Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2023 7 03 /09 /septembre /2023 05:00

 

 

 

 

 

 

Les Bruines de Lanester
Mary Lester, tome 1

Jean FAILLER

Editions du Palémon - 1998
175 pages

 

 

 

 

  

 

La découverte d'un clochard noyé dans le Scorff entre Lanester et Lorient, quoi de plus banal ? La disparition d'un directeur de société, ça arrive tous les jours ! Des loubards qui volent une voiture, cambriolent une maison... Routine que tout cela pour l'inspecteur Amédéo.

La vie s'écoule, simple et tranquille au commissariat de Lorient. Ou plutôt s'écoulerait, si une jeune femme, inspecteur stagiaire, ne s'avisait de vouloir contre toute logique, relier ces faits pour en tirer des conclusions pour le moins surprenantes.

Mary Lester parviendra-t-elle, dans cet univers d'hommes, à mener son enquête jusqu'au bout ?

 

 

Jeudi dernier, je suis allée chez France Loisirs acheter un Mary HIGGINS CLARK pour Maman et j'en ai profité pour compléter ma collection de Mary Lester (enfin, essayé : il leur manquait le tome 1 de La Mystérieuse affaire Bonnardieu et, du coup, je n'ai pris que Les Mécomptes de Fortin). Devant l'étendue de cette collection et, surtout, le nombre de tomes non lus (!) je me suis dit que je devrais m'y attaquer sérieusement plutôt que d'en lire un de temps en temps en fonction des sessions du Challenge Bookineurs en Couleurs. Et, tant qu'à faire, tout reprendre dans l'ordre chronologique même si, dans ce genre de série, cela n'a finalement guère d'importance. J'ai d'ailleurs pensé créer une lecture commune pour la série sur Livraddict mais, espérant tenir le rythme d'un tome par semaine, cela me semblait particulièrement ambitieux dans ce cadre... Cela dit, si certains sont prêts à m'accompagner dans cette aventure, faites-moi signe que l'on s'organise ensemble !

Dimanche, j'ai donc sorti Les Bruines de Lanester de ma bibliothèque. Enfin, j'ai plutôt demandé à mes parents de me mettre de côté les différents tomes laissés chez eux la prochaine fois que l'on se voyait et ai donc sorti le premier tome du sac ;)

 

J'avais déjà lu ce premier tome il y a très longtemps mais je ne me souvenais plus du tout de l'histoire en l'ouvrant. Honnêtement, ce sont davantage les personnages du commissariat qui m'ont perturbée : je ne me rappelais pas du tout que Mary avait eu d'autres collègues avant Fortin ! Si c'est un peu déboussolant, je me suis aussi dit que c'était gage de bonnes surprises pour la suite si l'on avait l'occasion de repasser du temps avec eux ou de découvrir de nouveaux collègues : après tout, on ne fait jamais toute sa carrière avec exactement les mêmes personnes.

L'ambiance peut être un peu déstabilisante, tant les détails nous rappelle qu'elle a été écrite dans les années 90. Personnellement, j'aime bien ce côté rétro qui donne un aspect assez intemporel à cette histoire mais j'ai conscience que cela pourrait gêner quelques lecteurs. Je trouve également intéressant le cadre que donne Jean FAILLER à la misogynie dans ces métiers plutôt masculins. Si cela ne serait plus toléré aujourd'hui (ou beaucoup plus difficilement), c'était la réalité de l'époque pour de nombreuses professions (et il reste encore du boulot). Rien que l'idée que cela puisse nous gêner aujourd'hui nous montre que la société a progressé ce qui, en soit, est positif. Et, pour le coup, l'on sent que le regard de l'auteur est plutôt moderne sur cette question malgré l'époque (je l'écris en espérant ne froisser personne) et son âge (le Monsieur ayant plus de 80 ans en 2023).

