! Je n'avais jamais rien lu de tel et ça m'a beaucoup amusée. L'histoire d'amour est davantage vue mais j'ai beaucoup aimé son réalisme : les choses semblent se passer de manière on ne peut plus naturelles...

La fin m'a beaucoup plu : ellen’ est ni bonne ni mauvaise. Bref, on se croirait dans la vraie vie !

 

Tia change beaucoup dans ce roman et pas toujours de manière positive. A un moment, elle est quasi-exécrable et l'on se demande vraiment si elle n'est pas en train de gâcher sa vie avec tous ses secrets et ses non-dits.

Eliott, son petit ami m'a davantage touchée : il est mignon dans son genre et ne manque pas de compréhension.  Pascal, quant à lui, m'a fortement dérangée : il n'a pas toujours l'air très honnête.

Michael - le critique sans papille - m'a beaucoup amusée : il n'est vraiment pas ce qu'il a l'air d'être et tout ce qu'il dit vire à l'énigme. C'est parfois drôle, parfois provocateur en tout cas, ce qui est sûr, c'est que ça ne laisse pas indemne !

 

C'était la première fois que je lisais un roman de Jessica Tom et j'ai passé un bon moment. J'ai particulièrement apprécié la crédibilité de l'histoire et le fait que tout ne soit pas rose, comme dans la vraie vie (ou du moins, la mienne). C'est drôle, décalé, ça nous fait rêver avec des jolies fringues : j'ai passé un excellent moment avec ce roman.

Une belle découverte !

 

 

[les +] Original, réaliste.

[les -] Un triangle amoureux déjà-vu.

 

 

Lu dans le cadre de :

Challenge Gourmand #6 - Gâteau

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 06:00

 

 

 

 

La vie est belle après tout

Carmel HARRINGTON

Editions Harlequin2016

Ebook - epub

 

 

 

 

 

 

Et si le bonheur n’était qu’un choix ?

A l’approche des fêtes de fin d’année, Belle accumule les mauvaises nouvelles. Après avoir perdu la garde de la petite Lauren, une enfant qu’on lui avait confiée en tant que parent d’accueil et à qui elle s’était beaucoup attachée, voilà que son mari, Jim, son âme sœur, est victime d’un accident de voiture dont personne ne peut dire s’il en réchappera. Belle se sent alors si abattue qu’elle en vient à faire le vœu de ne jamais avoir existé. Mais il faut être prudent, avec les vœux. Car, en cette période de Noël, il y a parfois des anges pour vous entendre et les exaucer…

 

Parfois, on s'attend à passer un bon moment - sans plus - avec un livre et on tombe sur une pépite que l'on ne peut plus lâcher. C'est totalement ça qui m'est arrivée avec "La vie est belle après tout". L'histoire n'a rien de réellement extraordinaire, elle pourrait même paraître bateau un mercredi après-midi de vacances sur M6 et pourtant... elle m'a paru vraiment spéciale.
C'est le genre d'histoire qui pourrait sembler mélancolique, de celle qui pourrait mettre mal à l'aise au début : une enfant abandonnée, mise de côté par sa couleur de peau, allant de famille en famille, totalement rejetée par sa maman et régulièrement par des familles d'accueil... Ça a de quoi faire pleurer dans les chaumières. Mais, heureusement pour nous, l'histoire ne s'arrête pas là puisque Tess prend la petite Belle sous son aile et l'accueil chez elle, ainsi qu'un petit garçon du même âge, Jim. La vie suit son cours et les deux enfants sont séparés jusqu'à temps que le destin décide de les rapprocher, presque vingt ans plus tard. S'en suit une ribambelle d'enfants accueillis et un nouveau drame : la perte de leur chair et de leur sang.
Ce que j'ai aimé dans ce livre, c'est la douceur avec laquelle on aborde les sujets difficiles. Les fausses couches sont encore des tabous dans notre monde et ça n'empêche pas pour autant des milliers de couple de souffrir de cette situation chaque jour. J'ai aimé la vérité qui sort des pensées de Belle tant sa culpabilité - même s'il n'en est rien - la fait souffrir et l'impuissance de Jim qui ajoute énormément de crédibilité à ce texte.
Mais, plus que tout, c'est réellement l'amour qui m'a plu dans ce livre : ici, on croit aux vertus positives de l'affection et ça fait un bien fou de lire ces petites bulles d'espoir et de joie de vivre.
La fin est sans doute prévisible, mais elle est belle, alors on s'en fiche ;)

Belle et sa douceur m'ont beaucoup. Jim et sa compréhension aussi. Pareil pour Lauren et son innocence, Tess et son regard perçant ainsi que Bobby et sa bonne volonté. Sans oublier Nora sans qui tout ça n'aurait jamais exister. Que dire a part que tous ces personnages sont incroyables et nous donnent envie de passer un réveillon de Noël avec eux ?