L'intrigue m'a bien plu. Elle est vraiment rondement menée en moins de 200 pages. Les indices sont disséminés au cours des différentes enquêtes, nous laissant peu à peu apercevoir la réalité des choses. Peut-être est-ce dû à ma relecture (même si je ne m'en souvenais pas) ou au fait que je connaisse bien l'univers de la série mais j'ai assez rapidement deviné l'identité du coupable. Si je n'avais pas relevé tous les indices qui ont mis la puce à l'oreille de Mary, je n'en étais pas si loin ! D'autant plus que le final nous laisse encore quelques surprises.

 

J'ai apprécié retrouver Mary à ses débuts. S'il est évident qu'elle ne manque pas de caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds, j'ai aimé les moments où on la sent à deux doigts de craquer face aux difficultés auxquelles elle est confrontée dans le commissariat. Je trouve les personnages ayant des faiblesses intéressants : cela rend Mary plus humaine d'autant plus que l'on ne connait pas grand chose d'elle dans ce premier tome.

Pour le coup, je n'ai pas trouvé les autres personnages très sympathiques, notamment ses collègues. Seul Le Moal sort du lot par son écoute ainsi que Fabien Lebret (le patron) malgré son côté paternaliste. Amédéo  - l'OPJ -  est particulièrement antipathique avec ses réflexions moqueuses et misogynes même s'il gagne étonnement à être connu.

 

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture de Jean FAILLER. J'aime bien son côté direct et précis qui colle parfaitement à l'ambiance policière du livre.  Le rythme est soutenu sans pour autant que le lecteur et l'histoire en pâtissent. L'on sent qu'il maîtrise totalement l'intrigue tant certains indices sont subtilement donnés au cours de l'histoire. J'apprécie également le côté un peu daté de ce livre policier qui lui donne un cachet particulier.

Par contre, dans mon édition, j'ai l'impression qu'il y a quelques coquilles dont notamment des fautes de frappes et une inversion dans le nom des personnages. Rien de bien méchant mais de quoi nous faire relire plusieurs fois la même phrase...

Un roman policier agréable malgré son côté un peu désuet.

 

 

[les +] Une intrigue prenante, un décor concret, une écriture dynamique.

[les -] Un roman policier qui n'est plus de première jeunesse ce qui pourra dérouter par la mentalité qu'on y retrouve.

 

Du même auteur : 

Mary Lester tome 2 : Les Diamants de l'Archiduc  tome 3 : La mort au bord de l'étang  tome 4 : Marée blanche  tome 7 : L'homme aux doigts bleus  tome 11 : Mort d'une rombière  tome 13 : Roulette russe pour Mary Lester  tome 15 : Les gens de la rivière  tome 28 : Bouboule est mort

Repost0
2 septembre 2023 6 02 /09 /septembre /2023 05:00

 

 

 

 

 

 

Mon beau sapin, Roi des enfoirés (que j'aime ton fessier)
Déborah GUÉRAND

Harlequin - 2021
Ebook (Epub) - 240 pages

 

 

 

 

 

 

Le père Noël est mort... vive la mère Noël !

D'habitude, Fauve adore Noël - et surtout les multiples calendriers de l'Avent qu'elle dévore pour l'occasion. Mais cette année sa période préférée s'annonce tout sauf magique. Pour commencer, elle a été obligée d'accepter le seul job qu'elle a trouvé : lutin du Père Noël dans un centre commercial. Jusque-là, rien d'insurmontable. Sauf que - surprise ! - par le plus grand des hasards il se trouve que le nouveau Père Noël n'est autre que Jérémy, son ex. Le Jérémy qui l'a lâchement plaquée il y a deux ans pour partir en tournée aux États-Unis et qui lui a brisé le coeur au passage. Alors, quand elle voit le petit sourire en coin que lui adresse cet enfoiré de Père Noël-Jérémy, elle a soudain très envie de le tabasser à grands coups de sucre d'orge géant devant une file d'enfants bientôt traumatisés...

 

 

Cela faisait un moment que je voulais faire sortir ce livre de ma PAL mais, j'ai définitivement les yeux plus gros que ma rapidité (et ma disponibilité) de lecture. Il faut dire aussi qu'avec les années, j'ai appris à apprécier les romances de Noël publiées par Harlequin et que la plupart des livres lus de Déborah GUÉRAND m'ont beaucoup plu. J'aime généralement plutôt bien le côté chick-lit de ses romances, ses traits d'humour et le dynamisme de sa narration.

Malgré son titre un peu provoc' (qui aura fait hurler Timothée ! Heureusement que c'est un ebook ! Cela aurait été un livre papier, il aurait risqué la syncope à chaque fois qu'un invité se serait approché d'un peu trop près de la bibliothèque :D), l'histoire ne l'est pas vraiment. Si j'ai passé un bon moment, il ne fait clairement pas parti de mes livres favoris de l'auteure.

 

Et, pourtant, il a un côté paillettes qui me fait habituellement rêver via Jérémy, musicien à succès outre Atlantique qui revient en France pour les beaux yeux de son ex, suite à ce qu'il a pris pour un signe du destin. J'ai bien aimé que ce côté célébrité soit plutôt discret, du fait de son anonymat français, mais je pense que c'est également ça qui m'a fait moins vibrer que d'ordinaire avec ce genre d'intrigue.

J'ai trouvé amusant la manière dont se déroulent les retrouvailles entre Fauve et Jérémy. Cela ne manque clairement pas de sel ! Si c'est parfois un peu difficile à croire, cela est vraiment drôle ! L'on sent rapidement que leur histoire n'est pas finie et qu'ils n'ont pas réussi à s'oublier malgré la distance et l'absence de contact. J'ai donc trouvé très plaisant la manière qu'ils ont de se retrouver, avec émotion, tendresse et comme s'ils ne s'étaient pas quittés. J'ai également apprécié l'intrigue autour des raisons de leur rupture qui nous fait penser que tout aurait pu être évité.

Les intrigues secondaires m'ont également plu, notamment celle autour de la vie amoureuse de Karen et de l'avenir professionnel de Fauve. J'ai trouvé assez stimulant de la voir se battre pour son projet bien qu'il semble difficile à réaliser dans les temps. Il existe beaucoup de profession qui forcent à ramer pendant de nombreuses années et, parfois, d'avoir un job alimentaire avant de réussir à en vivre. Alors, forcément, j'ai bien aimé avoir une héroïne comme Fauve qui ne lâche rien malgré les années de galère et fait les sacrifices nécessaires pour avoir par la suite une vie professionnelle épanouie.

La conclusion m'a bien plu même si je l'ai trouvée un peu trop attendue et donc peu surprenante. Cela dit, j'ai apprécié la manière dont toutes les étoiles s'alignent pour Fauve et Jérémy.

 

Fauve, comme bon nombre d'héroïne de chick-lit est aussi touchante et amusante, qu'agaçante. Si ses petits défauts sont souvent drôles, elle n'en reste pas moins excessive dans bien des situations ce qui m'a parfois fait souffler. Dans la vraie vie, elle doit être particulièrement épuisante pour son entourage à changer si rapidement d'humeur et à être toujours partante pour "la bagarre". Pour le coup, même si je l'apprécie beaucoup, je ne pense pas que nous pourrions être amies dans la vraie vie.

Jérémy m'a beaucoup plu mais il est l'archétype du mec trop parfait pour être réel. Il est touchant dans ses sentiments pour Fauve et ce qu'il est prêt à faire pour elle, quitte à s'oublier bien que ce ne soit pas la meilleure solution. J'ai aimé son côté taquin, sa disponibilité et sa manière d'aider la jeune femme à réaliser ses rêves.

 

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture dynamique et enjouée de Déborah GUÉRAND. Sa narration est vraiment pleine de vie et fait avancer rapidement cette histoire. Comme toujours, j'ai été amusée par ses petites touches d'humour qui libèrent certaines tensions du fait du caractère difficile de Fauve. J'ai lu que certaines lectrices avaient été gênées par des remarques jugées grossophobes, racistes ou choquantes : personnellement, je n'ai rien vu de tout ça dans ce livre. Tout peut toujours être prêté à interprétation et ce livre est clairement second degré, notamment par les petites remarques des personnages qui se veulent amusantes. Sincèrement, je ne pense pas que Mon beau sapin, Roi des enfoirés (que j'aime ton fessier) véhicule des messages problématiques.

Une lecture agréable.

 

 

[les +] De l'humour, du dynamisme et de jolies retrouvailles.

[les -] Une Fauve survoltée et parfois agaçante.

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Harlequin (Netgalley)

Challenge Bookineurs en Couleurs #6.2 : VERT

 

 

Du même auteur :

 Mon beau sapin, Roi des enfoirés (que j'aime ton fessier)  Objectif : Saboter le mariage (et choper le témoin !)  Oups, je crois que je t'aime  Scottish Lover 

 You Only Love Once  tome 1  tome 2

Repost0
7 août 2023 1 07 /08 /août /2023 05:00

 

 

 

 

 

 

Au secours d'une princesse
Carol TOWNEND

Harlequin - 2020
ebook (epub) - 237 pages

 

 

 

 

 

 

 

Andalousie, Espagne, XIV siècle

La princesse Alba, fille du terrible sultan Tariq, vit depuis toujours dans une prison dorée. Et, dans cette existence dénuée d'amour, elle n'a qu'un désir : celui d'avoir un enfant à chérir. Seulement, l'idée de tomber sous la houlette d'un époux la terrifie. Aussi, décide-t-elle de fuir le palais de l'Alhambra et ses traditions archaïques. Mais comment échapper à la vigilance accrue des soldats de son père ? En suppliant l'aide d'Inigo, ce chevalier espagnol en visite au palais ? Une idée dangereuse, songe Alba qui, après tout, ne sait rien de ce mystérieux invité. Mais peut-être la seule occasion de parvenir à ses fins...

 

 

Comme souvent avec les Harlequin et encore plus avec leur collection Les Historiques, j'étais un peu méfiante au moment de me lancer dans cette histoire. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir eu de nombreuses bonnes surprises dans mes dernières découvertes de ce catalogue, mais j'ai toujours peur de tomber sur une histoire un peu datée et peu en accord avec mes valeurs... Bon, je ne vous cache pas que certaines réflexions d'Alba pourrait faire hurler certaines féministes mais, pour le coup et vu l'époque où Au secours d'une princesse se passe, j'ai trouvé cette histoire plutôt moderne.

 

Si le scénario est plutôt classique en littérature romantique historique (impossible de ne pas penser à la belle Mélisende qui grinçait des dents à chaque fois que j'écrivais "romantique" pour "à l'eau de rose" et donc je viens d'apprendre le décès des semaines après - autant dire que la semaine à été difficile après ça), j'ai trouvé cette fuite plutôt prenante. Si l'idée est sympa', j'aurais bien aimé en savoir plus sur la vie d'Alba et de ses sœurs en Alhambra et connaitre plus précisément les raisons de leur fugue. Si on comprends à demi-mot que leur relation est difficile avec leur papa, il m'a manqué des éléments concrets pour saisir le fond du problème.

J'ai également apprécié le fait que ce voyage soit l'occasion pour Alba et Inigo de se rapprocher et de commencer à éprouver des sentiments l'un pour l'autre. Si ce n'est pas franchement original, j'ai trouvé que l'auteure le faisait avec finesse et une certaine modernité. Cela dit, Alba est vraiment naïve, notamment sur les rapports humains et amoureux, ce qui m'a malheureusement plus agacée que touchée (et visiblement, il en a été de même pour Inigo). J'ai trouvé que le triangle amoureux avec Dame Margarita ajoutait un petit truc en plus à cette histoire, notamment du fait de leurs liens politiques. De même, si j'ai aimé voir Leonor - la sœur d'Alba - se rapprocher de Rodrigo - l'ami d'Inigo - j'ai trouvé cela un peu facile. Ce schéma tout en symétrie est plaisant mais il n'est pas forcément très crédible. Cela dit, c'est assez intéressant de les voir tirer les ficelles même si l'on se doute que cela ne peut QUE bien finir. L'intrigue autour de la troisième sœur d'Alba et d'Inés, leur duègne, m'a beaucoup plu : j'aurai aimé qu'elle soit davantage exploitée afin de donner plus d'originalité à ce roman et de sortir un peu de cette histoire déjà-vu. 

 

Alba malgré sa naïveté souvent agaçante est très sympathique et plutôt touchante. Elle est comme une enfant qui découvre le monde et j'ai trouvé son regard sur la Castille très rafraichissant. J'ai apprécié la manière dont elle prend sa vie en main et va au-delà de ses peurs pour obtenir ce qu'elle souhaite même si cela signifie souvent qu'elle se met en danger. Si cela est assez irritant, cela se révèle plutôt drôle si l'on prend un peu de distance avec cette histoire.

Inigo est un personnage intéressant même si son côté trop parfait le rend peu crédible. J'ai bien aimé ses valeurs familiales et sa manière de vouloir bien faire les choses. Il a un côté old school plutôt agréable même si ce genre de moralité n'existe plus vraiment de nos jours (ce que, pour ma part, je trouve dommage).

 

C'était la première fois que je lisais un roman de Carol TOWNEND. Si j'ai eu des choses à redire sur son histoire, j'ai toutefois trouvé son écriture très agréable et abordable. Le style est dynamique bien qu'une attention particulière soit portée aux sentiments de chacun. J'ai également apprécié qu'elle donne la parole à Alba mais aussi à Inigo ce qui nous donne une facette supplémentaire de cette histoire mais aussi de comprendre les craintes de chacun.

Une lecture plaisante à lire avec un peu de recul.

 

 

[les +] Une narration agréable, un scénario plaisant.

[les -] Des intrigues secondaires peu développées et pourtant intéressantes, des idées pas toujours modernes.

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Harlequin (Netgalley)

Challenge Bookineurs en Couleurs #5.12 : MULTICOLORE

Repost0
4 août 2023 5 04 /08 /août /2023 05:00

 

 

 

 

Hésitation
Gardien, tome 1
Luc DELECROIX

Autoédition - 2022
ebook (epub) - 380 pages

 

 

 

 

 

 

 

Miron, petit bout de terre soumis aux caprices de la mer. Une île aussi complexe que discrète, prise malgré elle dans une confidence qu'elle n'avait pas choisie. Le réveil brisa le silence de la chambre : "Flash info, un séisme en Chine fait cent cinquante-quatre morts...". Peinant à se lever, l'esprit encore embrouillé des songes d'une nuit agitée, Simon se dit que sa chambre d'enfant, pourtant si familière, lui paraissait étrange ce matin-là. Se serait-il douté qu'à l'autre bout du monde, une catastrophe allait entrer en résonance avec celle qui s'imposait à lui au matin de ses quinze ans ? Cette nuit-là, à son insu, son destin s'était mis en marche pour l'arracher à Miron. Qui était cette jeune fille étrange qu'il avait aperçue dans les bois, venue jusqu'à son collège pour l'en faire sortir de manière surprenante ? Que lui voulait-elle ? Et si toute son existence n'avait été qu'un vaste mensonge, qui, pour le protéger, l'avait maintenu dans l'ignorance de ce qu'il était vraiment ? Se doutait-il que cette journée était la première d'un Simon nouveau, d'un Gardien ?

 

 

Depuis que je suis toute petite, j'aime beaucoup, beaucoup, la fantasy. Malheureusement, ces dernières années, je n'ai pas eu souvent l'occasion d'en lire et n'ai pas toujours eu la disponibilité mentale pour me plonger dans certains univers un peu complexes. J'ai donc été ravie quand Luc DELECROIX m'a proposé de découvrir Hésitation, le premier tome de sa série Gardien. Ravie, puisque le résumé laissait présager d'une histoire plutôt jeunesse, voire Young Adult, qui me promettait un univers rapidement immersif et plaisant.

 

Effectivement, je me suis tout de suite plongée dans cette histoire très prenante. J'ai tout de suite été happée par l'atmosphère en huis-clos de Miron avec ses habitants aussi sympathiques qu'un peu étranges. J'aime généralement bien les ambiances de petites villes où tout le monde se connait et où les secrets sont bien gardés. Je trouve qu'ici, c'est d'autant plus fort que Miron est une île donnant - dans mon esprit - un environnement assez instable même si la météo est plutôt conciliante dans ce premier tome.

J'ai également apprécié le côté plus adolescent de cette histoire avec les premiers émois amoureux et ce bal de fin de collège qui sonne comme un symbole. J'ai trouvé douce l'amitié entre Simon, Baptiste et Juliette : tous les trois ont une belle complicité malgré la cassure entre leurs mondes. J'ai été touchée par leur séparation et espère les voir se réunir dans les prochains tomes à venir.

Bien évidemment, j'ai également beaucoup accroché à l'univers parallèle des Gardiens, des Witans et des Renégats. J'ai trouvé très intéressant ce monde caché et pourtant à la surface : l'idée est simple mais vraiment efficace. C'est assez percutant la manière dont les deux mondes se connectent et, plus que tout, j'ai adoré la maison pleine de ressources de Moma. Elle donne l'impression d'avoir deux lectures possibles et j'ai trouvé ça assez bluffant. C'est d'autant plus intéressant que l'on en sait relativement peu sur ce monde et sur ce qu'il nous attend dans les prochains tomes. En effet, même si l'on connait les grandes lignes de cet univers opposant les Gardiens et les Renégats, nous n'avons aucune idée de ce qui attend Simon pour la suite de ses aventures. Personnellement, ça ne me dérange pas d'être aveugle sur ce qui est à venir : pour le coup, j'ai entièrement confiance en Simon et Elie. 

Le grand final de ce premier tome est vraiment sympa' : j'ai aimé son rythme dynamique et son effet de surprise. Même si, avec le recul, il était certain que ça allait se passer ce soir-là et que l'on pouvait deviner l'identité des fauteurs de troubles : je n'ai rien vu venir. J'ai aimé la manière dont cette fin nous force à appréhender ce nouveau monde sans pour autant nous en dire beaucoup. Habituellement, les premiers tomes posent majoritairement le décor de l'univers : ici, l'histoire avance en même temps que l'auteur installe les fondations de son monde. C'est assez stimulant !

 

J'ai trouvé Simon très touchant par sa sensibilité qui a parfois un peu de mal à s'exprimer. Dès le début, l'on sent que c'est quelqu'un de bien. Même s'il est un peu renfrogné, il est plein de petites attention - l'air de rien - pour les personnes qui l'entourent. Je l'ai trouvé très vrai dans ses réactions, notamment face aux révélations qui lui sont faites.

J'ai aimé son lien immédiat et évident avec Elie, sa Witan. Celle-ci m'a beaucoup plu, surtout dans sa manière de "prendre vie". Elle est touchante dans ses premières fois et dans sa bienveillance. Je suis vraiment curieuse de découvrir la place qu'elle va prendre dans les prochains tomes.

Comme évoqué plus haut, j'ai particulièrement apprécié le personnage de Moma et encore plus une fois son identité révélée. Son dévouement est assez fou et nous laisse penser que Simon est quelqu'un d'assez exceptionnel. J'ai également été touchée par la maman de ce dernier ainsi que par Baptiste et Juliette, ses meilleurs amis. J'ai d'ailleurs trouvé la jeune femme émouvante dans ses sentiments - assez mal - cachés.

 

J'ai vraiment passé un bon moment avec ce tout premier roman écrit par Luc DELECROIX. J'ai aimé la manière évidente dont se déroule son histoire. Ses mots sont simples, rendant son roman assez universel et adapté à un public jeune. L'on avance rapidement dans les aventures de Simon, en se laissant porter (et surprendre) par les différents évènements. Le ton est parfois tendre, souvent triste mais toujours dynamique.

Je lirais avec plaisir la suite !

 

 

[les +] Touchant, prenant, dynamique.
[les -] Pour un public plutôt jeune.

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - Luc DELECROIX (Simplement Pro)

Challenge gourmand #19 : Lait

 

 

Du même auteur :

■ Gardien  tome 1 : Hésitation tome 2 : Héritage

Repost0
2 août 2023 3 02 /08 /août /2023 05:00

 

 

 

 

 

 

Land Of The Free
KeoT

Autoédition - 2022
ebook (epub) - 225 pages

 

 

 

 

 

  

 

San Francisco, l'été californien, l'esprit Silicon Valley...

Quand Josh débarque avec ses cartons, c'est pour un nouveau départ loin des mauvaises habitudes. Celles du genre qu'on sniffe, qu'on gobe sur du papier buvard et qui rendent la vie plus fun. Mais, attention, Josh n'est pas un addict, c'est juste pour faire la fête...

Maintenant, fini les conneries. Le Josh 2.0 est arrivé.

Surtout qu'il décroche vite un vrai boulot de Valley-boy avec un patron californien pur jus, fan de surf et de yoga matinal sur la plage.

Land of the Free est plus qu'un service web, c'est un véritable état d'esprit, une philosophie pour retrouver la liberté dans un monde oppresseur, etc., etc. Du moins, ça, c'est ce que décrit le boss.

Sous un ciel californien nimbé de fumées diverses, un jeune paumé essaye de trouver sa place au soleil. Dans sa quête d'un peu de fric et d'assez de substances pour tenir la route, peut-être en viendra-t-il à trouver autre chose : un sens ?

 

 

Même si le résumé me tentait bien, j'étais un peu inquiète à l'idée de me lancer dans ce roman. L'atmosphère décrite me faisait penser que soit on y accroche soit on déteste... Pour le coup j'avais peur que ce soit trop sombre et provocateur pour moi. 

Heureusement, mes craintes étaient totalement infondées : j'ai tout de suite été happée par les aventures de Josh et aurait bien lu ce roman d'une traite si je n'avais pas été aussi fatiguée... (dit la fille qui l'a donc fini à 3h du matin n'arrivant toujours pas à dormir et ayant renoncé à son sommeil suite à une insomnie ! --').

 

J'ai vraiment bien aimé l'ambiance de ce roman. Si je ne connais absolument pas le monde gravitant autour de la vente de drogue, je me suis étrangement sentie à ma place. Je pense que c'est, entre autres, due à l'ambiance grandes écoles et start-up : j'y ai retrouvé les codes bien connus de mes années étudiantes en école d'ingénieurs en sécurité (en partie) informatique avec bon nombre de camarades geeks (coucou les copains de la #securitedesreseaux). Les conversations entre Josh, Mel et Randy ont trouvé des échos familiers en moi, même si je n'y comprends pas grand chose (#securitedesHommes), et a eu un côté apaisant même si cette histoire est plutôt dynamique et avance vite. En fait, j'y ai bizarrement reconnu une part de ma vie bien calme et sage comparée à celle menée par Josh, Randy et Richard.

Si j'aime bien la science fiction, j'en lis assez rarement tant il faut être mentalement disponible pour comprendre le fonctionnement de ces technologies avancées. Land of the Free n'est pas de ce genre, tant il s'inscrit dans notre réalité, mais peut tout de même faire un peu peur avec toutes ses références à la tech'. Il s'avère pour autant plutôt facile à suivre (même sans s'y connaître en codage) avec ses références concrètes à des choses, notamment les applications, que l'on connaît au moins en tant qu'utilisateur. J'ai donc apprécié que KeoT (que l'on prononce "Kéotte") leur donne une saveur plus sombre en mettant ces technologie au service du Darkweb mais aussi, d'une certaine façon, au développement personnel de Josh. C'est assez étonnant de se dire que créer quelque chose de concret (mais au service d'un baron de la drogue) lui permet de remonter un peu la pente et de trouver un nouveau rythme qui lui convient. Du coup, j'ai d'autant plus apprécié la prise de conscience de Josh dans le rôle qu'il peut avoir envers les personnes addict. C'est facile de s'identifier à lui dans ses réflexions et j'ai trouvé plutôt intéressant (et cinématographique) ce qu'il en fait. N'y connaissant pas grand chose au codage, je n'ai aucune idée de si cela tient la route mais j'ai trouvé ce final très prenant et assez spectaculaire, notamment par le côté plus policier des derniers chapitres. Et, plus que tout, j'ai aimé la justesse de la conclusion qui ne ferme pas les yeux sur les actes de chacun.

 

J'ai trouvé Josh très agréable à suivre. J'ai aimé son aura de mec un peu paumé et borderline. On a toujours l'impression qu'il peut vriller d'un moment à l'autre tout comme s'en sortir et trouver une vie plus saine. C'est assez impressionnant la manière dont il illustre parfaitement que la motivation vient par l'action et les petits objectifs atteints. Bien qu'il soit critiquable, j'ai trouvé que Josh est plutôt un bon exemple de résilience. Cela dit, je n'ai pas trop accroché à son changement de look assez abrupte des derniers chapitres qui donne l'impression un peu instable qu'il pourrait tout foutre en l'air et tomber dans des travers encore plus sombre. D'une certaine manière, ça m'a fait penser au Joker dans le film éponyme.

Mel m'a beaucoup plu : on sent qu'elle a des valeurs et qu'elle est aujourd'hui bien droite dans ses bottes même si cela n'a visiblement pas toujours été le cas. J'ai aimé sa vie simple et le soutien sans faille qu'elle est pour Josh même dans les pires moments. J'ai donc été ravie d'apprendre que Land of the Free était en fait un préquel à un roman racontant ses aventures : pour le coup, je serais vraiment curieuse de le lire un jour !

Je n'ai pas eu franchement de sympathie pour les autres personnages. Richard ne m'a pas semblé honnête et Randy est clairement aussi calculateur qu'intéressé. Sa carapace d'Hipster bien sous toutes les coutures m'a mise plutôt mal à l'aise mais je dois reconnaître que j'aurais bien aimé en apprendre plus sur lui.

 

L'écriture de KeoT m'a vraiment beaucoup, beaucoup, plu et c'est clairement le point positif de ce livre. Comme dit en début de cette chronique, j'étais inquiète à l'idée que ce roman tombe dans le too much et, clairement, si quelqu'un d'autre que KeoT l'avait écrit, cela aurait probablement été le cas. J'ai aimé le juste équilibre qu'il a trouvé tout au long de son roman pour rester crédible, dynamique et ne pas sombrer dans le vulgaire. Il y a beaucoup de justesse dans son histoire malgré qu'elle reste originale et un peu incroyable. J'ai également aimé son rythme soutenu qui lui donne un petit air de film tout en collant à la motivation que transpire Josh quant à son job.

Une belle découverte : je suis curieuse de découvrir CGU !

 

 

[les +] Original, moderne, juste, étonnamment confortable
[les -] Des sujets délicats

 

 

Lu dans le cadre de :

Service presse - KeoT (Simplement Pro)

Repost0

Bienvenue & Bonne visite !

 

Lunazione : n.f. (italien)
Intervalle de temps entre deux retours consécutifs de la lune à la même phase.
Soit 29 jours, 12 heures, 44 minutes et 2.8 secondes.



Tous les textes et chroniques publiés sont écrits par moi-même sauf indications contraires.
Merci de me prévenir et de mettre un lien vers mon blog si jamais vous souhaitez utiliser l'un de mes textes, même court.



Merci d'être passé, de m'avoir lu et pour vos petits messages ♥
Bonne visite !

Luna.

 

Catégories

Créations 

•  Mornings & Knit (3)

•  Mornings & Sew (1)

•  Mornings & Pearls (1)

•  Mornings & Tuto (1)

 

Révélations

•  Noons & Tags (5)

 

Films[SOMMAIRE]

•  Afternoons & Films (16)

•  Afternoons & Cinema (14) 

•  Afternoons & Séries (8) 

•  Afternoons & Theatre (2) 

 

Musiques 

•  Evenings & Concerts (6)

 

Livres

[A-B][C-D][E-H][I-L][M-Q][R-U][V-Z]

[PAL] [PROCHAINES LC] [PARTENAIRES]

•  Nights & Books (432)

  Nights & Partnerships (38)

  Nights & LC (45)

  Nights & Challenges (27)

•  Nights & Mondays (54) 

•  Nights & Tuesdays (37) 

•  Nights & Sundays (32)

•  Nights & Concours (2) 

Challenge Bookineurs en couleurs