C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Carmel Harrington et c'est vraiment une bonne découverte. J'ai beaucoup aimé l'affection qu'elle a pour ses personnages, sa douceur et sa positivité. J'ai également aimé la forme de son livre qui m'a un peu rappelé le plus célèbre des contes de Noël.
Une très jolie découverte.
 

 

 

[les +] Douceur et émotions au rendez-vous.

[les -] Un peu prévisible quand on a un certain conte de Noël en tête…

 

 

Lu dans le cadre de :

Colocs (et plus), Emily BLAINE

Challenge Gourmand #6 - Gâteau

Challenge Des gages ta PAL #7

Repost 0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 06:00

 

 

 

La douce caresse d’un vent d’hiver
Les frères O’Neil, tome 3

Sarah MORGAN

Editions Harlequin2016

Ebook - epub

 

 

 

 

 

Cet hiver, Tyler O’Neil, ex-champion de ski, ancien bourreau des cœurs et désormais père célibataire, n’a qu’une seule mission : tout faire pour que sa fille, Jess, passe le meilleur Noël de sa vie. Le fait que sa meilleure amie Brenna emménage temporairement dans son chalet n’est qu’une délicieuse distraction qu’il se doit d’ignorer. Leur relation est la seule qu’il n’ait jamais détruite, et il est hors de question d’y remédier.

Brenna Daniels, skieuse professionnelle, connaît tout des risques et périls d’un amour non partagé : elle aime Tyler depuis des années. Vivre avec lui est une véritable torture : comment peut-elle se comporter en amie alors qu’il dort dans la chambre d’à côté ? C’est alors que Tyler l’embrasse. Soudain, la relation dont elle a toujours rêvé semble à portée de main. Se pourrait-il que ce Noël voit ses rêves de bonheur se réaliser enfin ?

 

 

Après Jackson et Sean, j'étais bien décidée à découvrir le troisième frère O'Neil : Tyler. D'autant plus qu'on commence à bien connaitre l'individu depuis le premier tome, tant par son passé de star des pistes de ski, que par l'arrivée - telle une tempête de neige - de sa fille Jess ou encore de son amitié inébranlable avec la dynamique Brenna. Autant dire tout de suite qu'on espérait un rapprochement plus romantique entre ces deux-là depuis... au moins le premier tome ! Et, cet instant est enfin arrivé ;)

L'histoire en elle-même est plutôt sympathique : elle pourrait avoir un petit côté déjà vu - comme beaucoup de comédie romantique - mais le passé de ces deux-là apporte quelque chose de neuf, comme la présence de Jess ou encore des belles-sœurs de Tyler.

Personnellement, j'ai beaucoup apprécié la thématique autour du harcèlement scolaire tant au niveau du présent (avec Jess) que du passé de Brenna. D'ailleurs, les deux sont assez liées. Les révélations sur le "harceleur" de Brenna font beaucoup jouer sur le bien-être de l'adolescente... Personnellement, je n'avais vraiment pas vu le coup venir et ai été réellement horrifiée par ces révélations.

La fin est mignonne, plutôt inattendue et romantique à souhait. C'est vraiment une très jolie fin !

 

J'ai pris plaisir à découvrir Tyler dans ce tome : jusqu'à présent, je voyais en lui seulement l'ex-célébrité coureuse de jupons. Mais en fait, il est beaucoup plus que ça : il ferait n'importe quoi pour ses proches et notamment pour sa fille même si il ne se sent pas encore tout à fait à la hauteur dans son nouveau rôle de père.

Brenna est plus douce et fragile que ce que j'imaginais : elle n'a pas l'air d'avoir eu une enfance/adolescence très joyeuse et épanouissante, tant en ce qui concerne l'école que sa famille. Elle est touchante dans sa façon de s'investir dans le bonheur de Jess.

A part pour l'attachante Jess, j'ai trouvé dommage de ne pas passer davantage de temps en compagnie des O'Neil. Même si on voit beaucoup Kayla et Elise, les deux frères ainsi que les parents m'ont un peu manqué.

 

J'ai retrouvé avec plaisir la douceur de la plume de Sarah Morgan : le ton est parfois grave, parfois sensuel mais toujours attendrissant. J'ai aimé qu'elle tente le coup avec un sujet plus compliqué - car tabou - dans ce nouveau tome. Et plus que tout, j'apprécie que l'on peut lire indépendamment chacun des livres de cette saga.

Un bon moment en compagnie des frères O'Neil.

 

 

[les +] Une lecture douce et mignonne

[les -] Un peu prévisible

 

 

Lu dans le cadre de :

Colocs (et plus), Emily BLAINE

Challenge Gourmand #6 - Gâteau

Challenge Des gages ta PAL #7

 

 

Du même auteur :

■ Les frères O'Neil  tome 1 : La danse hésitante des flocons de neige  tome 2 : L'exquise clarté d'un rayon de lune

Repost 0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs